Interview Apocalyptique : « Il faudra s’entraider ou s’entretuer » – Yves Cochet [Vidéo]

Publié par

 

Yves Cochet - 2

Yves Cochet / Pour illustration

 

 

L’ex-ministre de l’Écologie devenu collapsologue est formel : l’effondrement aura lieu d’ici à 2030. On a parié avec lui, rendez-vous dans dix ans.

 

En le retrouvant dans un café du 14e arrondissement parisien, on ne sait pas si on va tomber sur un Paco Rabanne collapsologue ou un Philippulus de l’anthropocène. Mais Yves Cochet, 73 ans, a l’air parfaitement sain d’esprit, et même fringant avec ses yeux bleus de séducteur et sa marinière de Breton. L’ancien ministre de l’Écologie reconverti en « historien du futur » publie Devant l’effondrement (Les liens qui libèrent), essai qui ferait passer l’intégrale des Mad Max pour une ode au progrès. Ce « millénariste laïc » est formel : le monde tel que nous le connaissons se sera effondré d’ici à 2030, entraînant la mort brutale de la moitié de la population mondiale. Un scénario qu’il juge regrettable, mais parfaitement « rationnel ». Contrairement à d’autres écologistes, cet ancien mathématicien mène une vie conforme à ses idées : installé dans une ancienne ferme près de Rennes, où il s’apprête à s’essayer à la permaculture, il n’a plus fréquenté d’avion depuis le sommet de Copenhague de 2009 sur le climat. Durant une heure, nous l’avons un peu titillé, nous avons frémi en l’écoutant dérouler sa vision d’un futur proche sans électricité et sans gendarmes, avant de finir par nous donner rendez-vous dans onze ans pour savoir qui, des optimistes tempérés ou du pessimiste radical, aura eu raison.

 

 

Le Point : Vous annoncez que le grand effondrement se produira en 2030. Sans dire, d’ailleurs, quelle forme il prendra exactement : pandémie, famine, crise financière…

Yves Cochet : Il n’y aura pas une cause unique, l’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle sera systémique et global, car aujourd’hui tout est connecté. L’un des dominos, qu’il s’agisse d’une forte hausse du baril de pétrole, d’une faillite de grande ampleur du système bancaire ou d’une raréfaction brutale de la biodiversité, entraînera les autres avec lui. Mais, aux alentours de 2030 – je ne suis pas à quelques années près –, il n’y aura en effet plus d’États sur cette planète. Ni d’ONU.

 

 

Privés d’électricité, les survivants ne mangeront plus qu’un poulet par trimestre…

Entre autres choses. Mais ça, ce sont des détails, c’est « the big picture » qu’il faut considérer, la grande histoire, pas ce qui concerne 3 millions de Bretons, mais ce qui affecte 7,5 milliards d’êtres humains. Soit la nature, les énergies fossiles, les États, les services de santé ou la sécurité, les transports, les télécommunications… Il faut regarder les chiffres, lire les rapports du Giec, du PNUE, de l’IPBES. Ils ne cessent d’augmenter leurs prévisions vers le pire, ce n’est pas moi qui invente ! En trente ans, on a perdu 75 % des insectes. En quinze ans, 30 % des oiseaux. Et on croit que ça va durer comme ça jusque 2050 ? Non, on va mourir.

 

 

En 2005, dans Pétrole Apocalypse, vous annonciez la fin du pétrole à bon marché pour les années 2010. Vous vous êtes trompé, puisque le pic pétrolier a été repoussé…

Oui, mais comme tout le monde. Je parlais du pétrole conventionnel. Il y a eu entre-temps l’exploitation du pétrole de schiste. Là encore, c’est un détail dans l’histoire, un délai de quelques années. Il est très probable que ce peak oil, ou pic de Hubbert, pour tous les liquides hydrocarbonés soit atteint vers 2025.

 

 

Vous pronostiquiez aussi, en 2008, que les JO de 2012 à Londres n’auraient pas lieu, et ce fut une édition mémorable… Pourquoi est-ce que vous auriez raison cette fois-ci ?

