Les Abysses : Le mystère des créatures lumineuses

Publié par

 

Synopsis :

Depuis des millions d’années, une multitude d’êtres vivants peuvent émettre de la lumière. Ils composent à peine 1% des créatures terrestres mais près de 90% de la vie sous-marine. Une expédition exceptionnelle au Muséum d’histoire naturelle de New York révèle l’importance de ces organismes bioluminescents, encore méconnus. Destiné à effrayer les prédateurs, à attirer les proies ou à séduire un partenaire, le langage lumineux serait ainsi la forme de communication la plus répandue sur la planète. Traque de cellules cancéreuses ou détection de maladies infectieuses : maîtriser la bioluminescence constitue désormais un enjeu majeur.

Au plus profond des océans, les ténèbres sont percées par d’étonnants éclats lumineux. Ici bleus, jaunes, rouges, là scintillants, clignotants, évanescents

« Ce sont des fusées, des explosions d’étincelles, des projections de fumées bleues, de longues chaînes de siphonophores comme des lanternes japonaises qui s’étendent à perte de vue. », s’enflamme une biologiste.

Un feu d’artifice permanent ? Pas tout à fait.

Si elle s’incarne dans une diversité stupéfiante d’espèces — encore largement inconnues —, la vie n’en est pas moins disséminée dans l’immensité océanique. Mais quel spectacle lorsqu’elle surgit !

Cela étant, ce documentaire propose une passionnante leçon scientifique sur la bioluminescence.

Dans les océans, mais aussi sur la terre ferme où vivent lucioles et autres animaux luisants, ainsi que dans les laboratoires. Car les applications sont multiples.

Saviez-vous que des protéines fluorescentes sont prélevées dans les abysses, puis disposées sur le cerveau d’une mouche, afin d’étudier les mécanismes des cellules et donc de visualiser la pensée ?

Ou que des chercheurs travaillent à la mise au point d’arbres luminescents pour éclairer nos villes ?

 

Animaux bioluminescents

15 comments

  1. « Ce sont des fusées, des explosions d’étincelles, des projections de fumées bleues, de longues chaînes de siphonophores comme des lanternes japonaises qui s’étendent à perte de vue. », s’enflamme une biologiste.
    et rien de tout cela chez l’ humain ! ainsi nous ne serions pas au sommet de cette chaîne … sacré nature !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Je t’en prie Gaïa. Heureux d’apprendre que cela t’ait plu. C’est un monde fascinant et l’on est très loin d’avoir découvert toutes les espèces. Puisque nous sommes dans les profondeurs des océans… As-tu déjà entendu parler du fameux son dénommé ‘Bloop’ en 1997. Ce fut le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) qui l’avait détecté. Plusieurs hypothèses furent mises en avant mais la provenance du son (repérage par triangulation)- longitude & latitude, ne puit correspondre à ce qu’ils s’efforcent de rationaliser.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s