France : L’État débordé par la montée de la violence des mineurs

Publié par

 

Délinquant – Policier - 1

 

 

Cambriolages, vols de voitures, agressions sexuelles… l’hyperactivité des mineurs alarme les pouvoirs publics.

 

Elles sont neuf. Elles ont moins de 13 ans. En France, l’an dernier, ces fillettes, mais aussi 134 garçons guère plus vieux, ont été mis en cause pour vols de voitures. Et si l’on prend en compte toutes les infractions de ce type sur lesquelles la police ou la gendarmerie ont été capables de mettre un nom, les mineurs représentent désormais un mis en cause sur trois.

 

Les mineurs comptent aussi pour un quart du vivier des auteurs présumés de cambriolages de logements. Ceux que la police a pu appréhender. Les moins de 18 ans représentent 3% des mis en cause pour homicide, une proportion qui passe à 9% pour les coups et blessures volontaires.

 

Un auteur présumé sur cinq de vol avec arme signalé à la justice est un mineur. Leur part chez les mis en cause pour vols sans violence est de 24%. Et elle atteint 35% concernant les vols violents sans arme. Autre signe inquiétant : 27% des mis en cause pour violences sexuelles ont moins de 18 ans. Les moins de 13 ans mis en cause pour ces faits pèsent même 10% de l’ensemble des personnes dénoncées pour ce type d’infractions.

 

 

« Ensauvagement »

Le terme prospère à droite, à mesure que l’actualité éclaire l’hyperactivité de la délinquance juvénile. Dans la bouche des syndicalistes policiers, comme Patrice Ribeiro, patron de Synergie-officiers, il s’agit de désigner « Ces jeunes qui n’ont même plus peur de la police. ». En mars dernier, à Vaulx-en-Velin, ville emblématique des violences urbaines, bien connue de l’actuel ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, la police a arrêté un adolescent lyonnais qui avait déjà 79 affaires judiciaires à son palmarès… à 16 ans.

 

 

« Phénomènes de bandes »

Le durcissement de la génération nouvelle est-elle un fait objectif ? A-t-il à voir avec une forme de laxisme judiciaire ? Doit-il plutôt au prisme déformant de ces faits divers qui embrasent aujourd’hui les réseaux sociaux, comme cette affaire de Pau, le 18 mai dernier, qui s’est soldée par le lynchage à mort d’un trentenaire par une bande de tout jeunes mineurs ?

 

Une chose est sûre : si le traitement de la délinquance juvénile est une priorité dans le discours politique, il l’est de moins en moins dans les faits. Les chiffres que Le Figaro a pu consulter sont éloquents et indiscutables, puisqu’ils émanent du ministère de l’Intérieur lui-même.

 

On découvre ainsi que de 2010 à 2017, les mineurs mis en cause sont passés au total de 216.000 à 195.000 (-9,6%), tandis que les majeurs mis en cause sont passés de 930.000 à 884.000 (-4,9%). Alors que dans le même temps, les crimes et délits en France
métropolitaine avaient augmenté de 2,9%. Ces chiffres traduisent l’activité de la police et de la gendarmerie.

 

Graphique - Délinquance

 

« Bien sûr, il y a l’effet des attentats terroristes, car les forces de l’ordre se sont davantage mobilisées ces dernières années sur la surveillance et la sécurisation de l’espace public, ce qui a forcément laissé moins de temps pour l’investigation. », spécule un haut fonctionnaire de la police parisienne. Selon lui, la baisse des infractions relevant de l’activité des services (Iras) a pu jouer également, notamment la diminution des constats d’infractions à l’entrée, à la circulation et au séjour des étrangers en France.

 

 

Criminalité organisée

Pour Christophe Soullez, le patron de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), la nature même du vivier criminel évolue. « Il n’est pas faux de prétendre que les jeunes d’aujourd’hui sont plus durs que ceux d’hier. », déclare-t-il. Et le criminologue de décrire « Une délinquance juvénile ancrée sur certains territoires, dans certains quartiers, et trouvant indéniablement un large champ d’expression à travers des phénomènes de bandes. »

 

Dans son dernier rapport annuel, le service statistique du ministère de l’Intérieur (SSMI) constate une « surreprésentation des étrangers parmi les mis en cause » pour cambriolages ou tentatives de cambriolages dans des logements. « La très grande majorité de ces personnes sont des hommes, souvent très jeunes. », écrivent les statisticiens de Beauvau.

 

Pour Christophe Soullez, c’est une évidence, « La part importante des mineurs mis en cause pour cambriolages a directement à voir avec la criminalité organisée des ex-pays du bloc de l’Est et des Balkans notamment, qui exploitent ces enfants comme de la main-d’œuvre. ».

