Les Maasaï chassés de leurs terres ancestrales au profit du tourisme

Publié par

Time : 1 mn 07

 


 

Les Maasaï sont délogés de leurs terres ancestrales pour faire place aux touristes et aux chasseurs

 

Les Maasaï - 4

 

 

De plus en plus dans notre société, le tourisme prend une place importante. Même les endroits les plus reculés de la planète sont exploités afin d’attirer des touristes et de faire du profit. Une étude récente révèle que le peuple Maasaï se voit déposséder de ses terres à des fins touristiques. 

 

 

Le peuple semi-nomade chassé de ses terres ancestrales

Les Maasaïs (ou Massaïs en français) sont une population semi-nomade d’éleveurs et de guerriers d’Afrique de l’est. On les retrouve essentiellement dans le centre et le sud-ouest du Kenya et au nord de la Tanzanie. Ce peuple est surtout connu car il vit sur des terres riches sur le plan de la faune sauvage. Une partie de cette population vit d’ailleurs dans le parc national du Serengeti (région très prisée pour les safaris). Dans un rapport publié par l’Oakland Institute, on apprend que le gouvernement tanzanien tente de s’approprier leurs terres ancestrales en les intimidant. Plusieurs sociétés de tourisme étrangères sont également impliquées. Le constat est dramatique : les Maasaï ont besoin de ces terres pour cultiver et faire de l’élevage et ils les occupent depuis des générations.

 

C’est donc sous une pression certaine que ces éleveurs semi-nomades cèdent progressivement leur place au profit des touristes et des chasseurs. Le Oakland Institute révèle ainsi qu’au fil des ans, des dizaines de milliers de Maasaï se retrouvent sans abri, au nom de la préservation des écosystèmes. Le gouvernement tanzanien, en cédant les terrains à de nouveaux propriétaires ou en créant des zones « protégées », aurait poussé les Maasaï vers des parcelles de plus en plus petites où la culture et l’élevage de bétails deviennent impossibles.

 

Le résultat est terrible : les maladies et la famine se répandent au sein de cette peuplade.

 

Ces derniers dénoncent également « de la violence et des intimidations » de la part des policiers. Hélas, le gouvernement n’est pas l’unique responsable.

 

 

Les Maasaïs - 1

Plusieurs membres d’une tribu Maasaï portant des habits traditionnels

 

 

Faire de la place pour les touristes et les chasseurs

Le rapport affirme également que plusieurs entreprises de tourisme étrangères sont mêlées à tout cela. Des entreprises de safaris opérant dans le pays participent aux intimidations. La publication cite essentiellement deux entreprises, qui ont un impact dévastateur sur la vie et les moyens de subsistance des Maasaïs. Sont pointées du doigt Tanzania Conservation Limited (TCL) et Ortello Business Corporation (OBC). La première est une firme spécialisée dans l’écotourisme et est la propriété de Thomson Safaris, des voyagistes américains. D’après les Maasaï, la compagnie coopère avec la police locale pour faire interdire aux villageois l’accès à l’eau et aux terres. Le rapport souligne notamment que les policiers battent et arrêtent les autochtones.

 

Quant à Ortello Business Corporation, il s’agit d’une entreprise contrôlée depuis les Emirats Arabes Unis et qui organise des excursions de chasse pour la famille royale du pays et leurs invités. La société existe depuis 25 ans… Soit un quart de siècle à repousser et expulser violemment les Maasaï lors de parties de chasse réservées. Le rapport fait état de nombreuses maisons brûlées et du massacre de milliers d’animaux rares. Même si depuis l’an dernier, le ministère des Ressources naturelles de Tanzanie a annulé leur licence, la compagnie reste active dans la région. Les villageois vivent ainsi avec la peur constante d’être expulsés.

 

 

Les Maasaï - 2

Un éleveur Maasaï avec son troupeau dans le Serengeti

 

 

Des pratiques qui détruisent le territoire

Anuradha Mittal, la directrice de l’Oakland Institute déplore tous ces agissements. « Alors que le tourisme devient l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie tanzanienne, les safaris et les parcs à gibier font des ravages sur les vies et les moyens de subsistance des Maasaï. ». Elle rajoute d’ailleurs que cela concerne aujourd’hui énormément de territoires dans le monde et plusieurs peuples. « Il ne s’agit pas seulement d’une région spécifique, c’est une réalité qui est trop familière aux communautés autochtones du monde entier. Dans trop d’endroits, les gouvernements, les sociétés et même de grands groupes de conservation s’entendent au nom de la conservation, non seulement pour chasser les autochtones de leurs terres, mais aussi pour les forcer à disparaître. ».

