Cinq choses que vous ignoriez probablement à propos des psychopathes

Publié par

 

Psychopathe - Femme

Villanelle explique à Eve ce qu’est un psychopathe dans la culture populaire. BBC America / DR

 

 

Dans la série télévisée à succès de la BBC Killing Eve, Villanelle (Jodie Comer), une tueuse à gages psychopathe, explique à Eve Polastri (Sandra Oh) une employée des services de renseignement britanniques, qu’elle ne devrait « jamais qualifier un psychopathe de psychopathe. Ça les vexe. ». Ceci dit, elle fait la moue, mimant la contrariété.

 

La plupart des gens pensent savoir ce qu’est un psychopathe : selon eux, il s’agit de quelqu’un qui n’éprouve pas de sentiments. Quelqu’un qui a probablement torturé des animaux pour s’amuser quand il était petit. Voici pourtant cinq choses que vous ne saviez probablement pas sur les psychopathes.

 

 

1. Nous avons tous en nous une pointe de psychopathie

La psychopathie est un spectre continu, et nous nous situons tous quelque part sur ce spectre. Si vous avez déjà fait preuve d’une absence de culpabilité ou de remords, s’il vous est arrivé de ne pas ressentir d’empathie pour quelqu’un, ou si vous avez charmé quelqu’un pour obtenir ce que vous désiriez (vous vous souvenez de ce dernier entretien d’embauche ?), alors vous avez fait montre d’une attitude psychopathe. Peut-être avez-vous été intrépide, dans certaines situations, ou peut-être avez-vous déjà pris de gros risquesdeux comportements qui correspondent également à des traits psychopathiques.

 

 

2. Les psychopathes ne sont pas tous « psycho »

Patrick Bateman dans American Psycho et Hannibal Lecter dans Le Silence des Agneaux sont des archétypes de psychopathes véhiculés par la culture populaire. S’il est vrai que la plupart des tueurs en série sont effectivement des psychopathes, la grande majorité des psychopathes ne sont pas des tueurs en série : les psychopathes, qui représentent environ 1 % de la population générale, peuvent être des membres productifs de la société.

 

Leur manque d’émotions, telles que l’anxiété ou la peur, les aides en effet à rester calmes même lorsqu’ils sont confrontés à des situations effrayantes. Des expériences ont montré qu’en cas de surprise, les personnes psychopathes ont une « réaction de sursaut » moindre. Si quelqu’un vous fait peur pendant que vous regardez un film d’horreur, vous allez probablement avoir une réaction de sursaut très exagérée – en d’autres termes, vous risquez de sauter au plafond. Dans ces situations qui suscitent la peur, les psychopathes réagissent beaucoup moins intensément, si tant est qu’ils réagissent. Ils restent calmes. Ce qui peut être un trait de caractère particulièrement utile si vous êtes un soldat, un chirurgien ou un agent des forces spéciales…

 

Les psychopathes peuvent également se montrer particulièrement charmants (même si cela n’est que superficiel). Ils sont capables de prendre des risques tout en restant sûrs d’eux, de se montrer impitoyables, de se focaliser sur leurs objectifs et de prendre des décisions audacieuses. Ces caractéristiques en font des individus bien adaptés à certains environnements tels que Wall Street, les salles de réunions ou le Parlement. Dans ces milieux, les psychopathes sont capables de faire un massacre sans tuer qui que ce soit…

 

 

3. Les psychopathes préfèrent « Sex in the City » à « La Petite Maison dans la Prairie»

Les psychopathes sont plus susceptibles de vivre en ville. Ils privilégient ce que les psychologues appellent une « stratégie d’histoire de vie » dite « rapide » (fast life history strategy). C’est-à-dire qu’ils se focalisent sur l’accroissement à court terme de leurs opportunités de rapports sexuels et sur la multiplication de leurs partenaires, plutôt que d’investir leurs efforts dans des relations de long terme, dans la parentalité ou dans une vie stable. Cette stratégie est liée à leur tendance accrue à la prise de risques, et à leur égocentrisme. Les villes offrent en outre aux psychopathes davantage d’occasions de rencontrer des gens qu’ils pourront manipuler. Elles leur garantissent également un plus grand anonymat, limitant le risque d’être détectés.

