La série Dark Angel imaginait 2019 et ne s’était pas totalement trompée [Vidéos]

Publié par

 

Dark Angel 5

Pour illustration

 

 

En 2000, la série Dark Angel avec Jessica Alba nous prédisait une année 2019 pas très rose avec de la pauvreté, des drones et des hipsters [1].

 


 

Time : 3 mn 24 / [1]

 


 

Dark Angel 6

Pour illustration

 

 

Dark Angel, la série de science-fiction imaginée et produite par James Cameron, diffusée en France entre 2001 et 2003, se déroule en 2019. Avec deux décennies d’avance, elle n’avait pas franchement prévu un avenir très rose… mais elle abordait des thématiques étonnements d’actualité, comme le montre la vidéo en tête d’article.

 

Pour Max Guevara, incarnée par Jessica Alba, la vie dans ce Seattle uchronique n’a rien de spécialement facile : en 2006, une attaque nucléaire a fait dérailler toutes les installations électriques des États-Unis. Revenu des décennies en arrière, le pays traverse alors une profonde crise économique. Seule une poignée de privilégiés arrive à tirer son épingle du jeu.

 

Dans ce contexte, ce n’est pas en termes d’innovations futuristes que la série, à l’esthétique plutôt vieillotte aujourd’hui, se distingue, mais plutôt par sa description d’une société sans classe moyenne. Entre l’immense majorité de très pauvres et une poignée de nantis, une jeunesse qui vit de petits boulots, s’habille avec un look rétro et se déplace à vélo…à la manière des hipsters d’aujourd’hui, dont Seattle est justement devenu l’une des capitales.

 

Si Dark Angel, avec son look très « trilogie du samedi » pour les trentenaires d’aujourd’hui, a bien souffert de l’épreuve du temps, les parallèles entre le 2019 de James Cameron et celui dans lequel nous rentrons ne manquent. Précarité, surveillance, manipulations génétiques...autant de thématiques qui devraient en effet marteler cette année et les suivantes…

 


 

Selon Wikipédia

 

L’actrice Jessica Alba serait allée plus loin en déclarant que la Fox a remplacé Cameron par Whedon afin de pouvoir mieux imposer leurs visions des choses, James Cameron étant très attaché à sa propre vision de la série, et ainsi refusant d’approfondir l’aspect « mutants » de la série pour se concentrer sur des sujets plus profonds. Hélas, comme à chaque fois qu’un sujet est aussi « sensible », les sources et rumeurs sont aussi nombreuses que différentes et il est difficile de faire la part entre le vrai, le potentiellement vrai, et le faux.

 

Néanmoins, la série pose en effet de véritables questions sociales et politiques, et plus généralement, renvoie à des questions existentielles que se pose tout un chacun. La première des volontés du personnage de Max est celle de la liberté, liberté hypothétique du moins, puisque son ADN, en ceci qu’il est en elle, ne peut jamais être ignoré. De là vient la question de la marchandisation des corps et des progrès de la science à des fins militaires (les séries X ont des codes-barres, comme n’importe quel produit commercialisable, et représentent des atouts militaires précieux). Un des principaux intérêts de cette série de science-fiction est en ce sens sa vraisemblance.

 

Malgré une fin rapide, Dark Angel aura réussi à marquer la télévision des années 2000 en offrant aux spectateurs une histoire passionnante, des personnages charismatiques mais aussi et surtout une certaine critique de nos sociétés.

 

Si les épisodes ont un peu vieilli, l’histoire elle, est toujours d’actualité faisant de la série un indispensable à voir et à revoir !

 


 

Bonus…

Time : 44 s / [1]

 

Time : 53 s / [2]

 


 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dark_Angel_(série_télévisée)

https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/30/la-serie-dark-angel-imaginait-2019-et-ne-setait-pas-totalement-trompee_a_23622746/

 

Vidéo :

[1] La série « Dark Angel » ne donnait pas envie d’être en 2019 – LeHuffPost / YouTube

[2] Dark Angel – Générique de début – Saison 1 – byoannRH / Vimeo

[3] Dark Angel – Générique de début – Saison 2 – byoannRH / Vimeo

 

Note :

[1] Hipsters : Jeune urbain qui affiche un style vestimentaire et des goûts empreints de second degré, à contre-courant de la culture de masse.

7 commentaires

  1. Chris Carter scénariste d’Xfiles et d’autres, utilisent avouent-ils parfois, d’incroyables réalité dissimulées. Et certains vous l’écrivent, tirés de faits réels.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.