Toujours plus violents, toujours plus nombreux : qui sont les Black Blocs ? [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 18 / [1]

 

Time : 5 mn 07 / [2]

 

Time : 7 mn 45 / [3]

 


 

Qui sont ces Black Blocs accusés des violences du 1er mai

 

Black Blocs - 4

 

 

Des militants de la mouvance d’extrême gauche ont cassé plusieurs boutiques sur le trajet initial de la manifestation avant de s’affronter aux forces de l’ordre.

 

« Le Black Bloc colore nos vies ». Ce message porté ce mardi à l’avant du cortège parisien du 1er mai annonçait déjà… la couleur. Dès lundi, la Préfecture de police de Paris craignait la présence de manifestants venus pour troubler l’ordre public. Ils ont été plus nombreux que prévu. Selon Michel Delpuech, préfet de police de Paris, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse ce mardi soir, leur nombre s’élevait à 1 200 personnes qui ont pris la tête d’un cortège alternatif de 14 500 personnes. « Les informations dont nous disposions en amont faisaient craindre leur présence, les militants radicaux avaient parlé d’un 1er mai en enfer. Ces individus étaient animés de la volonté de perturber ce défilé », a précisé le préfet de Police.

 

Selon des sources policières, certains de ces Black Blocs venaient de l’étranger sans que l’on puisse les quantifier avec précision. En mai 2017, lors du précédent défilé du 1er mai, 800 d’entre eux avaient été recensés par les services de police. Ces 400 Black Blocs supplémentaires étaient loin d’être anodins dans un contexte français déjà tendu du point de vue des forces de l’ordre (Notre-Dame-des-Landes, grève etc.)

 


Black Blocs - 5

 

 

« Macron nous met dans une colère noire »

Ce mardi ces Black Blocs ont d’abord avancé groupés sur le pont d’Austerlitz avant de remonter le boulevard de l’hôpital. Rassemblés autour de banderoles comme « Premiers de cordée, premiers guillotinés », les militants encagoulés, auto-nommés « les enragés », criaient « Tout le monde déteste la police » ou encore, « Paris, debout, soulève-toi ». « Macron nous met dans une colère noire » pouvait-on aussi lire.

 

 

Twitte - Black Blocs - 1

 

 

« On en a marre de ce système capitaliste qui détruit tout, de la répression policière brutale contre ceux qui s’y opposent. On veut un changement radical, qu’on écoute la société, on veut de l’écologie, de l’altermondialisme », a déclaré l’un d’entre eux, se décrivant comme un étudiant de 19 ans, interrogé par l’AFP sous couvert d’anonymat. « On est là parce que la situation est apocalyptique. Ça fait deux mois qu’on essaie de faire sauter les facs, les gares mais ça ne marche pas », témoignait un autre. Depuis quelques jours des appels à la mobilisation circulaient aussi sur les réseaux sociaux.

 

 

Twitte - Black Blocs - 2

 

 

En France, on parle de «nébuleuse»

Historiquement, le Black Bloc est une tactique issue du mouvement autonome allemand des années 1980. Ce sont des groupuscules vêtus de noir, portant masques et capuches, pour éviter d’être identifiés par la police. Depuis les années 1980, les groupuscules d’extrême gauche allemands, relativement nombreux, opèrent sous le nom collectif de Schwarzer Block (Bloc Noir). Par extension, les groupes les plus virulents de militants anarchistes ou autonomes ont été depuis baptisés Black Blocs par les policiers. En France on parle aussi de « nébuleuse » dans les services de renseignement. Il s’agit en général de petits groupes d’individus très mobiles, constitués de jeunes issus de la plupart des pays européens. Mais surtout en provenance d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne ou de Grèce.

 

« Ils espèrent que ces violences subies leur permettront de convaincre d’autres militants présents sur les manifestations mais aux méthodes pacifiques. Enfin, ils y voient un moyen d’obtenir un écho médiatique et de prouver à l’opinion publique que l’Etat n’est pas capable de tenir la rue », expliquait au Parisien Olivier Cahn, maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), spécialiste de ces manifestants ultra-violents.

 


 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Black_Bloc

http://www.leparisien.fr/faits-divers/qui-sont-ces-black-blocs-accuses-des-violences-du-1er-mai-01-05-2018-7692813.php

https://francais.rt.com/entretiens/50296-toujours-plus-violents-toujours-plus-violents-nombreux-qui-sont-black-blocs

 

Vidéo :

[1] Images des violences en tête du défilé parisien du 1er-Mai – Le Monde / YouTube

[2] 1er-Mai : incidents à Paris, des centaines de manifestants bloquent le défilé – France 24 / YouTube

[3] Violences lors de manifestations du Premier mai : Qui sont les Black Blocs ? – RT France / YouTube

14 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.