Guérilla… Et si c’était demain ?

Publié par

Time : 4 mn 51

 

Time : 6 mn 09

 


 

Guérilla… Et si c’était demain ?

 

Guérilla - 2

 

 

 

L’ouvrage de Laurent Obertone «  Guerilla : le jour où tout s’embrasa » est déjà un record de vente chez Amazon. Et pourtant ce roman d’anticipation n’a pas et ne sera jamais publicisé par les médias officiels. Laurent Obertone vous le verrez très peu sur un plateau télé ni dans les critiques littéraires des romans « bien-pensant » à peine sortis, car il est le Cassandre que la société ne veut ni voir ni écouter.

 

 

Qui est Laurent Obertone ?

Ecrivain, journaliste et essayiste français, son travail est centré sur la criminologie, les médias et le multiculturalisme. Né en 1984 de parents agriculteurs jurassiens et instituteurs, Laurent Obertone est diplômé d’Histoire et d’Anthropologie puis de l’Ecole Supérieure de journalisme de Lille. Durant plusieurs années, il est journaliste spécialisé dans les faits divers pour un hebdomadaire régional d’informations généralistes. À partir de 2010, il signe des articles sur le webmagazine Ring. En 2010, il fait partie des trois invités qui accompagnent Michel Houellebecq à l’occasion du dîner donné par le président de la République Nicolas Sarkosy au Palais de l’Élysée, en l’honneur du Prix Goncourt reçu par Michel Houellebecq : ce dernier présente alors Laurent Obertone comme «  le grand polémiste de demain ». En mars 2014, il lance une alerte à la garde des Sceaux Taubira, sur les 100 000 peines de prison non effectuées chaque année.

 

Laurent Obertone a osé écrire contre-courant sur des sujets brûlants et tabous de la société française : sur la servilité et le conditionnement des médias subventionnés par l’Etat dans son livre «  La France Big Brother » et sur l’état d’urgence permanent dans lequel la France perdure avec « La France Orange mécanique  » dénonciation de l‘ultra-violence communautariste en France passée sous silence par la presse subventionnée et donc, non libre.

 

Laurent Obertone

 

Il est pourtant un milieu où Laurent Obertone est encensé : c’est celui des milieux policiers et du Renseignement, qui eux savent et sont quotidiennement confrontés à cette réalité soigneusement dissimulée par les pouvoirs publics. Eux savent, mais n’ont pas le droit de le révéler.

 

La vérité est que nous sommes assis sur une poudrière. Qui pourrait exploser demain si on ne fait rien pour la désamorcer. Et c’est là que réside la puissance du roman : roman de fiction, roman visionnaire, qui nous décrit avec un réalisme qui fait mal, l’écroulement de la France en trois jours seulement, avec le soulèvement de la 5ème colonne guerrière et haineuse, celle de la France communautariste. La guerre civile éclate. Et c’est l’effondrement d’une nation aux pieds d’argile, qui a voulu croire naïvement aux boniments culpabilisateurs des gouvernements successifs. Plus une société est complexe et plus elle est fragile. Trois jours suffisent ici à faire que notre monde soit anéanti…

 

La force du roman réside dans la probabilité de devenir un jour une réalité. On le lit d’un coup, l’auteur nous tient en haleine et on se retrouve la rage au ventre de voir notre monde si chéri se défaire en si peu de temps, sans résister. Un roman lanceur d’alerte qui laisse une grande amertume mais qui doit être lu, dédié par l’auteur : « A ceux qui n’ont pas compris ». Homme averti en vaut deux non ?

 

 

La trame 

Dans une France proche et obscure, une descente de police dans une cité sensible tourne au drame : un policier pris dans un guet-apens perd son sang-froid et tire aveuglément. La cité s’embrase et tout le pays vacille. De villes en villes, le feu se propage et la République explose. Forces de l’ordre, voyous, terroristes, responsables, journalistes, citoyens, tous sont submergés par le raz-de-marée du chaos.

 

Rapidement, les réseaux électriques et hydrauliques tombent, faute d’approvisionnements, d’ordre, de moyens de communication, de transports et de secours, la déferlante gagne la campagne, la société vole en éclats et les villes sont la proie de violences, de pillages et de gigantesques incendies. Des terroristes, dépassés par les troubles, déclenchent des actions de grande ampleur depuis les terres, la mer et le ciel. Privés de tout, livrés à eux-mêmes, les citoyens s’apprêtent à faire face au carnage.

