Plus de 1 000 médecins démissionnent de leurs fonctions administratives [Vidéo + Audio]

Publié par

 

L’hôpital public entre dans son dixième mois de crise avec plus de 250 services d’urgences en grève. Des médecins rejoignent le mouvement en abandonnant leur casquette administrative. Une façon pour eux d’alerter le gouvernement.

 

 

Grève - Hôpital - 1

Pour illustration

 

 

« On réclame juste d’être écouté, entendu et reçu. », martèle Stéphane Dauger. Ce chef du service réanimation pédiatrique de l’hôpital parisien Robert-Debré depuis treize ans est l’un des 1 000 médecins qui ont décidé d’abandonner leurs fonctions administratives pour dénoncer « l’effondrement » de l’hôpital public.

 

Ces chefs de service ont rejoint le mouvement de grève lancé par les services d’urgences. La contestation s’étend ainsi à l’ensemble de l’hôpital public. Ils attendent du gouvernement des réponses concrètes aux problèmes budgétaire et d’attractivité et demandent le retour à une gouvernance partagée entre personnel, direction et usagers.

 

 

Une démission « symbolique » 

« Ce mouvement des chefs de service est historique. », relève André Grimaldi, professeur d’endocrinologie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, qui coordonne la pétition. Derrière cette décision « symbolique », il n’y aucune « revendication personnelle. », insiste Stéphane Dauger. « Je suis chef de service depuis 2006 et n’ai perçu aucun centime supplémentaire pour cette activité qui me prend deux heures par jour en plus de mon rôle de soignant. », précise celui qui, comme les autres chefs, continue son activité de soignant, mais aussi de chercheur et d’enseignant.

 

« On nous prend pour des imbéciles depuis plusieurs mois. », s’insurge ce chef de service. Comme les cosignataires, il réalise un « acte de désobéissance » en n’appliquant plus la codification tarifaire, qui permet ensuite de demander le paiement des actes à l’assurance-maladie. Stéphane Dauger a arrêté aussi de gérer « administrativement » ses équipes et ne siège plus dans les instances bureaucratiques.

 


 

« Je n’ai plus aucune relation avec l’administration, qui fait semblant de ne pas être au courant. »

 

Stéphane Dauger, chef de service à l’hôpital Robert-Debré à Franceinfo

 


 

Audio : Professeur Stéphane Dauger, chef du service de réanimation et surveillance continue et pédiatrique à l’hôpital Robert Debré / 15 décembre 2019

 


 

Grève - Hôpital - 2

Pour illustration

 

 

La liste des médecins ayant abandonné leurs fonctions administratives est en constante augmentation depuis la publication de la tribune, le 15 décembre, dans Le Journal du dimanche. En moins de dix jours, la pétition est passée de 600 à plus de 1 000 signataires, ce qui représente « environ 10% des chefs de service toutes spécialités et services confondus sur l’ensemble du territoire. », confirme André Grimaldi.

 

Tous se disent déçus jusqu’à présent des réponses de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, face à la crise dans les hôpitaux. « Le plan du gouvernement est très très faible, c’est simplement un plan de communication. »analyse le professeur d’endocrinologie, qui avait cru en la ministre lorsqu’elle est arrivée au gouvernement. 

 


 

« C’est fou que l’on en soit arrivé là. On a décidé de rayer l’hôpital public de la carte. »

 

Stéphane Dauger, chef de service à l’hôpital Robert-Debré à Franceinfo

 


 

Dans le viseur des chefs de service, les rallonges budgétaires avancées par Agnès Buzyn. « On nous a parlé de 1,5 milliard sur trois ans. Mais en réalité, ces nouvelles dotations correspondent à 200 000 euros de plus par an seulement. », se désole André Grimaldi.

 

La réponse de Martin Hirsch, le directeur de l’AP-HP, envoyée mi-décembre aux chefs des urgences pédiatriques d’Ile-de-France, ne les a pas non plus rassurés. « Cela ne représente que 10% de nos demandes. », s’insurge le chef des urgences pédiatriques de Robert-Debré. Car cet acte de désobéissance est aussi un moyen de mettre en avant une situation préoccupante, notamment en pédiatrie.

