La vague d’ovnis à Washington, D.C en 1952 (Vidéos)

Publié par

Time : 32 s

 

Time : 18 mn 14

 


 

La vague d’ovnis à Washington, D.C en 1952

 

1952 - UFO Washington DC

 

 

Les années 50 marquent le Washington-carrousel. Le 25 août 1951, une trentaine de lumières bleuâtres passent silencieusement dans le ciel de Lubbock (Texas). Elles volent, semble-t-il en formation. Toute la ville est témoin du phénomène. Elles sont de nouveau observées cinq jours plus tard et photographiées. Mais il faudra attendre le survol de Washington, en juillet 1952, pour sensibiliser les sphères officielles aux phénomènes OVNIS.

 

Avant de nous pencher sur l’évolution de phénomène et des sentiments qu’il a suscités jusqu’ici, nous citerons deux cas particulièrement troublants. Ils justifient l’étude et défient la négation systématique. En effet, dans le premier, l’objectivité du radar, est alliée à la subjectivité de la vue. Il est raconté dans son livre « The Report on Unidentified Fling Objets », par le capitaine Ruppelt ancien directeur de la commission de l’U.S. Air Force Projet Book chargée d’analysé le phénomène. Dans le second, il y a eu observation d’un OVNI pendant une durée appréciable par l’équipage et tous les passagers d’un avion. Ce sont des faits irrécusables. Ils demeurent inexpliqués.

 

L’avion en provenance de Dayton, Ohio, se posa à National Air port, l’aérodrome de Washington D.C. Il était 10 heures du matin. L’un des passagers, un officier de l’Armée de l’Air, se dirigea d’un pas nonchalant vers la station de taxi.

 

En passant devant un kiosque à journaux, un titre attira son attention : « Des intercepteurs font la chasse aux soucoupes volantes au-dessus de Washington DC »

 

C’est ainsi que le capitaine Ruppelt, chef de la commission, Projet Blue Book, organisme chargé d’enquêter sur les objets volants non identifiés, apprit, en se rendant dans la capitale pour une visite de routine au Pentagone, la présence d’engins mystérieux dans le ciel de Washington.

 

Le capitaine Ruppelt acheta le journal, se précipita dans une cabine téléphonique et appela le commandant Fournet, un officier de renseignements du Pentagone.

 

 

Ni un ballon – Ni un avion – Ni un météore

Au pentagone, on ignorait tout. Personne n’avait cru bon d’avertir les services de renseignements et le commandant Fournet, comme Ruppelt, avait appris l’événement par les journaux. Depuis le début de la matinée, il était harcelé par une meute de reporters. Et parce qu’il ne pouvait donner la moindre explication, ceux-ci en conclurent qu’on leur cachait la vérité. Dans les éditions suivantes, de nouveaux titres parurent à la une : « L’armée de l’air ne veut pas parler »

 

Dans l’après-midi, Ruppelt se rendit chez le commandant Fournet, où se trouvait déjà l’officier de renseignements de la base aérienne de Bolling, qui avait été chargé de procéder aux premières constatations.

 

L’affaire avait commencé onze jours plus tôt. Ce jour-là, 10 juillet 1952, l’équipage d’un appareil de la National Airlines avait aperçu une lumière « trop brillante pour être un ballon éclairé et trop lente pour être un gros météore », tandis qu’il volait à une altitude de 2000 pieds, presque à la verticale de Quantico, en Virginie, au sud de Washington.

 

Le 13 juillet, les membres de l’équipage d’un appareil d’un autre avion de ligne rapportèrent avoir aperçu, alors qu’ils se trouvaient à quelque 100 km au sud-ouest de Washington, une lumière au-dessus d’eux. Elle monta à leur hauteur, glissa en planant puis, s’éleva brusquement lorsque le pilote alluma ses feux d’atterrissage. Le 14 juillet, l’équipage d’un appareil de la Pan Am qui effectuait un vol New York-Miami, signala la présence dans le ciel de Newport News, en Virginie, de huit OVNI.

