Le programme militaire spatial de l’OTAN sera extrêmement coûteux

Publié par

 

À Londres se déroule, le 4 décembre, le Conseil de l’Atlantique Nord des chefs d’état et de gouvernement qui célèbre le 70ème anniversaire de l’OTAN, définie par le secrétaire général Jens Stoltenberg comme « l’alliance de plus grand succès dans l’histoire ».

 

Un “succès” indéniable. Depuis qu’elle a démoli par la guerre la Fédération Yougoslave en 1999, l’OTAN s’est élargie de 16 à 29 pays (30 si elle englobe maintenant la Macédoine), en s’étendant à l’Est au bord de la Russie. « Pour la première fois dans notre histoire », souligne Stoltenberg, « nous avons des troupes prêtes au combat dans l’Est de notre Alliance ». Mais l’Organisation Traité de l’Atlantique Nord est allée au-delà, en étendant ses opérations guerrières jusque sur les montagnes afghanes et à travers les déserts africains et moyen-orientaux.

 

À présent la Grande Alliance vise plus haut. Au Sommet de Londres -pré-annonce Stoltenberg- les leaders des 29 pays membres « reconnaîtront l’espace comme notre cinquième champ opérationnel », qui s’ajoute aux terrestre, maritime, aérien et cyber-spatial. « L’espace est essentiel pour le succès de nos opérations. », souligne le secrétaire général laissant entendre que l’OTAN développera un programme militaire spatial. Il ne fournit évidemment pas de détails, mais informe que l’OTAN a signé un premier contrat d’1 milliard de dollars pour moderniser ses 14 avions Awacs. Ceux-ci ne sont pas de simples avions-radar mais des centres de commandement volants, produits par l’étasunien Boeing, pour la gestion de la bataille à travers les systèmes spatiaux.

 

À coup sûr quasiment aucun des leaders européens (pour l’Italie le premier ministre Conte), qui le 4 décembre « reconnaîtront l’espace comme notre cinquième champ opérationnel », ne connaît le programme militaire spatial de l’OTAN, préparé par le Pentagone et par des sommets militaires européens restreints avec les plus grandes industries aérospatiales. Et moins encore le connaissent les parlements qui, comme en Italie, acceptent les yeux fermés toute décision de l’OTAN sous commandement étasunien, sans se préoccuper de ses implications politico-militaires et économiques.

 

L’OTAN va se lancer dans l’espace dans le sillage du nouveau Commandement spatial créé par le Pentagone en août dernier dans le but, déclaré par le président Trump, « d’assurer que la domination américaine dans l’espace ne soit jamais menacée ». Trump a ensuite annoncé la constitution successive de la Force Spatiale des États-Unis, avec la mission de « défendre les intérêts vitaux américains dans l’espace, le prochain champ de combat de la guerre ». Russie et Chine accusent les USA d’ouvrir ainsi la voie de la militarisation de l’espace, en avertissant qu’elles ont la capacité de répondre. Tout cela accroît le péril de guerre nucléaire.

 

Même si on ne connaît pas encore le programme militaire spatial de l’OTAN, une chose est sûre : il sera extrêmement coûteux. Au Sommet, Trump fera pression sur les alliés européens pour qu’ils portent leur dépense militaire à 2% ou plus du PIB. Jusqu’à présent 8 pays l’ont fait : Bulgarie (qui l’a portée à 3,25, juste au-dessous des 3,42 des USA), Grèce, Grande-Bretagne, Estonie, Roumanie, Lituanie, Lettonie et Pologne. Les autres, tout en restant au-dessous des 2%, sont engagés à l’augmenter. Tirée par l’énorme dépense USA –730 milliards de dollars en 2019, plus de 10 fois celle de la Russie– la dépense militaire annuelle de l’OTAN, selon les données officielles, dépasse les 1 000 milliards de dollars. En réalité elle est plus haute que celle indiquée par l’OTAN, parce qu’elle ne comprend pas divers postes de caractère militaire : par exemple celui des armes nucléaires USA, inscrit au bilan non pas du Pentagone mais du Département de l’Énergie.

 

La dépense militaire italienne, qui est passée du 13ème au 11ème rang mondial, se monte en termes réels à environ 25 milliards d’euros annuels en augmentation. En juin dernier le gouvernement Conte I y a ajouté 7,2 milliards d’euros, fournis aussi par le Ministère pour le développement économique pour l’achat de systèmes d’arme. En octobre, lors de sa rencontre avec le Secrétaire général de l’OTAN, le gouvernement Conte II s’est engagé à l’augmenter durablement d’environ 7 milliards d’euros annuels à partir de 2020 (La Stampa, 11 octobre 2019).

 

Au Sommet de Londres seront requis à l’Italie d’autres milliards d’argent public pour financer les opérations de l’OTAN dans l’espace : alors qu’on ne trouve pas d’argent pour garder la sécurité et reconstruire les viaducs qui s’écroulent. 

 

Manlio Dinucci

 


 

Otan - 1

Pour illustration

 


 

Source :

https://ilmanifesto.it/

https://www.voltairenet.org/article208484.html

https://www.mondialisation.ca/le-sommet-lance-lotan-dans-lespace-couts-exorbitants/5639443

https://www.globalresearch.ca/il-summit-lancia-la-nato-nello-spazio-costi-alle-stelle/5696717

 

Article :

Manlio Dinucci / Mondialisation.ca

Article original en italien : traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Édition de mardi 3 décembre 2019 de il manifesto

Copyright © Manlio Dinucci, ilmanifesto.it, 2019

 

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire « L’art de la guerre » au quotidien italien il manifesto.

Parmi ses derniers livres : Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

2 commentaires

Répondre à nuage1962 Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.