Les dessous de la fourrure de luxe française : l’enfer des élevages de lapins

Publié par

Time : 9 mn 02

 


 

L’association L214 dévoile les coulisses de la fourrure de luxe de lapin Orylag

 

Lapins Orylag - 4

 

 

 

L’association dénonce des mauvais traitements dans trois élevages de lapins Orylag, une souche brevetée par l’INRA qui en a tiré profit pendant près de 40 ans.

 

Des lapins forcés de vivre dans des cages exiguës toute leur vie, sans la moindre lumière du jour et avec, pour seul environnement, des grilles métalliques dépouillées. Certains animaux blessés, malades, développant des troubles du comportement ou encore atteints du « syndrome vestibulaire », qui les force à rester la tête tordue vers le sol. Mardi 19 décembre 2017, l’association L214 a dévoile, dans une nouvelle enquête que Le Monde a pu consulter, l’intérieur d’élevages de lapins en batterie situés en Nouvelle-Aquitaine.

 

Cette fois-ci, leur destination n’est pas seulement l’assiette du consommateur mais également sa garde-robe : ces léporidés sont élevés pour produire de la viande haut de gamme (sous l’appellation Rex du Poitou, prisée des tables gastronomiques) et surtout de la fourrure de luxe, dont les manteaux, les écharpes, les sacs à main ou encore les peluches se retrouvent chez Dior, Fendi et Dolce & Gabbana. Ils sont issus d’une souche bien particulière, Orylag, mise au point par sélection génétique par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

 

L214 a déposé plainte pour mauvais traitements contre les élevages et contre l’INRA devant les procureurs de Niort et de La Rochelle et introduira un recours en responsabilité contre l’Etat pour « manquement à sa mission de contrôle de l’application de la réglementation ». Elle appelle, dans une pétition, les marques impliquées à cesser d’utiliser de la fourrure.

 

 

Lapins Orylag - 1

Certains animaux sont atteints du « syndrome vestibulaire », qui les force à rester la tête tordue vers le sol. L214

 

 

« Derrière l’image du luxe se cachent des élevages industriels dans lesquels les lapins ne peuvent pas exprimer leurs comportements naturels ni connaître l’herbe ou les rayons de soleil. Cela va à l’encontre du discours de la filière, qui présente cette race comme éthique. », dénonce Sébastien Arsac. Le porte-parole de L214, qui réclame l’abolition de toute exploitation animale, demande également « que l’INRA cesse d’utiliser des fonds publics pour l’entretien et le développement d’une filière privée restreinte, très éloignée de l’intérêt général ».

 

 

« Pelage exceptionnel »

En 1979, l’INRA se lance dans un programme de sélection à partir du lapin domestique Rex, au pelage particulièrement soyeux en raison d’une mutation génétique naturelle. Après dix ans de recherche, les chercheurs mettent au point une nouvelle souche, nommée Oryctolagus cuniculus orylag, des animaux ayant « une fourrure d’une douceur comparable à celle du chinchilla », un « pelage exceptionnel (léger, soyeux, fin, dense, lumineux et aux couleurs intenses) » selon l’institut de recherche. Après avoir breveté la marque Orylag en 1989, l’INRA a concédé une licence d’exploitation exclusive à la Société coopérative agricole des éleveurs d’Orylag (CEO), en échange d’une redevance, jusqu’au 1er janvier 2017.

 

L’organisme public fournit encore, jusqu’à l’été prochain, la semence destinée à l’insémination artificielle des femelles des douze élevages affiliés à la coopérative, les seuls à produire des Orylag en France et dans le monde. Ils élèvent en moyenne 1 200 lapins par semaine, soit environ 60 000 par an. Une filière restreinte, qui dégage 3 millions d’euros de chiffre d’affaires par anvantée comme étant « d’exception ».

 

C’est pourquoi Jean Boutteaud, le président de la coopérative, se dit « extrêmement surpris et choqué de l’existence de telles images » qui ne correspondent pas aux « valeurs que nous défendons et aux soins que nous apportons aux animaux ». « Notre filière est conduite de manière artisanale, sans rechercher la productivité », assure-t-il.

