Mondes inconnus : Mythes et légendes de mystérieuses civilisations souterraines

Publié par

 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 1

 

 

En cette ère d’exploration, on a accordé beaucoup d’attention à ce qui se trouve au-delà de notre planète et à ce qui nage dans les profondeurs les plus sombres de nos mers méconnues, mais une région qui semble faire l’objet de beaucoup moins d’attention est le monde qui se trouve confiné dans la nuit noire sans fin sous nos pieds.

C’est ici que grottes et cavernes s’étendent et se déploient sur de grandes distances, abritant parfois de nouvelles découvertes au-delà de nos rêves les plus fous.

Pourtant, les récits supposés les plus étranges et les plus déconcertants des lieux profonds de la Terre sont ceux qui concernent des civilisations mystérieuses et inconnues, disparues depuis longtemps, qui auraient habité sous la terre et qui demeurent oubliées et sans confirmation.

Embrassant tout, des géants de la terre intérieure jusqu’aux extraterrestres, en passant par les monstres reptiliens et les protecteurs de mystérieux artefacts religieux perdus, voici quelques-unes des allégations les plus étranges de prétendues civilisations perdues qui se sont prétendument élevées puis effondrées sous le monde tel que nous le connaissons. 

 

 

L’allégation apparemment la plus baroque d’une civilisation souterraine a été détaillée dans un livre à succès de 1956 intitulé The Third Eye (Le Troisième Oeil), qui est un récit prétendument autobiographique d’un homme nommé Tuesday Lobsang Rampa, relatant ses expériences à Chakpori Lamasery, au Tibet. Parmi la richesse de l’étrangeté du livre, telle que l’opération de Rampa de percer un trou dans sa tête pour libérer des pouvoirs mentaux mystérieux, le Troisième Oeil titulaire, et la découverte étrange de son propre corps momifié à partir d’une incarnation précédente, il y a son curieux récit de la découverte d’un vaste monde souterrain construit par des entités insondables sous la capitale tibétaine, Lhassa.

 

 

Temple Tagong - Tibet

Le temple Tagong au Tibet

 

 

Ici, sous le palais du Dalaï-lama, il avait rejoint un prêtre pour explorer un système de grottes dont les murs étaient ornés d’étranges symboles et dessins réalisés par des mains inconnues. Après un tunnel descendant dans l’obscurité, Rampa prétend avoir croisé une vaste caverne avec un lac souterrain et un plafond si haut qu’il ne pouvait pas discerner sa hauteur, car la lumière n’atteignait pas le sommet de l’incroyable abîme. Ici, les murs contenaient de mystérieux diagrammes géométriques et des schémas, ainsi que des images de géants et de machines comme il ne l’avait jamais imaginé, mais aussi une écriture impénétrable dans un étrange langage extraterrestre. Ils ont ensuite pris un passage latéral qui se terminait et sont prétendument arrivés dans une zone avec une « maison noire », à l’intérieur de laquelle étaient encastrés trois sarcophages apparemment faits d’une pierre noire lisse semblable à l’obsidienne et qui étaient couverts d’une série de symboles étranges qui semblait représenter une carte stellaire de quelque sorte. Parmi eux se trouvaient les corps d’êtres géants étranges, que le prêtre qui l’avait accompagné, expliqua comme étant les corps d’anciens « dieux », qui étaient venus dans leur monde il y a longtemps. Rampa nous dira de ces corps :

 

« Je regardai de nouveau, fasciné et émerveillé. Trois figures d’or, nues, sont devant nous. Deux hommes et une femme. Chaque ligne, chaque marque fidèlement reproduite par l’or. Mais la taille ! La femme mesurait 3 m de long alors qu’elle était allongée, et le plus grand des deux hommes ne mesurait pas moins de 4,6 m. Leurs têtes étaient grandes et quelque peu coniques au sommet. Les mâchoires étaient étroites, avec une petite bouche à lèvres fines. Le nez était long et fin, tandis que les yeux étaient droits et profondément enfoncés. Ils ne semblaient pas morts, ils avaient l’air endormis. »