 

Deux nuits plus tard, dans la même région deux hommes observèrent, mais cette fois du sol, des objets mystérieux dans le ciel. L’un d’eux était ingénieur civil du National Advisory Aeronautics Laboritory de la base de Langley et son témoignage ne pouvait être mis en doute. C’est trois nuits plus tard qu’eut lieu le ballet aérien au-dessus de Washington. Cette nuit-là, le trafic était fluide à National Aéroport. Un seul opérateur se trouvait dans le centre radar de contrôle de la circulation aérienne lorsque parut sur l’écran un groupe de sept cibles, à un point situé à l’est et un peu au sud de la base aérienne d’Andrews. Les cibles auraient pu être des avions, mais aucune formation n’était attendue dans ce secteur.

 

Perplexe, le contrôleur regarda avec attention les cibles qui semblaient voler à une vitesse de 150 à 200 km/h. Soudain, deux d’entre elles se délacèrent à une vitesse foudroyante et disparurent de l’écran et ont fit venir deux autres opérateurs. Tous furent d’accord : il ne pouvait s’agir d’avions. Peut-être était-ce dû à un mauvais fonctionnement du radar. On manda un technicien. L’homme fut formel : l’installation fonctionnait parfaitement.

 

Le chef contrôleur appela alors la tour de contrôle de National, où se trouvait un radar à plus courte portée, et la base aérienne d’Andrews. Les deux radars avaient détecté également les OVNI et tous les opérateurs constatés la vitesse fantastique à laquelle les deux cibles étaient sorties de l’écran. L’une d’elle, estimaient-ils devait voler à 11 000 km/h.

 

 

Au-dessus de la Maison-Blanche

Le chef contrôleur jeta un nouveau coup d’œil sur son écran : les OVNI étaient maintenant dans la zone interdite aux avions et survolaient la Maison Blanche et le Capitole. Il réclama immédiatement l’intervention des chasseurs-intercepteurs.

 

Peu après minuit, il appela le pilote d’un appareil de la Capital Airline qui venait de décoller de National et lui demanda de se tenir aux aguets et de lui signaler toutes les lumières inhabituelles. « Ou autre chose » – qu’il apercevait. Il n’avait pas fini de parler que le pilote se mit à hurler : « En voilà une… là…sur la droite et … elle a disparu. »

 

Le contrôleur, l’œil sur l’écran, remarqua effectivement qu’un écho avait soudainement surgi puis disparu sur la droite de l’avion de la Capital Airline. Pendant les quatorze minutes suivantes, le pilote signala six autres lumières mystérieuses. Deux heures après, le pilote d’un appareil s’apprêtait à se poser à National, venant du sud, appela la tour de contrôle. D’une voix excitée, il signala qu’une lumière le suivait à « huit heures ». Le contrôleur vérifia sur son écran. Il y avait en effet une cible derrière l’avion, un peu sur la gauche. Au centre radar de contrôle de la circulation aérienne, l’objet inconnu avait été vu aussi. L’OVNI suivit l’avion en restant légèrement sur sa gauche jusqu’à ce qu’il fût à 6 km environ de la piste d’atterrissage.

 

Au cours de la nuit, les trois radars, celui de la base d’Andrews et les deux de National, détectèrent encore une cible à un point situé à environ 5 kms au nord de Washington. Soudain, elle disparut simultanément des trois écrans. Au petit jour, le contrôleur de C.R.C.C.A. appela une nouvelle fois la tour de contrôle d’Andrews et signala aux opérateurs que sur son écran était apparue une cible qui s’approchait de la station de radio d’Andrews. Les opérateurs regardèrent au-dehors et virent « Une sphère énorme, flamboyante, de couleur orange » qui planait dans le ciel, juste au-dessus de leur station radio. C’est à ce moment qu’un chasseur F-94 décolla pour une « mission d’observation ». Mais il était trop tard. Toutes les cibles étaient sorties des écrans. L’équipage fouilla le ciel pendant quelques minutes. Ne trouvant rien d’anormal, il retourna à sa base.

 

Journal - UFO - Washington DC - 1952

 

A cache-cache avec les chasseurs

Une grande agitation régnait au Pentagone, ce lundi 21 juillet 1952. Au premier étage on s’efforçait d’écarter la presse ; au quatrième, on tenait des conférences très sérieuses entre officiers des renseignements.

