Comment on nous contraint à consommer toujours plus

Publié par

Time : 31 s

 

Time : 2 mn 02

 


 

Comment les industriels s’y prennent pour nous faire acheter toujours plus

 

Obsolescence programmée - 2

 

 

Les industriels fixent délibérément une durée de vie à leurs produits, de sorte que chaque année en France 40 millions de biens électriques et électroniques sont jetés sans être réparés. Comment est-ce possible ? A qui profite cette obsolescence prématurée des produits ?

 

 

  • « Mince ! Encore cassé ! C’est la troisième fois en quelques mois ! »
  • « Tu crois que c’est réparable ? »

  • « Tu parles ! Ce sera moins cher d’en racheter un… Et puis … Ca fait marcher le commerce ! »

 

 

Qui n’a jamais raisonné ainsi ? Ce dialogue ordinaire est applicable à bien des situations. Ustensile, vêtement, chaussure, outil informatique… Aucun secteur n’échappe au phénomène.

On appelle ça l’obsolescence programmée : cette forme de stratégie industrielle qui fait que la plupart des objets de consommation courante sont conçus pour ne pas durer très longtemps afin que vous en rachetiez, que nous tous consommateurs en rachetions encore et encore, le plus souvent possible, pour garantir un taux de renouvellement qui permette aux industriels, aux distributeurs, de prévoir et garantir un chiffre d’affaires en constante progression.

Difficile à croire ? La cellule Investigation de Radio France a voulu vérifier la réalité de cette stratégie industrielle, en comprendre les ressorts et en mesurer les limites.

 

 

L’obsolescence programmée, ça existe vraiment ?

Oui, sans aucun doute. Cela paraît incroyable à une époque où la notion de développement durable est devenue une priorité. Mais il faut replacer les choses dans leur contexte : l’obsolescence programmée est une théorie née à un moment – le début des années 1920 – et dans un pays – les États-Unis – où la croissance sans limite est un dogme et où tout est bon pour y parvenir.

 

Il y en a des exemples devenus des références en la matière. Le film « Prêt à jeter » de la documentariste Cosima Dannoritzer (Arte/2010) en brosse l’historique et rappelle comment dès 1924 se constitue le « comité Phoebus », premier cartel de l’histoire industrielle, qui réglemente la fabrication des ampoules à incandescence et en limite la durée de vie à 1 000 heures.

Il réunit les grandes firmes européennes et américaines de l’électricité – General Electric, Philips et Osram – encore en nombre très limité à cette époque et contraintes au versement d’une amende si les ampoules produites durent plus longtemps, afin de stimuler les ventes.

 

 

Ampoules

Ampoules : un savoir-faire industriel garantissait une considérable longévité

 

 

La preuve subsiste encore aujourd’hui d’un savoir-faire industriel qui garantissait pourtant une considérable longévité à ces premières ampoules : l’une d’entre elles brille encore, 114 ans plus tard, dans la caserne de pompiers de Livermore, en Californie, et fait l’objet de célébrations diverses !

Un autre exemple célèbre et tout aussi documenté des efforts déployés pour limiter la durée de vie d’un produit de grande consommation est celui des bas-nylon. En 1937, un chimiste de la firme Du Pont de Nemours dépose le brevet d’une fibre textile particulièrement résistante, quasiment inusable : le nylon. Très rapidement, les consommatrices réservent aux premiers bas de nylon un succès fulgurant qui fait vite réfléchir les commerciaux : inusable = durable = pas renouvelé = perte de profit.

 

 

Laboratoire bas-nylon

Laboratoire bas-nylon

 

 

Simple. Efficace. La formule chimique sera vite modifiée afin de fragiliser le tissage. Depuis, les bas filent et finissent à la poubelle parfois au bout de seulement quelques heures d’usage…

 

 

Quelles formes l’obsolescence programmée prend-elle aujourd’hui ?

Un siècle après la théorisation de l’obsolescence programmée comme moteur de croissance, les stratégies industrielles ont évolué, les sociétés ont pris conscience du caractère fini des ressources naturelles et des contraintes légales sont apparues pour empêcher ce genre de pratiques.

Néanmoins, le raisonnement commercial et les méthodes de fabrication des industriels restent imprégnés par cette approche économique.

C’est flagrant dans le secteur informatique. On a là affaire à des produits beaucoup plus coûteux et c’est pourtant là que le phénomène du renouvellement forcé est le plus criant.

