Santé : les tarifs des mutuelles dans le viseur de l’UFC-Que-Choisir

Publié par

 

Graphique - Hausse

 

 

Les complémentaires santés coûtent de plus en en plus cher… 

Les tarifs se sont envolés. Les cotisations aux complémentaires santés ont « explosé » ces dix dernières années, a dénoncé ce mardi l’UFC-Que choisir, pointant notamment une « dérive des frais de gestion » et une concurrence affaiblie par le manque de « lisibilité des offres ».

 

Selon une enquête de l’association de consommateurs sur les « dérives » du secteur, présentée à la presse, les cotisations versées par les assurés sont passées de « 468 euros par personne et par an en moyenne en 2006 à 688 euros en 2017 », soit une inflation de 47 %, contre 14 % pour l’économie en général. En 2017, les complémentaires disposaient de 40,5 milliards d’euros de cotisations.

 

 

Vers une « grave dérive » des frais de gestion

En outre, les complémentaires « vont voir leur rôle se renforcer » ces prochaines années, avec la mise en place du « reste à charge zéro » (remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et auditives), qui « va se répercuter » sur les tarifs, a prévenu UFC-Que choisir. Les hausses de la fiscalité ne justifient « que moins du tiers de la progression », a assuré l’UFC, pointant une « grave dérive » des frais de gestion.

 

Ceux-ci ont représenté « 7,2 milliards d’euros » de dépenses en 2016, dont 2,8 milliards en frais d’acquisition de clients (publicité, communication) et ont augmenté de 30 % depuis 2010, soit « deux fois plus que celle des prestations remboursées aux assurés » (+15 %). Ils s’élèvent pour les contrats individuels à 21,5 % de la cotisation, les taux pouvant grimper à 42 % pour certains contrats, selon des calculs basés sur l’analyse de documents commerciaux et de 207 avis d’échéance.

 

 

« L’illisibilité » des garanties santé

En revanche, le taux de redistribution, c’est-à-dire la part des cotisations revenant aux assurés sous forme de prestations, « s’effondre », a regretté l’UFC, estimant que « seulement 66 % des cotisations en moyenne », et moins de 50 % pour certains contrats, reviennent aux assurés individuels, contre 76 % pour les contrats collectifs. « Ces dérives » s’expliquent notamment « par l’illisibilité » des garanties santé, qui « empêche largement la comparaison et atténue la concurrence », a expliqué l’UFC.

 

L’association demande donc aux pouvoirs publics « d’encadrer la comparabilité des offres » et de « publier enfin l’arrêté prévu par la loi Hamon de 2014, pour une liste standardisée d’exemples de remboursements en euros » dans les brochures. Elle souhaite enfin contraindre les complémentaires à publier leur « taux de redistribution » avant toute souscription, par exemple sur internet.

 

Couple - Homme - Bras platré

 


 

Source :

https://www.20minutes.fr/sante/2288463-20180612-ufc-choisir-denonce-explosion-tarifs-mutuelles

http://www.atlantico.fr/pepites/sante-tarifs-mutuelles-dans-viseur-ufc-que-choisir-3421561.html

https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/06/12/complementaires-sante-ufc-que-choisir-denonce-une-explosion-des-tarifs

https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-complementaires-sante-lisibilite-en-berne-grave-derive-des-frais-de-gestion-n55901/

5 comments

    1. C’est simple : l’on est perdant sur toutes la ligne car malgré la pluralité des mutuelles, elles font parties d’un groupe financier qui fut gérer par l’un des frère Sarkozy via une société implantée aux États-Unis dont j’ai oublié le nom.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.