Pourquoi le béton de la Rome antique est-il bien plus résistant que le béton moderne ? [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 12 / [1]

 


 

Architecture Rome antique - 2

Pour illustration

 

 

Une équipe de chercheurs américains a réussi à percer le mystère autour de l’incroyable résistance du « béton romain ». Son secret résiderait dans sa composition et la présence d’un ingrédient très particulier. 

 

Plus de 2 000 plus tard, certaines bâtisses construites à l’époque de l’Empire romain faiblissent avec le temps mais ne cèdent pas. Quel est le secret de ces constructions en béton qui semblent intouchables ? Des scientifiques américains pensent aujourd’hui avoir trouvé la réponse, résolvant ce qui est quasiment devenue une énigme au fil du temps.

 

En comparant le béton moderne et la version romaine, ces chercheurs de l’Université de l’Utah (États-Unis) ont en effet confirmé que le second était bien plus résistant, en particulier lorsqu’il s’agissait de constructions semi-marines comme des jetées ou des structures portuaires. Plus étonnant, les études ont déterminé que le matériau s’était même renforcé avec le temps.

 

 

Une composition savamment pensée

Le secret du béton romain réside en réalité dans sa composition : un mélange de chaux, de cendres et roches volcaniques mais également d’eau de mer. Et contre toute attente, c’est l’eau salée qui constituerait l’élément fort du mélange. Elle provoquerait une réaction chimique avec les matériaux volcaniques, amenant à la création de minéraux qui renforceraient le béton.

 

Une prouesse vivement saluée par les scientifiques. « Les Romains ont consacré [à cette recette] énormément de travail, c’était des gens très très intelligents. », s’est réjouie pour The Guardian, Marie Jackson, géologue à l’Université de l’Utah et principal auteur de l’étude publiée dans la revue American Mineralogist.

 

Mais les scientifiques n’en sont pas restés là. Au cours d’une précédente étude, ils avaient déjà analysé des échantillons prélevés au cœur de structures romaines et découvert la présence d’un minéral très particulier : de la tobermorite alumineuse. C’est « Une substance rare, qui est difficile à fabriquer. », écrivent-ils.

 

 

La naissance d’un minéral rare et difficile à fabriquer

Fabriquer ce minéral en laboratoire requiert des températures élevées pour n’obtenir qu’une petite quantité de tobermorite alumineuse. Outre cette substance, les scientifiques ont constaté la présence d’un autre minéral appelé phillipsite. Comment ceux-ci parviennent-ils à se former dans le béton romain ?

 

Auparavant, les scientifiques pensaient que c’était simplement la réaction chimique provoquée par l’assemblage des différents éléments précédemment évoqués qui favorisait l’apparition de ces minéraux. Le mélange aurait généré une certaine chaleur conduisant à de la « tobermorite alumineuse ».

 

Après avoir une nouvelle fois analysée ces échantillons, Jackson et son équipe ont toutefois fait la découverte d’un autre processus de fabrication de la substance. « En revenant sur le béton, j’ai trouvé une grande quantité tobermorite qui croissait à travers le tissu du béton, souvent en association avec phillipsite [un autre minéral]. », a-t-elle expliqué.

 

 

Architecture Rome antique - 3

Pour illustration

 

 

L’eau de mer, l’allié du béton d’antan

Plus concrètement, l’équipe a constaté qu’au fil du temps, l’eau de mer s’est infiltrée à travers le béton ce qui a permis la dissolution des cristaux et des verres volcaniques, qui ont alors été remplacés par de la tobermorite alumineuse et le phillipsite. Et c’est l’augmentation de ces cristaux à la forme plate qui a permis avec le temps de renforcer le matériau avec l’âge.

 

Le béton moderne lui, n’est pas supposé subir de tels changements et se dégrade donc lorsqu’il est en contact avec certains matériaux. Et pourquoi ne pas s’inspirer des Romains pour modifier notre fabrication ? Malheureusement, « La recette a été complètement perdue. », a souligné Jackson. Par ailleurs, les Romains étaient plutôt chanceux quant aux roches dont ils disposaient.

 

Cette recherche « ouvre une perspective complètement nouvelle de la façon dont le béton peut être produit – que ce que nous considérons comme des processus de corrosion peut en fait produire du ciment minéral extrêmement bénéfique et conduire à une résistance continue. », a conclu Marie Jackson.