Martin Tyminski dirige avec sa fille une société de maintenance, la société 3VM services, bureautique et informatique. Suspicieux, il relate comment un modèle d’imprimante réputé écologique, (rechargeable non pas au moyen de cartouches d’encre classiques mais avec des blocs de cire de couleur n’induisant aucun déchet), lui semble « conçue pour tomber en panne » à un certain moment :

« Nous avions acheté 6 imprimantes en même temps, elles sont tombées en panne en même temps ! »

 

Et de dénoncer, dans la foulée, le prix exorbitant de la réparation qui conduit deux fois sur trois à changer d’imprimante… et celui, tout aussi faramineux, des recharges de cire colorée, qui d’un modèle d’imprimante à l’autre ne sont pas ré-employables !

 

 

Une imprimante XEROX et sa cartouche

Une imprimante Xerox et sa cartouche

 

 

Interrogée, la société incriminée répond : l’obsolescence programmée ne fait pas partie de la « philosophie » de l’entreprise et propose une garantie à vie sur ce produit. Vérification faite : oui, garantie, pour peu que vous n’excédiez pas le nombre de pages fixé à l’avance, et surtout que vous achetiez à la marque, au moins chaque année, la série des 4 blocs de cire colorée…

Bref, c’est ce qu’on appelle un cercle vicieux. On s’y trouve enfermé chaque fois que l’on s’équipe en matériel informatique : imprimantes, ordinateurs, et bien sûr… téléphones portables.

 

Frédéric Bordage, consultant en numérique responsable et fondateur de la communauté GreenIT.fr, parle en l’occurrence d’une obsolescence systémique qui profite à toute la chaîne industrielle et commerciale jusqu’au consommateur :

« De l’utilisateur au fabricant, tout le monde a un intérêt pour que le taux de renouvellement soit rapide. »

 

En cas de casse, même processus : tout est fait pour pousser à racheter le matériel plutôt que le réparer. Les prix sont élevés – on vous change toute la carte mère de l’ordinateur alors que seul un composant pourrait être changé – et on vous vante les facilités de l’assurance pour acquérir un matériel neuf. Quant à réparer soi-même ? N’y comptez plus : changer la batterie devient une tâche d’expert car désormais sur certains Mac portables, par exemple, plus de vis à dévisser, donc plus d’accès : au bout de 3 ans, poubelle !

Le résultat, c’est qu’on jette. Les ordinateurs, les téléphones, les téléviseurs, les ustensiles électroménagers… On alimente une montagne de déchets. Le bilan écologique est catastrophique. Camille Lecomte, chargée des campagnes « modes de production et de consommation responsables » au sein de l’organisation Les Amis de la Terre, l’a chiffré :

« Chaque année, 40 millions de biens ne sont pas réparés, c’est 100 000 tonnes de déchets. »

 

 

La préoccupation environnementale fait-elle reculer l’obsolescence programmée ?

Depuis peu, les choses évoluent en France, et la lutte contre l’obsolescence programmée s’organise. Elle se traduit par une évolution législative, des transformations sensibles au sein des entreprises, et une mobilisation associative grandissante.

En 2015 et 2016, plusieurs textes sont entrés en vigueur pour, d’un côté donner plus de droits aux consommateurs et, d’un autre, protéger l’environnement.

Ainsi, dans la loi de transition énergétique votée en août 2015 l’obsolescence programmée devient un délit. Peine encourue : 2 ans de prison et 300 000 € d’amende. Et un an plus tôt la loi consommation mettait en place deux dispositifs contraignants :

 

-. Obligation pour les distributeurs d’afficher la durée de disponibilité des pièces détachées, ce qui oblige les fabricants à en prévoir. Donc à penser en amont la réparabilité de leurs produits.

 

-. Obligation, toujours pour les commerçants, d’informer le consommateur du rallongement de la durée légale de garantie, passée à de 1 à 2 ans, disposition supposée inciter les industriels à concevoir des objets plus durables.

 

 

Mais les résultats ne sont pas encore très probants. C’est le moins que l’on puisse dire : aucune poursuite engagée, aucune affaire soumise au parquet, aucun juge saisi. Les actions de groupe, légalement possible, restent difficiles à engager, selon les militants associatifs. Car le texte qui pénalise l’obsolescence programmée est en réalité très difficilement applicable. Camille Lecomte, de l’organisation Les Amis de la Terre, explique :

« On n’ose pas aller en justice face à des gros industriels qui ont beaucoup d’argent pour des frais d’avocat. »

 

Quant aux obligations d’affichage dans les magasins… L’impact n’est pas beaucoup plus net : la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a procédé à des contrôles dans 400 magasins. Résultat : 60% d’infractions (absence d’affichage), et dans le cas où l’affichage est réalisé, il reste bien souvent inefficace car situé dans des endroits peu accessibles au public ou… après les caisses !