 

 

Les services pédiatriques en tension

La pédiatrie et la réanimation pédiatrique sont « sinistrées », s’alarment les trois médecins. « A la date du 23 décembre, je n’ai que trois places de libre dans le service. », s’inquiète Stéphane Dauger. « Et nous avons dû transférer 25 nourrissons à plus de 150 km du domicile de leurs parents faute de place en pédiatrie dans un des trois hôpitaux habilités d’Ile-de-France. » La situation, à l’approche du pic de grippe du début d’année, est aussi compliquée ailleurs, note André Grimaldi. « A Toulouse, le chef de pôle pédiatrie a démissionné et à Clermont-Ferrand la pédiatrie est en grève. » 

 


 

« Impossible pour nous de basculer les urgences pédiatriques sur le privé car il n’y a pas d’hospitalisation pédiatrique dans les cliniques. Faut-il qu’il arrive un malheur pour que le gouvernement réagisse ? »

 

André Grimaldi, chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Franceinfo

 


 

Ces chefs de service estiment faire les choses « graduellement » et dans le respect du personnel hospitalier et des patients. « Il est important que la population comprenne que nous faisons cela pour eux. », précise Stéphane Duger, qui se rend sur les marchés le week-end pour expliquer le mouvement et recueillir des signatures de soutien.

 

 

Des signatures remises début janvier

Car les signataires ont pour ambition « d’assurer la qualité des soins et garantir la sécurité des patients. ». Pour cela, un rééquilibrage budgétaire est nécessaire. Cette année, à l’hôpital Robert-Debré, le budget a été élaboré sans aucun médecin autour de la table, déplore Stéphane Dauger, qui dénonce une gestion purement « comptable ».

 


 

« Depuis 2009, on est géré comme une entreprise privée qui doit être rentable et avec comme seul maître à bord le directeur de l’établissement qui est jugé uniquement sur sa gestion budgétaire. »

 

Xavier Mariette, chef de service à l’hôpital Bicêtre à Franceinfo

 


 

L’ensemble des signatures des médecins démissionnaires sera remis début janvier, le 6 ou le 7, à la ministre de la Santé. Afin d’anticiper une éventuelle demande du ministère de la Santé, les signataires se sont assurés auprès de leurs collègues que ces derniers refuseront d’assurer le rôle de chef de service si la demande leur était formulée.

 


 

Bonus

Time : 3 mn 12 / [1]

 

Pour sauver l’hôpital, une chef de service livre son cri de colère à la manifestation nationale. Le Dr Isabelle Nègre est médecin algologue anesthésiste réanimateur, chef de service du centre d’évaluation et de traitement de la douleur du CHU de Bicêtre. Nous l’avons rencontrée jeudi 14 novembre, dans le cortège parisien de la journée de mobilisation massive partout en France des personnels des hôpitaux qui réclament davantage de moyens et d’effectifs. Son constat est accablant.

 


 

Grève - Hôpital - 3

Pour illustration

 


 

Source :

https://actu.fr/bretagne/saint-brieuc_22278/la-fonde-120-medecins-demissions-lhopital-saint-brieuc_19047848.html

https://www.europe1.fr/societe/plus-de-600-medecins-menacent-de-demissionner-il-faut-vraiment-que-lon-nous-tende-la-main-3937621

https://www.francetvinfo.fr/economie/greve/greve-aux-urgences/on-nous-prend-pour-des-imbeciles-plus-de-1-000-medecins-demissionnent-de-leurs-fonctions-administratives_3756843.html

 

Article :

Guillemette Jeannot / France Tv Info

Le 27/12/2019 | 15:04

 

Vidéo :

[1] Pour sauver l’hôpital, une chef de service livre son cri de colère à la manifestation nationale – L’Obs / YouTube

17 commentaires

  1.  » On nous prend pour des imbéciles  » …. oui c’est tout à fait ça et c’est pitoyable de le constater parce que c’est un domaine qui devrait être largement écouté et pour lequel on devrait, en effet, agir au plus vite tant il va mal , et que cette situation peut déboucher sur quelque chose qui pourrait mettre en danger la vie de quelqu’un. En conséquence de quoi, on ne peut que soutenir le personnel, les chefs de service etc… qui en ont ras-le-bol.

    Aimé par 2 personnes

  2. si c’est comme chez moi, il y a eu trop de coupure du gouvernement, ils ont tout chambouler le système de santé au profit des médecins .. et il ont demandé au personnel de santé d’en faire beaucoup plus avec beaucoup moins

    Aimé par 1 personne

  3. C’est quand même honteux !!! C’est un secteur qui devrait largement bénéficier de subventions et de moyens. En demandant aux soignants d’en faire toujours plus, avec beaucoup moins c’est la qualité des soins et de l’accueil aux patients qui en pâti.

    Aimé par 1 personne

    1. Le but : Privatiser tous les secteurs publics.

      Il n’y a pas que ADP, les réseaux routiers, les barrages hydroélectriques, etc…

      Il y a bien plus. Le successeur de Macron continuera la casse car ils sont mandaté pour cela (via les véritables décideurs : Les élites financières); suivre le cahier des charges pour lequel ils sont élus.

      Fausse démocratie quant tu nous tiens…

      J'aime

      1. Et cela peut se vérifier quasiment dans tous les pays.

        C’est catastrophique car cela s’étend même au nappes phréatiques (privatisation de l’eau douce).

        J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.