Des empreintes humaines préhistoriques déterrées sur les rives du Canada appuient la théorie de la migration humaine de l’Asie à l’Amérique

Publié par

 

Canada - Migration - 2

« Nous étions à la recherche de sites archéologiques le long de ce rivage inférieur lorsque nous sommes tombés sur les empreintes de pas. » Duncan McLaren (au centre) et Daryl Fedje (à gauche) sur l’île Calvert

 

 

 

S’il s’agissait d’une journée familiale à la plage, avec l’équivalent préhistorique d’un seau et d’une pelle, nous ne le saurons jamais, mais une chose est sûre : il y a environ 13 000 ans, une petite bande d’humains s’entassaient sur un rivage dans l’Ouest canadien.

 

Des chercheurs ont mis au jour 29 empreintes de pas dans une couche de sédiments sur le littoral de l’île Calvert, en Colombie-Britannique. Entre 11 000 et 14 000 ans, alors que le monde arrivait à la fin de la dernière période glaciaire, le niveau de la mer était de 2 à 3 m plus bas qu’aujourd’hui.

 

Bien que l’on ne sache pas exactement combien d’humains sont responsables des traces de pas, l’équipe a indiqué qu’il existe au moins trois tailles différentes d’empreintes, dont une série qui semblait appartenir à un enfant.

 

« Nous étions activement à la recherche de sites archéologiques le long de ce rivage inférieur lorsque nous sommes tombés sur les empreintes de pas. Il est probable que les traces ont été laissées dans une zone qui se trouvait juste au-dessus de la ligne de marée haute il y a 13 000 ans. », a déclaré Duncan McLaren, premier auteur de la recherche de l’Université de Victoria en Colombie-Britannique et de l’Institut Hakai sur l’île Calvert.

 

En écrivant dans le journal Plos One, l’équipe décrit comment ils ont commencé les fouilles sur l’île en 2014, notant qu’à proximité il y avait des décharges de déchets contenant des coquillages, ou amas coquillier, qui datent d’il y a jusqu’à 6 100 ans, ainsi que des outils en pierre ébréchée et des arrangements de blocs de pierres faits par l’homme sur le bord de mer.

 

 

Canada - Migration - 1

Photo numérique améliorée d’une empreinte qui a été découverte

 

 

« Ce site possède une grande plage protégée qui, selon nous, a probablement attiré les gens depuis des millénaires. Comme le niveau de la mer a été relativement stable dans la région au cours des 14 000 dernières années, nous avons pensé que cette région pouvait contenir des vestiges archéologiques très anciens. », a déclaré M. McLaren.

 

La première empreinte humaine a été déterrée à 60 cm sous la surface de la plage actuelle, pressée dans une couche d’argile brune et remplie de sable et de gravier noirs. Heureusement, de petits morceaux de bois ont été découverts dans le talon de l’estampe et ont été datés par radiocarbone comme il y a un peu plus de 13 000 ans.

 

L’équipe est revenue en 2015 et 2016 pour effectuer d’autres fouilles et découvrir 28 autres empreintes de pas. Dans certains cas, il était possible de voir les empreintes des orteils individuels et les voûtes plantaires. Les mesures de 18 des pistes ont révélé qu’elles ont été faites par au moins trois individus différents. « Nous avons dû creuser très soigneusement et lentement, ce qui était difficile car nous devions faire la course contre la marée. », dit McLaren.

 

McLaren a déclaré que les découvertes ont aidé à résoudre une énigme de longue date. Au cours de la dernière période glaciaire, la Sibérie et l’Alaska étaient reliés par un grand pont terrestre dans une région connue sous le nom de Béringie, tandis que le Canada était couvert de couches de glace.  « La question de base que beaucoup d’archéologues posent est : « Comment les gens sont-ils arrivés de Béringie au sud du Canada pendant la dernière période glaciaire ? ». a déclaré M. McLaren.

 

La nouvelle recherche ajoute du poids à l’idée que les humains se déplacent le long des zones terrestres libres de glaciers le long de la côte, entre la glace et la mer – des zones connues pour avoir servi de refuge à diverses plantes et animaux. « Cela suggère que les gens utilisaient des embarcations et qu’ils exploraient et ont prospéré très tôt sur les zones côtières. », a dit M. McLaren.

