Perturbateurs endocriniens et troubles du comportement

Publié par

Time : 3 mn 32

 

Time : 2 mn 35

 

Time : 1 h

 


 

Les perturbateurs endocriniens associés à des troubles du comportement

 

Perturbateurs endocriniens - 5

 

 

Une étude menée par l’Inserm montre que l’exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens est associée à des troubles du comportement chez les garçons de 3 à 5 ans. Les composés les plus préoccupants étaient le bisphénol A, le triclosan et le phtalate de dibutyle, ou DBP.

 

 

Ce qu’il faut retenir

L’étude a porté sur 500 garçons de la cohorte EDEN.

Pendant la grossesse de leurs mères, un dosage a mesuré les phtalates et les phénols dans l’urine.

Il y avait une association entre des troubles émotionnels ou de l’hyperactivité chez les enfants et l’exposition aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse.

 

 

Le bisphénol A a été interdit de tous les contenants alimentaires en France en janvier 2015, une date ultérieure à la réalisation de cette étude. Le triclosan est un agent antibactérien retrouvé dans certains dentifrices et savons ; le DBP est utilisé comme plastifiant dans les plastiques de type PVC, certaines collesvernis à ongles et laques pour les cheveux. Triclosan et DBP sont réglementés selon la logique d’une valeur limite dans certaines familles de produits, tout en étant interdits dans d’autres (le DBP est par exemple interdit d’usage dans les cosmétiques et le triclosan dans les habits dans l’UE).

 

Des études toxicologiques in vitro et chez l’animal ont mis en évidence que ces composés étaient des perturbateurs endocriniens et pouvaient interagir avec des systèmes hormonaux impliqués dans le développement normal du système nerveux central. Les mécanismes précis qui pourraient expliquer un effet des perturbateurs endocriniens sur le neurodéveloppement et le comportement pourraient passer par une altération du fonctionnement des hormones thyroïdiennes, des hormones stéroïdiennes, comme l’œstrogène, ou d’autres hormones, comme l’ocytocine ou la vasopressine, des hormones sécrétées par l’hypothalamus.

 

Face à ces premières conclusions chez l’animal, les chercheurs ont souhaité étudier l’association entre les expositions aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse et le comportement ultérieur des enfants.

 

 

Femme enceinte - Verre d_eau

Les femmes de la cohorte EDEN ont été recrutées entre 2003 et 2006. Leur exposition aux perturbateurs endocriniens a été évaluée par des tests urinaires

 

 

Quelle exposition pour les femmes enceintes ?

L’étude parue dans la revue Environmental Health Perspectivesa porté sur 529 petits garçons de la cohorte mère-enfant EDEN, mise en place par l‘Inserm. Les femmes enceintes participant à cette cohorte ont été recrutées entre 2003 et 2006 dans les CHU de Nancy et Poitiers. Aux troisième et cinquième anniversaires de l’enfant, ces mamans ont rempli un questionnaire standardisé évaluant certains aspects du comportement de leur enfant tel que l’hyperactivité, les troubles émotionnels et les troubles relationnels.

 

Ce questionnaire standardisé, utilisé depuis une vingtaine d’années, intitulé « Questionnaire des forces et difficultés » de l’enfant, permet d’établir un score dans différentes dimensions du comportement telles que les symptômes émotionnels, les problèmes de relation avec les pairs, les problèmes de conduite, d’hyperactivité et d‘inattention. Un échantillon d’urine prélevé durant la grossesse a permis le dosage de biomarqueurs caractéristiques de l’exposition aux phénols et aux phtalates dans le laboratoire de Santé environnementale des CDC d’Atlanta, qui est en charge des campagnes de biosurveillance américaines.

 

De 70 à 100 % des femmes de la cohorte EDEN, recrutées durant leur grossesse entre 2003 et 2006, étaient alors exposées à des niveaux détectables de différentes substances. Les niveaux urinaires étaient de l’ordre de 1 à 3 µg par litre pour le bisphénol A, de 10 à 100 µg par litre pour le triclosan, et de 50 à 200 pour le méthylparabène. Les résultats suggèrent que l’exposition maternelle à certains phénols et phtalates est associée à des troubles du comportement des petits garçons.

 

 

Perturbateurs endocriniens - 3

 

 

Hyperactivité et troubles relationnels

L’exposition au bisphénol A était associée à une augmentation des troubles relationnels à 3 ans et des comportements de type hyperactif à 5 ans. Les chercheurs notent que ce travail confirme ainsi que les effets du bisphénol A sur le comportement observés chez l’animal de laboratoire se retrouvent chez l’humain à des expositions faibles, probablement inférieures à celles préconisées par l’autorité européenne de sécurité alimentaire, l’EFSA.