 

 

4. Les femmes psychopathes sont un peu différentes

Si les hommes et femmes psychopathes sont à de nombreux égards semblables, des études ont mis en évidence plusieurs différences. Les femmes psychopathes semblent par exemple plus enclines à l’anxiété, aux problèmes émotionnels et à la promiscuité que les hommes psychopathes.

 

Certains psychologues soutiennent que la psychopathie féminine est parfois mal diagnostiquée. Elle serait confondue avec le trouble de la personnalité limite, qui se caractérise par un mauvais contrôle des émotions, des réactions impulsives et des explosions de colère. Ceci expliquerait pourquoi la plupart des études indiquent que les taux de psychopathie sont moins élevés chez les femmes.

 

Notre dernière recherche révèle quant à elle que les femmes psychopathes semblent préférer entretenir, à court terme, des relations avec des hommes non psychopathes, peut-être pour jouer avec eux ou parce qu’il leur est aisé de les berner ou de les manipuler. Toutefois, pour ses relations à long terme, une femme psychopathe choisira un autre psychopathe. À la fin des fins, qui se ressemble s’assemble…

 

 

5. Les psychopathes ont des sentiments… Enfin, certains sentiments

Bien que les psychopathes présentent un déficit spécifique lié à certaines émotions, telles que l’anxiété, la peur et la tristesse, ils peuvent, comme la plupart d’entre nous, en ressentir d’autres, telles que le bonheur, la joie, la surprise et le dégoût. S’ils doivent lutter pour décrypter les visages craintifs ou tristes, et s’ils sont moins sensibles aux menaces et aux punitions, ils peuvent néanmoins identifier les visages heureux, et ils répondent positivement aux gratifications.

 

Cependant, si le fait de gagner un billet de cinq euros peut vous mettre de bonne humeur, il faudra un gain bien plus important pour exciter un psychopathe. Autrement dit, les psychopathes peuvent se sentir heureux et motivés, mais à condition que la récompense soit suffisamment élevée. Ils peuvent évidemment aussi se mettre en colère, surtout en réponse à la provocation, ou ressentir de la frustration lorsque leurs objectifs sont contrecarrés.

 

 

Casino

Les psychopathes aiment les enjeux importants.  F8 studio/Shutterstock.com

 

 

Au final, donc, Villanelle a raison, dans une certaine mesure : vous pouvez heurter les sentiments d’un psychopathe. Mais probablement pas ceux auxquels vous pensez, et pas pour les raisons que vous imaginez…

 

Theconversation

 


 

Jack Nicholson - Shining

Jack Nicholson – Shining (1980)

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathologie

https://psychisme.org/Psychopatho/Reperage.html

http://www.slate.fr/story/168275/cinq-choses-psychopathes-psychologie-idees-recues

http://theconversation.com/cinq-choses-que-vous-ignoriez-a-propos-des-psychopathes-104550

https://www.sudouest.fr/2018/10/07/cinq-choses-que-vous-ignoriez-probablement-a-propos-des-psychopathes-5457395-10275.php

 

 

 

29 comments

  1. Voilà un article super interessant. Inattendu et qui m’a interpellée. Bien evidemment lorsqu’on écrit, on est confronté a des personnages dont on va devoir dressé un portrait psychologique, mine de rien. Et ces choses que j’ignorais, effectivement, sont une aide précieuse. Merci pour cet article.
    A bientôt.

