La fabrique de l’ennemi par le cinéma américain – Pierre Conesa [Vidéo]

Publié par

Time : 29 mn 05 / [1]

 


 

Version complète

Time : 34 mn 04 / [1]

 


 

Pierre Conesa

Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire et Directeur général Compagnie européenne d’intelligence stratégique / Pour illustration

 

 

Le cinéma est-il la continuation de la guerre par d’autres moyens ? Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la défense, publie « Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive » (Robert Laffont, mai 2018)

 

 

Chuck Norris

Chuck Norris en train de pacifier le Vietnam • Crédits : The Cannon Group Inc. / Collection Christophel – AFP

 

 

Ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, spécialiste des questions stratégiques et militaires, Pierre Conesa porte un regard géopoliticien sur un vaste catalogue de films américains qu’il analyse dans Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive.

 

« Ce qui frappe aux États-Unis, c’est la masse des mauvais films : ce sont eux qui fabriquent l’opinion. », Pierre Conesa

 

S’inscrivant dans un axe du bien et du mal, dessiné par Washington, le cinéma américain a distribué successivement le rôle du méchant, aux noirs, aux indiens, aux mexicains, aux communistes, avant d’incarner à l’écran la figure de « l’Arabo-irano-terroristo-musulman » qui fait aujourd’hui peur au monde entier.

 

« C’est le cinéma qui fait le récit national américain. Ce récit fait comme nous avec Michelet : le pays est une image d’une réalisation divine sur terre et donc l’autre, ne peut être qu’un envieux, un ennemi, une menace, un porteur de vice. », Pierre Conesa

 


 

Hollywood - Guerre

Couverture du livre « Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive – Pierre Conesa »

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Conesa

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/la-grande-table-2eme-partie-du-mercredi-13-juin-2018

 

Vidéo :

[1] La fabrique de l’ennemi par le cinéma américain avec Pierre Conesa – France Culture / Culture

 

Audio :

[1] Hollywood, une arme diplomatique – Pierre Conesa / France Culture

 

Bibliographie :

Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive – Pierre Conesa – Robert Laffont, 2018

 

Voir notamment :

La mafia pédophile d’Hollywood sur le grill

Prenez tout mais laissez-nous la culture ! [Vidéo]

Le cinéma parle-t-il à notre inconscient collectif ?

Hollywood : Son influence auprès de la population mondiale

100 % de scènes violentes en plus dans les films hollywoodiens depuis 1950

Hollywood : 410 films réalisés sous l’influence et la supervision du Pentagone [Vidéo]

10 commentaires

  1. Merci pour ce superbe exemple d’opposition contrôlée qui nous offre tout ce qui est nécessaire pour en exposer les mécanismes… notamment le fait caractéristique de ces prétendues enquêtes (pardon… « investigations ») qui n’aboutissent JAMAIS aux véritables commanditaires des opérations d’enfumage du bon peuple que ces serveurs de soupe prétendent exposer au grand jour.
    Ces zozos sont, au demeurant, assez faciles à débusquer – non-point parce qu’ils se commettent sur les gras media façon « France-Bourrage de Mou », comme c’est ici le cas – mais tout simplement par le vocabulaire convenu (pardon la « dialectique ») qu’ils emploient; certains n’hésistant pas, du reste, à se présenter avec assurance es qualités de “Gatekeepers” (sic – “very sick, indeed”) vous en avez régulièrement un cas d’école avec l’impavide Gérald Bronner… que je verrais assez bien exposé aux côtés du si confiant dodo (et autres intéressantes espèces aujourd’hui disparues) à ce qui était jadis encore – même pour la république – le musée du Duc d’Orléans. Mais pour le bronner commun, il va falloir attendre encore un peu. Pour vous faire prendre patience en vous distrayant un peu, voyez donc le Bronner commun à l’œuvre via le lien suivant
    http://www.conspiracywatch.info/Pourquoi-les-theories-du-complot-cartonnent_a1531.html
    en espérant que ce morceau de bravoure n’aura déjà été exfiltré du Oueb par BFM (ou toute autre officine aux ordres)… c’est beau comme du Groucho Marx… Jean Yann nous a quittés trop tôt.

    Aimé par 1 personne

  2. Ca me refait penser à ce cher vieil adage dont tous les Américains sont convaincus : « There are only two kinds of people in the world : Americans and those who which they were » !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.