 

Selon lui, « Il y a bien un calcul rationnel opéré par les réseaux. », qu’ils viennent d’Afrique ou d’Europe. Le fameux « benchmarking » évoqué par Gérard Collomb ? En l’espèce, les enfants sont envoyés commettre des délits à la chaîne à la place des adultes parce qu’ils encourent en France des sanctions bien moindres que leurs aînés, voire aucune sanction pour les plus jeunes.

 

Longtemps évoquée, la refonte de l’ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs piétine. Les centres éducatifs fermés promis sous Hollande n’ont jamais vu le jour. Sous Macron, ils n’existent encore que sur le papier. Et la Chancellerie n’a jamais vraiment rompu avec l’angélisme des années Taubira. « Face à Beauvau, en matière de réforme pénale, la Place Vendôme fait finalement ce qu’elle veut. », déplore un représentant du Syndicat indépendant des commissaires (SICP). La lutte contre la récidive -surtout celle des mineurs- n’est visiblement plus une priorité.

 

Violences urbaines – Voiture brûlée

 


 

Source :

https://fr.sott.net/article/32693-L-Etat-deborde-par-la-montee-de-la-violence-des-mineurs

https://eldorhaan.wordpress.com/2018/06/16/letat-deborde-par-la-montee-de-la-violence-des-mineurs/

https://reseau-actu.tumblr.com/post/174938171321/létat-débordé-par-la-montée-de-la-violence-des

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/15/01016-20180615ARTFIG00327-l-etat-deborde-par-la-montee-de-la-violence-des-mineurs.php

9 comments

    1. pour info, si on signale, le problème vient du manque de moyens. On sait ce qui se passe, mais on n’y peut rien car ce qui ne se passe pas dans les murs de l’établissement « ne nous regarde pas ». Le chef signale à la gendarmerie et encore… ça dépendra du chef. Et quand on essaie d’agir, il n’y a qu’une assistante sociale débordée et sans moyens pour 4 établissements… c’est très compliqué de signaler, quand on appelle dans le vide.

      Aimé par 1 personne

  1. C’est très représentatif de l’espoir que les français ont de la France. Seul moyen de faire des sous c’est de passer dans des activités illicites. Entre se faire traiter comme une sous-merde par le gouvernement et pôle-emploi ou se faire un peu plus d’argent en volant une bagnole, c’est à croire qu’il n’y qu’une de ces deux options qui mène à quelque part.
    La France coule, c’est pas la faute des pauvres enseignants c’est un ensemble de facteurs et cet article montre un syndrome de ce mal-être de la France


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

  2. Grand débat, l’école n’est pas seule résponsable de l’éducation des enfants. Les parents ont un grand role aussi, c’est classique comme reparti néanmoins je le crois. Personne n’est parfait mais il y en a qui sont mieux éduqués que d’autres avec des parents sévères quand il le faut. Après c’est aussi un problème de sociète de consomation, des salaires quand on a la chance de travailler qui nous permettent a peine de vivre, mais ça c’est le cas dans tous les pays car les dépenses de tous les jours sont proportionelles. Donc les salaires de certains pays font rêver, mais ils ont le cout de vie qui va avec. La vie est difficile partout. Faudrait idéalement qu’on revienne aux valeurs de base mais avec une sociète qui pousse les gens a penser a eux en premier, ou les gentils sont prit pour des cons( Trop bon trop con….) et qui forcément vont se durcir et peut être devenir méchants a force….on en est loin. Les politiques sont la et ne pourront pas tout changer mais beaucoup de décisions dont ils prennent sont vraiment a debattre et a critiquer ou a se poser des questions si comme vous avez dit plus haut ce n’est pas voulu ce foutoir. A force de penser a notre guelle on a peut être perdu la force de la démocratie. Car les politiques donnent l’impression de jouer des pièces de theatre, c’est amusant de les voir a l’assemblée faire des tronches de gamins de 5 ans quand ils se moquent de ce que dit quelqu’un de l’oposition. Et pour conclure on ne fait pas avancer son pays quand l’oposition politique critique tout ce que le gouvernement fait(c’est valable pour tous les pays) et qui au final si un jour ils se trouvent au pouvoir font les mêmes reformes que les autres mais comme c’est eux qui sont au pouvoir c’est bien pour le coup…..comme par magie. Non comme ça on donne des faux espoirs aux gens on leur fait croire que les politiques ont la baguette magique et qu’ils vont tout changer, mais surtout on ne fait pas avancer son pays puisque on reste au même endroit. Bref de quoi écrire un roman. Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.