Projet Recode, réécrire le génome humain

Publié par

 

ADN - 1

 

 

Projet d’envergure, le séquençage du génome humain a pris 13 ans et consisté à identifier tous les gènes de notre espèce. Un nouveau projet international démarre, qui consiste à réécrire le génome. Les perspectives avec ce génome artificiel sont thérapeutiques mais posent des questions éthiques.

 

Lire l’ensemble de l’information génétique contenue dans les chromosomes, c’était le but du projet Génome Humain. 15 ans de travail mené par de très nombreuses équipes internationales pour 3 milliards de dollars. 

 

L’idée à l’époque était, en décryptant le rôle de chaque gène, de comprendre la diversité humaine et d’aider à soigner des maladies jusque-là incurables par des médicaments. La thérapie génique… 

 

 

Le projet RECODE va plus loin

Réécrire un génome c’est comme si vous faisiez un reset, une remise à zéro des gènes humains. Créer un génome 100% synthétique. 

 

Peu importe l’individu de départ explique André Choulika, PDG de Cellectis. Cette société biopharmaceutique a mis au point TALEN, un outil d’édition de génome et c’est sa technologie qui va servir au consortium de l’institut Wyss pour, à la manière de ciseau, couper l’ADN pour ôter, coller, modifier… L’idée est donc d’enlever du génome humain actuel toutes les mutations, tous les défauts, toutes les particularités acquises au cours de milliers d’années d’évolution.

 

 

Mais dans quel but ce projet a-t-il été imaginé ?

Au début, les essais se feront sur des lignées cellulaires seulement. L’idée est de créer des cellules pluripotentes exemptes de fragilité, plus dynamiques, avec moins de risques de mutation. Des super cellules en somme dont l’intérêt en thérapie cellulaire est évident. Pour réparer un organe malade par exemple. Elles pourraient aussi aider à  lutter contre le cancer, selon André Choulika.

 

 

Ces cellules pourraient aussi résister aux virus ou maladies infectieuses

Au-delà des promesses thérapeutiques, cette obtention d’un génome artificiel ne nous conduit-elle pas directement vers le Meilleur des Mondes d’Alex Huxley ?

 

Au-delà de la question scientifique (les chercheurs seront-ils capables de le faire) se pose la question éthique et philosophique dans le projet Recode. Elle mérite d’être discutée hors de la sphère scientifique. Voulons-nous un surhomme ? Un homme immortel ?

 

ADN - 2

 


 

Source :

http://www.cellectis.com/en

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cas9

https://en.wikipedia.org/wiki/André_Choulika

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_génome_humain

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_synthèse_du_génome_humain

https://fr.wikipedia.org/wiki/Transcription_activator-like_effector_nuclease

https://www.franceinter.fr/emissions/futur-proche/futur-proche-15-juin-2018

13 commentaires

  1. La Nature ne fait pas d’erreurs. Plutôt que de faire des efforts pour faire de l’humain un véhicule récréatif exempt de défauts, il faudrait commencer pas changer nos sociétés pour les rendre plus humaines et agréables d’y vivre. Ce sont ces sociétés mal faites qui nous rendent malades, ce sont ces sociétés qui rendent malades la faune et la flore de notre planète.

    En ralentissant l’évolution de la race humaines, ils risquent en fait d’accélérer son extinction!

      1. Je crois que si c’est un des buts recherché, c’est parce qu’eux-mêmes ne perçoivent les choses que de manières mécaniques. Pour eux tout est question de causes à effets. N’ont-ils pas pensés que le temps n’est qu’une illusion? Et si leur but c’est de se sauver de cette illusion et de ne plus y revenir, où iront-ils? Ils auront une drôle de surprise lorsqu’ils verront que l’univers en entier est et a toujours existé, que le Big Bang c’est une superstition, et que d’observer de loin toutes les choses de la réalité, ça va être infiniment difficile d’y revenir pour changer quelque erreur que ce soit? S’ils croient que ce qu’ils font c’est bien, ils ont tort, s’ils croient que c’est mal, ont-ils raison? Moi je crois que la réalité nous appartient, et de ce fait c’est notre devoir de les empêcher de commettre des bêtises. Mais quelles bêtises, et qui doit-on empêcher de quoi?
        C’est mystère et boule de gomme, à mon avis.
        Mais pour moi ce qui est clair maintenant, c’est que nous l’humanité avons le pouvoir pour refuser des choses qui vont si on les laisse faire, rendre les inégalités plus flagrantes dans notre réalité pour nous tous.
        Parce que c’est bien un truc bidule recode project, mais la technologie ne devrait appartenir à personne. Et tout le monde qui le souhaite devrait pouvoir en bénéficier peu importe leur richesse matérielle, ou les raisons de vouloir en bénéficier. C »est simple, pour des affaires comme cela, c’est tout ou rien. PArce qu’on ne peut pas leur faire confiance pour détruire leur invention, alors la seule option légitime éthique et acceptable, c’est que tout le monde en ait accès dès le premier jour. Tout le monde dans le même bateau, et AUCUN privilégié!