 

Le métabolite du DBP était, lui, associé à davantage de troubles émotionnels et relationnels, incluant les comportements de repli, à 3 ans, mais pas à 5 pour les troubles émotionnels. Des associations entre ces composés et le comportement avaient déjà été mis en évidence dans des études précédentes chez de jeunes garçons et chez l’animal. Ainsi, dans une étude réalisée à partir de femmes et d’enfants new-yorkais, une augmentation des comportements de repli chez les enfants de 3 ans avec des niveaux croissants du métabolite du DBP avaient été rapportés en 2012.

 

Les résultats de cette étude ont aussi montré une association entre le triclosan et une augmentation des troubles émotionnels à 3 et 5 ans. Il s’agit de la première étude évaluant les effets de ce composé sur le comportement, pour lequel l’équipe d’épidémiologie environnementale de Grenoble avait déjà mis en évidence une diminution du périmètre crânien à la naissance, dans cette même population.

 

 

Le saviez-vous ?

Au niveau moléculaire, le triclosan est capable d’interagir avec l’axe thyroïdien qui, pendant la grossesse, est impliqué dans le développement du cerveau du fœtus.

 

 

L’effectif de l’étude, qui est une des plus vastes sur la question, ne permettait pas d’étudier directement la survenue de pathologies du comportement comme les troubles du spectre autistique, ce qui impliquerait de suivre des dizaines de milliers d’enfants. Les équipes de recherche vont désormais s’attacher à répliquer ces résultats au sein de la cohorte mère-enfant SEPAGES en cours dans la région grenobloise, coordonnée par l’Inserm et soutenue par l’European Research Council. Dans cette dernière, de nombreux échantillons d’urine par participant sont recueillis durant la grossesse et les premières années de vie de l’enfant. Cette approche permettra de limiter les erreurs de mesure de l’exposition et d’identifier de potentielles périodes de sensibilité aux phénols et phtalates sur différents évènements de santé tels que la croissance, le comportement ou la santé respiratoire. Cela permettra aussi d’étudier l’effet éventuel de ces substances chez les petites filles, qui n’avaient pu être considérées ici. Il est possible que leur sensibilité aux perturbateurs endocriniens diffère de celle des garçons.

 

 

Perturbateurs endocriniens -2

 

 

Les perturbateurs endocriniens inquiètent les agences de l’ONU

Dans un rapport, deux agences de l’ONU appellent à davantage de recherches sur les perturbateurs endocriniens. Ces composés, qui altèrent nos systèmes hormonaux, seraient à l’origine de nombreuses pathologies allant du cancer aux troubles de la fertilité en passant par des maladies neurologiques.

 

De nombreuses substances chimiques, dont les effets perturbateurs sur le système endocrinien pourraient favoriser l’émergence de cancers ou de troubles du système nerveux, doivent faire l’objet de recherches approfondies, plaident deux agences de l’ONU dans un rapport publié mardi.

 

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mettent en évidence les risques que représentent ces substances, appelées perturbateurs endocriniens, quand elles pénètrent dans l’environnement.

 

Certains perturbateurs endocriniens sont naturels alors que d’autres, présents dans les pesticides, les appareils électroniques, les produits d’hygiène personnelle et les cosmétiques, sont synthétiques, souligne l’étude. « Près de 800 substances chimiques sont reconnues ou suspectées d’interférer avec les récepteurs hormonaux et avec la synthèse ou la conversion des hormones. », soulignent les agences. « Toutefois, seule une petite fraction de ces substances ont été étudiées par des tests à même d’identifier leurs effets perturbateurs. », ajoutent-elles.

 

 

Des perturbateurs endocriniens qui rendent malade

Ces perturbateurs chimiques entrent dans l’environnement « principalement par le biais des effluents industriels et urbains, le ruissellement des terres agricoles et l’incinération et le rejet des déchets » et l’être humain y est exposé via la nourriture, la poussière, l’eau ou quand il inhale du gaz ou des particules présents dans l’air.

 

 

Cancer du sein

Le cancer du sein, dont on voit des cellules à l’image, est souvent sous l’influence des œstrogènes. Les perturbateurs endocriniens, qui peuvent avoir les mêmes effets physiologiques que l’hormone féminine, pourraient donc contribuer au développement des tumeurs mammaires

 

 

Ils peuvent contribuer à plusieurs types de pathologies, comme « la cryptorchidie (absence d’un ou des deux testicules dans le scrotum) chez le jeune garçon, du cancer du sein chez la femme, du cancer de la prostate, de troubles du développement du système nerveux […] chez l’enfant, ainsi que du cancer de la thyroïde », selon les agences de l’ONU.

 

 

Perturbateurs endocriniens - 4

 

 

Quel rôle jouent-ils ? On ne sait pas exactement…

Dans certains pays, jusqu’à 40 % des jeunes hommes ont un sperme de mauvaise qualité, ce qui altère leur capacité à concevoir un enfant, souligne par exemple le rapport, qui rappelle aussi que « le taux global de cancers liés au système endocrinien a augmenté sur les 40 à 50 dernières années ».

