Le sport intensif est nocif pour les fonctions cognitives et le cœur [Vidéos]

Publié par

 

Sport - 2

Pour illustration

 

 

Selon des médecins américains, une pratique excessive de sport pourrait être tout sauf bénéfique pour notre corps. Une activité physique trop intense ou trop régulière pourrait ainsi endommager le cœur et augmenter le risque de maladie cardiaque et nuirait aux capacités cérébrales.

 

Oui, vous avez bien lu ! Le sport a aussi ses à-côtés. Si l’on prône depuis la nuit des temps que l’activité physique est bonne pour la santé, un excès d’exercice pourrait néanmoins être délétère d’après l’Inserm. Une étude vient de suggérer que le sport intensif nuirait aux capacités cérébrales, et particulièrement aux fonctions cognitives

 

Une étude menée par Mathias Pessiglione, directeur de recherche à l’Inserm, exerçant au sein de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, en collaboration avec l’INSEP (Institut national de sport de l’expertise et de la performance), vient de démontrer qu’un entraînement physique intense peut nuire aux capacités cérébrales. Et tout particulièrement aux fonctions cognitives.

 

 

Twitte - 1

 

 

Mais alors, pourquoi sommes-nous sans cesse inciter à pratiquer une activité sportive ? Tout simplement car cette dernière est essentielle pour être en bonne santé. En effet, dans cette étude, c’est du sport intensif dont il est question.

 

« L’hypothèse principale était claire : la fatigue qui résulte d’un surentraînement sportif ressemblerait à celle engendrée par un effort intellectuel. Elle serait associée aux mêmes mécanismes cérébraux. Une autre étude avait déjà montré que la fatigue intellectuelle affecte le contrôle cognitif et donne lieu à des prises de décision impulsives. », indique l’Inserm.

 

 

Cerveau - 1

Pour illustration

 

 

Une étude menée grâce à 37 sportifs suivis pendant 9 semaines

Un constat qui part du cas des sportifs de haut niveau. Les athlètes sont nombreux à souffrir du syndrome de surentraînement. Ce trouble est lié à une grande fatigue et des performances sportives limitées. Mathias Pessiglione souhaitait, à travers ses recherches, identifier les causes de ce syndrome courant chez les sportifs d’élite. En effet, à cause de la fatigue qu’il génère, « un athlète peut être tenté par des produits susceptibles de rétablir ses performances, ce qui explique l’intérêt pour ce projet. », justifie le chercheur.

 

Pour mener son étude, il a côtoyé 37 athlètes durant 9 semaines. Les sportifs ont été répartis en deux groupes : un qui a suivi un entraînement dit « normal », et le second, qui a été soumis à une surcharge d’entrainement avec des séances 40 % plus longues. Tous les participants ont été ensuite suivis au sein de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, d’une part au niveau comportemental et d’autre part via des IRM.

 

 

Sport - 3

Pour illustration

 

 

Une diminution de l’activité cérébrale

D’après les analyses, s’adonner à un exercice physique intense reviendrait à se soumettre à un travail intellectuel excessif. Dans les deux cas, cela entraîne une réduction de l’activité du cortex préfrontal latéral. Il s’agit d’une région clé pour le contrôle cognitif. Ce phénomène génère une diminution de l’activité cérébrale, qui va se manifester par une prise de décisions impulsives, privilégiant les objectifs à court terme plutôt qu’à long terme.

 

« Dans le cas d’un athlète de haut niveau, cette impulsivité peut par exemple donner lieu à la décision de s’arrêter en pleine performance sportive ou d’abandonner une course pour faire cesser la douleur ressentie pendant l’effort. », relate l’Inserm.

 

 

Sport - 5

Pour illustration

 

 

Sport intense : attention au burn-out !

Si l’on se détache des athlètes de haut niveau, les chercheurs estiment que la fatigue et la réduction du contrôle cognitif qu’implique un exercice physique intense pourrait constituer une première étape dans le développement d’un burn-out. Ce dernier se traduit par un état d’épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d’une personne à son travail. Le burn-out fait de plus en plus de ravages en France.

 

Les chercheurs ont donc l’intention de proposer et tester des interventions pour prévenir l’installation de ce burn-out, c’est-à-dire, l’épuisement complet de l’individu.