 

Des révélations terribles qui font froid dans le dos et donnent à réfléchir…

 

A vrai dire, depuis les années 50 et l’adoption de lois sur la « conservation » des terres et de la faune dans le nord de la Tanzanie, les Maasaïs sont chassés de leurs terres ancestrales. Depuis lors, de nouvelles lois ont été adoptées pour réduire les droits de pâturage pour les bétails et les droits de cultiver les terres. Tout cela a abouti à des famines généralisées. Elizabeth Fraser, analyste politique pour l’Oakland Institute, se montre très critique vis-à-vis de ces exactions. « Le gouvernement tanzanien affirme que ces lois ont été créées pour protéger et conserver les écosystèmes, mais cela permet ensuite à des entreprises comme OBC de construire une piste d’atterrissage privée sur le même terrain. » Pour elle, la conclusion est évidente : « Ce n’est pas de la conservation, c’est de la destruction complète. ».

 

 

Les Maasaï - 3

De jeunes guerriers Maasaï réunis dans leur village

 

 

Dans des buts de profits clairement affichés ou sous couvert de considérations écologiques, des peuples se voient chassés de leurs terres et de leurs habitats ancestraux. Le cas des Maasaï est loin d’être isolé mais il symbolise bien le cynisme froid d’une société moderne qui voit dans ces peuples autochtones des obstacles qu’il faut éliminer tout simplement.

 

Les Maasaï - 5

 


 

Source :

https://www.oaklandinstitute.org/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maasaï

https://dailygeekshow.com/maasais-terres-tourisme/

https://thomsonsafaris.wordpress.com/2010/03/11/tcl-staff/

https://www.oaklandinstitute.org/sites/oaklandinstitute.org/files/tanzania_maasai_final_web.pdf

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/les-maasais-chasses-de-leurs-terres-au-profit-du-tourisme_123850

17 comments

  1. On en revient toujours au même problème: faire du fric!
    Pour certains, cette notion est tellement plus importante que l’existence de ces peuples, de leur culture, de leur territoire! Ceux-là ne respectent rien!

    Aimé par 2 personnes

  2. Ben oui!! Le tourisme fait des emplois. L’ordre naturel des choses, nous avons connu cela. Mais bon, notre regard d’occidental, d’ancien croyant, ayant par tout autres moyens, besoin d’absolution. Tout est bon pour se rassurer. Scandaleux ces enfants travaillant en Asie, qu’ils crève de faim. Mais, ils n’ont pas à travailler. Priorité à la bien-pensance, la réalité rien à foutre.

    Aimé par 1 personne

      1. Aphadolie dit : Pour l’Asie, c’est également scandaleux. Certes, mais quand on a dit cela, hormis faire du bon sentiment, manger, c’est vivre ou survivre. Chacun son réel du monde.

        Aimé par 1 personne

  3. Ici , il s’agit des Masaï , un peuple d’Afrique nomade , éleveur qui vit en paix , respectant la nature puisqu’il vit en symbiose avec cette dernière , mais sous je ne sais quel prétexte les gens qui se disent  » civilisés  » ( qu’est ce que çà signifie  » civilisé  » ? :Ils n’ont pas la même façon de vivre , les mêmes valeurs , c’est tout !). Veulent les chasser de leur territoire voir les exterminer en prenant un prétexte bidon alors que c’est pour faire toujours plus de profit, installer sur le territoire des usines ou ?????Qui vont polluer , détruire le domaine de vie de ces peuples ….
    Ces exploiteurs, capitalistes n’ayant pour valeur que le profit , l’argent ( valeur bien éphémère en fait ) , oublient qu’en faisant çà , ils se détruisent eux même : çà commence par l’Afrique et sa population, mais les usines et autres qu’ ils y installent vont polluer l’environnement , l’atmosphère , et cette pollution avec tout ce qu’elle amène ( maladie, sécheresse , destruction des plantations etc.….)Et alors çà leurs  » retombera dessus  » .

    Désolé , mon commentaire n’est pas très clair ….
    A plus
    F.

    Aimé par 1 personne

    1. Ne t’inquiète pas F, l’essentiel est là. Je t’ai saisi.

      Parfois, j’ai également quelques difficultés à structurer correctement mes textes ou phrases. En fait, c’est de plus en plus fréquent.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.