    Aimé par 3 personnes

  2. Je n’ai pas vraiment aimé cet article. S’il provient de ‘The conversation’, alors je comprends pourquoi ^^.

    D’abord, le verbe ‘être’ ne doit jamais être utilisé à la légère. On ne peut juste pas dire ça, qu’une personne est psychopathe, ou bien qu’elle est un peu psychopathe (même l’appropriation qu’ils ont fait du mot ‘spectre’ est erronée!) parce que certaines actions passées ou présents de cette personne ne sont pas considérées comme vertueuses moralement selon la conception du moment de ce qui est considérée comme Bien ou comme Mal! Dire qu’une personne est psychopathe, ça devrait vraiment juste être fait lorsque la personne a effectivement la mauvaise habitude de faire des actions qui nuisent au psychisme de la
    collectivité (et par collectivité, je veux dire de réels êtres humains, et non pas une abstraction abusive du fait de vivre ensemble qu’on nommerait ‘société’, et dont la remise en question de cette abstraction structurelle par des moyens qui ne font pas l’affaire des têtes dirigeantes serait à son tour un signe quelconque de psychopathie, sociopathie, etc). Quand on dit que telle personne EST psychopathe, c’est qu’on décide qu’on connait mieux que cette personne les raisons pour ses divers comportements, qu’on juge de la légitimité de cette personne à exercer son libre-arbitre, et que pour s’assurer que cette personne soit plus facilement reconnaissable à l’avenir on lui fait porter notre jugement du moment envers elle. La personne devient alors un ou une PSYCHOPATHE. Dans une société comme la nôtre où les rapports humains peuvent être difficiles à établir, on use souvent à tort ou à raison, de raccourcis pour aider à différencier le bon grain de l’ivraie. Cette manière de faire est non seulement pas du tout infaillible, mais en plus est est paradoxale: C’est souvent ceux qui jugent les autres qui sont eux-mêmes dangereux pour les autres, et non le contraire! Alors si une rumeur court comme quoi telle ou telle personne est ou serait psychopathe, évidemment pour que cette personne puisse avoir des rapports sociaux harmonieux avec d’autres personnes, il faut d’abord que l’autre soit capable de passer OUTRE le voile d’illusions qui maintient en place l’influence indue qu’ont certains maîtres du culte (On les connait bien, ceux-là 😉 ) à faire tourner les choses dans ce monde ‘à leur façon’. Mais pour ça, ça prend quand-même un minimum de maturité, maturité qui fait défaut chez beaucoup trop de nos congénères les babouins du monde du travail. Alors, si un reconnu ‘psychopathe’ veut se former un cercle d’amitié, il devra le faire chez des personnes marginales qui n’ont pas nécessairement d’influences sur la société, ni de moyens financiers qui leur permettraient de passer outre la débilité de la majorité.

    Alors donc, le simple fait de dire qu’on est à peu près tous et toutes UN PEU psychopathes, pour moi ça c’est du délire pur et simple. Cette manière de conceptualiser les choses n’a pour but que l’imposition d’un seul type d’intelligence. Cette intelligence s’impose comme un fait établi lorsque tous les esprits humains sont en ‘ordre’. Ce que je veux dire, c’est que, lorsqu’on se soumet à une structure hiérarchique du comment et du pourquoi telle chose est vraie et pas une autre, on devient pour ainsi dire, esclave d’un système. Et après ça, bonne chance pour vous en affranchir, puisque ce sera votre esprit, et non votre corps, qui sera esclave!
    Dans tous système hiérarchique, les ordres viennent d’en haut, et se propagent jusqu’en bas. Pour donner un exemple frappant, dans une telle hiérarchie, si vous êtes considérés comme des psychopathes, c’est que plus haut dans la hiérarchie, il y a quelque chose qui détermine la manière dont vous devrez vous comporter, et les raisons qui seront reconnus comme valides pour ces comportements de votre part. Et bien sûr, si jamais vos comportement déviaient de ce qui était prévu, alors ça aussi ça va être expliqué de par le fait que vous êtes psychopathe, puisque vous héritez des attributs de plus haut dans votre section de l’arbre hiérarchique sociétal. Parce que ces comportements imprévus seront considérés comme Mal du fait qu’ils ne correspondent pas à ce qui vous était permis de faire de part votre statut de subalterne de la catégorie ‘psychopathe’, vous devrez en assumer les ‘conséquences’. Cette idée de séparer comme ça les conséquences réelles d’une action, et d’ensuite dire que parce que cette action était « mauvaise », alors les conséquences de cette action doivent être une punition quelconque, est un moyen toujours aussi efficace qu’ont les maîtres du culte pour nous imposer leur façon de faire. Bien sûr, pour exactement les mêmes actions que les vôtres, mais posées cette fois-ci par des personnes qui proviennent d’une autre branche de la hiérarchie, les ‘conséquences’ seront fort différentes, si il Y A des conséquences justement (car le but ici c’est de punir certains comportements venant de certains types de personnes, et RIEN D’AUTRE).