 

Les sceptiques disaient qu’il s’agissait d’inversions de température. Mais un bon opérateur radar sait reconnaître les cibles provoquées par les « inversions ». Et les contrôleurs, tous gens très expérimentés, étaient formels. Ils déclarèrent que les échos radar en questions étaient causés par la réflexion des ondes contre un objet solide. D’autre part, on ne pouvait négliger les rapports faits par les pilotes des avions de ligne. Mais pour l’instant, les militaires du Pentagone étaient confrontés avec un problème plus urgent que celui de découvrir quels étaient ces objets mystérieux observés dans le ciel de Washington.

 

Il y avait ces maudits journalistes, au premier, qui cherchaient à les intimider en leur déclarant qu’ils allaient faire intervenir un membre du Congrès, s’ils n’obtenaient pas une déclaration officielle, et rien n’est plus déplaisant pour un militaire que ce genre de menace.

 

Il y eut beaucoup de paroles prononcées, au cours de la journée, mais peu de décisions prises et moins encore d’actions entreprises. Finalement, à 16 heure, on décide de s’en tenir à un no comment et de poursuivre l’enquête. Les jours suivants, le capitaine Ruppelt, de retour à Dayton, reçut des informations en provenance de tous les coins des Etats-Unis concernant des observations d’OVNI. On en avait vus au Texas, en Floride, dans le Massachusetts, dans le New-Jersey. Copies de tous les cas signalés furent envoyées au Pentagone. Peu de temps après, dans le ciel de Washington, les OVNI faisaient une nouvelle apparition.

 

Le samedi 26 juillet 1952, vers 22 h 30, les mêmes opérations radar de National qui avaient observé les OVNI sur leurs écrans, la semaine précédente, détectèrent plusieurs cibles qui se déplaçaient très lentement. Les objets mystérieux formaient un arc de cercle autour de Washington, depuis Herndon, en Virginie, jusqu’à la base d’Andrews. Cette fois, il n’y eut ni hésitation, ni flottement. Une étiquette de plastic représentant un OVNI fut aussitôt placée près de chaque écho visible sur l’écran et, lorsque toutes les cibles eurent été soigneusement marquées, le C.R.C.C.A. appela les opérateurs de la tour de contrôle de National et de la station radar de la base d’Andrews. Eux aussi avaient des OVNI sur leurs écrans.

 

Vers 23 h 30, quatre des cinq cibles étaient suivies par trois radars dans tous leurs déplacements et l’intervention de chasseurs intercepteurs fut réclamée. Il y eut encore du temps perdu mais vers minuit, deux F-94 de la base de New Castle décollaient et se dirigeaient vers la zone où les OVNI avaient été aperçus.

 

Au moment où les deux jets approchaient du point signalé, les cibles sortirent de l’écran. Du sol, on dirigea les F-94 dans les secteurs où le radar, pour la dernière fois, avait suivi les cibles, mais bien que la nuit fût claire, les pilotes ne virent rien.

 

Les-deux F-94 patrouillèrent un moment puis regagnèrent leur base. Quelques minutes après qu’ils eurent quitté la zone de Washington, les OVNI réapparaissaient sur les écrans des trois radars.

 

Ce que les contrôleurs ignoraient, c’est qu’au moment même où les OVNI disparurent de leurs écrans, les habitants de la région de Newport News commençaient à appeler la tour de contrôle de la base militaire de Langley, toute proche, pour signaler la présence, dans le ciel, d’une série de « points lumineux qui tournoyaient et changeaient de couleur ».

 

 

On enterre le mystère

Le 27 juillet vers 10 heures, on téléphone de la Maison Blanche : le Président Truman voulait savoir « ce qui se passait ». Ruppelt, prudemment, répondit que les cibles d détectées par les radars pouvaient avoir été provoquées par des phénomènes météorologiques mais aussi par les choses extérieurs à notre monde, mais il qu’il n’avait aucune preuve. Et d’heure en heure, de nouveaux ces observations d’OVNI au-dessus des Etats-Unis étaient signalées. Une chose troublait particulièrement les experts. Pour la première fois, une même observation avait été faite simultanément par l’œil et par le radar, et pas seulement à Washington.