 

 

Les choses devinrent peut-être encore plus bizarres quand ils continuèrent leur voyage à travers le complexe dédale formé de cavernes humides, de tunnels et de passages. Dans la morosité oppressante qui régnait ici, sous la terre, Rampa prétendit qu’ils rencontrèrent des créatures fantastiques comme il n’en avait jamais vu, ainsi qu’une pièce parfaitement éclairée cachée derrière un panneau de mur coulissant, qui contenait une série d’étranges machines inactives destinées à des usages impénétrables qu’il ne pouvait imaginer. Une fois cette tournée terminée, Rampa a affirmé qu’il avait alors acquis la capacité nouvelle de regarder à travers le temps, et qu’il voyait des visions de l’Antiquité quand ces géants énigmatiques qu’il avait vus, régnaient sur la Terre. Aussi incroyable que puisse être tout ce discours sur une ancienne race de géants souterrains, il est impossible de vérifier quoi que ce soit, aucune preuve n’a jamais été présentée à part ce récit, et il y a eu beaucoup de débats sur la véritable identité de Rampa ou sur le fait que ce ne soit qu’un canular. On ne le saura peut-être jamais.

 

Les récits de races antiques de grande taille qui peuplent les endroits sombres et profonds de notre monde sont en fait assez nombreux, et un autre récit de géants souterrains vient de l’État du Missouri, aux États-Unis. En 1885, le New York Times publiait une histoire vraiment stupéfiante d’une ville souterraine qui avait été découverte à 360 pieds de profondeur lors du creusement d’un puits pour une mine de charbon près de Moberly, dans le comté de Randolph, au Missouri. Deux hommes, un certain David Coates ainsi que M. George Keating, ont ensuite creusé dans les profondeurs du puits pour explorer ce qui avait été découvert plus bas, et ils prétendaient par la suite qu’ils avaient découvert une immense ville souterraine qu’ils ont décrite ainsi :

 

« Une épaisse et dure strate d’arches de lave dans la ville enterrée, dont les rues sont disposées régulièrement et entourées de murs de pierre, qui sont taillés et habillés dans un style de maçonnerie assez bon, bien que grossier. Un hall de 30 par 100 pieds a été découvert avec des bancs de pierre et des outils de toutes sortes pour le fonctionnement mécanique. Une recherche plus poussée a révélé des statues et des images faites d’une composition ressemblant étroitement au bronze, sans lustre. Une fontaine de pierre a été trouvée, située dans une large cour ou rue, et de là coulait un ruisseau d’eau parfaitement pure, fortement imprégnée de chaux. »

 

 

C’est déjà une chose assez étrange de trouver ça sous terre dans le Missouri, mais à l’intérieur de l’obscurité presque impénétrable de ces couloirs, les deux hommes prétendent avoir trouvé de réels restes des habitants de la ville, qui étaient apparemment là dans le noir depuis des millénaires et qui furent décrits comme de véritables géants bien plus grands qu’un être humain normal. Les restes étranges ont été décrits ainsi :

 

« Les os de la jambe mesurés, le fémur de 1,4 m et le tibia de 1,2 m montrant qu’en vie, la personne avait trois fois la taille d’un homme ordinaire, et possédait une puissance musculaire et une rapidité extraordinaires. Les os crâniens s’étaient séparés en deux endroits, les sutures sagittales et coronaires ayant été détruites. Les outils trouvés comprennent des couteaux en bronze et en silex, des marteaux en pierre et en granit, des scies métalliques d’un travail grossier, mais prouvés comme étant en métal, et d’autres de caractère similaire, ils ne sont pas aussi bien polis, ni aussi précisément fabriqués que ceux qui sont maintenant finis par notre meilleure industrie, mais ils montrent l’habileté et la preuve d’une civilisation avancée qui sont incontestablement merveilleuse. »

 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 2

 