Vous pouvez penser que j’ai tort. C’est même pour cette raison que l’effondrement va arriver, parce que le déni est absolument universel. Chez M. Trump, chez M. Bolsonaro, même chez M. Macron. Ces gens n’ont pas cessé de se tromper, beaucoup plus que moi d’ailleurs, et continuent de penser qu’avec plus de marché, plus de technologie, plus de croissance on va régler les quelques problèmes écologiques et sociaux qui se posent à nous. Plus ils croient à la croissance, plus on court vers le pire.

 


 

« La disparition en moins de dix ans de la moitié de la population mondiale. »

 


 

Vous parlez du Giec, mais ses rapports n’aboutissent pas du tout aux mêmes conclusions que vous. Son ancien vice-président, le climatologue Jean Jouzel, vous désavoue, estimant qu’il n’est pas nécessaire d’en rajouter dans le catastrophisme…

Évidemment : ce sont des consensus de savants, des gens qui ont besoin qu’on continue de financer leurs recherches. Il y a de l’autocensure, aussi.

 

 

Vous êtes un malthusien assumé, expliquant qu’il faut une réduction massive de la population mondiale…

Un néomalthusien ! Je n’en ai rien à faire de Malthus, qui était un vieux curé réactionnaire du XIXe siècle. Ce n’est pas « il faut », mais « il va y avoir » une réduction massive de la population, avec la disparition en moins de dix ans, je pense, de la moitié de la population mondiale, ce qui laissera environ 3 milliards d’êtres humains sur Terre. Pendant un temps, c’est vrai, j’ai dit que j’étais pour la grève du troisième ventre européen. Européen, uniquement, et non pas africain, car la question n’est pas le nombre d’habitants, mais ce nombre multiplié par l’empreinte écologique. À Paris, il y a 2 millions de personnes. Or leur empreinte n’est pas équivalente à 100 kilomètres carrés, la surface de la ville, mais à 10 000 kilomètres carrés et plus ! (Il montre notre smartphone.) Rien dans ce téléphone n’est produit ici à Paris.

 

 

L’apocalypse a été annoncée maintes fois. Un néomalthusien comme Paul Ehrlich annonçait en 1968 dans La Bombe P qu’il y aurait des centaines de millions de morts de famines dans les années 1970. Ce n’est pas arrivé, tout au contraire. Ça ne vous fait pas réfléchir, l’échec systématique des prévisions catastrophistes ?

Non, parce que, « this time, it’s different ». Le géographe et biologiste Jared Diamond, auteur de Collapse, a observé des situations locales d’effondrement dans l’histoire, comme la chute de la civilisation maya ou celle des habitants de l’île de Pâques. Mais, cette fois-ci, l’effondrement sera systémique et global.

 

 

Mais que fait-on alors du présent ? Vous écrivez, par exemple, que le problème du logement dans les grandes villes est un faux problème puisque, dans 15 ans, nous serons tous en train d’essayer de survivre par petits groupes dans la forêt de Fontainebleau. Ne fait-on plus rien ?

Si, on se prépare ! On organise le rationnement des denrées alimentaires et de l’énergie. 50 litres d’essence par tête et par mois, une bouteille d’huile d’olive, 2 kilos de semoule. On divise par dix tout ce qu’on a, y compris dans le transport et l’habitat. On me rétorque que les gens n’accepteront jamais une telle politique. C’est vrai. On ne peut pas imposer une économie de guerre avant la guerre. Donc il y aura la guerre.

 


 

« J’espère de tout mon cœur me tromper. »

 


 

Vous dites que vous n’espérez pas la catastrophe, mais, tout de même, vous seriez un peu déçu si vos prévisions se révélaient fausses, non ?

J’espère de tout mon cœur me tromper, mais mon scénario est le plus rationnel et le plus probable qui soit. Vous raisonnez par induction : ça n’est jamais arrivé, donc ça n’arrivera jamais. Mais les raisonnements par induction ne valent rien en histoire. Vous connaissez la dinde de Russel ? Bertrand Russell, grand philosophe, grand logicien, raconte qu’un 1er janvier naît une dinde. Elle batifole dans les champs, elle mange des graines. Même chose le 2 janvier, et le 3, et au mois de février, et au mois de mars. La dinde trouve cela formidable, évidemment : elle pense que demain sera toujours comme aujourd’hui (c’est l’induction). Et, le 24 décembre, elle meurt, assassinée. Elle n’avait pas prévu le coup. Voilà, nous sommes tous des dindons parce que nous ne pouvons ni ne voulons imaginer notre propre fin.