Et Loïc Tanguy, directeur de cabinet adjoint de la DGCCRF, de dénoncer, amer, les pratiques de certains grands distributeurs :

« Les distributeurs ne mettent pas forcément en avant la garantie légale, pour inciter a acheté une garantie commerciale. »

 

 

Pour autant, les sanctions prononcées sont restées en grande majorité assez symboliques :

  • 154 avertissements.
  • 93 injonctions (mise en demeure).
  • 6 procès-verbaux.

 

 

Toutefois, des changements sont d’ores et déjà perceptibles. Comme l’explique le juriste spécialisé en droit de l’environnement Arnaud Gossement, ces lois nouvelles constituent une petite révolution pour les entreprises pour celles dont le modèle économique était fondé sur le gaspillage :

« Le but d’une loi n’est pas toujours d’envoyer des gens en prison, mais c’est aussi de modifier une culture d’entreprise. »

 

 

Et l’on voit en effet nombre de sociétés industrielles de taille significative se lancer dans un nouveau modèle d’affaires : désormais, il s’agit moins de vendre des produits que du service.

Une entreprise déjà reconnue pour la longévité de certains de ses produits, le groupe SEB – à l’origine de la célèbre Cocotte-minute des années 50 – est l’une des premières à avoir compris qu’il y avait là un business prometteur.

Pour le comprendre, il faut entendre Alain Pautrot, vice-président du groupe en charge de la relation-client, expliquer comment la durabilité, la ré-pa-ra-bi-li-té du produit sont devenues la clef de fidélisation de la clientèle : dès l’achat du petit mixer d’entrée de gamme, assurer la réparation pour un faible coût permet d’inspirer confiance à une clientèle rendue captive, que l’on pourra amener tranquillement vers d’autres produits, plus coûteux, comme le robot chauffant…

Cette logique nouvelle conduit même le groupe SEB à innover en élaborant des ustensiles électroménagers dont le caractère évolutif devient le principal argument marketing. D’importants investissements – plusieurs centaines de milliers d’euros et une vingtaine d’ingénieurs – sont engagés dans la technologie 3D, pour assurer la disponibilité de pièces détachées à la demande. Parallèlement, l’un des sites du groupe situé en Franche-Comté a été reconverti pour y entreposer près de 6 millions de pièces de rechange, assurant la réparabilité de 97% de l’ensemble des produits sur 10 ans. Le label « Réparable 10 ans », associé à une campagne de communication sur ce thème, permet à l’entreprise de consolider son image auprès des consommateurs. Selon Alain Pautrot, cela permet d’ores et déjà de tabler sur une augmentation des intentions d’achat de l’ordre de 8%.

 

 

L’économie circulaire, nouveau moteur de croissance ?

Le modèle économique reposant sur la croissance à outrance a donc clairement montré ses limites… C’est ce qu’observe Anémone Bérès, maître de conférences en stratégie d’entreprise à Science Po Paris. Elle est convaincue qu’un nombre croissant d’entreprises a intégré l’idée qu’il fallait « en finir avec la logique du jetable » et que l’avènement de l’économie circulaire ne saurait tarder.

« Des fabricants ont compris que leur avenir était plutôt dans la fabrication de produits durables et réparables. »

 

 

Également présidente de la Fédération ENVIE, réseau d’entreprises d’insertion spécialisées dans le recyclage, la réparation et la revente d’objets électriques et électroménagers de qualité, Anémone Bérès dénonce le gaspillage des ressources naturelles et humaines d’un système de croissance essoufflé. Elle insiste sur le potentiel d’emplois que recèle cette nouvelle logique économique : le réseau ENVIE, à lui seul, a déjà engendré 2500 emplois dont 2 000 emplois de salariés en insertion et, ce, dans 50 entreprises réparties sur tout le territoire français.

La seule entreprise de Trappes, que dirige Eric Gastineau, est née il y a à peine 2 ans : elle a doublé son effectif, passant de 16 à 30 salariés. Et le bilan social du site de Trappes est encourageant puisque les salariés formés en deux ans se sont fait embaucher dans les services après-vente de distributeurs de produits neufs. A l’échelle du réseau la réinsertion durable des personnes formées à la réparation approche les 60%.

Et à l’échelle nationale, les études de l’Institut de l’économie circulaire montrent que ce secteur emploie d’ores et déjà près de 600 000 personnes en France et estiment le réservoir d’emplois nouveaux entre 200 et 400 000 emplois supplémentaires.

 

A l’opposé du modèle « linéaire » l’économie circulaire repose donc sur un « cercle vertueux » où la totalité de la ressource provient du recyclage (= matières premières dites « secondaires) et où les résultats dégagés permettent d’entreprendre de nouvelles activités qui engendrent la création de nouveaux emplois, qui permettent à leur tour de créer une nouvelle richesse et par conséquent de créer de nouveaux emplois.