De façon frustrante, l’article mentionne qu’une excursion de suivi allait être lancée, mais il n’y a pas d’autre rapport sur la prétendue découverte. Incroyablement, cette ancienne cité souterraine des géants de l’Amérique du Nord fut oubliée dans la nuit des temps. Pourquoi devrait-il en être ainsi ? Bien sûr, il y a la possibilité très réelle qu’il s’agisse d’une histoire fictive, de fausses nouvelles qui étaient malheureusement assez fréquentes à l’époque, mais il y a eu des rumeurs selon lesquelles la découverte phénoménale a été camouflée, peut-être par la Smithsonian qui est une institution de recherche scientifique américaine. Il s’agirait d’une autre affaire de conspiration de la Smithsonian en tant qu’organisation fantôme qui chercherait à dissimuler et à enterrer des trouvailles archéologiques étranges, comme la fois où ils ont prétendument orchestré un camouflage d’une civilisation souterraine trouvée sous le Grand Canyon, dont j’ai déjà parlé ici. Cette ville étrange a-t-elle jamais existé, et si oui, qu’est-il arrivé à ces os gargantuesques ? Personne ne le sait, cela n’a plus jamais été mentionné, et la ville souterraine perdue du Missouri reste juste une autre curiosité historique étrange.

 

L’idée de tels géants sous terre est peut-être liée à la théorie de la Terre Creuse, qui affirme plus ou moins qu’à l’intérieur de notre planète, plutôt que des couches de roche, de croûtes et de magma, il y a un monde luxuriant plein de vie et même avec son propre soleil miniature, tout ceci se trouvant au fin fond de la surface creuse sur laquelle nous marchons. L’idée remonte au 17ème siècle, lorsque Edmund Halley proposa en 1692 que la Terre se composerait d’une série de coquilles sphériques qui tournaient toutes autour d’un noyau creux, une idée qu’il avait concoctée pour tenter d’expliquer les diverses incohérences mystérieuses des lectures de boussoles. A l’intérieur de chacune de ces coquilles, théorisait-il, pourraient se trouver des zones capables d’abriter la vie et même la civilisation.

 

L’idée s’est répandue et a connu une sorte d’évolution, subissant divers ajouts et itérations jusqu’à ce qu’il ne s’agisse plus d’une série de coquilles superposées, mais simplement d’un vaste monde situé dans un espace creux en dessous de nous. En effet, à cette époque, la théorie gagnait en popularité au point d’être acceptée comme un fait par beaucoup, et même par les membres de la communauté scientifique de l’époque. L’idée qu’il y avait deux entrées majeures à ce royaume souterrain, situé aux pôles Nord et Sud, a été suivie de quelques expéditions, la plus célèbre étant celle d’un certain John Cleves Symmes, Jr. en 1822, qui est resté un fervent partisan du concept et a été pleinement convaincu de la validité de la théorie jusqu’à sa mort. Bien que finalement le concept d’une Terre Creuse soit tombé en désuétude, il a néanmoins été retenu par des partisans obstinés jusqu’à nos jours, et il y a un nombre surprenant de livres et de sites Web consacrés à essayer d’en gagner la crédibilité.

 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 3

 

Bien qu’il y ait beaucoup de déclinaisons de la théorie de base de la Terre creuse, un détail intéressant qui est commun à beaucoup de ces idées est que les animaux et les gens qui y vivent sont plus grands que ceux qui habitent la Terre au-dessus. Le peuple géant de ces civilisations est souvent décrit comme étant l’ancêtre des peuples anciens, et comme étant très avancé, avec la technologie pour creuser des tunnels sous le sol où leurs habitations et les preuves de leur existence nous pourront être détectées. Selon les « Chercheurs de vérité » sur la Terre Creuse, ces histoires d’anciennes civilisations souterraines et de géants peuvent être vues comme des preuves de leur idéologie excentrique.