 

Le professeur Nick Ashton, conservateur des collections paléolithique et mésolithique du British Museum, qui a travaillé sur les anciennes empreintes d’hominidés Happisburgh à Norfolk, s’est félicité des résultats. « Il s’agit d’une découverte importante qui a des implications pour la première colonisation de l’Amérique. », a-t-il dit.

 

« Elle soutient l’idée que le premier peuplement des Amériques provenait de l’Asie de l’Est à une époque où le niveau de la mer était plus bas, lorsque les masses terrestres étaient plus grandes, mais probablement avec l’aide de navires de mer. Les empreintes de pas fournissent un lien très tangible avec les premiers Américains. »

 

l'île Calvert - Canada

Île Calvert

 


 

Migraciones_humanas_en_haplogrupos_mitocondriales

 

Migrations humaines et ADN mitochondrial (datations en milliers d’années avant le présent) : Légende * Africain: L0, L1, L2, L3, L4, L5, L6 * Eurasie occidentale: R0, HV H, V, J, T, U, I, W, X * Asie de l’Est: A, B, C, D, E, F, G, Y, Z * Australie : S, P, Q, O * Amérique: A, B, C, D, et X

 


 

Il devient clair que nous avons encore beaucoup à apprendre sur le grand voyage de l’humanité.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_peuplement_de_l%27Amérique

https://www.theguardian.com/science/2018/mar/28/footprints-sand-scientists-prehistoric-canada-british-columbia

https://fr.sott.net/article/32121-Des-empreintes-humaines-prehistoriques-deterrees-sur-les-rives-du-Canada-appuient-la-theorie-de-la-migration-humaine-de-l-Asie-a-l-Amerique

12 comments

  1. Puis-je me permettre d’apporter un bémol, sur la Théorie du Détroit de Béring, comme tu l’as vu dans ce billet, qui traite de cette même info ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/03/29/sauf-que-la-theorie-du-detroit-de-bering-cest-des-conneries/
    Car il se trouve qu’aussi bien Peter D’Errico, qui est un légaliste issu de la colonisation, que des chercheurs et anthropologues Natifs infirment cette théorie (comme elle est présentée, et parce qu’elle légitime la domination coloniale depuis 1492 par la conquête de Terra Nullius peuplée de Res Nullus) : La théorie du Détroit de Béring, que Vine Deloria Jr avait appelé « la théorie de la connerie », a longtemps dominé le point de vue officiel en archéologie. Cette théorie dit que l’Île de la Grande Tortue, que les archéologues appellent le continent américain, était vide de gens jusqu’à il y a environ 13 000 ans.

    La théorie postule que des communautés humaines migrèrent de la Sibérie vers l’Île de la Grande Tortue au travers d’un “pont terrestre” s’étant établi depuis le continent asiatique et qu’ainsi elles poursuivaient du grand gibier et taillaient des pointes de flèches et de lances d’une forme très distinctive pour tuer leur gibier. Les archéologues appellent ces pointes les “pointes Clovis”, nommées d’après une ville du Nouveau-Mexique où elles furent pour la première fois découvertes. Avant cela, la théorie affirme qu’aucun humain ne vivait sur le continent des Amériques.

    Alors, l’anthropologue (cree) Steeves ne rejette en aucun cas les migrations possibles des peuples entre les continents ; mais elle insiste néanmoins sur le fait que les études d’une telle migration ne constitue qu’une pièce de l’histoire bien plus large des populations humaines et que la véritable science ne peut pas être limitée par des marqueurs et des clôtures politico-académiques.
    La persistance de Steeves, son courage et son abnégation pour une véritable science face aux brutales guerres universitaires et académiques témoignent de son statut de guerrière, de défenseur de la connaissance du passé soulignant la très longue présence des peuples indigènes sur le continent des Amériques.
    Jo
    P.S. L’illustration que j’ai choisie est une aurore boréale au-dessus du Détroit de Béring, qui, pour moi, symbolise la symbiose de territoires jusque dans les étoiles et apporte une intemporalité Universelle…


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

  2. Trouver des preuves confortant une théorie ne fait pas de cette dernière une preuve de l’inexistence des autres théories. Les Amériques précolombiennes n’ont certainement pas été peuplées uniquement à partir du détroit de Béring.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.