    J’ai déjà beaucoup écrit, et je n’ai pas vraiment envie de continuer ce commentaire. Mais en terminant, voici une conclusion qui va peut-être faire jaser:

    Le premier paragraphe de l’article ici est:  »
    Dans la série télévisée à succès de la BBC Killing Eve, Villanelle (Jodie Comer), une tueuse à gages psychopathe, explique à Eve Polastri (Sandra Oh) une employée des services de renseignement britanniques, qu’elle ne devrait « jamais qualifier un psychopathe de psychopathe. Ça les vexe. ». Ceci dit, elle fait la moue, mimant la contrariété.
    « .

    Je ne comprends juste pas ce que ça vient faire ici, vraiment. Mon explication, c’est que le but de ce paragraphe c’est d’instituer une sorte de confusion émotionnelle chez le lecteur qui le rendra réceptif au reste de l’article. Parce que le « jamais qualifier un psychopathe de psychopathe. Ça les vexe. » pour moi c’est du gros n’importe quoi. Que ça soit vrai ou faux, au niveau intellectuel c’est juste de la bullshit. Et alors pour savoir comment comprendre cette phrase, il faut user de son cœur, de son instinct, de ses émotions. On entre alors dans un processus de réflexion et de contemplation, mais parce que le reste de l’article est facile à comprendre intellectuellement, alors ça vient perturber la réflexion du lecteur pour le faire dévier d’une compréhension autre des choses, compréhension qui selon moi n’aurait pas fait l’affaire de The Conversation!

    Désolé, Aphadolie, il fallait que ça sorte.

    J'aime

    1. Est-ce cet article auquel tu faisais référence ?

      Désolé il avait atterri dans ‘Mes indésirables’. Mais c’est curieux car il me semblait l’avoir vu…

      Sa source est multiple…

      J'aime

  3. Cet article est écrit contre moi, on le ressent à chaque ligne, je ne vous ai pourtant rien fait ! Pourquoi me harceler à ce point et s’acharner sur quelqu’un qui veut juste vivre tranquillement ? Vous êtes jaloux c’est ça ? Je suis pourtant comme tout le monde, je ne cherche pas la publicité, pourquoi un tel acharnement ? Tous vos articles contiennent une pique envers moi, c’est subtilement dissimulé mais je ne suis pas dupe vous savez ! Vous aimez me viser en choisissant vos sujets à croire que vous avez créer ce site uniquement pour me nuire. Je veux le bien de tous mais je ne supporte pas que l’on me fasse du mal, tenez-le vous pour dit !
    PS : 🙂


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 3 personnes

  4. Mouais. Un psychopathe est désaffecté. En conséquence, il va singer les émotions qu’il ne connais pas.
    Mais il est guidé par ses instincts primaires. C’est un peu plus compliqué que ce que tu écris 😋
    Il n’a pas la notion de bien ou de mal.
    Et leur plaisir à toujours besoin de « plus ». Ils ne sont jamais satisfaits. Ils sont dangereux.
    Je ne sais pas trop ce que montrent les séries TV mais elles sont hors du réel. Les personnages n’ont rien de scientifiques.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

      1. Il te semble que j’ai rêvé?! Oh, lalalalalal, je crois que je vais devoir faire un p’tit miracle, là…
        Hehe…he he…he he he… (genre d’incantation magique, hehe…he he… he he he…)
        Je suis très sérieux, en plus. C’est bien ça le pire!

        Aimé par 1 personne

      2. Bon, hé bien, les he he…he he he … semblent avoir marché. Je peux donc faire mon petit miracle (ben non, j’avais juste sauvé mon commentaire dans un fichier avant de l’envoyer, je suis pas débile de même moi, de croire que des he he, he he he ça fait des affaires plus spéciales que de juste faire rire ^^)… he he…he he he…

        Je n’ai pas vraiment aimé cet article. S’il provient de ‘The conversation’, alors je comprends pourquoi ^^.