 

Les géants souterrains et les civilisations à l’intérieur d’une Terre creuse sont certainement des notions étranges, mais il y a également d’autres affirmations que des gens étranges vivent sous la terre, et peut-être l’une des affirmations les plus étranges sur les villes souterraines est celle qui est apparue dans l’édition du 29 janvier 1934 édition de LA Times. L’article, qui a été écrit par un Jean Bosquet, raconte les découvertes étonnantes et les théories extravagantes d’un ingénieur géophysique du nom de G. Warren Shufeltqui croyait qu’il avait réussi à localiser et à prouver qu’une ancienne race mystérieuse et non humaine qu’il appelait le « peuple lézard » avait mis en place un vaste système de cavernes souterraines sous la région de Los Angeles il y a des milliers d’années.

 

Selon l’article, Shufelt a appris l’existence de ce complexe souterrain par un vieil homme amérindien nommé Macklin, qui lui aurait expliqué qu’il s’agissait de l’une des trois villes perdues situées le long de la côte du Pacifique, et que celles-ci avaient été construites par une race oubliée, peut-être des reptiliens de quelque sorte. La légende disait que ces créatures s’étaient retirées sous terre après qu’une  » énorme langue de feu » de plusieurs centaines de kilomètres de large eut tout annihilé sur son passage il y a environ 5 000 ans.

 

 

L’article décrit ainsi ce complexe :

« La ville perdue, creusée avec de puissants produits chimiques par le peuple lézard, au lieu de pioche et de pelle, qui ont été drainés dans l’océan, où, selon la légende, ses tunnels commencent. La marée qui passe quotidiennement à l’intérieur et à l’extérieur des entrées du tunnel inférieur force l’air dans les tunnels supérieurs, assurant la ventilation, le « nettoiement et l’assainit les tunnels inférieurs ». De grandes pièces dans les dômes des collines au-dessus de la ville des labyrinthes abritaient 1000 familles « à la manière de grands bâtiments » et des provisions impérissables de différentes variétés d’herbes étaient stockées dans les catacombes pour assurer la subsistance du peuple lézard pendant de longues périodes de temps tandis que la prochaine langue de feu balayerait la Terre. »

 

 

G. Warren Shufelt avec l'un de ses appareils à rayons X

G. Warren Shufelt avec l’un de ses appareils à rayons X

 

 

Dans cette ville souterraine se trouvaient soi-disant de nombreuses tablettes d’or massif mesurant 1,2 m de long et 35 cm de large, sur lesquelles étaient apparemment inscrits l’histoire de la race humaine, ainsi qu’un nombre incalculable d’artefacts inestimables et d’autres trésors. Shufelt a été fasciné par cette histoire incroyable et a parcouru la région à la recherche de cette ville perdue. Il aurait finalement réussi à la localiser à l’aide de rayons X, qui lui ont montré un réseau complexe de tunnels, cavernes et catacombes, ainsi que des dépôts d’or, « Sur une zone qui s’étend de la bibliothèque publique sur la Cinquième rue Ouest jusqu’au Southwest Museum, sur Museum Drive, au pied du mont Washington. » Shufelt expliquerait ainsi sa découverte étonnante et la nature de ce monde souterrain :

 

« Je savais que j’étais au-dessus d’un réseau de tunnels, et j’avais tracé le cheminement de ces tunnels, la position des grandes pièces éparpillées le long de la route du tunnel, ainsi que la position des dépôts d’or, mais je ne pouvais pas en comprendre le sens. »

 

 

Shufelt a ajouté qu’il avait réussi à faire des cartes provisoires du système à l’aide de son équipement et qu’il avait été en mesure de prendre des radiographies de trente-sept des tablettes légendaires, dont trois avaient eu leurs coins en bas à gauche coupés. Il est également arrivé à la conclusion que ces gens lézards avaient été très avancés pour leur temps, et qu’ils avaient revêtu les tunnels et les chambres d’un type de ciment sophistiqué beaucoup plus solide que tout ce que les humains possédaient. Il pensait avoir recueilli des preuves de tout cela, et il aurait lancé une excavation pour creuser à travers la Terre pour atteindre la mystérieuse cité perdue. L’article dit qu’il a réussi à creuser jusqu’à 76 mètres de profondeur vers cet objectif, et qu’il avait l’intention d’aller jusqu’à 300 m, mais il n’y a pas d’autre information sur ses progrès ou sur ce qu’il a réussi à trouver. En effet, puisqu’il s’agit du seul rapport mentionnant le peuple lézard de la ville de Los Angeles, il n’est pas clair s’il s’agit d’un récit fictif ou d’une découverte réelle qui a été camouflée. C’est une histoire étrange, quelle que soit la réalité.

