Botswana : vente aux enchères pour tuer les éléphants [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 16 / [1]

 

Le Botswana, pays d’Afrique australe qui abrite la plus importante population d’éléphants au monde, tenait vendredi ses premières enchères d’ampleur pour l’attribution de permis de chasse depuis le rétablissement très controversé de la chasse sur son territoire en mai.

 

La vente, confiée à la société locale Auction It dans les locaux du ministère de l’Environnement de la capitale Gaborone, porte sur sept « lots » de dix éléphants chacun, a indiqué à l’AFP une responsable gouvernementale de la faune, Alice Mmolawa

 


 

Le permis de chasse s’élève à 39.000 euros par tête. Désormais, jusqu’à 400 éléphants pourront être tués chaque année en vertu de permis délivrés par les autorités au Botswana.

 

 

Eléphant - 1

Un éléphant se baigne dans l’Okavango, près du village de Nxaraga, au Botswana, le 28 septembre 2019. | Monirul Bhuiyan / AFP

 

 

Avec plus de 135.000 spécimens, le Botswana possède la plus importante population d’éléphants au monde. L’année dernière, le président Mokgweetsi Masisi avait levé l’interdiction de chasser la faune sauvage, exposant les éléphants au commerce de la chasse.

 

La première grande vente aux enchères de permis de chasse s’est tenue ce vendredi 7 février, au ministère de l’Environnement de Gaborone, la capitale. Ce sont six «lots» permettant chacun de tuer dix éléphants qui ont ainsi été adjugés par la société Auction It Ltd. D’après un document consulté par Bloomberg, les lots ont été vendus entre 3,6 et 4,75 millions de pula (soit entre 299.000 et 390.000 euros), ce qui revient, pour les plus coûteux, à 39.000 euros par tête d’éléphant.

 

 

Permis de tuer

Ce sont des opérateurs qui achètent ces permis de chasse, pour les revendre par la suite, avec une marge, aux chasseurs et aux chasseuses de trophées. L’Afrique australe est devenue le théâtre d’un tourisme de chasse, en provenance majoritaire des États-Unis. Les touristes, en plus du permis, achètent les services de professionnel·les de la chasse, et payent ensuite des frais de taxidermie.

 

L’ouverture de la chasse à l’éléphant, qui a suscité la controverse dans les milieux de défense de la biodiversité, a pourtant reçu un accueil favorable des populations locales. L’augmentation du nombre d’éléphants sur le territoire a eu un impact néfaste sur l’agriculture, avec un nombre d’incidents croissant. Le président Masisi en avait fait un enjeu électoral de premier plan lors de sa campagne de 2018.

 

Un quota de 272 animaux à abattre a été fixé pour cette année, la saison de chasse s’étendant d’avril à septembre. Les chasseurs et les chasseuses étrangères pourront tuer jusqu’à 202 éléphants, et auront l’autorisation d’exporter leurs trophées. Au Zimbabwe, qui recèle la deuxième plus grande population d’éléphants au monde, le nombre de permis s’élève à 500.

 


 

Coincé entre la Zambie, la Namibie et l’Afrique du Sud, le Botswana abrite environ 135.000 éléphants en liberté, soit un tiers de leur population africaine connue.

 

 

La richesse de sa faune en fait un sanctuaire très prisé des amateurs de safaris haut de gamme.

 


 

Au Zimbabwe, ce n’est guère mieux…

Time : 5 mn 07 / [2]

 


 

Eléphant - 2

Pour illustration

 


 

Source :

http://www.slate.fr/story/187263/botswana-vente-encheres-permis-chasse-elephants

https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-02-07/botswana-sells-elephant-hunts-for-as-much-as-43-000-per-animal

http://www.leparisien.fr/international/chasse-a-l-elephant-au-botswana-les-permis-sont-vendus-aux-encheres-07-02-2020-8255397.php

 

Article :

Léa Polverini / Slate

 

Vidéo :