 

 

Vous insistez beaucoup sur la rationalité, soyons donc rationnels. Avec le réchauffement climatique, l’urgence est aujourd’hui la réduction des émissions de CO2. Or il existe une énergie vertueuse sur ce plan : le nucléaire…

Le nucléaire, c’est toute une chaîne, de la mine d’uranium au retraitement. Il demande du pétrole, d’abord, et surtout il nécessite une société très technologique, très sûre, très démocratique. Pensez-vous que le XXIe siècle, y compris en Europe, sera absolument pacifique ? Qu’il n’y aura pas de guerre ? Moi, je pense que l’humanité n’est pas raisonnable à ce point-là. Qui peut prédire que, dans 50 ans, la société française sera stable ? Imaginez un épisode comme l’ouragan Katrina, mais étendu au monde entier. S’il y a une défection générale des fonctionnaires, avec des réacteurs nucléaires laissés à l’abandon, il peut y avoir 250 Fukushima en 2030 ! Encore une fois, je ne suis ni pessimiste ni optimiste : je regarde les chiffres, et les chiffres disent qu’on va vers le pire. On ne veut pas y penser : on veut vivre, on veut jouir.

 

 

Vous-même, êtes-vous heureux dans votre ancienne ferme près de Rennes ?

Bien sûr, très heureux. Je parle beaucoup avec ma fille, qui a 45 ans, mes petits-fils, qui ont 13 et 19 ans. Je discute aussi avec mes voisins paysans, nous avons des échanges non monétaires : ils nous prêtent leur tracteur, par exemple, et ma fille, qui est ostéopathe, soigne les lumbagos. La solution n’est pas nationale ni internationale, elle est locale. Car l’effondrement marquera la fin de l’État central qui détient le monopole de la violence physique légitime. C’est avec nos voisins géographiques qu’il faudra créer des réseaux de solidarité. Il n’y aura pas le choix : il faudra s’entraider ou s’entretuer. Il faut donc créer des biorégions, des écolieux, des biotopes de guérison humaine.

 

 

Mais que pensent vos voisins campagnards de tout cela ?

Ils n’y croient pas, évidemment. Je ne suis pas un prêcheur, même si j’ai un côté Philippulus dans L’Étoile mystérieuse : « Repentez-vous, la fin du monde est proche ! » Je suis Philippulus. Mes voisins ne me croient pas, donc, mais commencent à être troublés. Les médias commencent à s’intéresser à ces questions aujourd’hui.

 

 

La collapsologie est très à la mode : c’est vous qui avez gagné sur le plan médiatique contre ceux qui croient encore à l’idée de progrès…

Mais non, les effondristes restent très minoritaires ! Même chez EELV, ils me prennent pour un vieux fou. Mélenchon vient de la gauche productiviste. Il a été très étonné quand je lui ai dit il y a quelques années que le capitalisme sera bientôt vaincu non par la lutte des classes, mais par la géologie. Partout, on nous dit « plus de croissance, plus de technologie ». Si j’avais gagné sur le plan des idées, je serais aujourd’hui à la place de Macron. On m’appellerait au pouvoir, un peu comme de Gaulle en 1957.

 

 

La vie locale post-effondrement que vous décrivez dans votre livre est tout de même un peu effrayante : des milices tournantes de citoyens, de grandes fêtes où on gaspille ensemble pour purger les tensions… Est-ce ça, une démocratie désirable ?

On ne peut plus lutter contre l’effondrement, on ne peut qu’essayer de minimiser les conséquences, réduire le nombre de morts de 50 à 49 % de la population. S’il reste un peu d’humanité civilisée après cela, oui, je pense que cela pourra ressembler à ça. Certains pensent que les riches s’en sortiront en se réfugiant dans des forteresses, comme dans le film Soleil vert, mais je n’y crois pas. L’élite ne sera pas plus protégée de l’effondrement.