 

 

Animaux privés de tout contact

Lapins Orylag - 2

Selon L214, la Fédération des vétérinaires d’Europe, l’élevage des lapins en cage entraîne d’importantes restrictions comportementales. En découle du stress, des stéréotypies et une prévalence de maladies plus élevée. L214

 

Les vidéos publiées par L214 ont été tournées entre septembre et novembre 2017 chez cet éleveur des Deux-Sèvres, dans un autre élevage situé en Charente-Maritime, ainsi qu’au sein, dans le même département, de l’unité d’expérimentation de l’INRA et de l’abattoir de la filière, qui tue 100 lapins à l’heure.

 

Si les images sont bien moins choquantes que celles d’autres élevages cunicoles dévoilées ces dernières années – montrant des cages jonchées par des cadavres ou surmontant des kilos de déjections – elles ne révèlent pas moins une réalité « sinistre », selon Sébastien Arsac. Les lapins Orylag ont deux fois plus d’espace que les lapins domestiques et ils vivent quatre mois et demi et non deux mois et demi comme les autres. Mais « pour préserver leur fourrure, ils sont isolés la majeure partie de leur vie (de l’âge de 7 semaines à entre 17 et 21 semaines) dans des cages individuelles ne comportant aucun aménagement, outre une mangeoire et un abreuvoir, et ils sont privés de tout contact, même visuel, avec leurs congénères », dénonce le militant.

 

Selon L214, qui cite des recommandations de la Fédération des vétérinaires d’Europe, ce type d’élevage entraîne d’importantes restrictions comportementales, notamment de leurs besoins les plus élémentaires (tels que rongerbondir ou avoir des interactions sociales). En découle du stress, des stéréotypies (comme mordre les barreaux de façon répétitive), une prévalence de maladies plus élevée que dans d’autres élevages – les lapins en cages sont par ailleurs les animaux les plus exposés aux antibiotiques. Jean Boutteaud, au contraire, affirme que les éleveurs d’Orylag n’utilisent des médicaments qu’« en cas de besoin », car « rien n’est fait pour accélérer la croissance de l’animal ».

 

 

Lapins Orylag - 3

Selon L214, l’élevage de l’INRA présente des installations particulièrement vétustes ainsi qu’un important défaut d’entretien des locaux. L214

 

 

Fragilité due à la sélection génétique

Reste que ces lapins pâtissent d’une fragilité accentuée par la sélection génétique. Selon le président de la coopérative, les Orylag ont un taux de mortalité en élevage de 30 à 32 %, soit davantage que celui des lapins de chair (10 à 15 %) – ces derniers étant aussi abattus deux fois plus jeunes.

 

« Les Orylag ne sont pas des lapins ordinaires : on les élève en bâtiment car ils ne pourraient pas survivre dans la nature en raison d’os plus fins que les autres léporidés et d’un duvet qui ne protège pas du froid ou de la pluie. », justifie Jean Boutteaud. « Ces lapins sont aussi plus craintifs et agressifs entre eux, d’où le fait qu’on les isole. »

 

« Les conditions montrées par ces images ne respectent pas le bien-être animal, mais elles ne nous paraissent pas représentatives de ce qui se passe chez nous », répond de son côté Denis Milan, le chef du département de génétique animale de l’INRA. Il assure que « certains numéros de tatouages observés sur les images [attribuées à l’institut] ne correspondent pas à des animaux INRA ». L’organisme annonce qu’une mission d’inspection interne va être diligentée sous 48 heures « afin d’évaluer la situation et de prendre les mesures correctives immédiates qui s’imposeraient ».

 


 

Fourrure de luxe - 2

 

Fourrure de luxe - 1

 


 

Source :

https://visuels.l214.com/sites/www.l214.com/2017/pages/orylag-dec2017/rapport-lapins-orylag-anonymise.pdf

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/12/19/l-association-l214-devoile-les-coulisses-de-la-fourrure-de-luxe-de-lapin_5231674_3244.html

11 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.