[1] Le Botswana lance des enchères pour les permis de chasse à l’éléphant – africanews (en français) / YouTube

[2] Elephant Bull Zimbabwe – Highlights – Buchanan Hunts/This is Africa / YouTube

47 commentaires

  1. Je trouve cela honteux et scandaleux, et je vais te dire ce que j’ai lu dans différents articles à ce propos, me fait vraiment sourire. On parle de rétablissement d’une chasse éthique et ordonnée  avec un nombre bien déterminé d’éléphants à tuer, et que cela ne pourra se faire qu’avec l’obtention d’un permis… Mais de qui se moque t-on franchement ! Il y aura , que ce pays le veuille ou non, des tueries sauvages.   J’ai lu récemment que cette reprise était due au fait que dans cette région  les éléphants sont en surnombre,  ravagent les champs, les cultures, peuvent être un danger pour les humains etc etc etc… Je comprends tout à fait . Mais alors, il n’y a qu’à les canaliser dans des espaces bien déterminés, avec des clôtures électriques. Il semblerait que cela ait été fait mais ne se soit pas révélé efficace. Alors plutôt que de persévérer dans ce sens, dans tout ce qui a été entrepris pour la protection et la défense de ces animaux, on préfère les tuer. C’est ( merci de me permettre de donner mon humble avis ) purement et simplement une affaire de gros sous : les éléphants sont des  » poules aux œufs d’or  » !!

    Aimé par 3 personnes

  2. Je connais pas mal de ces pays – notamment le Botswana – et j’ai vécu et travaillé dans un grand pays d’Afrique australe… il est exact que le surdéveloppement d’espèces protégées peut déséquilibrer l’ordre naturel des choses.

    Entre Grokons (entretenus par les gras media); Hypersensibles (soigneusement formatés par les mêmes media pour alimenter la même grande poche à revenus imbéciles) et le redoutable effet de mode à la Greta “Thunafish” (la batracienne simplette, simplificatrice et pontifiante missionnée par les petits malins habituels pour sidérer les émotifs) qui promène efficacement les couillons, il est difficile de maintenir un équilibre sensé chez les esprits simples.

    La nature (arbitre suprême ici bas) mettra de l’ordre dans toute cette confusion lorsqu’elle aura perdu patience – ce qui ne saurait tarder (les signes avant-coureurs sont là). Bien sûr, ça va faire beaucoup de déchet biologique, parce que la nature n’élit pas; elle sélectionne… Pour ceux qui entendront survivre, il faudra évidemment songer à s’adapter et en avoir la force et les capacités. C’est le principe même de la sélection naturelle. Il est vain de croire qu’il pourrait en être autrement.

    Aimé par 1 personne

    1. D’être confronté a la mort ça peut choquer, mais que fait-on de la mort des animaux en abattoirs ? , que l’on retrouve ensuite dans nos assiettes …
      Dans un temps reculé, au tuais un animal pour ce nourrir , aujourd’hui on tue pour le plaisir.
      Bien sur que ça choque de voir en vidéo tuer un animal a bout portant, surtout un éléphant, mais se dire que nous sommes a chaque instant confronté à la mort, qu’elle soit symbolique ou réelle ………………………………………

      Aimé par 1 personne

      1. Peut-être est-il encore temps d’observer que tous ces « systèmes » qui nous exaspèrent à juste titre ont basé leur succès(politique et donc aussi financier) sur la stupidité (on ne peut pas idre ici « bêtise », parce que les bêtes varient dans leurs instinct et leurs aptitudes respectives, mais elles ne semblent pas « bêtes »… c’est donc leur faire insulte que leur appliquer cette ‘étiquette’ imméritée) donc… sur la stupidité ou – plus expéditivement – sur la connerie… qui leur sert de fond de commerce. Si vous avez un antidote, je suis preneur avec effet immédiat. En ce qui me concerne… je cherche encore.