 

 

Comment expliquer que ce modèle, s’il est si performant, ne soit pas plus développé ?

Le faible coût des matières premières y est pour beaucoup. Comme l’assène, lucide, Arnaud Gossement, avocat spécialisé et conseil d’entreprises en droit de l’environnement :

« Le faible coût des hydrocarbures qui entrent dans la composition des plastiques, peu chers, limite la commercialisation des matières premières « secondaires. »

 

Mais, prévient-il, cela ne saurait durer :

 

« Quand le pétrole repartira à la hausse, on verra l’intérêt de ces matières premières « secondaires », à un niveau économique très intéressant pour le consommateur et l’industriel. Là, il y aura vraiment une explosion de l’économie circulaire. »

 

 

Le jour venu, ce véritable changement de paradigme économique aura des répercussions, et pas des moindres : à terme, c’est tout un équilibre géopolitique qui pourrait bouger si on se mettait à valoriser massivement ces nouvelles ressources…

Les pays pétroliers pourraient s’affaiblir, et les continents-décharges, comme l’Afrique et l’Asie, se retrouveraient en possession d’un vrai patrimoine… à faire fructifier. Mais on en est encore loin, et c’est une autre histoire.

 

Obsolescence programmée - 1

 


 

Source :

http://obsolescence-programmee.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cartel_Phœbus

https://fr.wikipedia.org/wiki/Obsolescence_programmée

https://www.franceinter.fr/emissions/l-enquete-de-secrets-d-info/l-enquete-de-secrets-d-info-16-decembre-2016

https://www.franceculture.fr/societe/comment-les-industriels-sy-prennent-pour-vous-faire-acheter-toujours-plus

 

 

Aller plus loin :

https://www.franceinter.fr/societe/l-obsolescence-programmee-moteur-de-l-hyper-consommation

Bon pour la casse. Les déraisons de l’obsolescence programmée de Serge Latouche (Editions Les Liens qui libèrent)

Revue FUTURIBLES n°402 : Obsolescence des produits : l’impact écologique, article de Laurent Meunier et Éric Vidalenc

Page Facebook du film « Prêt à jeter » où les spectateurs peuvent contacter la réalisatrice Cosima Dannoritzer

Le site web de l’association HOP, halte à l’obsolescence programmée

 

Prêt à jeter – l’obsolescence programmée

14 comments

  1. Techniquement il y a énormément à dire mais on peut résumer que ce post résume à lui seul l’immense complicité de nos corrompus de la raie-publique avec des intérêts extra-nationaux de multinationales privées.

    Il est certain, qu’ils préfèrent largement nous taxer, ce dans le pays où la pression fiscale (impôts directs et indirects) est la plus forte au monde et bien que le contrat social ait été rompu) .
    Taxer les gens pour les exécuter on appelle cela du bolchévisme, Mao Zedong était un grand spécialiste ayant tué d’une balle dans la tête 50 millions de Chinois pour « délit d’opinion » mais il faisait payer la balle mortelle par la famille…
    (et Macron nous dit publiquement « Je suis Maoïste » et tu vois encore des abrutis porter des drapeaux cocos dans les manifs…)
    Hallucinant !

    Pour ce qui est des circuits imprimés, dans les années 80 je pouvais encore réparer quasi n’importe quoi, désormais je défie n’importe quel technicien de décaper la tropicalisation des circuits, de réussir à réutiliser l’implantation d’origine du composant et réussir à le souder.
    Impossible, l’économie de cuivre pour les platines, d’étain pour les soudures est telle que le coût de fabrication a été divisé par quatre et les réparations sont impossibles. (impossible même à se repiquer en parallèle sur l’étain d’autres composants à défaut de pouvoir le faire sur le circuit)

    (un gros record chez Dell, eux ne se fatiguent même plus à fixer les détrompeurs sur leurs cartes mères, donc le détrompeur perd sa fonction puisqu’il est volant … une hérésie totale)

    Aimé par 1 personne

  2. C’est complètement vrai. Il est devenu très rare pour un smartphone de le garder plus d’un an. Nous poussant toujours à acheter plus au lieu d’être différent en offrant un service de réparation comme le fait la marque Seb. Mon ancien smartphone avait bien dure 4 an. Et j’en étais fière même s’il aurait pu durer encore plus longtemps mais la ce n’était pas la faute du téléphone. La réparation est devenue inutile tellement c’est un coût pour le consommateur.
    Merci pour cet article très instructif. 😊


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s