 

En Californie, la même nuit, un pilote de F-94 avait, selon sa propre expression, « joué au chat et à la souris » avec un objet mystérieux, et il n’avait « pas aimé cela du tout ». Pendant plusieurs minutes, le F-94 avait poursuivi un OVNI et le radar du sol, comme celui du bord avaient montré que dès que le jet se rapprochait de la cible, presque à portée de tir, celle-ci, brusquement, s’éloignait à des vitesses terrifiantes. Puis, une minute plus tard, elle ralentissait suffisamment pour que le F-94 pût se rapprocher.

 

Le mardi matin, le général John Samford, chef des services de renseignements de l’U.S. Air Force au Pentagone, décida de donner une conférence de presse pour tenter d’éclaircir l’affaire des soucoupes volantes.

 

Cette conférence fut la plus longue et la plus importante donnée par l’Armée de l’Air depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le général Samford fit un louable effort pour expliquer clairement la situation mais comme l’affaire n’était pas claire, ses explications ne le furent pas non plus. A ses côtés se tenait le capitaine Roy James, de l’A.T.I.C. James était là pour répondre aux questions concernant le radar, mais comme il était arrivé de Dayton le matin même et ne connaissait de l’affaire que ce qu’il avait lu dans les journaux, que de plus, il éluda habilement les questions gênantes et se lança dans des explications d’ordre technique propres à rassurer le public.

 

Enfin, le commandant Fournet et le lieutenant Holcomb, qui étaient tous deux dans la salle de contrôle de National Airport la fameuse nuit du 26 juillet, brillaient par leur absence. Assez curieusement, cette conférence de presse pour le moins confuse, eut le résultat que souhaitait l’Armée de l’Air : la presse cessa de harceler ses services. Les réponses du capitaine James estimant que les cibles apparues sur les radars avaient pu être causées par des « inversions » dues à des phénomènes métrologiques furent interprétées par les journalistes comme une déclaration officielle de l’U.S.A.F. Et le lendemain, de Bangor à Bogota, on pouvait lire dans les journaux : « L’armée de l’air ramène l’affaire des soucoupes volantes à ses justes proportions : il s’agissait de phénomènes naturels ! »

 

Mais dans l’entourage du capitaine Ruppelt, beaucoup étaient convaincus que les OVNI étaient des vaisseaux interplanétaires et un groupe d’officiers de renseignements entreprit, dès la fin du mois de juillet, une campagne pour faire reconnaitre l’existence des OVNI.

 

Au sein de la commission Project Blue Book, on s’efforçait toujours de demeurer impartial, mais, comme le fera remarquer le capitaine Ruppelt, « Parfois, c’est difficile de dire la vérité ».

 

Capitaine Edward Ruppelt

Photo du 29 juillet 1952 montrant le Capitaine RL James, le Major Général Roger Ramey (assis, à gauche), le Capitaine Edward Ruppelt (debout, au centre), le Général John A. Samford (assis, à droite), Le colonel Donald L. Bower et BL Griffing

 


 

The truth is out there

 


 

Source :

http://www.nicap.org/rufo/contents2.htm

https://rr0.org/people/g/GresleJeanGabriel/

https://rr0.org/time/1/9/7/7/05/17/janap1462/

https://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/Washington/

https://en.wikipedia.org/wiki/1952_Washington,_D.C._UFO_incident

http://scienceetovnis.eklablog.com/le-carrousel-de-washington-p200652

https://www.ladepeche.fr/article/2013/07/01/1662198-ancien-pilote-air-france-ai-eu-preuve-existence-ovnis.html

https://books.google.fr/books?id=gL1HDwAAQBAJ&pg=PT80&lpg=PT80&dq=Lina+Creton&source=bl&ots=XCQGMVWaSi&sig=yT9DnfA9MVQshP-Vh7RSr42IRVw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi-neu0r4HcAhXDXRQKHYGLAg0Q6AEINzAF#v=onepage&q=Lina%20Creton&f=false

 

Extrait du rapport Ruppelt (Pentagone) et du journaliste Lina Creton (Historia N° 46 de 1976).

6 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.