Les légendes du cinéma : Harry Baur

Publié par

 

Harry Baur - 1

 Harry Baur (1880-1943)

 

 

Harry Baur, de son vrai nom Henri Marie Rodolphe Baur, naît le 12 avril 1880 à Montrouge, en France.

 

De parents catholiques alsaciens, il étudia au collège de Saint-Nazaire. C’est à l’école d’Hydrographie de Marseille qu’il décroche les premiers prix de tragédie pour les pièces suivantes : « Le Cid » et « L’Avare ».

 

Il devient le secrétaire de Mounet-Sully et joue, à partir de 1904, dans de nombreux théâtres parisiens. En 1914, il est réformé à la suite d’un début de paralysie faciale. Ceci ne l’empêche pas de jouer.

 

Il tient entre autres le rôle de César à la création de « Fanny ». En parallèle, il collabore à la rubrique cinématographique du Crapouillot et signe parfois sous le pseudonyme d’Orido de Fhair.

 

Dans le même temps, il joue pour le cinéma français encore muet comme dans « La Légende Du Bon Chevalier » (1909), « L’Assommoir » (1909) de Marcel Carné d’après Emile Zola, « L’Evasion De Vidocq » (1910), « Shylock » (1910), « Le Messager De Notre Dame » (1910), « La Fille Des Chiffonniers » (1912) avec Mistinguett et « La Voyante » (1923) avec Sarah Bernhardt dans son dernier film.

 

En 1910, il épouse Rose Grane (1889-1931) jusqu’à son décès en 1931. Ils eurent 3 enfants.

 

L’avènement du parlant lui rend son immortalité, et tout commence avec le film « David Golder » (1930). Son succès durera 10 années sans faute jusqu’au tournage de « L’Assassinat Du Père Noël » (1941) avec Robert LeVigan où il impose un visage d’argileux à caractère ombrageux et matois.

 

Acteur français de renom, il est à l’affiche des meilleurs films du patrimoine français : « Poil De Carotte » (1932) avec Robert Lynen (qui connaîtra la même mort que lui !!), « La Tête D’Un Homme » (1933), « Les Misérables » (1934) d’après Victor Hugo où il incarne un Jean Valjean exceptionnellement inimitable, « Crime Et Châtiment » (1935) ou encore « Un Carnet De Bal » (1937) avec Marie Bell, Fernandel, Raimu et Louis Jouvet.

 

En 1936, il épouse Rika Radifé (1902-1983) jusqu’à son décès le 8 avril 1943. Ils n’eurent aucun enfant.

 

Sa dernière apparition était dans le film allemand « Symphonie Eines Lebens » (1942).

 

Dénoncé comme étant juif communiste, il est arrêté en 1942, puis emprisonné et torturé par la Gestapo.

 

Harry Baur est décédé à l’âge de 62 ans, le 8 avril 1943 suite aux tortures subies par la Gestapo à Paris.

 

Ses cendres reposent au cimetière St Vincent de Paris.

 


 

Harry Baur - 2

Harry Baur (1880-1943)

 


 

Projecteur - GIF

 


 

Source :

https://www.bd-cine.com/acteurs.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Baur

https://www.imdb.com/name/nm0062428/

Ancien site web qui n’existe plus : http://vargen57.unblog.fr/

2 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.