 

Pour autant, soulignent l’OMS et le PNUE, les connaissances encore « très lacunaires » ne permettent pas de connaître précisément le rôle des perturbateurs chimiques dans l’augmentation de ce type de pathologies, d’autres facteurs environnementaux ou « non génétiques », comme l’âge et la nutrition, pouvant aussi jouer.

« Nous devons mener d’urgence davantage de recherches », conclut dans un communiqué María Neira, directeur du département santé publique et environnement de l’OMS.

 

Perturbateurs endocriniens - 1

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Perturbateur_endocrinien

https://www.anses.fr/fr/content/les-perturbateurs-endocriniens

http://www.cancer-environnement.fr/274-Perturbateurs-endocriniens.ce.aspx

http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-perturbateurs-endocriniens-associes-troubles-comportement-44760/

 

Voir aussi : http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-perturbateurs-endocriniens-impliques-diabete-obesite-59935/

31 comments

  1. Salut Éric !!
    Et oui malheureusement c’est une triste réalité. Nous avons un système qui fait fi de toutes ces études. C’est inadmissible. Voilà où nous mène la course au fric au détriment de la santé. Où va t on s’arrêter ?

    Aimé par 1 personne

      1. Très juste Jean-Claude mais pour se faire…. Il faudrait une prise de conscience et d’action massive…. Dépassant tout du moins ce que l’on pourrait nommer le ‘seuil critique’.

        Aimé par 1 personne

      2. C’est très loin d’être gagné comme tu le dis. Et il y a fort à parier que le réveil se fasse dans la détresse et la souffrance. L’histoire a la tendance à se répéter et l’homme a une prédominance à très vite oublier… Merci pour ton intérêt Jean-Claude.

        Aimé par 1 personne

  2. Surtout qu’on ne nous fasse pas croire que l’empoisonnent n’est pas intentionnel, car ça ne tient pas la route !

    Ayant la chance d’avoir été élevé à l’ancienne, 99% des produits dits « modernes » sont plus polluants, plus chers à fabriquer et à acheter, moins efficaces que leurs équivalents naturels.

    Comment se fait-il que nous retrouvions une cohorte de produits toxiques dans nos produits ?
    Un savon pour le sol ce n’est pas du « Monsieur Propre » (un des plus toxiques qui soit) du savon noir mou ou liquide fait beaucoup mieux le travail et assure une protection des surfaces dans la durée.

    Une lessive ce n’est pas une liste de 50 ingrédients chimiques, quelques copeaux de savon de Marseille, si c’est très sale un peu de bicarbonate de soude et une culière de percarbonate POINT.
    Le linge dure mille fois plus longtemps et ne ressemble pas à du papier de verre après séchage.
    La lessive spéciale « couleur noire » est la plus amusante, quelques cristaux de soude font le même effet à bien moindre prix.

    Le désodorisant « Febreeze » là c’est carrément du racket.
    Un peu de bicarbonate de sodium, de l’eau distillée, quelques gouttes d’huile essentielle et voilà du Fébreeze à 5 centimes d’euro le litre !!! (pollution zéro)

    Les activateurs de lavage à 6€ les 5 sachets de 20 grammes, cela s’achète pour 15€ les trois kilos, on appelle cela du percarbonate de soude. (là aussi pollution quasi nulle)

    Qu’on ne me parle surtout pas de fable écologique avec ses grands prêtres Malthusianistes de chez Europe Nécrologie Les Vers, des cinglés à fuir comme des pestiférés, de purs eugénistes souvent sortis des arrières loges de la secte meurtrière GODF.

    Tant qu’on ne se sera pas débarrassés de nos pires ennemis, les sociopathes qui ont rompu le contrat social, nous n’irons nulle part ailleurs qu’à la mort après avoir vécu sous leurs dictats de dégénérés toute notre vie.

    PS : Si tu veut étudier quelque chose de très troublant, fais des recherches sur les (non) cas de cancer dans le gouvernement US ces vingt dernières années.
    Cela défie toutes les lois statistiques, de même que les plus grands criminels du monde tels les Rothschild les Rockefeller, les Schiff, Warburg, DuPont n’ont jamais de cancers au mépris de toutes les règles mathématiques …
    Nos pourris ennemis de l’humanité savent très bien ce qu’ils font .