 

Les événements décrits dans Guérilla reposent sur le travail d’écoute, de détection et les prévisions du renseignement français. Après deux ans d’immersion au contact d’agents des services spéciaux et des plus grands spécialistes de la terreur et des catastrophes, l’auteur livre un roman météore ultra-réaliste qui nous plonge dans le récit paroxystique de la guerre civile.

 

Un livre basé sur des faits réels. 

 

Dans ce livre, « rien n’est gratuit » explique Laurent Obertone. « Tous les scénarios qui sont racontés émanent des fuites du renseignement français. Il n’y a absolument rien d’inventé, aussi bien pour les émeutes que pour les actes terroristes, que pour les réactions qui en suivraient. Tout est pensé par le renseignement français. », précise l’auteur au micro de Philippe Vallet.

 


 

Si cela devait arriver, c’est à se demander si tout n’a pas été pensé et mis en place pour que cela se produise…

 


 

Guérilla - 1

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Obertone

http://www.ring.fr/article/article.php/article/guerilla

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/guerilla-de-laurent-obertone-192633

http://www.atlantico.fr/decryptage/guerilla-dernier-roman-anticipation-subversif-laurent-obertone-plongee-dans-france-qui-embrase-laurent-obertone-dominique-dumont-2841532.html

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-livre-du-jour/le-livre-du-jour-laurent-obertone-guerilla-le-jour-ou-tout-s-embrasa_1867403.html

16 comments

  1. C’est ça qui fait peur!
    En France, on possède des lois, des règles de vie, mais elles ne sont pas toujours appliquées.
    J’ai appris hier que les ‘casseurs’ des manifs qui sont arrêtés sont interrogés, peut-être iront-ils en prison quelques semaines, mais ne seront pas tenus de payer ce qu’ils ont cassé!!! Pareil pour les incendiaires de voitures. Ils ne remboursent pas ce qu’ils brûlent!!!
    Ce serait pourtant le seul moyen pour leur faire prendre conscience de leur acte. Tu casses, tu répares ou tu paies la réparation.
    Une de mes amies qui vit en Suisse m’a raconté, qu’il y a quelques années, son fils mineur a été pris en train de taguer un mur. Travaux d’intérêt général. C’est pédagogique.
    Je ne comprends pas qu’en France on ne mette pas en place des systèmes éducatifs, des systèmes ‘tu casses/tu remplaces, tu répares!’
    A quoi ça sert d’avoir des règles si on ne les applique pas. C’est ça qui engendre le chaos!
    Merci pour cette lecture. Je vais lire ce livre.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

    1. citycomics2014 Hélas la population pense à tord, que les événements arrivent par hasard. Naïveté et manque de clairvoyance, quand une situation est insensées, c’est qu’elle a été prévu ainsi.

      Aimé par 2 personnes

      1. « Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les évènements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. »

        Nicholas Murray Butler (1862-1947), Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie et du Council on Foreign Relations.

        Il y a certes une par de hasard car ils ne peuvent tout planifier mais cette part est vraiment très petite, quasi insignifiante.

        Aimé par 1 personne

  2. Aphadolie dit N’y aurait-il pas une volonté que le tissus social se détériore…? Ils sont dehors ! 100 000 peines de prison, en moyenne chaque année, sont non purgées, par manque de place. On vous parle uniquement d’avoir plus de policiers. Ici se trouve la supercherie. Hallucinant, le peu de commentaires dans tous les médias, ça coûte cher, ce n’est pas la solution. Aphadolie, à surement raison.

    Aimé par 1 personne

  3. Quand je regarde autour de moi, je me rends bien compte que la délinquance est devenue d’une banalité incroyable. Je vis à Marseille, l’incivilité, la violence sont devenues le quotidien des Marseillais. Pour exemple, il y a quelques semaines, j’étais sur la Canebière, face au Commissariat Noailles et des jeunes se sont arrêtés devant les portes du Commissariat et se sont permis des gestes irrévérencieux. Je m’attendais à une réaction des policiers mais rien. Si même les policiers ne réagissent plus à la petite délinquance, c’est que le malaise est certain !!! Je parle de Marseille parce que j’y vis mais le problème s’est propagé partout en France…… Nous avons des lois qui ne sont pas appliquées, un système judiciaire complètement malade et un milieu carcéral déphasé de la réalité !!!! Je suis complètement d’accord avec Colette : « Tu casses, tu répares ou tu paies la réparation ». Oui mais………. Non. Ce sont les contribuables qui règlent la note !!!!


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 3 personnes

  4. Aphadolie dit Et l’on risque de la payer très chère…Cela nous pend au nez. L’élite mondiale gravite, quant à la population elle régresse lamentablement. Je n’imagine plus leurs pensées sur nous, mais leurs projets.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.