        D’abord, le verbe ‘être’ ne doit jamais être utilisé à la légère. On ne peut juste pas dire ça, qu’une personne est psychopathe, ou bien qu’elle est un peu psychopathe (même l’appropriation qu’ils ont fait du mot ‘spectre’ est erronée!) parce que certaines actions passées ou présents de cette personne ne sont pas considérées comme vertueuses moralement selon la conception du moment de ce qui est considérée comme Bien ou comme Mal! Dire qu’une personne est psychopathe, ça devrait vraiment juste être fait lorsque la personne a effectivement la mauvaise habitude de faire des actions qui nuisent au psychisme de la
        collectivité (et par collectivité, je veux dire de réels êtres humains, et non pas une abstraction abusive du fait de vivre ensemble qu’on nommerait ‘société’, et dont la remise en question de cette abstraction structurelle par des moyens qui ne font pas l’affaire des têtes dirigeantes serait à son tour un signe quelconque de psychopathie, sociopathie, etc). Quand on dit que telle personne EST psychopathe, c’est qu’on décide qu’on connait mieux que cette personne les raisons pour ses divers comportements, qu’on juge de la légitimité de cette personne à exercer son libre-arbitre, et que pour s’assurer que cette personne soit plus facilement reconnaissable à l’avenir on lui fait porter notre jugement du moment envers elle. La personne devient alors un ou une PSYCHOPATHE. Dans une société comme la nôtre où les rapports humains peuvent être difficiles à établir, on use souvent à tort ou à raison, de raccourcis pour aider à différencier le bon grain de l’ivraie. Cette manière de faire est non seulement pas du tout infaillible, mais en plus est est paradoxale: C’est souvent ceux qui jugent les autres qui sont eux-mêmes dangereux pour les autres, et non le contraire! Alors si une rumeur court comme quoi telle ou telle personne est ou serait psychopathe, évidemment pour que cette personne puisse avoir des rapports sociaux harmonieux avec d’autres personnes, il faut d’abord que l’autre soit capable de passer OUTRE le voile d’illusions qui maintient en place l’influence indue qu’ont certains maîtres du culte (On les connait bien, ceux-là 😉 ) à faire tourner les choses dans ce monde ‘à leur façon’. Mais pour ça, ça prend quand-même un minimum de maturité, maturité qui fait défaut chez beaucoup trop de nos congénères les babouins du monde du travail. Alors, si un reconnu ‘psychopathe’ veut se former un cercle d’amitié, il devra le faire chez des personnes marginales qui n’ont pas nécessairement d’influences sur la société, ni de moyens financiers qui leur permettraient de passer outre la débilité de la majorité.

        Alors donc, le simple fait de dire qu’on est à peu près tous et toutes UN PEU psychopathes, pour moi ça c’est du délire pur et simple. Cette manière de conceptualiser les choses n’a pour but que l’imposition d’un seul type d’intelligence. Cette intelligence s’impose comme un fait établi lorsque tous les esprits humains sont en ‘ordre’. Ce que je veux dire, c’est que, lorsqu’on se soumet à une structure hiérarchique du comment et du pourquoi telle chose est vraie et pas une autre, on devient pour ainsi dire, esclave d’un système. Et après ça, bonne chance pour vous en affranchir, puisque ce sera votre esprit, et non votre corps, qui sera esclave!
        Dans tous système hiérarchique, les ordres viennent d’en haut, et se propagent jusqu’en bas. Pour donner un exemple frappant, dans une telle hiérarchie, si vous êtes considérés comme des psychopathes, c’est que plus haut dans la hiérarchie, il y a quelque chose qui détermine la manière dont vous devrez vous comporter, et les raisons qui seront reconnus comme valides pour ces comportements de votre part. Et bien sûr, si jamais vos comportement déviaient de ce qui était prévu, alors ça aussi ça va être expliqué de par le fait que vous êtes psychopathe, puisque vous héritez des attributs de plus haut dans votre section de l’arbre hiérarchique sociétal. Parce que ces comportements imprévus seront considérés comme Mal du fait qu’ils ne correspondent pas à ce qui vous était permis de faire de part votre statut de subalterne de la catégorie ‘psychopathe’, vous devrez en assumer les ‘conséquences’. Cette idée de séparer comme ça les conséquences réelles d’une action, et d’ensuite dire que parce que cette action était « mauvaise », alors les conséquences de cette action doivent être une punition quelconque, est un moyen toujours aussi efficace qu’ont les maîtres du culte pour nous imposer leur façon de faire. Bien sûr, pour exactement les mêmes actions que les vôtres, mais posées cette fois-ci par des personnes qui proviennent d’une autre branche de la hiérarchie, les ‘conséquences’ seront fort différentes, si il Y A des conséquences justement (car le but ici c’est de punir certains comportements venant de certains types de personnes, et RIEN D’AUTRE).

