Mécanismes synaptiques de l’addiction : Dopamine, Glutamate et Sérotonine

Posted by

Vidéo 1 – Time : 6 mn 09

 

 

 

Vidéo 2 – Time : 4 mn 40

 

 

 

Vidéo 3 – Time : 4 mn 24

 

 

 

Synopsis :

Vidéo 1 :

Addiction : Mécanisme synaptique d’action d’une drogue comme l‘alcool la cocaïne ou la nicotine avec un neurotransmetteur fabriqué par le cerveau, la Dopamine (circuit neuronale de récompense). Mécanisme d’interaction de ces drogues avec un autre neurotransmetteur, le glutamate qui agit comme excitateur et pourrait être responsable de symptôme lors de l’état de manque ressenti par le drogué.

 

Vidéo 2 :

La dépendance est un trouble neurologique qui affecte le système de récompense dans le cerveau. Chez une personne en bonne santé, le système de récompense renforce les comportements importants qui sont essentiels à la survie tels que recherche de nourriture, reproduction et l’interaction sociale. Par exemple, le système de récompense assure que vous recherchez pour la nourriture quand vous avez faim, parce que vous savez qu’après avoir mangé, vous vous sentirez bien. En d’autres termes, il rend l’activité de manger agréable et mémorable, de sorte que vous voulez la faire à nouveau chaque fois que vous avez faim. Drogues d’abus détournent ce système, transformant les besoins naturels en besoins de drogues.

Le cerveau est composé de milliards de neurones, ou cellules nerveuses, qui communiquent au moyen des messages chimiques ou neurotransmetteurs. Lorsqu’un neurone est suffisamment stimulé, une impulsion électrique appelée un potentiel d’action est généré et se déplace le long de l’axone à la terminaison nerveuse. Ici, elle déclenche la libération d’un neurotransmetteur dans la fente synaptique, un espace entre les neurones. Le neurotransmetteur se lie ensuite à un récepteur sur le neurone voisin, générant un signal en lui, transmettant ainsi les informations à ce neurone.

Les principaux circuits de la récompense impliquent la transmission de la dopamine, un neurotransmetteur, de l’aire tegmentale ventrale, l’ATV, du mésencéphale, au système limbique et au cortex frontal. L’engagement dans des activités agréables génère des potentiels d’action dans les neurones producteurs de dopamine dans l’ATV. Cela provoque la libération de dopamine par ces neurones dans l’espace synaptique. Elle se lie alors au récepteur dopaminergique se trouvant sur le neurone postsynaptique et le stimule. On croit que cette stimulation produit les sentiments de plaisir ou l’effet gratifiant. Les molécules de dopamine sont ensuite retirées de l’espace synaptique et transportées dans le neurone émetteur par une protéine spéciale appelée le transporteur de la dopamine.

La plupart des drogues d‘abus augmentent le niveau de dopamine dans le circuit de la récompense. Certaines drogues telles que l’alcool, l’héroïne et la nicotine excitent indirectement les neurones producteurs de dopamine dans l’ATV afin qu’ils génèrent plus de potentiels d’action. La cocaïne agit à la terminaison nerveuse. Elle se lie au transporteur de la dopamine et bloque la réabsorption de la dopamine. La méthamphétamine, un psychostimulant, bloque de manière similaire la recapture de la dopamine. En outre, elle peut entrer dans le neurone, dans les vésicules contenant de la dopamine et déclenche la libération de dopamine même en l’absence de potentiels d’action.

Les différents types de drogue agissent de différentes façons, mais le résultat commun est que la dopamine accumule dans la synapse à une quantité beaucoup plus grande que la normale. Cela provoque une stimulation continue, peut-être sur-stimulation des neurones récepteurs et est responsable de l’euphorie prolongée et intense ressentie par les usagers de drogues. Des expositions répétées aux niveaux élevés de dopamine provoquées par les drogues éventuellement désensibilisent le système de récompense. Le système ne répond plus aux stimuli quotidiens; la seule chose qui est gratifiant est la drogue. Voilà comment les drogues changent la priorité de la vie de la personne. Après un certain temps, même la drogue perd sa capacité à récompenser et les doses plus élevées sont nécessaires pour obtenir l’effet gratifiant. Cela conduit finalement à une surdose de drogue.

 

Vidéo 3 :

Parmi les troubles du comportement alimentaire ou TCA, la boulimie et la compulsion alimentaire sont considérées comme des addictions de type comportemental. A ce titre, elles utilisent les mêmes mécanismes que certaines dépendances.

 

Parcours - traitement - information - récompense - cerveau

 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dopamine

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sérotonine

https://fr.wikipedia.org/wiki/Addiction

https://fr.wikipedia.org/wiki/Méthamphétamine

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_des_conduites_alimentaires

https://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_glutamique#Neurotransmetteur

17 comments

      1. Je suis désolé pour cet impondérable mais n’étant pas l’auteur de dette vidéo… Je n’y puis pas grand chose.

        Cela arrive parfois lors de l’upload sur YouTube ou Dailymotion.

        Aimé par 1 personne

      2. J’avais bien saisi Mary. Il n’y a pas de soucis. Toutefois, il est vrai et c’est regrettable d’avoir des vidéos altérées. Ton mail est vraiment très instructif.

        Aimé par 1 personne

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:

    Un sujet encore mal connu! L’alcoolisme est une maladie, bien loin des idées reçues ! Sur ce sujet, il existe les « lettres » de pierre Fouquet, qui permettent aux proches de comprendre la dépendance et la détresse du malade, et à modifier leur comportement envers celui-ci, il souffre et ne peut surmonter cette dépendance que lorsque certains liens affectifs et ou objectifs existent et sont tellement importants à ses yeux qu’il ne veut pas les perdre! Certains decident et parviennent à se faire soigner! Pour dautres des rechutes sont possibles ! Si jai un conseil a leur donner, ne JAMAIS baisser les bras, et persévérer pour sortir de cette spirale infernale.. au bout du tunnel, meme s’il semble tres long, il y a la lumiere! Cest une « renaissance  » qui les attend! Et un bonheur de tous les jours retrouvé auprès des siens! Et je sais de quoi je parle! Ma devise aujourd’hui, ne jamais juger les personnes atteintes et en souffrance, elles ont leurs vies, leurs raisons et leurs maux! L’alcool n’est pas une cause mais une conséquence de quelque chose! Changer votre regard sur elles serait déjà bénéfique pour leur état psychique, et elles en ont besoin…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s