Dubaï : Dream Jump

Publié par

Time : 2 mn 17

 


 

Dream Jump - Dubaï - 1

 

 

Synopsis :

Traduction rapprochée :

Ce qui ressemble à un cauchemar pour la plupart des gens est un rêve pour les autres.

 

L’événement « Deam Jump » s’est déroulé du 13 au 19 avril 2015 à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

 

La Base Jump de Dubaï est la deuxième plus haute structure résidentielle du monde.

 

Des sportifs de l’extrême ont ainsi pu faire du Base Jump en s’élançant depuis une plate-forme située au 98ème étage de la Princess Tower, soit à une hauteur de 400 mètres au-dessus du niveau de la mer.

 

Petite particularité qui a son importance : les Base jumpers avaient la possibilité de se jeter dans le vide en utilisant une longue tyrolienne, leur permettant ainsi de varier les plaisirs.

 

Au total, 558 sauts ont eu lieu en quelques jours à la Princess Tower, au cœur de la Marina de Dubaï.

 

Dubai Film s’est associé à SkydiveDubai et XDubai pour apporter des frissons garantis, de l’adrénaline, du rire, de l’excitation et de la joie afin que vous puissiez en profiter.

 

Cette vidéo peut être visionnée en 4K pour des images encore plus spectaculaires.

 


 

Dream Jump - Dubaï - 4

 

Dream Jump - Dubaï - 3

 

Dream Jump - Dubaï - 2

 

Dream Jump - Dubaï - 7

 

Dream Jump - Dubaï - 6

 

Dream Jump - Dubaï - 5

10 comments

  1. Chacun son délire mais qu’on ne me dise pas que le base jump est autre-chose que le dopage à l’adrénaline, une toxicomanie morbide.
    Avec un vol relatif classique largué de Cessna ou de Pilatus le risque est calculé, un incident de saut pour 3000 sauts en moyenne.
    Tout peut partir en vrille, choc de tête entre deux sauteurs (le pire, si cela entraine une perte de connaissance bien que la FXC existe sans libération préalable de la voile principale c’est chaud); une autorotation incontrôlable à l’ouverture, une sale patate à l’ouverture les cervicales n’aiment pas c’est ce qu’il arrive avec l’âge etc..
    Je ne vais pas faire la liste, énormément de choses peuvent arriver mais elles sont heureusement rares.

    Parfois il arrive des incidents récurrents sans explication, durant toute une période à chaque saut, je déchirais le sac à voile bien que le pliage était systématiquement contrôlé par le chef de centre (pour que je n’explose plus les sacs à voile) . Je n’ai jamais eu de réponse, défaut de la façon de plier, de lover, je ne saurai jamais.

    Dans le cas du base jump, d’accord on peut se passer d’avion (ce qui fait-faire un paquet d’économies) mais :
    1-On passe super près des reliefs avec des courants d’air peu prévisibles dans des zones urbaines.

    2-L’air de rien le summum de la mégalomanie figure sur tes images, je te laisse imaginer ce qui se passe si les types subissent mutuellement un choc de tête … (perte de conscience et à cette hauteur pas de FXc pour déclencher l’ouverture à ta place)

    3-Le pliage de l’aile est un pliage spécial (pour ouverture rapide) pour augmenter le dopage à l’adrénaline j’ai vu des base jumpers se préparer des pliages « crash », histoire de jouer à pile ou face.

    Je me suis toujours plus éclaté en voile contact et en précision d’atterrissage qu’en vol relatif, question de goûts. Je n’ai aucun mal à comprendre les plaisirs du vol relatif mais les plaisirs du base jump, à part repousser les limites au point de les dépasser, je ne vois pas…
    Quand je regarde tes photos et que je vois les immeubles je pense : Ouverture avec coup de vent imprévisible entre des bâtiments, claquage contre un immeuble à l’ouverture, voile déchiré, tronche déchirée, vautrage mortel voir pire handicapant…
    On appelle cela chercher les emmerdes …

    Aimé par 1 personne

      1. J’en ai des milliers d’autres mais pas trop envie de développer pour des querelles de paroisse.

        C’est un milieu dans lequel, à juste titre les plateformes de saut encadrées n’aiment pas du tout les suicidaires qui ternissent l’image de la discipline.

        Même en prenant toutes les mesures possibles tu peux avoir des surprises (comme te retrouver vâché à 6 km de là où tu devais atterrir) .
        Il ne faut pas grand chose, des strates de vents différents, le temps de chercher ton vent et de comprendre ce qu’il t’arrive tu es déjà hors du cône d’évolution.
        (le souci est de te trouver une DZ alternative improvisée propre et sans danger…)

        Pourtant avec l’habitude tu te dis « vâché à perpette jamais, c’est pour les débutants touristes qui prennent des photos en vol » .

        Sur tes photos, il suffit de quelques twists dans les suspentes, ce un peu trop près d’une façade, sinon d’un mauvais courant d’air au mauvais moment et… miam miam les bâtiments …

        Aimé par 1 personne

      2. Déjà aux altitudes d’ouvertures réglementaires, à pleine vitesse tu n’as besoin que de 9 seconde de retard d’ouverture pour percuter le sol …

        Plus grave, dans leur pratique ils ont tendance à parfois enchainer dangereusement les sauts.

        D’après mon expérience il est raisonnable de se limiter à un maximum de trois sauts dans la même journée.
        Après tu prends d’énormes risques, physiquement ça semble aller mais en réalité la lucidité est en chute libre.
        (je n’exclus pas de ce dogme les meilleurs parachutistes comme Patrick de Gayardon… Le petit empressement pour un petit saut supplémentaire « vite fait » qui te coûte la vie… Y’a pas de « vite-fait » qui compte en parachutisme ou en plongée, ça se paye cher dans ces disciplines ! )

        Aimé par 1 personne

      3. Demain ou après-demain (je ne sais plus car j’ai planifié l’article), tu verras une vidéo ou le personnage clé prend d’énormes risques.

        J'aime

      4. Le risque pour le risque on appelle cela se doper à l’adrénaline, on appelle cela un personnage toxique.

        Il existe deux sortes de risques, le risque calculé par obligation et le risque inhérent à telle ou telle activité,

        Là nous avons à faire à une nouvelle catégorie, le risque par défi du risque lui-même (le risque pour le risque)
        C’est la philosophie à l’opposé de ce que j’appelle un vrai parachutiste sportif.

        Aimé par 1 personne

      5. Le moins débile de la vidéo est celui qui se la joue le moins, à 1 minute 50.
        Il prend son élan, s’éloigne raisonnablement de la plateforme, donc du bâtiment, il tombe à plat les jambes bien tendues (ce qui par la portance aura tendance à l’éloigner encore plus du bâtiment en prenant de la vitesse horizontale)

        Les autres, au summum, ceux qui s’accrochent sous la plateforme de saut, pour se laisser tomber bien plus près encore du bâtiment …

        Bref, des petits cons selon moi…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s