 


 

Time : 1 mn 08 / [1]

 


 

Sport - 1

Pour illustration

 

 

Faire trop de sport peut aussi être mauvais pour votre cœur

Ce n’est plus à démontrer : avoir une activité physique régulière est indispensable pour rester en bonne santé… oui à condition qu’elle ne devienne pas excessive ! C’est l’alerte lancée par deux médecins américains dans la revue Heart qui expliquent que les fous de sport pourraient très bien être en train de raccourcir leur espérance de vie. Pour arriver à cette conclusion, les cardiologues James O’Keefe et Carl Lavie ont passé en revue plusieurs études sur la santé des coureurs qui leur ont permis de constater que faire trop de sport pouvait avoir des conséquences sur la santé et plus particulièrement sur le cœur.

 

« Un programme d’activité physique modérée ajoutera de la vie à vos années, autant que des années à votre vie. Par contre, courir trop vite, trop loin ou pendant trop d’années peut accélérer l’avancée de chacun vers la ligne d’arrivée de sa vie. », expliquent les deux cardiologues tout deux coureurs. L’une des études analysées s’est intéressée à la santé de pas moins de 50.000 personnes sur une période de 30 ans. Elle a ainsi montré que les 14.000 qui couraient avaient 19% moins de risque de mourir comparé aux autres non-actifs. En revanche, une analyse plus détaillée a permis de constater que ce bénéfice était limité à ceux qui couraient entre 8 et 30 kilomètres par semaine.

 

Les personnes qui dépassaient cette limite ne montraient elles, aucune différence avec les non-coureurs. L’étude a aussi montré qu’il en était de même pour ceux qui couraient trop vite au-delà de 10 kilomètres par heure et ceux qui le faisaient tous les jours. Ainsi, courir deux à cinq jours par semaine s’est révélé bien plus bénéfique que courir quotidiennement. Selon les médecins, faire de l’exercice trop intensément pendant plus d’une heure ou deux peut endommager le cœur, en étirant ses tissus, en les déchirant et en augmentant les chances de modifier dangereusement le rythme cardiaque.

 

Dans leur éditorial, James O’Keefe et Carl Lavie expliquent ainsi que ceux qui veulent faire du sport intensément doivent se restreindre à 30 à 50 minutes d’exercice physique par jour. Quant aux sports longs durés, comme le marathon, ils doivent être considérés comme quelque chose à faire occasionnellement ou une fois dans sa vie, plutôt que comme un challenge régulier. « Les effets uniques et importants de l’exercice sont mieux conférés par de l’activité physique modérée. », ont ajouté les deux cardiologues.

 

Toutefois, sans surprise, cet avis a largement été discuté alors que les spécialistes ne cessent de rappeler l’importance de faire du sport face notamment à la hausse du surpoids et de l’obésité. Interrogée sur l’étude et citée par le Daily Mail, Ellen Mason, une infirmière de la British Heart Foundation a indiqué : « Une activité physique intense et modérée peut diviser par deux le risque de mourir d’une maladie cardiaque et chaque adulte devrait essayer et rester actif au moins 30 minutes, cinq fois par jour ».

 


 

Time : 2 mn 59 / [2]

 


 

Sport - 4

Pour illustration

 


 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26724833

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24749966

https://sciencepost.fr/faire-du-sport-effets-profonds-cerveau/

https://presse.inserm.fr/le-sport-a-ses-bienfaits-mais-attention-aux-exces/36744/

https://www.salk.edu/news-release/exercise-makes-mice-smarter-salk-scientists-demonstrate/

https://www.quickanddirtytips.com/health-fitness/exercise/how-exercise-affects-your-brain?page=2

https://www.maxisciences.com/sport/faire-trop-de-sport-peut-aussi-etre-mauvais-pour-la-sante_art27757.html

https://www.medisite.fr/sport-et-sante-le-sport-intensif-est-nefaste-pour-vos-capacites-cerebrales.5536179.714191.html

 

Article :

Maxisciences / Medisite

 

Vidéo :

[1] Le sport intensif est nocif pour les fonctions cognitives du cerveau – Medisite Video Sante / YouTube

[2] Au cœur des organes : Les modifications physiques à l’effort – Inserm / YouTube

32 commentaires

      1. Je me suis permis de te dire cela car il y a un peu plus de 25 ans, je me suis retrouvé aux urgences… Mon rythme cardiaque ne redescendait pas après des entraînements : footing, accélération, montée de côte en courant. Pourtant, c’était un entrainement habituel… Mais parfois, il suffit d’une fois.