        Aimé par 1 personne

  3. Comment peut-on avoir envie de tuer de si beaux éléphants et qui ne demandent rien d’autres que de vivre? Et que dire des éléphants que l’on torture pour le tourisme? L’homme me déçoit au plus haut point. L’argent est plus important que la vie, que ce soit celle des animaux ou des humains.

    Bonne semaine

    Aimé par 2 personnes

    1. et les éléphants dans les cirques, les taureaux massacrés dans les corridas ect …. a côté de ça la vache est sacré en inde mais pour combien de temps, car la démographie dans ce pays réduit l’espace et le temps c’est de l’argent aujourd’hui dans ce monde ou l’argent est roi ………………………..

      Aimé par 2 personnes

  4. Pas encore d’instances suffisamment solides pour s’opposer à la souveraineté des états. C’est à hurler.
    Et je n’ai pas la force de regarder ces vidéos, ou d’autres encore plus atroces auxquelles renvoie WordPress (tortures). 😦 😥

    Aimé par 2 personnes

    1. Il y a tellement de chose dans la vie, qui sont des crimes contre le vivant et les chiens et chats en chine qui sont chaque année massacrés, et les dauphins tués chaque année au Danemark font partie d’une tradition culturelle … et ces femmes violés tués par des hommes sans scrupules il y en a tous les jours, tout comme les agriculteurs qui ce suicident , que fait-on pour aider les victimes ……………………

      Aimé par 3 personnes

      1. Oui… cette « insignifiante planète » (Douglas Adams « Le Guide de l’autostoppeur dans la voie lactée – une trilogie en quatre parties ») est vraiment en train de virer extrêmement conne par nos ‘soins’ attentifs… comme c’est dommage… Moneymoneymoney… It’s a rich (and very short-sighted’s) man’s world… J’aime bien votre nature morte au papillon.

        Aimé par 2 personnes

      1. Le monde est rempli de symbole et dans la famille des animaux les éléphants sont porteurs d’un message symbolique de par leur force si ce n’est pas puissance. Dans un temps reculé les éléphants étaient vénérés par les indigènes …

        Aimé par 2 personnes

      2. La force, oui. C’est un fait. La puissance, non, dans le cas qui nous occupe, c’est une interprétation. Il y avait, il y a bien longtemps, une éléphante d’Afrique, au Zoo de Vincennes, qui avait été nommée Micheline, un gardien qui avait pris en sympathie le petit garçon d’alors m’avait fait connaître certains des tours enseignés à Micheline… gros succès à chacune de mes escapades au zoo. Il y avait aussi un rhinocéros blanc (« wide-mouthed rhino »… d’où la regrettable confusion avec la couleur: « wide » mal entendu comme » white »!) prénommé François… bien que muet, François n’avait pas son pareil pour nous faire passer ses états d’âme. Les girafes ne semblaient pas intéressées à communiquer avec ces humains qu’elles considéraient de haut.

        Aimé par 2 personnes

      3. je cite : Pas si simple hélas… Le problème, comme en mille autres, est une affaire de réduire les déséquilibres… puis de tendre vers l’harmonie. C’est une affaire d’accord fin; de beaucoup de sensibilité et de quelque intelligence. Du dernier ingrédient il ne faut pas beaucoup… mais il faut une détermination hors du commun pour espérer compenser la stupidité en roue libre et les effets de mode.

        L’équilibre a été brisé avec l’industrialisation et la démographie , l’ennemi de l’homme aujourd’hui ce n’est plus l’animal sauvage , mais l’homme lui-même par le progrès technologique qui tend l’homme vers la capitalisation et du même coup se faire manipuler par la machine qui remplace de plus en plus ce dernier. L’animal est devenu soit un produit de consommation, soit un produit de domestication, soit le bête que l’on doit traquer et tuer , sans parler de tous ces animaux qui meurt par la pollution, la déforestation des forêts, la destruction par les pesticides ect …