    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

      1. Ce qui m’énerve le plus c’est de me poser la question, En 2017 :
        -Combien savent fabriquer leurs produits ménagers et de soins du corps comme leurs grands-mères ?
        -Combien connaissent à minima la base de la phytothérapie comme leurs grands mères ?
        -Combien ont déjà fait pousser leur nourriture, savent reconnaitre les herbes sauvages comestibles ou médicinales ? (au moins un minimum de deux ou trois pour ne pas être trop exigeant …)

        Le plus drôle c’est que lorsque que tu parles de médecine millénaire à des amies tu passes pour un grand médecin alors que c’est connu depuis la nuit des temps. Être normal devient exceptionnel, il te suffit de dire à une migraineuse « prends de la grande camomille Romaine pendant un mois et la migraine s’éloignera ». Un truc si basic fait de toi un médecin, c’est dire où nous en sommes …

        Je ne dirais pas ce que disait ma grand-mère sur le sujet (âgée de 103 ans) mais elle avait un langage très très fleuri disons. (non reproductible car vexant…Elle ne connaissait pas la phrase « faut pas stigmatiser » lol)

        Aimé par 1 personne

      1. On est très loin de tout savoir. Je le pense également. Même en s’informant, etc… Il y aura toujours des faits qui seront bien gardés sous ‘scellés’

        J'aime

  3. C’est de la branlette de castors (désolée pour l’expression). Et la connerie humaine, elle fait l’objet d’une étude aussi ?
    Les cosmétiques, à quoi ça sert ? C’est un marché qui tourne ça hein? Mieux que les librairies !!!
    Les nanas avec toutes les saloperies qu’elles se barbouillent sur le corps, je me demande si elle en ont un, de cerveau. Bon, la réponse est NON. Ce sont généralement celles qui viennent me faire chier** pour connaître mon secret. Quel secret ? Y en a pas. Je bouge, je mange local, frais et de saison (il y a des petits producteurs au marché, si, si, j’y suis encore allée ce matin), des produits qui ont fait leurs preuves ( la vie claire’par exemple) et le secret c’est d’être conscient et responsables de ce que vous consommons. Tout le monde est désolé devant ce type de « recherches » mais les parkings de grandes surfaces sont pleins à craquer. À force, les petits producteurs disparaîtront et …..bah adieu la liberté de choix. Donc les premiers que je choppe en grande distribution je lui fais bouffer l’impression papier de ton article. Et que j’te prends plus de lait de vache, et que j’achète du sans gluten (sans regarder les merdes qui remplacent), et que j’te cherche des raisons à l’obésité, ça doit déculpabiliser de se dire « ah bah c’est pas ma faute »…..ben si, regardes de plus près ton caddie !!!!
    Oui, vous aurez vite compris que ce genre de chose m’agace. Chacun fait l’effort de se prendre en charge et si pas de client en grande distribution, ça va nous faire de la place pour remettre un peu de verdure à la place des parkings.
    Ce n’est pas le système qui fait le choix (pour l’instant), c’est chaque consommateur.
    À quoi ça sert le vernis à ongles ? Et les milliers de trucs pour se peindre le visage, c’est quoi le but? Et l’eau en bouteille plastique, c’est le summum ça ! Le filtre charbon, ça ne vous dit rien? J’imagine qu’il n’y a pas de pub pour ce produit à la télévision…. Le gaspillage de l’eau qui offre un monopole à la SAUR, le béton partout, les déchets en pagaille de la bouffe barquette/micro onde (c’est quand même pas compliqué de faire à manger, si ?)
    Bref, lâchez le système, il s’effondrera de lui-même.
    Bon, désolée mais il fallait que ça sorte.
    Bonne soirée à tous.

    Aimé par 1 personne

    1. Cool je ne suis plus le seul « gueulard » ! 😉
      Pour l’eau en bouteilles, filtre à charbon ou mieux distillateur par évaporation pour boire l’eau la plus pure qui soit.
      (là rien ne passe, pas même les résidus chimiques, pas même à l’état de traces … pour ma part je ne bois plus que cela )

      Aimé par 2 people

    2. Absolument d’accord avec tes propos! Je n’utilise pas ces « produits de beauté  » crèmes, nettoyants etc.. . Rien que de lire leur composition ça me fait peur, j’ai l’impression qu’il s’agit d’une langue étrangère 😂! Quant à la malbouffe des temples de la consommation, je n’y mets pas les pieds, et la pire image en dehors de tous ces chariots remplis de saloperies, c’est le Drive! En voyant les coffres des véhicules clients grands ouverts prêts à être charges de denrées plus que douteuses, et meme pas choisies visuellement, l’image qui me vient à l’esprit c’est une énorme bouche consommatrice qui se remplit à ras bord, qui s’empiffre jusqu’à l’écoeurement ! Et tout ça pour au final un gaspillage alimentaire car attention aux dates de péremption 🤣Mdr! Bonjour les pigeons!

      Aimé par 2 people

      1. Oui Caro, le drive, quelle abomination. Ils te refilent n’importe quoi. Ils remplacent tes commandes par des produits semblables (comme les médicaments génériques tu vois ?). Pourquoi les gens vont là dedans ?

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s