Le Codex Alimentarius

Publié par

Le Codex Alimentarius – Dr  Rima E Laibow [Neurologue] – (2008) ST-FR

Time : 13 mn 08

 

 

Le Codex Alimentarius – Ian R Crane (2007) ST-FR

Time : 12 mn 43

 


 

Qu’est-ce que le Codex Alimentarius ?

 

codex-alimentarius

 

 

L’Organisation Mondiale de la Santé utilise les directives et les normes du Codex comme référence pour arbitrer des litiges internationaux sur le marché des denrées alimentaires.

 

Ses activités ne protègent pas la santé des consommateurs et le commerce international des aliments est tout sauf équitable. Ces normes et directives sont maintenant de plus en plus utilisées par l’OMS et les pays membres n’ont guère d’autre choix que de les appliquer.

 

Les normes et les directives du Codex couvrent pratiquement n’importe quel type d’aliment que nous pouvons nommer, il est évident que les activités du Codex ont un impact direct sur la vaste majorité des habitants de notre planète.

 

Outre son travail sur les aliments ordinaires, le Codex définit les normes et les directives applicables aux vitamines, compléments alimentaires, produits issus de l’agriculture biologique, allégations sanitaires, organismes génétiquement modifiés, étiquetage de produits, publicité, additifs, résidus de pesticides (cette liste n’est pas exhaustive).

 

Par conséquent, dans tous ces domaines, des preuves indéniables existent et démontrent que le Codex place les intérêts économiques – et en particulier ceux des industries chimiques et pharmaceutiques – avant la santé des consommateurs.

 

Par ailleurs, les directives restrictives de l’Union européenne interdisent toute allégation présentant les vitamines et les sels minéraux comme capables de prévenir, soulager, traiter ou guérir des maladies.

 

Compte tenu de la quantité massive de preuves démontrant les avantages impressionnants pour la santé des compléments alimentaires, nous constatons que loin de protéger la santé des consommateurs, l’application globale de ces directives a pour principale conséquence de réserver la vente de produits de santé, thérapeutiques, curatifs et préventifs, à la seule industrie pharmaceutique.

 

Au cours des dernières années, les aliments biologiques ont fait l’objet d’une attention accrue du Codex. Le Codex s’efforce d’édulcorer les normes globales sur les produits issus de l’agriculture biologique afin d’autoriser l’utilisation de substances comme le dioxyde de soufre, qui peut provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes ; le nitrite de sodium et le nitrate de sodium qui sont potentiellement cancérigènes et qui ont été impliqués dans des cas d’hyperactivité enfantine ; la carraghénine dont l’association avec la formation d’ulcères des intestins et des tumeurs intestinales cancéreuses a été mise en évidence.

 

L’éthylène sert à induire artificiellement la maturation des fruits et des légumes pendant leur transport. L’autorisation de son utilisation sur des produits biologiques constitue une étape dangereuse vers l’acceptation de pratiques agricoles douteuses et anti-naturelles qui affectent déjà les aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

 

 

Conclusion

La Commission du Codex Alimentarius ne s’intéresse pas qu’aux suppléments alimentaires. Elle est le champ de bataille principal de la guerre politique qui détermine qui aura le pouvoir et contrôlera les approvisionnements en nourriture du monde, de la ferme à la fourchette. Cette guerre est menée par un ensemble complexe et très ramifié d’organismes internationaux, de grandes entreprises, d’intérêts financiers, ayant pour objectifs primordiaux le commerce et les bénéfices, et non pas la santé humaine.

 

Actuellement, il semble que les vainqueurs financiers de cette guerre pour le contrôle des ressources alimentaires de la planète seront probablement les industries pharmaceutiques et chimiques. En particulier grâce à l’adoption d’autres directives du Codex sur les produits alimentaires dérivés de la biotechnologie. Par conséquent, notre liberté de choix, notre santé et notre environnement sont clairement mis en danger.

 

La santé optimale et la bonne nutrition sont des menaces pour le « commerce avec la maladie » de l’industrie pharmaceutique parce qu’elles réduisent le marché des produits alimentaires synthétiques. Une alimentation libre de résidus de pesticides, d’additifs artificiels et autres contaminants dépend par définition de la diminution globale, voire idéalement d’une élimination totale, de ces produits chimiques dans l’alimentation. Une telle évolution ne peut évidemment pas être dans l’intérêt des entreprises pharmaceutiques et chimiques qui les fabriquent. Une telle réduction de la consommation des produits chimiques se traduirait par une baisse des bénéfices et une amélioration de la santé pour des populations tout entières.

 

En conclusion, la portée immense de ses activités représente un grave danger pour la santé de l’humanité, aujourd’hui et demain.

 


 

Source :

Cette page du site officiel propose un fichier PDF en français de 446 pages, présentant un index des additifs alimentaires ou des groupes d’additifs alimentaires.

Vous accédez ainsi à un contenu  détaillés sur les utilisations de tous les additifs alimentaires.

PDF : Codex Alimentarius – Norme générale pour les additifs alimentaires

Lien : http://www.fao.org/fao-who-codexalimentarius/sh-proxy/en/?lnk=1&url=https%253A%252F%252Fworkspace.fao.org%252Fsites%252Fcodex%252FStandards%252FCODEX%2BSTAN%2B192-1995%252FCXS_192f.pdf

2 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.