L’US Navy transforme de l’eau de mer en carburant [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 53 [Vostvfr] / [1]

 


 

Comment l’US Navy transforme de l’eau de mer en carburant

 

Porte-avions américain Dwight Eisenhower

Porte-avions américain Dwight Eisenhower (pour illustration)

 

 

Les chercheurs de la Marine américaine ont réussi à transformer de l’eau de mer en carburant, espérant à terme s’affranchir de la dépendance au pétrole. Voici comment.

 

Après la voile et la vapeur, la Marine américaine pense avoir la pierre philosophale pour propulser ses navires : ses chercheurs ont réussi à transformer de l’eau de mer en carburant, espérant à terme s’affranchir de la dépendance au pétrole.

 

Les chercheurs du Naval Research Laboratory (NRL) ont démontré la viabilité du concept en parvenant à faire voler un modèle réduit d’avion avec du carburant produit à partir d’eau de mer.

 

« C’est une étape énorme. », se félicite le vice-amiral Philip Cullom, chef d’état-major adjoint de l’US Navy, qui cherche à se désengager de sa dépendance au pétrole et des variations de son prix.

 

Et la Marine est gourmande : en 2011, la Navy a consommé près de deux millions de tonnes de carburant. La transformation d’eau de mer en kérosène pourrait coûter à terme entre 3 et 6 dollars par gallon (3,8 litres), espère le NRL.

 

Après neuf ans de travail sur le sujet, Heather Willauer, une chimiste du NRL ne cache pas sa joie : « Pour la première fois, nous avons été capables de mettre au point une technologie pour capturer de façon simultanée le CO2 et l’hydrogène contenue dans l’eau de mer et d’en faire un carburant liquide, c’est une percée importante ».

 

L’idée de départ est simple : les hydrocarbures sont composés de carbone et d’hydrogène, présents en grande quantité dans l’eau de mer. En capturant le dioxyde de carbone (CO2) et l’hydrogène contenus dans l’océan, il est possible de produire un kérosène de synthèse utilisable dans les moteurs de navires ou d’avions.

 

 

The Electrolytic Cation Exchange Module (E-CEM)

The Electrolytic Cation Exchange Module (E-CEM)

 

 

Directement utilisable

Le CO2 -dont la concentration est 140 fois plus importante dans l’océan que dans l’air– et l’hydrogène sont capturés par un processus d’électrolyse et ensuite liquéfiés et transformés en hydrocarbures.

 

Ce carburant a sensiblement la même apparence et la même odeur qu’un kérosène conventionnel, assure Heather Willauer. Surtout, le grand avantage, selon le vice-amiral Cullom, est qu’il est directement utilisable dans les moteurs de navires et d’avions actuels. Pas besoin donc de mettre au point de nouveaux moteurs.

 

La production de ce carburant ne s’effectue pour l’instant qu’en petites quantités en laboratoire. L’unité de production, dont les divers éléments sont disponibles dans le commerce, est installée sur une palette d’environ 1,5 mètre de côté. Pour passer à une quantité industrielle, il suffira de multiplier les unités de production.

 

Mais avant cela, en partenariat avec plusieurs universités, le laboratoire veut améliorer encore la quantité de CO2 et d’hydrogène capturés. « Nous avons démontré la faisabilité, nous voulons améliorer l’efficacité. », explique Heather Willauer.

 

Les implications de cette innovation sont prometteuses sur le plan stratégique car elles devraient permettre de raccourcir la chaîne logistique, un maillon faible dans chaque armée car plus facile à attaquer.

 

Dans la Marine, « On ne va pas nécessairement à la station-service pour se ravitailler, c’est la station-service qui vient à nous par le biais d’un pétrolier ou d’un navire de ravitaillement. », explique le vice-amiral Cullom. Les Etats-Unis disposent d’une flotte de 15 pétroliers-ravitailleurs militaires.

 

Seuls les porte-avions sont dotés d’une propulsion nucléaire. Tous les autres navires doivent fréquemment abandonner leur mission pendant quelques heures pour naviguer en parallèle avec le pétrolier le temps de faire le plein, une opération délicate, surtout par gros temps.

 

Mais les chercheurs préviennent : il faut encore compter dix ans au moins avant que les navires américains soient en mesure de produire à bord leur propre carburant. [1]

 


 

Time : 5 mn 21 [Vostvfr] / [2]

 


 

Valable également pour les voitures : présentation de l’E-sportslimousine

 

Time : 2 mn 31 / [3]

 

Chez le pompiste du futur, on demandera peut-être un plein d’eau salée. C’est en tout cas ce qui fait tourner l’e-sportslimousine. Cette voiture de sport qui ressemble un peu à une Tesla est équipée de deux réservoirs de 200 litres, remplis d’eau de mer et chargés d’ions positifs et négatifs.

 

L’avantage : une autonomie de 800 km, bien plus que les voitures électriques classiques.

 

BFMTV : lundi 3 octobre 2016, présenté par Anthony Morel.

 


 

Mer - 1

 


 

Source :

https://www.pnas.org/content/early/2019/03/12/1900556116

https://www.sciencedaily.com/releases/2014/04/140409075907.htm

https://www.nrl.navy.mil/news/releases/nrl-fuel-sea-concept-receives-popular-science-best-whats-new-award

https://www.nrl.navy.mil/news/releases/scale-model-wwii-craft-takes-flight-fuel-sea-concept

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/comment-l-us-navy-transforme-de-l-eau-de-mer-en-carburant_17955

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/l-eau-de-mer-et-l-energie-soliare-le-carburant-des-voitures-du-futur-873017.html

 

Article :

Challenges / AFP / U.S. Naval Research Laboratory

 

Note :

[1] L’article date de 2014 et le concept remonte bien avant cette déclaration officielle.

 

Video :

[1] Creating Fuel from Seawater – USNRL / YouTube

[2] US NAVY USING SEAWATER FOR FUEL!!!! Hydrogen hho fuel. – delvis11 / YouTube

[3] QUANT e-Sportlimousine with nanoFLOWCELL® drive – nanoFlowcell / YouTube

 

Voir notamment sur le même sujet :

Un nouveau procédé pour faire du feu avec de l’eau [Vidéo]

Il y a 10 ans une société japonaise proposait une voiture fonctionnant à l’eau et depuis… [Vidéos]

Stanley Meyer, l’un des inventeurs du moteur à eau décède au restaurant en criant : « Ils m’ont empoisonné ! » [Vidéos]

8 commentaires

  1. Enfin une nouvelle optimiste pour l’avenir. Et il semble que la ‘source’ d’eau salée ne risque pas de se tarir!
    De toutes façons pour les quelques années à venir n’importe quelle solution sera meilleure que cette ineptie de voiture ‘nucléaire’… Oups, j’ai nucléaire? C’est vrai qu’on dit ‘électrique’, mais en France avec 75% d’électricité produite par le nucléaire, on peut sans autre utiliser le terme de ‘voiture nucléaire’. J’ajouterai même que l’obligation d’arborer un autocollant « Sponsorisé par Fessenheim » ne serait pas une mauvaise idée. Bonne journée!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.