 

 

Vous faites partie d’une génération bénie qui a largement profité de la vie, et vous vieillissez. N’est-ce pas votre propre crépuscule que vous projetez sur le reste de l’humanité ?

C’est une hypothèse psychanalytique digne du café de commerce dans lequel nous nous trouvons (rires). Lévi-Strauss estimait d’ailleurs que l’on devenait pessimiste en vieillissant, et lui-même l’est devenu. Pouvez-vous penser que c’est le livre d’un vieux qui perd la tête ? Mais j’espère être encore là en 2030 et alors… rira bien qui rira le dernier.

 

 

Seriez-vous prêt à faire un pari avec nous sur le fait qu’en 2030 l’effondrement aura bien eu lieu ?

Bien sûr. Mais, si je gagne ce pari, nous aurons du mal à nous revoir, il sera difficile de se déplacer. Tout le monde rit quand je dis ça, mais le principal moyen de transport en 2030, ce sera le cheval. L’automobile ne servira plus à rien. Si j’étais Mme Borne, d’ailleurs, je multiplierais dès aujourd’hui les grands haras nationaux et je développerais les élevages privés. Il y a un million de chevaux en France, c’est très insuffisant. Il faudra en tout cas que vous trouviez un moyen de me rejoindre. Je ne sais pas où vous serez, mais il est certain que Paris sera devenue complètement inhabitable. Si je perds, nous boirons du champagne dans la capitale.

 

 

Nous accorderez-vous l’asile dans votre refuge breton en cas de catastrophe ?

Vous n’êtes pas sur la short list, malheureusement. Pour paraphraser Rocard, je ne pourrai pas accueillir toute la misère du monde, il faut être raisonnable (rires).

 


 

Time : 7 mn 40 / [1]

 


 

Yves Cochet - 1

Yves Cochet / Pour illustration

 


 

Source :

https://www.lepoint.fr/societe/il-faudra-s-entraider-ou-s-entretuer-interview-apocalyptique-avec-yves-cochet-27-09-2019-2338175_23.php

 

Article :

Propos recueillis par Marion Cocquet et Thomas Mahler / Le Point

 

Vidéo :

[1] L’enquête – Collapsologie : notre monde va-t-il s’effondrer ? – C Politique, la suite – 17/03/19 – C Pol / YouTube

 

Voir notamment :

« Ici, je suis prêt », Yves Cochet, l’ex-ministre de l’Environnement qui se prépare au « jour où tout s’écroulera » [Vidéos]

38 commentaires

  1. Je ne sais pas si Cochet a raison ou pas, ce n’est pas le problème. Ce qui est certain, c’est que notre siècle ne va pas pouvoir continuer sur cette voie encore bien longtemps : celle du gaspillage et du pillage systématique des ressources. La finitude de la Terre n’est pas un fantasme, mais une réalité.

    Aimé par 4 personnes

  2. Beaucoup parlent, écrivent des livres, s’expriment sur le net. Cet ex-ministre de l’Écologie, peut-être connait-il, les incroyables connaissances et dissimulations du NOW. A ce moment de plus, il a peut-être aussi, un bunker souterrain, lol.

    Aimé par 2 personnes

    1. En tous cas, certains s’y préparent et dans toutes les couches sociales. Les plus grosses fortunes : bunker High-Tech, etc… Et pour la minorité en haut de la pyramide, on parle de complexe-ville sous-terrains…

      Aimé par 1 personne

      1. Il ne faut pas ignorer, l’inversion en cours des pôles magnétiques. Personne, personne n’ose une analyse définitive sur ce sujet.