        Aimé par 1 personne

      2. Tu as raison de m’avertir car une personne sportive n’est pas à l’abri d’un problème de coeur, voire une crise cardiaque. Maintenant je fais du sport avec plus de modération par rapport à avant ou j’étais une grande sportive.

        Aimé par 1 personne

  1. le surentrainement arrive quand on a pas assez de repos
    donc bien dormir, bien manger, bien s’hydrater, et aussi des pauses entre les séries
    toutefois, pour des résultats efficaces en santé perte de poids etc faut y aller intensivement; y aller en petite marche une fois par jour, ou des petits poids, ça sert à rien; faut une session intensive et si les points mentionnés plus hauts sont respectés il n’y aura que des résultats positifs

    Aimé par 1 personne

  2. De la modération, de l’équilibre en toutes choses…c’est là le secret du bien-être, principe de sagesse mais l’équilibre n’est pas le même pour tous ce qui rend le dosage délicat, les dérives humaines…

    Aimé par 1 personne

    1. « La prolongation de la vie humaine est proportionnée à la modération des actes et des passions de l’homme. Tempérance, propreté, exercice fréquent, sobriété, gaieté, respiration d’un air pur, quelques voyages, séjour à la campagne, abstinence de liqueurs spiritueuses, modération en travaux, en nourriture, en plaisirs, en repos ; point de colère, elle n’est bonne à rien ; réserve dans l’usage des médicaments pharmaceutiques internes, et surtout la paix du cœur, tels sont les moyens de vivre plus longtemps. Faites, s’il est possible, votre ami d’un médecin philanthrope, et pour chirurgien, choisissez toujours le plus habile. »

      Citation de Joseph Marie Audin-Rouvière ; La médecine sans le médecin (1794)

      Aimé par 1 personne

  3. faire du sport c’est bien, en faire à l’excès c’est s’exposer à des risques qui varient selon les personnes. Nous ne sommes pas toutes et tous capables de pratiquer de façon intense comme peut-être notre voisin le fait. L’essentiel est, en effet, la modération ( comme en toutes choses ) et d’être à l’écoute de soi, de son corps et des possibilités qu’il a.

    Aimé par 1 personne

  4. excès et intensité sont des variables individuelles! trop ça va pas, pas assez ça va pas non plus… évidemment, mais qui est suffisamment compétent pour nous aider à définir ce qui est bon pour nous en toute innocuité? ( sachant qu’en plus ce qui peut convenir à un moment peut changer assez rapidement, paramètres intra comme extra…!!) mdr

    Aimé par 1 personne

  5. Cet article tombe à point, je m’efforce de dire aux gens que le sport entraine des maladies cardiaque et que les gros sportifs meurt plus jeune. Quand on me dit « mais n’importe quoi » je demande toujours « citez moi un sportif qui est arrivé jusqu’à 100 ans? les centenaires n’ont jamais fait de sport de leur vie »
    Je pense qu’en fait il faut voir l’homme comme une machine, le coeur, c’est la batterie, la pile… si on fait du sport on utilise la batterie, si tu en fais un peu ça recharge un peu la batterie ça entretien le système, il faut en faire sinon c’est comme un appareil dont on se sert plus, la batterie elle marche plus elle est morte… sauf que si tu en fais trop, le coeur va être beaucoup utilisé et forcément à force de tirer sur le coeur , comme on tire sur la batterie, ben c’est inévitable…

    ça sauverait de vie de le savoir.. cette semaine un professeur dans l’école de ma fille qui était entraineur de basket est mort en jouant au tennis il était jeune et laisse donc des enfants jeune et une femme jeune…si les sportifs le savaient ils feraient plus attention je pense.

    Aimé par 1 personne

      1. Pour les sportifs de très hauts niveaux : oui ! Car ils sont dopés à bloc et leurs entraînements sont toujours plus intentes. Je me demande si l’on peut toujours parler de sport à ce niveau-là.

        Aimé par 1 personne

      2. c’est sur mais je crois que les sportifs ont un bilan par an.. vu que nous simple particulier on nous demande une visite chez le docteur pour savoir si on est apte à faire du sport, je pense que les sportifs aussi doivent avoir cette petite visite

        Aimé par 1 personne

      1. Je viens de vous laisser un petit commentaire et j’ai liké le reste vos articles.

        Si vous êtes intéressées, l’on peut toujours s’abonner l’un à l’autre et ainsi suivre nos publications respectives dans le lecteur de WordPress.

        Je vous laisse y réfléchir.

        Cordialement.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.