La France collaborerait-elle au réseau d’espionnage Five Eyes ? (Vidéos)

Publié par

Time : 2 mn 08

 


 

La France collaborerait-elle au réseau d’espionnage des Five Eyes ?

 

Spy - Smartphone - Espionnage

 

 

Beaucoup de commentateurs s’étaient étonnés, l’an dernier (2013), du peu de cœur mis par les autorités européennes, et notamment françaises, dans la critique des méthodes de la NSA révélées par Edward Snowden. Et pour cause, selon l’ex-analyste, puisque les services secrets du Vieux continent ne sont pas en reste en matière de surveillance. Voire coopèrent.

 

Le programme Lustre, par exemple, associe la France avec les Five Eyes, un groupe de cinq pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, peut-être issu du programme Echelon), dans le cadre d’accords secrets signés il y a des années.

 

 

La France et les Five Eyes 

La France, l’Italie, la Suède ou encore Israël collaboreraient activement avec la NSA et son homologue britannique, le GCHQ, en fournissant des informations « de manière systématique ».  La France aurait même été mieux dotée que d’autres, puisque d’après un document interne du GCHQ, la DGSE bénéficie de liens forts avec un opérateur.

 

En juillet dernier, une enquête du Monde renforçait cette piste : pour le journal, la France aurait mis en place un ‘PRISM’ à la française. Ce qui met le doigt, là encore, sur la possible collaboration avec des entreprises françaises. Faute de grand fournisseur de service type Google ou Facebook, les yeux auraient facilement pu se tourner vers les opérateurs…

 

… Mais un rapide démenti de Matignon avait suffi à rendormir tout le monde, l’actualité autour de la surveillance ayant visiblement été trop riche au cours des mois précédents. Et l’été n’aidait pas. Il y en a cependant un qui ne dormait pas, et qui semble avoir eu accès à de nouvelles informations.

 

Jacques Follorou, journaliste au Monde et co-auteur de ladite enquête, vient de publier un nouvel article dans lequel il établit clairement les relations entre la DGSE et l’opérateur Orange. C’est un document interne du GCHQ qui l’a mis sur la piste : celui évoquant la coopération étroite de la DGSE avec « un opérateur de télécommunications français ».

 

« L’ancienneté de leurs liens, la description des savoir-faire spécifiques de l’entreprise ainsi que l’enquête du Monde permettent de conclure qu’il s’agit bien de France Télécom-Orange. », affirme le journaliste. Il n’en dit pas beaucoup plus sur ses sources – celles-ci bénéficient légalement d’un droit à la protection – mais ne fait pas dans le conditionnel.

 

 

La DGSE et Orange main dans la main 

La DGSE et Orange travailleraient donc ensemble pour améliorer les capacités d’interception de la France. Ce qui permet à Jacques Follorou de conclure que « France Télécom est un acteur important du système de surveillance en France ».

 

Le journaliste affirme, d’après les documents exhumés par Edward Snowden des archives de la NSA, que la situation serait même originale par rapport à ce que l’on connait aux Etats-Unis. Aucun contrôle judiciaire ici, même par une cour secrète : « [La DGSE] dispose surtout, à l’insu de tout contrôle, d’un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui y transitent. »

 

D’autant plus inquiétant vu la présence historique d’Orange sur les infrastructures du territoire national. Lien « consubstantiel » entre la DGSE et Orange, selon un ancien chef de service de renseignement français, et gestion la plus discrète possible.

 

Au sein d’Orange, seules quelques personnes auraient la charge de la coopération avec la DGSE, au sein de la direction des réseaux (qui contrôle les arrivées de câbles sous-marins), la direction internationale (filiales de téléphonie mobile hors du pays) et la direction sécurité, principal interlocuteur de la DGSE sur les questions de chiffrement.

 

Le Monde a interrogé Stéphane Richard, le PDG d’Orange, qui indique que des personnes « habilitées secret-défense » gèrent la relation avec l’Etat dans l’entreprise, mais qu’elles n’ont « pas à [lui] en référer ». Du côté de l’Etat, aucun commentaire, selon le journal. Quant à la DGSE, elle n’a évidemment rien vu, rien dit, rien entendu.

 

Surveillance - Votures - Spy Eyes

 


 

Rétrospective :

Time : 2 mn 29 [Vostvfr]

 


 

Five Eyes - Otan

 


 

Source :

Fr : https://fr.wikipedia.org/wiki/Five_Eyes

En : https://en.wikipedia.org/wiki/Five_Eyes

https://www.zdnet.fr/actualites/ecoutes-la-dgse-et-orange-coopereraient-pleinement-39798801.htm

https://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/20/dgse-orange-des-liaisons-incestueuses_4386264_3210.html

https://i708.blog/2018/09/03/la-france-collaborerait-elle-au-reseau-despionnage-des-cinq-yeux-il-semblerait-quil-que-oui-un-probleme-pour-les-autres-pays-europeens-et-les-citoyens-cliques/

7 comments

  1. De plus en plus effrayant ! Tout le monde ( presque ) s’en doute :  » On  » a toujours espionné la population , aujourd’hui , internet aide encore plus , participe ? à cette surveillance !
    Vive la liberté d’expression ………!
    Francis

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.