 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 4

 

Dans d’autres endroits du monde, nous arrivons au Japon, où l’on dit qu’il n’y a pas seulement une mystérieuse civilisation souterraine, mais où, selon certaines théories, l’Arche perdue légendaire de l’Alliance et d’autres artefacts sont censés être enterrés. Pour ceux qui n’ont jamais vu les Aventuriers de l’Arche Perdue, l’Arche d’Alliance était une sorte de coffre qui était censé contenir les 10 commandements bibliques donnés par Dieu à Moïse au sommet du Mont Sinaï, et qui avait le pouvoir de décimer l’ennemi de ceux qui le portaient. J’ai déjà écrit sur ceci dans Mysterious Universe :

 

« Il y a de nombreux récits de l’Arche déchaînant ses prétendus puissants pouvoirs. En 1400 av. J.-C., lorsque Josué conduisit les Israélites à travers le Jourdain vers la Terre Promise, l’Arche aurait provoqué l’arrêt de l’écoulement des eaux et leur assèchement. Leur permettant à tous de passer sans entrave. En une autre occasion, les Israélites assiégèrent la ville de Jéricho, Dieu ordonnant que l’Arche soit portée autour du périmètre de la ville une fois par jour pendant sept jours, tout en jouant de trompettes faites de cornes de bélier. Le septième jour, les Israélites émirent un son tonitruant, et les murs autrefois redoutables de la ville de Jéricho se sont spectaculairement effondrés au sol, permettant aux Israélites d’entrer. »

 

« L’Arche serait ensuite utilisée contre les Philistins au combat, dans l’espoir que cette arme puissante aiderait les Israélites à gagner. Cependant, Dieu n’avait pas ordonné aux Israélites d’aller en guerre avec l’armée Philistine, et était mécontent que l’Arche soit utilisée sans Son consentement. Par la suite, les Israélites ont perdu la guerre et l’Arche a été capturée par les Philistins, qui espéraient qu’ils seraient maintenant en mesure d’exploiter ses vastes pouvoirs sacrés. Malheureusement pour eux, plutôt qu’un grand allié, l’Arche s’est avérée être une malédiction, causant des malheurs partout où elle était emmenée, comme des maladies et même une invasion de souris. Après sept mois, l’Arche ne leur apportant rien d’autre que de la misère, les Philistins la rendirent aux Israélites et elle fut emmenée au village de Beth-shemesh. C’est là qu’elle montrerait une fois de plus sa puissance lorsqu’un grand groupe de villageois curieux décida de la regarder et fut immédiatement frappé par sa colère divine. »

 

 

L’Arche a finalement été transférée à Jérusalem, après quoi elle a disparu dans les méandres de l’histoire après que les Babyloniens eurent saccagé la ville entre 597 et 586 avant J.-C. Depuis, elle est devenue la relique historique perdue la plus recherchée, et beaucoup ont essayé et échoué à la trouver, laissant de nombreuses questions dans son sillage. L’Arche a-t-elle été détruite ? Etait-elle cachée avant le pillage de Jérusalem ? A-t-elle été volée ? A-t-elle jamais vraiment existé ? Ce sont de grands mystères historiques, des questions pour lesquelles personne n’a de réponses définitives, mais il y a beaucoup de personnes qui ont essayé de les résoudre.