        Aimé par 2 personnes

    1. Je ne voudrais pas défendre les chasseurs, mais si les éléphants sont en surnombre et qu’il saccage les cultures …. Lorsqu’il y aura plus d’éléphants, peut-être a ce moment là , des sanctions seront prises.
      L’éléphant est un symbole de puissance et ce genre d’action donne vraiment à réfléchir que d’être un puissant aujourd’hui ne suffit plus dans la chaîne du vivant …

      Aimé par 2 personnes

      1. La « puissance » est un leurre; c’est sur l’intelligence pratique et positive qu’il faut concentrer les efforts. La violence est la ressource des faibles… mais il faut quelques heures de vols pour qu’un être humain (surtout de sexe masculin) commence à le comprendre. Les femmes, dont la nature est de porter(longtemps!) la vie, comprennent cette évidence plus vite… Les femmes meurent en serrant les dents; les hommes en appelant leur maman… et ils n’ont pas de Synthol… les pôôôvres…

        Aimé par 1 personne

    1. dans un temps reculé si l’homme ne tuait pas, il était tué a son tour , aujourd’hui c’est la démographie humaine qui veut ça, il y a plus de place pour tout le monde et c’est la loi du plus fort qui l’emporte.
      Que peux faire un animal si gros soit-il contre une arme a feu ???

      Aimé par 2 personnes

      1. Je ne dis pas le contraire, je ne suis pas contre la chasse , je suis pour la chasse si elle nourrit et qu’elle équilibre (style par chez nous les sangliers, parfois les pigeons, …) mais là l’éléphant est en voie de disparition.
        Si les gens sont éduqués dans le sens que pour se faire du plaisir faut tuer un animal… y a quand même un soucis à la base .

        Aimé par 1 personne

      2. l’éléphant n’est pas en voie de disparition, bien au contraire, il y en a trop et le pourquoi la chasse a été autorisé mais un certain nombre , en tout les cas c’est ce que j’en ai compris

        Aimé par 1 personne

      3. Pas si simple hélas… Le problème, comme en mille autres, est une affaire de réduire les déséquilibres… puis de tendre vers l’harmonie. C’est une affaire d’accord fin; de beaucoup de sensibilité et de quelque intelligence. Du dernier ingrédient il ne faut pas beaucoup… mais il faut une détermination hors du commun pour espérer compenser la stupidité en roue libre et les effets de mode.

        Aimé par 1 personne

  5. Nous sommes dans un monde de la loi du plus fort, de celui qui a le plus d’argent .
    De toute façon, dans tout temps tuer des éléphants cela a toujours exister pour prendre ensuite l’ivoire auquel est fabriqué des objets qui seront ensuite vendus.
    Si les éléphants sont en surnombre, dans un pays où les habitants sont également en surnombre par la démographie accélérée …………………………………

    Aimé par 1 personne

      1. Les deux agissent par instinct, mais ça n’est assurément pas le même. Personnellement il y a longtemps que je préfère l’instinct animal à la plupart de nos pulsions réputées « humaines ». L’ instinct de profit (pour le simple plaisir d’amasser) étant de loin celui qui me paraît le plus stupide… il ne produit rien d’utilisable… L’animal n’est pas tant concerné par l’hypothèse de mourir de faim que gouverné par son instinct qui le pousse à tuer pour se nourrir. Accessoirement, dans bien des règnes il y a une proportion subtilement équilibrée de proies et de prédateurs… mais de mémoire d’aucune de ces catégories on a vu l’une venir secourir l’autre. Ce qui est troublant; c’est que cela semble commencer à se produire… est-ce une nouveauté… où une révélation facilitée par tous ces bipèdes qui se promène avec le nécessaire pour prendre des images et les passer d’urgence à autrui? (Un peu comme le syndrome de la séance de projection de diapositives d’antan… mais parfois avec des résultats intéressants.) Je rencontre de plus en plus de gens qui me renvoient au Kali-Yuga..

        Aimé par 1 personne

Répondre à couleurverte123 Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.