        Aimé par 2 personnes

  3. Salut,
    Ha parce qu il y a encore des gens qui croient que tout va bien se passer ….. c est beau, je vous envie.
    En effet, Paco avait prevu que la station mir tomberait sur le chateau de Vincenne en 99 …(a peu pres).
    Bin il se trouve que le gardien du chateau a prit cette information tres au serieux au point de se faire un decollement occulaire, qui l a amené sur le billard. Les retours de cette experience l ont amené a s interresser a l astrologie afin de comprendre comment paco en est arrivé la.
    Il est depuis etabli en tant qu astrologue, ca fait des annes que je le suis, vous n imaginez pas ce que l ont peut apprendre.
    Dans la vie, un certain nombre de choses emettent un champ magnetique, le coeur, le cerveau, les astres .CQFD.
    Sinon, pour Cochet, les gars, reveiller vous ! Les banques sont en faillites depuis 10 ans !
    Ancien ministe, gourou, incroyable de botter en touche comme ca.
    Tout serait resolu si les gens faisaient face a la realité…..
    Essayez de retirer 3000 euros en liquide, pour voir comment va reagir votre banquier ?
    Sommes nous capables de nous nourrir, de nous soigner ?
    Etes vous sur de vous poser les bonnes questions ?
    C est un mec qui chute du 50 eme etage et qui dit: » jusqu ici tout va bien, jusqu ici tout va bien », mais l important c est pas la chute, c est l atterrissage …..
    Schu

    Aimé par 4 personnes

  4. Quand j’ai vu le succès des manifestations a travers le monde … il n’y avait pas juste des étudiants .. mais des personnes de tout âge .. nous avons tellement de preuve que cela avance vite, qu’on a beaucoup perdu jusqu’à maintenant .. on doit le faire pour les générations futures mais aussi pour notre propre génération …

    Aimé par 4 personnes

  5. Notre planète brûle et nous regardons ailleurs…D’actualité non? Plus que jamais…Bien sûr qu’il faut changer énormément de choses car le rythme est intenable c’est plus qu’une évidence ! Regardons encore cette pollution à Rouen. Une usine soi-disant classée Seveso mais ça a changé quoi ? puisqu’on a pas pu l’empêcher de brûler…Demain ce sera quoi? Une centrale nucléaire? et peu importe le temps que cela prendra pour un embrasement général. La seule question est de savoir si c’est trop tard. Le vrai problème c’est la mentalité, l’état d’esprit général. Les puissants pensent qu’ils s’en sortiront , d’autres qu’il faut carrément « purger », que c’est foutu, d’autres ne savent pas et font confiance…aucune solidarité à grande échelle. Le système est cadenassé… Alors que tout est possible car il est possible technologiquement de relever le défi humain mais il faut un Ghandi, un Martin Luther King…une voix quoi !!!

    Aimé par 2 personnes

  6. Que l’on soit d’accord ou pas avec lui, c’est passionnant de suivre son raisonnement, qui est loin d’être farfelu. Le libéralisme tel que nous le connaissons finira bien par tomber de toute façon. La question est juste de savoir quand ? J’espère être en vie pour voir ça ^^ 😉 Excellent weekend à vous Aphadolie 🙂

    Aimé par 3 personnes

      1. Non mais c est deja en cours ….. si vous attendez un evenement majeur, il n y en aura pas. Tout va se degarder petit a petit, longuement, insidieusement …… le pire on pourrait se dire, mais en y reflechissant, basculer d un etat social a un autre suite a un evenement serait bien plus violent pour la population. Ca a commencé il y a 20 ans avec le world trade center …..
        Pis il faut integrer un truc, avec toute l eductaion, la science, l experience que l on a, on aurait encore besoin de quelqu un pour nous dire comment agir !? Non, le salut viendra de nous, de notre capacité a etre autonome dans notre prise de decision, de savoir s opposer a ce qui nous detruit, et, surtout, savoir rester a sa place….
        Pis il faut integrer un truc, avec toute l eductaion, la science, l experience que l on a, on aurait encore besoin de quelqu un pour nous dire comment agir !? Non, le salut viendra de nous, de notre capacité a etre autonome dans notre prise de decision, de savoir s opposer a ce qui nous detruit, et, surtout, savoir rester a sa place….

