Aujourd’hui je vis de l’artificiel – Chiyesa

Publié par

 

Amérindiens

 

« Enfant, je savais donner. J’ai perdu cette grâce en devenant civilisé.

 

Je menais une existence naturelle, alors qu’aujourd’hui je vis de l’artificiel. Le moindre joli caillou avait de la valeur à mes yeux.

 

Chaque arbre était un objet de respect. Aujourd’hui, j’admire avec l’homme blanc un paysage peint dont la valeur est exprimée en dollars ! »

 

 

Chiyesa, écrivain indien contemporain.


 

Source :

Extrait de l’ouvrage : Pieds nus sur la terre sacrée – T.C. McLuhan (2001)

Une anthologie de la philosophie, du mode de vie et de la destinée des Indiens d’Amérique du Nord.

3 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.