Antidépresseurs : 5 alternatives efficaces

Publié par

 

Homme - Heureux - Balons

 

 

Une vaste étude de l’université d’Oxford récemment publiée montre que les antidépresseurs sont plus efficaces qu’un placebo (heureusement !). Mais ces médicaments ne sont pas anodins et présentent de nombreux effets secondaires. Quelles sont les alternatives possibles ?

 

Cette vaste méta-analyse parue dans The Lancet a inclus 522 études correspondant à 116.000 participants et 21 antidépresseurs souvent prescrits. 409 études étaient financées par l’industrie pharmaceutique. Globalement, les antidépresseurs étaient plus efficaces qu’un placebo, même si certains étaient moins efficaces que d’autres.

 

Andrea Cipriani, auteur de cette étude, a concédé dans un communiqué de l’université d’Oxford que « Les antidépresseurs peuvent être un outil efficace pour traiter la dépression avancée, mais cela ne signifie pas nécessairement que les antidépresseurs devraient toujours être le premier traitement préconisé. Les médicaments devraient toujours être considérés en parallèle d’autres options, comme les thérapies psychologiques. ». Alors quelles sont les autres solutions envisageables ?

 

 

La psychothérapie

La psychothérapie est généralement indiquée en parallèle à un traitement médicamenteux. En 2015, une étude a comparé l’efficacité d’antidépresseurs à celle des thérapies comportementales et cognitives (TCC) et a conclu que les bénéfices étaient similaires. La psychothérapie peut prendre différentes formes et s’appuyer sur des thérapies complémentaires : thérapie par l’animalart-thérapie

 

 

Du sport

L’exercice physique est un antidépresseur bien connu. De nombreuses études ont porté sur l’effet de l’exercice sur la dépression. Ainsi, en 2013, des chercheurs de l’université de Toronto ont passé en revue 30 études sur le sujet ; 25 d’entre elles montraient qu’une activité physique régulière diminuait le risque de dépression. L’exercice semble bénéfique autant en prévention qu’en traitement de la dépression.

 

 

De la méditation en pleine conscience

Dans une étude britannique réalisée sur deux ans, 424 patients dépressifs qui prenaient des antidépresseurs ont été séparés en deux groupes : un groupe a continué son traitement, tandis que l’autre a diminué progressivement son traitement pour l’arrêter, tout en suivant des séances pour pratiquer la méditation de pleine conscience (Mindfulness). Les résultats montrent que des résultats similaires ont été obtenus dans les deux groupes : dans les deux cas, il y avait une amélioration de la qualité de vie et des symptômes.

 

 

De la lumière

La luminothérapie est une autre option pour voir la vie du bon côté. En effet, la lumière du soleil agit sur la sérotonine, un régulateur de l’humeur, elle favorise aussi la production de vitamine D. En 2011, une étude sur 80.000 femmes ménopausées a montré que celles qui manquaient de vitamine D avaient plus de risque de dépression. La vitamine D peut aussi être apportée par l’alimentation ou des compléments alimentaires.

 

 

Aliments et compléments alimentaires

Notre humeur se joue aussi dans notre assiette (« Que ton aliment soit ton médicament »). Une étude qui sera présentée en avril 2018 au congrès de l’American Academy of Neurology montre qu’une alimentation riche en fruits, légumes et céréales complètes (régime DASH) diminue le risque de dépression.

 

Des études ont aussi montré que les personnes qui mangent plus de poisson souffrent moins de dépression ; ceci pourrait être dû aux oméga-3 qui influencent la sérotonine et donc l’humeur. Enfin en 2017, une étude a montré qu’une complémentation avec 500 mg de magnésium par jour, chez des patients dépressifs souffrant d’un déficit en magnésium, améliorait leurs symptômes.

 

Femme heureuse

 


 

Source :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-antidepresseurs-5-alternatives-efficaces-70314/

26 comments

  1. les études (scientifiques) sur le microdosage de psychédéliques (LSD, psylocybine) sur les personnes dépressives, post ou pré-depressives démontrent des résultats étonnants. Y’a qu’à lire les témoignages, ou les études du MAPS (OBNL scientifique qui étudie les effets des psychédéliques)

    Aimé par 1 personne

      1. il n’y en a aucune! 😀
        Aucune addiction, aucune cellule qui meurt (au contraire ça les fait croitre), apaisant, enthéogène, développe les connections du cerveau, développe la créativité, aucune folie, pas de risque d’overdose, etc
        et ça guérit, pas juste apaiser.

        Aimé par 1 personne

      2. J’ai pu lire quelques études qui ne valident pas tout tes dires.

        Mais n’étant pas médecins, je ne puis me prononcer en toute objectivité.

        J'aime

  2. Pour les raisons qu tu connais Aphadolie, je ne peux que confirmer le bien fondé de cet article!
    de plus, consommant moi même de plus en plus de poisson, fruits et légumes (non traités) je ressens un bien être et récupère plus facilement de la fatigue de ma maladie!

    Aimé par 1 personne

    1. Si l’on peut éviter la chimie des médicaments et trouver d’autres alternatives (surtout plus saines et naturelles), il ne faut surtout pas s’en priver.

      J'aime

      1. Oui et il en existe, notamment auprès des huiles essentielles qui peuvent faire des miracles.. C’est du vécu pour soigner ma fille dont tu sais ce qui lui était arrivée, ça l’est pour les insomnies de ma mère, qui pourtant prenait des somnifères depuis des dizaines d’années, et même pour moi au niveau des douleurs d’ arthrose et autres.. je ne peux que les recommander tout en précisant qu’il fait bien respecter les quantités et utilisations indiquées bien évidemment ! Il existe, même en pharmacie des manuels d’utilisation très intéressants et complets sur les soins possibles, les différentes compositions en fonction des pathologies etc… le plus impressionnant pour moi à été les massages du « syndrome des jambes qui bougent  » et autres soins pour traiter cette pathologie si difficile à vivre pour ma fille! Eh bien ça a très bien marché ! Aussi quand je vois des pub des labos pharmaceutiques qui commercialisent leurs médocs pour soigner cet effet secondaire de leurs traitements psychiatriques inadaptés, je fais des bonds! Ça me met vraiment hors de moi! Tout est bon pour faire du pognon! C’est à se demander si les effets secondaires des sevrages de leurs psychotropes neuroleptiques benzodiazépines etc… n’auraient pas été conçus avec ces effets destructeurs volontairement


        https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

        Aimé par 1 personne

      2. Bien sûr que si. Il faut qu’il y ait des effets secondaires. Imagine toi un peu un monde où il y aurait très peu de malade ; cela ne ferait pas les affaires de Big Pharma. Je suis sur certains ouvrages actuellement. Je reviendrais vers toi pour t’en faire part. C’est une nouvelle piste que je découvre.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.