 

 

Jericho - Julius Schnorr

Jericho – Julius Schnorr

 

 

Un homme semble penser qu’il a la réponse, il croit qu’elle s’est retrouvée dans l’un des derniers endroits que l’on puisse imaginer, au mont Tsurugi, dans la préfecture de Tokushima, au Japon. Dans les années 1930, un érudit nommé Masanori Takane a remarqué plusieurs parallèles particuliers entre la Bible et un livre légendaire japonais de mythes appelé le Kojiki (« Registre des Matières Anciennes »), et il en a déduit que l’Arche d’Alliance avait fini par être cachée dans le Mont Tsurugi. Il en était tellement convaincu, qu’en fait, en 1936, il entreprit un projet de trois ans pour commencer à creuser dans la montagne à la recherche de la relique perdue, ce qui lui permettrait de découvrir peut-être plus que ce qu’il avait espéré.

 

Là-bas, sous cette montagne sacrée, ils auraient trouvé un dédale de tunnels et de salles creusés dans la roche, dont Takane pensait qu’ils avaient été créés par une race ancienne, peut-être dans le but de cacher quelque chose d’important. Les fouilles de trois ans allaient s’étendre sur 20 ans, d’autres groupes s’y joignant au fil des décennies. L’une de ces expéditions en 1952 a attiré beaucoup l’attention lorsqu’un ancien amiral de la marine du nom d’Eisuke Yamamoto a découvert ce qui semblait être des couloirs de marbre dans la montagne, ainsi que des momies humaines qui s’étaient décomposées. Bizarrement, Takane et Yamamamoto ont soudainement et inexplicablement arrêté toutes les fouilles et tentatives de trouver l’Arche peu après cette découverte. Pourquoi ? Personne ne sait vraiment.

 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 5

 

Une autre fouille a été effectuée par un chasseur de trésor nommé Yoshun Miyanaka en 1956, mais ses efforts ont été interrompus par la création d’une réserve naturelle appelée Tsurugi-san Quasi-National Park, qui comprend le mont Tsurugi et une grande partie de la région environnante en 1964. Ce nouveau statut de réserve naturelle rendait illégale la réalisation de fouilles archéologiques sur le mont Tsurugi, et Miyanaka a donc été contraint d’abandonner ses vaillantes recherches, repartant les mains vides. Cela signifiait aussi que personne d’autre ne pourrait chercher l’Arche ici, et tous les artefacts, tunnels, couloirs et momies qui ont été trouvés dans la montagne resteront probablement à jamais une énigme.

 

Nous nous demandons qui a creusé ce complexe souterrain, pourquoi ils l’ont fait et si l’Arche d’Alliance s’est vraiment trouvée au Japon, peut-être encore enterrée dans les ténèbres éternelles. En effet, jusqu’à ce jour, on ne sait pas où se trouve l’Arche d’Alliance, ni même aucune preuve vraiment concrète pour montrer qu’elle n’a jamais été réelle.

 

Il y a certainement d’autres récits de mystérieuses civilisations et structures perdues enfouies au fond de la Terre, et ce ne sont que quelques-unes des plus étranges. Il semble parfois que ces profondeurs, aliens à la lumière du jour et intacts depuis des éons, sont tout aussi mystérieuses et incomprises que les confins de l’espace ou les eaux les plus profondes de nos mers. Que se cache-t-il à la source des cas que nous avons examinés ici ? Qui étaient ces gens et ont-ils jamais existé ou est-ce que ce sont de simplement grands contes ? S’ils étaient réels, qui étaient-ils ? Des habitants d’une Terre Creuse, des extraterrestres, une race perdue, quelque chose d’autre ? Personne ne le sait.

 

Beaucoup d’entre nous ne pensent peut-être pas à ce qui se trouve sous nos pieds, dans notre vie quotidienne ; mais se cachant dans l’obscurité perpétuelle demeurent peut-être des secrets et des mystères qui sont enterrés depuis des temps immémoriaux, et qui le seront peut-être toujours. 

 


 

Mythes et légendes - Civilisations souterraines - 6

 


 

The truth is out there

 


 

Source :

https://fr.sott.net/article/32093-Mondes-inconnus-Histoires-de-mysterieuses-civilisations-souterraines

http://mysteriousuniverse.org/2018/02/truly-bizarre-tales-of-mysterious-underground-civilizations/

5 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.