        J’ai déjà beaucoup écrit, et je n’ai pas vraiment envie de continuer ce commentaire. Mais en terminant, voici une conclusion qui va peut-être faire jaser:

        Le premier paragraphe de l’article ici est:  »
        Dans la série télévisée à succès de la BBC Killing Eve, Villanelle (Jodie Comer), une tueuse à gages psychopathe, explique à Eve Polastri (Sandra Oh) une employée des services de renseignement britanniques, qu’elle ne devrait « jamais qualifier un psychopathe de psychopathe. Ça les vexe. ». Ceci dit, elle fait la moue, mimant la contrariété.
        « .

        Je ne comprends juste pas ce que ça vient faire ici, vraiment. Mon explication, c’est que le but de ce paragraphe c’est d’instituer une sorte de confusion émotionnelle chez le lecteur qui le rendra réceptif au reste de l’article. Parce que le « jamais qualifier un psychopathe de psychopathe. Ça les vexe. » pour moi c’est du gros n’importe quoi. Que ça soit vrai ou faux, au niveau intellectuel c’est juste de la bullshit. Et alors pour savoir comment comprendre cette phrase, il faut user de son cœur, de son instinct, de ses émotions. On entre alors dans un processus de réflexion et de contemplation, mais parce que le reste de l’article est facile à comprendre intellectuellement, alors ça vient perturber la réflexion du lecteur pour le faire dévier d’une compréhension autre des choses, compréhension qui selon moi n’aurait pas fait l’affaire de The Conversation!

        Désolé, Aphadolie, il fallait que ça sorte.

        Aimé par 1 personne

      3. C’était quand-même assez osé de leur part de demander à un jeune garçon de porter un costume en Lycra (et non pas du LICRA, organe sexuel de nos amis des ****** http://www.licra.org/ ).

        Mais en voyant la vidéo, c’est clair pour moi que les gamins ont eu beaucoup de plaisir à tourner ce vidéo…

        Parce que, oui, Aphadolie, ça aurait pu être pire, ça aurait même pu être…BIEN PIRE…
        Mais c’est-tu pas un cutie, ce Roger Taylor, dans cette dernière vidéo? 😀 🙂

        Aimé par 1 personne

      4. Je ne crois pas que le groupe légendaire Queen, ou Freddy Mercury en particulier, aient quoi que ce soit à voir avec la situation actuelle. Les psychopathes ne se laissent pas influencer par la culture en général (en fait je ne sais pas, et je m’en fiche car nous sommes en guerre etc etc…etc etc etc…).

        Bon, ici, l’ennemie à propos de la pédophilie en France, c’est elle:

        NON, PAS LA BELLE FEMME DU CLUB CACA, NON NON NON ET ARCHI NON!
        C’est Marlène Schiappa, la coupable, c’est elle qui a fait le coup!
        Je sais, c’est pas du tout éthique de ma part d’avoir utilisé une belle photo de même pour faire un statement politique, mais comme je me fiche royalement des INTERLECTUAL PROPERTIES, bin, on comprends où je veux en venir, non?

        Enfin, pour terminer, je remets ici cette belle citation, qui dans les circonstances actuelles, est plus qu’à propos. Parce que même dans des moments de découragement, ou de doute, il ne faut surtout pas lâcher la patente!

        Aimé par 1 personne

      5. Marlène Schiappa est une exécutante. C’est comme tu le sais un programme d’ingénierie sociale qui remonte à plusieurs décennies.

        Quasiment toutes les instituions et politiques sont sous la coupe d’une toute petite minorité de nantis. Mais là, je ne t’apprends rien.

        Aimé par 1 personne

      6. Hé Aphadolie, je viens d’en faire toute une grosse. Valide pas ce commentaire si tu veuz pas avoir de pétrin (toi aussi?, moi en tout cas j’en ai rien à cirer, on est en guerre, clisse!)

        Aimé par 1 personne

  5. Dans la série télévisée à succès de la BBC. Il n’y a plus que cela, à la télé visions. Des crimes et des crimes sur pratiquement toutes les chaines et bien souvent, en plus c’est dégueulasse. C’est vraiment malsain.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.