 


 

Comment l’eau de mer renforce le béton romain – Université de l’Utah

 

Time : 59 s / [2]

 


 

Autour de l’an 79 après l’ère commune, l’auteur romain Pline l’Ancien a écrit dans son Naturalis Historia que les structures de béton dans les ports, exposés à l’assaut constant des vagues d’eau salée, deviennent une seule masse de pierre, imperméables pour les vagues et qui se renforcent chaque jour.

 

 

Pline n’exagérait pas. Alors que les structures modernes en béton marin s’effondrent en quelques décennies, les piliers et les brise-lames existent encore aujourd’hui alors qu’ils datent déjà de 2 000 ans.

 


 

Architecture Rome antique - 1

Pour illustration

 


 

Source :

https://dailygeekshow.com/ciment-romain-robuste/

https://pubs.geoscienceworld.org/ammin/article-lookup/102/7/1435

https://sciencepost.fr/2017/07/beton-romain-veux-de-2-000-ans-plus-resistant-beton-moderne/

https://www.sciencealert.com/why-2-000-year-old-roman-concrete-is-so-much-better-than-what-we-produce-today

https://www.theguardian.com/science/2017/jul/04/why-roman-concrete-still-stands-strong-while-modern-version-decays

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/le-beton-romain-vieux-de-2000-ans-serait-plus-solide-que-celui-d-aujourd-hui_1924509.html

https://www.maxisciences.com/beton/pourquoi-le-beton-de-la-rome-antique-est-il-bien-plus-resistant-que-le-beton-moderne-mystere-resolu_art39683.html

 

Article :

Maxisciences

 

Vidéo :

[1] Mais pourquoi le ciment des Romains vieux de 2 000 ans est-il meilleur que celui d’aujourd’hui ? – Daily Geek Show / Dailymotion

[2] How seawater strengthens Roman concrete – University of Utah / YouTube

31 commentaires

    1. C’est exact pour l’anglais et tu me fais penser que je ne l’ai pas mis dans les tags…

      Je vais regarder ou télécharger ton PDF mais la télémédecine est, et sera une catastrophe pour ‘les gueux que nous sommes’.

      Rappelle-toi les propos de Françoise Tenenbaum, adjointe (PS) à la mairie de Dijon en décembre 2011 : « « Si on sait guérir un porc ou une vache, on peut bien soigner un humain. C’est en tout cas ce que pense. »

      Pour elle et certains de sa clique, l’on pourrait se faire soigner chez les vétérinaires.

      Je te laisse creuser le sujet et tu comprendras pourquoi de tels propos.

      J'aime

  1. Bon, alors pas du tout. David a fait du béton Romain en rénovation. Aujourd’hui la raison est écologique et environnementale mais il y a d’autres ingrédients.
    C’est marrant ces scientifiques qui ne savent pas monter un muret en pierre auraient une illumination sur l’architecture/maçonnerie Romaine….. Les mêmes vont te convaincre de te faire vacciner 😁

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Annawenn,

      Cela faisait longtemps. Heureux de te lire.

      Je ne pourrais argumenter pour ou contre car je ne m’y connais pas du tout.

      Merci pour ton commentaire.

      J'aime

      1. Les Romains ont étudié ce béton pour les thermes, donc humide.
        Chaux aérienne, régulateur d’humidité car ne sèche jamais réellement. Les châteaux forts étaient bâtis avec cette même chaux, c’est pourquoi ils sont anti-sysmiques. D’ailleurs, c’est comme ça chez moi aussi.
        Pour le béton, ils ajoutaient du sable et des briques concassées + pouzzolane. Ce sont des billes de lave volcaniques.
        Il n’y a aucun mystère.
        Aujourd’hui, nous sommes avec Lafarge comme avec Bayer/Montsanto. On fait de la merde polluante et consommable.
        Notre ciment (qui sert à la fabrication du béton), son transport, sa fabrication avec des tas d’impuretés….est un désastre écologique. Et franchement, il faut tout refaire au bout de 10 ans.
        Mais bon…..

        Aimé par 2 personnes

      2. Je te cite : « …n désastre écologique. Et franchement, il faut tout refaire au bout de 10 ans. »,

        …On peut effectivement le constater.

        L’article ne fait pas référence à un quelconque mystère de mémoire…

        Merci pour tes précisions.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.