Chronique de la décadence : premier club pour enfants drag queens

Publié par

Time : 2 mn 25

 


 

Chronique de la décadence

 

Desmond - Drag queen - 1

 

Premier club pour enfants drag queens

 

 

 

Desmond, new-yorkais, n’a que dix ans mais il est déjà l’un des drag queens les plus célèbres. Icône LGBT, il a annoncé la création d’un club réservé aux… enfants travestis.

 

Desmond - Drag queen - 2

 

Sous le surnom « Desmond is Amazing », (Desmond est merveilleux), cet enfant travesti new-yorkais de 10 ans est officiellement le créateur de « Haus of Amazing » (« maison du merveilleux »), un club réservé aux « drag kids », les enfants adeptes de la culture travestie, ses tenues et ses références.

 

« La « drag house » sera réservée aux jeunes de moins de 20 ans, leurs membres pourront communiquer librement sans l’interférence et le jugement des adultes », peut-on lire sur le site de Desmond.

 

Face aux critiques, l’enfant perverti réplique « Vous ne m’arrêterez jamais, je suis l’avenir ».

 

Desmond s’est mis à s’habiller en femme ou à se déguiser en princesse dès l’âge de deux ans.

 

Desmond - Drag queen - 3

 

En 2014, il est apparu dans le clip de Jinkx Monsoon, The Bacon Shake, aux côtés de son héros RuPaul, chanteur, parolier et drag queen emblématique.

 

Desmond - Drag queen - 4

 

Mais sa médiatisation a débuté à l’occasion de son apparition en tutu aux couleurs de l’arc-en-ciel lors de la Gay pride de New York en juin 2015.

 

Son compte Instagram compte aujourd’hui quasiment 16.000 abonnés. Ses fans, les « amazies », peuvent aussi suivre ses frasques sur sa page Facebook.

 

Le lobby LGBT exulte…

 

Desmond - Drag queen - 5

 


 

Source :

http://www.medias-presse.info/chronique-de-la-decadence-premier-club-pour-enfants-drag-queens/85778/

https://francais.rt.com/international/47012-10-ans-cree-haus-amazing-premier-club-drag-queens-enfants-ados

http://www.independent.co.uk/life-style/drag-club-children-boy-founds-set-up-ten-year-old-desmond-napoles-haus-of-amazing-brooklyn-new-york-a8139956.html

17 comments

      1. Moi je trouve cela plutôt ridicule comme situation. Le vrai problème c’est l’objectification de tout et n’importe quoi au nom du consumérisme et de la société de consommation. Parce que c’est ‘bien’ de consommer, il faut pouvoir consommer n’importe quoi. Et ça empêche aux instincts de faire agir de manière cohérente et d’avoir des comportements cohérents avec les enfants.
        C’est à la communauté de donner l’exemple, et ce que je vois sur la quatrième photo, ce sont deux messieurs qui croient que leur valeurs marginales sont validées sous prétexte qu’un enfant les imite.
        Ce sont des affaires d’adultes, les enfants n’ont pas assez de vécu pour savoir comment se comporter avec des adultes de cette manière, surtout avec des adultes qui se prennent eux pour des enfants. C’est ça que ça donne, quand l’État soustrait aux parents leur rôle d’éduquer leurs enfants sous prétexte qu’il faut faire rouler l’économie. C’est ça que ça donne, quand monsieur madame tout le monde n’a pas le droit de réfléchir et d’imposer ce qu’ils veulent. Ça donne ce que l’on voit, quand les valeurs morales elles-mêmes deviennent une ressource consommable.
        Ça donne un petit garçon, qui une fois adulte aura peut-être trop honte d’avoir lui-même des enfants parce qu’il se sentira coupable de quelque chose qui aurait du être innocent et rester dans sa sphère privée à lui seul si des adultes ne l’auraient pas influencé à s’exposer.

        Aimé par 1 personne

  1. En autant qu’ils font cela sans se faire influencer (et manipuler) par des adultes, je ne trouve pas que cela soit un vrai problème. En passant, pédophilie et racisme, c’est une même et unique chose. L’un ne va pas sans l’autre! Là où il y a un problème, c’est dans certains instincts détournés à être ce qu’ils n’auraient pas voulu être sans ces influences (manipulations) de d’autres personnes, qui elles n’ont pas pu devenir ce qu’ils voulaient être à cause justement de d’autres personnes avant elles qui les ont influencé (manipulé).
    Le but de la sexualité c’est de trouver une compagne, un compagnon, ou tout ce qu’il y a entre les deux, pour pouvoir avoir un couple stable dans l’édification de futurs citoyens, citoyennes, et toue ce qu’il y a entre les deux. Quand la sexualité est pervertie pour faire se reproduire non plus des citoyens, mais des rôles, alors là, il y a un problème.
    Personnellement, je ne crois pas vraiment qu’un garçon devrait s’en tenir à n’être qu’un garçon, ou une fille, qu’une fille. La liberté, c’est d’être libre. Ce n’est pas de reproduire d’anciens schémas usés. Et par schémas usés, je veux dire aussi bien les rôles traditionnels que les rôles pervertis.

    Aimé par 1 personne

    1. Je tiens à préciser, que par ‘chose’, je veux dire, ce qui pousse quelqu’un a être raciste ou pédophile. La ‘chose’ c’est ce qui pousse à être dans ces, ou l’un ou l’autre, de ces états. Je crois cependant, que nos sociétés ne sont pas prêtes à attaquer cette ‘chose’ de front. La solution pourrait être de forcer un changement structurel, avant que survienne un changement de mentalités. Ce que je veux dire, c’est plus il y a de stigmates sociaux, moins la société évolue. Je ne veux pas dire qu’il faille tout permettre. Je veux dire, qu’il faut des limites claires. Et présentement, les limites ne sont pas assez claires. Enfin, ce que je crois, c’est que pour combattre cette ‘chose’, l’intellect est peut-être une meilleure arme que l’émotion.


      https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis moi aussi Parent et je trouve cela inadmissible. Et je me demande pourquoi le monde est si hypocrite ? Quand un enfant s’apprête à mettre quelque chose de dangereux pour lui dans la bouche ou sur son corps, on jaillit pour l’en empêcher et ce quel que soit sa volonté, ses cris ou ses désirs… Mais quand il s’agit de quelque chose dont on ne comprend pas la portée, le sens ou le mal, on laisse faire ! On ne voit RIEN de grave ! On invoque le désir, le souhait, l’envie ou la volonté de l’enfant; son libre-arbitre même ! Mais ce libre-arbitre était où quand ce bébé confondait l’eau de javel à son soda ? le couteau à un jouet ?
    Tout ça pour dire que ce n’est pas forcément ce qui endommage le corps et qui est visible qui est dangereux… Ho non ! Les blessures les plus mortelles sont celles qu’on ne voit pas. Et souvent, elles influencent et impactent le monde à un degré d’horreur qu’on n’imagine même pas.
    Wait &… Pray !

    Aimé par 1 personne

    1. Matthieu chapitre 18 versets 6 à 12 :
      « […] si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer. […] malheur à l’homme par qui le scandale arrive!
      Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits; car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient continuellement la face de mon Père qui est dans les cieux. […] ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu’il se perde un seul de ces petits. »

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.