Désodorisant d’intérieur : Substances toxiques !

Posted by

L’association UFC que choisir met de nouveau en garde les consommateurs sur les impacts sanitaires des désodorisants d’intérieur. Leur utilisation entraîne l’émission d’allergènes et de polluants cancérigènes.

Tour d’horizon.

 

Statue Déo

 

L’association de consommateurs UFC Que Choisir a publié dans son numéro n°462, les résultats des derniers tests effectués sur les désodorisants d’intérieur concernant l’impact de ces produits sur la qualité de l’air intérieur. Déjà réalisés en 2004, ces tests avaient mis en évidence la présence de molécules cancérigènes et allergènes dans l’atmosphère après l’utilisation d’aérosols et de diffuseurs. Les derniers tests effectués sur les produits actuellement sur le marché sont loin d’être meilleurs. Les désodorisants d’intérieur polluent moins qu’en 2004 mais toujours trop, conclu l’association.

Au total, 39 désodorisants sous forme de produits de combustion (bougies, lampes berger, encens), d’aérosols, de diffuseurs électriques ou prêts à poser et même des huiles essentielles ont été testés dans des chambres d’émissions où des capteurs ont pu mesurer la concentration en composés organiques volatils (COV), formaldéhyde, benzène, toluène et autres molécules cancérigènes. Résultats, seuls neufs produits sont jugés « acceptables » par l’association. Tous les autres dégradent trop l’air du domicile pour être utilisés, explique UFC.

L’association n’exclut pas de type de produits en particulier car au sein d’une même famille, les résultats varient. Ainsi, certaines bougies sont bien notées alors que d’autres émettent des COV et/ou des molécules irritantes suivant leur formulation. Même constat pour les aérosols qui émettent principalement des molécules irritantes et des allergènes.

Interpellé à l’issue de ces premiers tests en 2004 sur la nocivité des produits dits naturels, UFC Que choisir a, cette fois-ci, intégré de l’encens et des huiles essentielles dans ces tests. Elle en conclu que la référence au « naturel » voire au « bio » ne garantit pas l’absence de nocivité et recommande de ne pas brûler de tels produits. On trouve dans le cocktail de polluants émis du formaldéhyde et du benzène, deux cancérigènes certains, à des niveaux faibles mais néanmoins inadmissibles compte tenu de leur nocivité, explique l’association.

L’association s’attendait pourtant à de meilleurs résultats qu’en 2004 au regard de la mobilisation annoncée par les fabricants au lendemain de la présentation de la première étude, surtout en ce qui concerne l’information des consommateurs et l’étiquetage. Mais il semblerait que les innovations aient été purement marketing et non sanitaires. L’association remarque la prolifération de slogans déroutants tels que « hypoallergéniques », « assainissant », « destructeurs d’odeur » mais rappelle parallèlement les conseils d’utilisation couramment précisés sur les emballages de type « ne pas respirez les aérosols » ou encore « bien ventiler après usage ». Puisqu’au final il faudrait bien aérer après utilisation, l’association n’a qu’un seul mot d’ordre : bannir ces produits et ouvrir les fenêtres.

La nécessité d’aérer est en effet régulièrement rappelée par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (Afsset) qui travaille sur les polluants de l’air intérieur. Ce secteur de recherche est une préoccupation sanitaire majeure lorsqu’on sait que la population passe 80 à 90% de son temps à l’intérieur de bâtiments. Or l’environnement intérieur (domicile, lieu de travail…) offre une grande diversité de situations d’exposition à de nombreux agents physiques et contaminants chimiques ou microbiologiques liés aux :

  • Bâtiments.
  • Équipements.
  • L’environnement extérieur immédiat.
  • Comportement des occupants.

 

Ainsi produits de :

  • Construction.
  • Décoration.
  • D’ameublement.
  • D’entretien.
  • Bricolage.
  • Équipements de chauffage.
  • Production d’eau chaude,

 

…présence humaine, et activités liées aux besoins essentiels (cuisine, hygiène, lavage) ou autres :

  • Tabagisme.
  • Utilisation de bougies et d’encens.
  • Cosmétiques.
  • Présence de plantes et d’animaux domestiques,

 

…sont autant de sources et vecteurs des pollutions observés à l’intérieur des locaux.

 

Quelles que soient les études, on rappellera donc ce qui devrait désormais être un réflexe :

Contre la pollution de l’air intérieur, il convient d’aérer quotidiennement les pièces.

.

Encens

.

Source :

https://www.quechoisir.org/dossier-desodorisant-d-interieur-t287/

http://www.actu-environnement.com/ae/news/etude_desodorisant_ufc_5579.php4

http://www.leparisien.fr/environnement/conso/bougies-encens-sprays-desodorisants-des-poisons-d-interieur-08-12-2015-5342711.php

 

UFC Que Choisir n°462 de septembre 2008.

18 comments

  1. Bonjour 🙂 oui j’avais vu une émission à ce sujet ! j’étais fan de bougies parfumées et d’encens, depuis c’est plutôt rare que j’en utilise c’est très occasionnel ! du coup rien de mieux que d’aérer ! surtout avec un enfant allergique aux acariens. Belle journée 🙂

    Aimé par 2 people

    1. Bonsoir. Merci pour ton commentaire. Effectivement, avec un enfant allergique… Il vaut mieux s’abstenir. Il est tout de même curieux que tout cela ne soit pas indiqué sur les produits et qu’ils soient autorisés à la vente…

      Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s