C’est quand le prochain attentat ? – Emeline Becuwe

Publié par

Time : 5 mn 50

 


 

Emeline Becuwe - 2

 

 

Synopsis :

Le journal de Personne, écrit, interprété et réalisé par Emeline Becuwe (artiste, interprète).

 

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne – Emeline Becuwe à ses personnages, et ses histoires à des dérapages.

 

L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage.

 

Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats.

 


 

C’est quand le prochain attentat ?

 

Emeline Becuwe - 1

 

 

Ils ont exhumé un héros et inhumé un pèlerin… voilà ce que j’appelle du cynisme politique ! Ah … ça commence.

 

 

Journaliste : Mme la dépitée, vous avez été nombreux et nombreuses à voter la Loi qui vous autorise à prolonger l’état d’urgence… alors heureuse ?

La députée : Oui à la fois pour la France et pour nos finances… c’est facile à comprendre : on ne peut faire de réforme sans déformer la réalité… c’est ainsi, on ne transforme pas les hommes, on peut tout au plus les rendre conformes à notre schéma de pensée.

 

 

Journaliste : En leur vendant l’insécurité ?

La députée : Non, en louant la sécurité, le mécanisme sécuritaire, le processus sécuritaire. La solution sécuritaire, tout ce qui leur ôte l’envie de parler et leur donne l’envie de se taire… tout en sachant que ; quoiqu’on fasse, la masse restera toujours à la masse.

 

 

Journaliste : Autrement dit, vous ne vous faites aucune illusion ?

La députée : Vous savez, mais peut-être que vous ne le savez pas : le peuple est sans tête. Plus il se cherche et moins il se trouve.

 

 

Journaliste : S’il est sans tête, c’est peut-être parce que vous l’avez décapité de votre plein gré ?

La députée : Non. Je vous rassure et je vous assure qu’il ne l’a jamais eu et pour une raison logique, je veux dire ontologique : le peuple n’existe pas, seul existe l’individu… c’est notre cœur de cible, l’élément sensible.

 

 

Journaliste : Pessoa disait : « S’il pouvait penser, le cœur s’arrêterait. »

La députée : Tout à fait… tout à fait… il bat. Il se bat parce qu’il ne pense pas. Sinon il aurait compris depuis que rien ne va plus, que les jeux sont faits. Il ne faut pas oublier, jamais que l’homme est un animal politique qui pour survivre et ne pas se sentir de trop, doit impérativement intégrer le troupeau…

 

 

Journaliste : Un animal que vous conduisez à l’abattoir ?

La députée : Non. En politique, il n’y a pas d’échappatoire : avoir ou se faire avoir… parce que l’être c’est dérisoire… il faut le faire savoir.

 

 

Journaliste : Avec une carotte ou un bâton ?

La députée : Pour tenir les hommes, il faut retenir tout ce qui les menace. Les grandes figures de la peur : la misère, la maladie, la mort… ne suffisent plus pour les maintenir.

 

 

Journaliste : Vous avez cherché et trouvé mieux pour les réunir ?

La députée : Absolument. Pour les sans-têtes il n’y a qu’une recette : un ennemi commun qu’il faut rendre aveugle et sourd pour qu’ils aient peur… peur de l’autre, peur de soi et peur du lendemain.

 

 

Journaliste : Vous voulez dire que c’est le terrorisme qui réhabilite la politique ?

La députée : Oui. Nous disposons du parfait bouc émissaire : l’islam converti en islamisme, en extrémisme, en terrorisme… c’est ce rêve impossible qui rend nos politiques possibles, réelles et nécessaires.

 

 

Journaliste : Cette chance politique signifie tout compte fait votre déchéance éthique… c’est une fête qui ressemble à une défaite.

La députée : C’est la droitisation la plus adroite de tous les maladroits. Nos vieilles valeurs sont plus que jamais partagées : l’identité, la sécurité, l’autorité… sous peine de voir craquer nos cités. Il y a de quoi pavoiser non ?

 

 

Journaliste : Et le prochain attentat, c’est pour quand ?

La députée : Tout ce que je puis dire c’est qu’en politique, rien n’est donné, tout est fabriqué.

 

 

 

2 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.