Parker Solar Probe : tout ce qu’il faut savoir sur la sonde partie frôler le Soleil (Vidéos)

Publié par

Time : 1 mn 50

 

Time : 3 mn 04

 

Time : 3 mn 27 [Vostvfr]

 


 

Parker Solar Probe

 

Parker Solar Probe - 2

 

Tout ce qu’il faut savoir sur la sonde partie frôler le Soleil

 

 

La sonde Parker Solar Probe est en route vers le Soleil après un lancement réussi. Elle va s’approcher de notre étoile pour en étudier la « couronne », atmosphère mal connue d’où s’échappe le vent solaire découvert par… Eugene Parker, qui a assisté au départ.

 

Avec un peu de retard, dimanche 12 août à 3 h 31, heure locale de Floride (9 h 31, heure de Paris), la sonde Parker Solar Probe, de la Nasa, a quitté Cap Canaveral à bord d’un lanceur Delta IV en version « Heavy », avec deux propulseurs d’appoint. Dans deux mois, début octobre, elle atteindra Vénus, pour une première assistance gravitationnelle qui l’enverra sur une orbite elliptique autour du Soleil lui faisant approcher le Soleil début novembre à 24 millions de kilomètres.

 

Durant les sept années de la mission d’étude de la couronne solaire, il y aura six survols de Vénus et 24 rapprochements de la surface du Soleil. Au plus près (le point appelé périhélie), lors des trois derniers survols, le petit engin de 685 kg sera à 6,1 millions de kilomètres du centre de notre étoile, dont le rayon est d’environ 700.000 kilomètres.

 

Parker Solar Probe - 3

 

Parker Solar Probe, la sonde la plus rapide de tous les temps

Les spécialistes de la mission (voir l’article du JHUAPL) comptent d’ailleurs, plutôt qu’en kilomètres (ou, pire, en miles), en « Rs », donc en nombre de fois le rayon solaire, ou encore en UA (Unités astronomiques), sachant que la Terre est à 1 UA (environ 149 millions de kilomètres). Au périhélie, Parker Solar Probe frôlera le Soleil à 9,86 Rs, soit 0,044 UA. Au plus loin (l’aphélie), la sonde voyagera à 0,75 UA. L’orbite définitive, de 88 jours, ne sera atteinte qu’après le septième survol de Vénus. À chacun d’eux, la planète ralentira la sonde. L’engin passera à ce moment l’aphélie et cette baisse de vitesse raccourcira l’orbite, si bien que le périhélie suivant sera un peu plus rapproché du Soleil.

 

Le long de ces orbites fortement elliptiques, la vitesse de la sonde variera beaucoup. Parker Solar Probe accélérera quand elle s’approchera du Soleil et ralentira quand elle s’en éloignera. (Comme tout corps en orbite autour d’un autre. Merci à Johannes Kepler et Isaac Newton d’avoir, respectivement, découvert cela et en avoir donné une explication.) D’après la Nasa, la vitesse la plus élevée (par rapport au Soleil) sera de 692.000 km/h, ou 192 km/s, ce qui lui fera pulvériser le record pour un engin spatial, détenu jusqu’à présent, à égalité, par Helios I et II, avec 70,22 km/s. Réalisés conjointement par l’Agence spatiale allemande et la Nasa, elles avaient atteint une vitesse héliocentrique (par rapport au Soleil) de 252.792 km/h, soit 70,22 km/s.

 

Eugene N. Parker

L’astrophysicien Eugene N. Parker, qui a découvert le vent solaire, assiste au lancement de la sonde qui porte son nom. © Nasa

 


 

Le saviez-vous ?

 

 

La mission a été rebaptisée du nom de l‘astrophysicien Eugene Parker, 89 ans, professeur émérite de l’université de Chicago (voir le communiqué de la Nasa). Il a publié en 1958 la première recherche prédisant l’éjection de matière par le Soleil (et les autres étoiles), avec une vitesse et une intensité suffisante pour affecter les planètes. C’est ce que nous appelons le vent solaire. Il a aussi donné une explication au fait que la couronne solaire est plus chaude que la surface du Soleil, ce que va étudier cette sonde de la Nasa.

 

« C’est la première fois que la Nasa donne le nom d’une personne vivante à un vaisseau spatial. », a relevé Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint de l’Agence spatiale pour les missions scientifiques. « C’est un testament de l’importance de ses travaux qui ont fondé un nouveau champ de recherche scientifique et aussi inspiré mes recherches et de nombreuses questions importantes que la Nasa continue d’étudier et de mieux comprendre chaque jour ».

 


 

Comme Parker Solar Probe, elles étaient parties vers le Soleil et la gravité de notre étoile est donc le principal contributeur de cette vélocité. Sur Terre, il suffit de lâcher une pomme pour que sa vitesse augmente de 36 km/h à chaque seconde. De ce fait, cet exploit n’efface pas l’effort méritoire de New Horizons, petite sonde lancée vers l’extérieur du Système solaire (notons qu’actuellement, après sa visite à Pluton en 2015, elle arrive sur son second objectif, Ultima Thule, dans la ceinture de Kuiper). En 2006, elle avait quitté la banlieue terrestre à 45 km/s : dans ce cas, c’est comme si, sur Terre, on lançait très fort une pomme vers le haut.

 

Si près du Soleil, la température atteindra 1.400 °C et un bouclier en carbone évitera à la sonde d’être détruite.

 


 

Ce qu’il faut retenir

 

 

-. La sonde Parker Solar Probe a été lancée le 12 août 2018. Elle s’approchera aussi près du Soleil que lui permet la technologie.

 

-. En 2024, sur une orbite elliptique, elle s’approchera à moins de six millions de kilomètres de la « surface » du Soleil.

 

-. Avec ses quatre instruments, elle étudiera la couronne solaire où naît le vent solaire, découvert par Eugene N. Parker.

 

-. Son but est de mieux comprendre le Soleil et son atmosphère pour prédire les éruptions solaires et permettre de mieux s’en protéger. Nos systèmes électroniques y sont en effet sensibles.

 


 

Parker Solar Probe - 1

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parker_(sonde_spatiale)

https://www.nasa.gov/content/goddard/parker-solar-probe

https://www.cnet.com/news/nasa-parker-solar-probe-launches-sunday/

https://www.nasa.gov/press-release/nasa-ula-launch-parker-solar-probe-on-historic-journey-to-touch-sun

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-parker-solar-probe-tout-ce-quil-faut-savoir-sonde-partie-froler-soleil-67547/

8 comments

  1. J’ai vu à quelques endroits depuis quelques jours, que le mot NASA voulait dire « décevoir » en hébreux. En cherchant une source « officielle » je suis tombé sur quora. Bon, les « experts » dans quora disent tous que le mot NASA ne veut pas dire « décevoir » en hébreux. Mais ils donnent tous des définitions différentes les un des autres. Très curieux cela. :-/
    https://www.quora.com/Does-NASA-in-Hebrew-actually-mean-deceive?share=1

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.