        Aimé par 1 personne

  7. Liste des excipients à effet notoire
    Voici la liste des excipients à effet notoire recensés par l’ANSM :

    Excipient 1 : Aprotinine
    Excipient 2 : Huile d’arachide
    Excipient 3 : Aspartam (E951)
    Excipient 4 : Colorants Azoïques
    Excipient 5 : Baume du Pérou
    Excipient 6 : Chlorure de Benzalkonium
    Excipient 7 : Acide Benzoïque et benzoates
    Excipient 8 : Alcool Benzylique
    Excipient 9 : Huile de bergamote bergaptene
    Excipient 10 : Bronopol
    Excipient 11 : Hydroxyanisole Butyle (E320)
    Excipient 12 : Hydroxytoluene Butyle (E321)
    Excipient 13 : Huile de ricin polyoxyl et huile de ricin Polyoxyl hydrogenee
    Excipient 14 : Alcool cetostearylique
    Excipient 15 : Chlorocresol
    Excipient 16 : Dimethyl Sulfoxyde
    Excipient 17 : Ethanol
    Excipient 18 : Formaldehyde
    Excipient 19 Fructose
    Excipient 20 : Galactose
    Excipient 21 : Glucose
    Excipient 22 : Glycerol
    Excipient 23 : Heparine
    Excipient 24 : Sirop de glucose hydrogené
    Excipient 25 : Sucre inverti
    Excipient 26 : Lactitol
    Excipient 27 : Lactose
    Excipient 28 : Lanoline (graisse de laine)
    Excipient 29 : Latex caoutchouc naturel
    Excipient 30 : Maltitol E965 et siomaltitol E953
    Excipient 31 : Mannitol E421
    Excipient 32 : Composés organomercuriels
    Excipient 33 : Parahydroxybenzoates et leurs esters
    Excipient 34 : Phenylalanine
    Excipient 35 : Potassium
    Excipient 36 : Propylène Glycol et esters
    Excipient 37 : Huile de sésame
    Excipient 38 : Sodium
    Excipient 39 : Acide scorbique et sels
    Excipient 40 : Sorbitol E420
    Excipient 41 : Huile de soja
    Excipient 42 : Alcool stearylique
    Excipient 43 : Saccharose
    Excipient 44 : Sulfites y compris metabisulfites
    Excipient 45 : Amidon de blé
    Excipient 46 : Graisse de laine
    Excipient 47 : Xylitol

    Aimé par 3 personnes

  8. Tout à fait d’accord avec ces propos… Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui arrive ! Je constate qu’il y a moins d’oiseaux dans mon jardin, que le parre-brise de ma voiture reste propre trop longtemps car les insectes ne s’y collent plus… Même cette année je n’ai pas été embêtée pour les moustiques… Les choses évoluent rapidement vers le désastre et nos dirigeants ne font rien pour y remédier… Et ce n’est pas en taxant plus l’énergie que nous trouverons une solution, on fait juste chutter un peu plus le pouvoir d’achat des moins riches ! Nous sommes tous responsables et nous pouvons tous faire des efforts pour changer la donne MAIS là, il faut encore pouvoir s’en rendre compte… les politiques, les médias nous endorment avec tant de futilités. Cessons de voyager au bout du monde, il y a tellement de merveilles à découvrir à deux pas de chez nous (et taxons fortement les gens qui prennent l’avion). Cessons d’acheter « à pas cher » vêtements et gadgets qui viennent d’Asie et arrivent par cargo super-containers SUPER polluants! Il y a quelques années les électro-ménager étaient fabriqués en France, Italie et Allemagne, les usines produisaient de l’emploi… Oui, les produits étaient plus chers mais aussi de meilleure qualité et vivaient de longues années. Aujourd’hui la population demande plus de technologie, plus de confort, des matelas connéctés… TOUT CONNECTE ! On vire fou ? Les ondes électro-magnétiques ont des effets délétères sur notre santé, Wifi, Linky et bientôt 5G… Il ne faudra pas attendre 10 ans avant le grand désastre. La seule solution: Entraide, partage, amour et respect de la vie (en incluant les animaux et les plantes).

    Aimé par 6 personnes

  9. Perso, je suis en partie d’accord avec lui.. en partie car j’ai l’espoir que des chercheurs reprennent les travaux des inventeurs de la voiture à air comprimé ou des transports sans carburant… (oui oui je sais, le gouvernement tuera quiconque qui continuera le projet mais en travaillant en secret, fuck le gouvernement! )

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.