L’OMS envisage de reconnaître l’addiction au jeu vidéo comme une maladie mentale

Publié par

Time : 2 mn 22

 


 

L’OMS prête à reconnaître l’addiction aux jeux vidéo comme une maladie

 

Jeu vidéo en ligne - 1

 

 

 

La Classification internationale des maladies de l’OMS devrait comprendre, dès 2018, l’addiction aux jeux vidéo.

 

A l’heure où les instances sportives mondiales débattent sur l’introduction du e-sport – les jeux d’équipe en ligne – aux Jeux olympiques, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) semble lancer un autre débat. En effet, selon le magazine américain Forbes, l’OMS serait sur le point d’inclure l’addiction aux jeux vidéo dans sa Classification internationale des maladies. Cette liste, internationalement reconnue, a été actualisée pour la dernière fois en 1990. Sa prochaine version, intitulée CIM-11, devrait bientôt voir le jour.

 

 

Cette décision est inédite :

Pour la première fois, l’OMS reconnaît l’existence d’un « gaming disorder« , que l’on peut traduire en français par « trouble du jeu vidéo » ou « maladie du jeu vidéo« . Cette addiction concerne les jeux en ligne, très répandus, mais aussi les jeux vidéo classiques. Aussi viendra-t-elle rejoindre ce que l’OMS classe déjà dans la catégorie des « troubles liés à des conduites addictives« , à savoir l’addiction aux jeux de hasard, seule composante, pour l’instant, de cette catégorie.

 

Jeu vidéo console

 

Une perte de contrôle sur le jeu

Selon la revue américaine Psychology Today, l’OMS s’apprête à définir le « gaming disorder » comme suit :

« L’addiction aux jeux vidéo se caractérise par le fait de jouer aux jeux vidéo de façon persistante ou récurrente […], en ligne ou hors-ligne. Elle se manifeste par :

1) une perte de contrôle sur le jeu (quant à sa fréquence, son intensité, sa durée, son arrêt ou son contexte, par exemple) ;

2) une priorité grandissante donnée au jeu, jusqu’au point où cela prend le pas sur d’autres centres d’intérêt ou activités quotidiennes ;

3) le fait de continuer à jouer ou de jouer encore plus malgré les conséquences négatives que cela induit.

 

Cette habitude comportementale est suffisamment sévère pour entraîner des altérations de la vie personnelle, familiale, sociale […]. L’habitude comportementale peut être continue, ou épisodique et récurrente. Pour établir un diagnostic d’addiction aux jeux vidéo, il faut observer une période d’au moins 12 mois.

Cependant, cette durée peut être réduite si les conditions du diagnostic sont présentes et que les symptômes sont sévères. »

 

 

Le « gaming disorder » est donc un trouble grave, qui ne doit pas être confondu avec un simple attrait pour les jeux vidéo. Pour l’heure, une majorité écrasante d’adeptes des jeux vidéo s’y adonnent pour le plaisir, sans que cela ne revête de caractère pathologique.

 

Une étude publiée dans revue américaine Molecular Psychiatry avait par ailleurs démontré, en 2013, que jouer à Super Mario 64 permettait de développer le volume du cerveau.

 

Jouer aux jeux vidéo est donc plus que permis, mais à petite dose !

 

Jeu vidéo en ligne - 2

 


 

Source :

https://icd.who.int/dev11/l-m/en

https://www.francetvinfo.fr/sante/drogue-addictions/loms-prete-a-reconnaitre-laddiction-aux-jeux-video-comme-une-maladie_2535041.html

 

Sur le même thème :

Les jeux vidéo violents ont bien un impact néfaste sur le comportement

12 comments

  1. Je reconnais que les jeux video sont une dépendance. J’ai un ipad et quelques jeux préférés, pas beaucoup, mais peu importe la quantité, iI faut que je joue chaque jour.

    Alors comme résolution en cette année 2018
    Travailler à jouer un peu moins et consacrer plus de temps à faire d’autres activités.

    Amitiés

    Aimé par 1 personne

  2. C’est abusif !
    Alors tout devient maladie mentale : Manger, dormir, travailler, bricolage, jardiner, voyager, se baigner en mer, football, tennis, cuisiner, lire, skier, téléspectateur, adepte de la implémentation, manager une entreprise, adepte du foot en fauteuil, jogging, …. Je vous laisse trouver le reste ….
    Si on ne peut rien faire sans risquer d’être accusé d’être victime d’une maladie mentale, alors il vous reste qu’à être oisif et vous serez encore accusé d’avoir une maladie mentale.
    D’où l’OMS a tiré cette idée saugrenue et ? C’est dans ce sens qu’il faut enquêter.
    Vous être responsables d’accepter ces qualificatifs abusifs. Défendez vous!

    Aimé par 1 personne

  3. Excellent article qui soulève une réelle problématique. Je suis un grand fan de jeux-vidéos effectivement. L’addiction est une préoccupation. Toutefois pour moi, comme dans toute chose dans la vie, il faut savoir poser des limites. Les jeux-vidéos en font partie…

    Aimé par 1 personne

    1. Je te (vous) cite :  » Toutefois pour moi, comme dans toute chose dans la vie, il faut savoir poser des limites. Les jeux-vidéos en font partie… »,

      Cela me semble être une réflexion et une démarche saines.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.