Exoplanète infernale : Il pleut du fer en fusion sur Wasp-76b [Vidéos]

Publié par

 

Exoplanète - 1

Pour illustration

 

 

WASP-76 b est une Jupiter chaude dont on commence à sonder la composition de son atmosphère. Les études réalisées conduisent à penser qu’il s’y forme des gouttes de fer en fusion à la frontière, entre sa face diurne et sa face nocturne, alors que l’exoplanète est en rotation synchrone autour de son étoile hôte.

 

« Il y a plus de choses dans le Ciel et sur la Terre, Horatio, qu’il n’en est rêvé dans votre philosophie. » Cette citation célèbre du Hamlet de William Shakespeare peut sans aucun doute s’appliquer à WASP-76 b, une exoplanète découverte en 2016 dans le cadre d’une campagne d’observation menée avec WASP (Wide Angle Search for Planets), et à bien d’autres comme l’explique la vidéo ci-dessous.

 

Elle tire son nom de WASP, un consortium international de plusieurs organisations académiques effectuant une recherche ultra-grand angle d’exoplanètes par la méthode du transit à l’aide de deux observatoires robotiques en fonctionnement continu couvrant l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud. L’un se trouve à l’observatoire de Roque de los Muchachos à La Palma dans les îles Canaries, l’autre se trouve à l’Observatoire astronomique sud-africain, (en anglais South African Astronomical Observatory ; en abrégé Saao).

 

Mais, aujourd’hui WASP-76 b vient sur le devant de la scène à la suite d’un communiqué de l’ESO qu’accompagne une publication de la revue NatureIl annonce que des astronomes l’étudiant à l’aide de l’instrument Espresso équipant depuis quelques temps le VLT, ont mis en évidence dans l’atmosphère de cette exoplanète des averses de fer en fusion !

 

David Ehrenreich, professeur à l’Université de Genève en Suisse, et qui a conduit l’équipe à l’origine de cette découverte, explique en effet dans le communiqué : « Nous pourrions affirmer que cette planète est caractérisée par une météo pluvieuse en soirée, au détail près qu’il s’agit ici de précipitations de fer ». WASP-76 b vient donc rejoindre la liste des exoplanètes les plus étranges ayant fait l’objet d’une détection ou d’une étude au moyen des télescopes de l’ESO.

 


 

Time : 1 mn 24 [Vostvfr] / [1]

 

Un extrait de l’ESOCast portant sur les exoplanètes les plus étranges ayant fait l’objet de recherches au moyen des télescopes de l’ESO. Dans ce passage, le cas de WASP-76 b est abordé. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © ESO

 


 

Rappelons qu’Espresso – pour Echelle SPectrograph for Rocky Exoplanets and Stable Spectroscopic Observations (spectrographe à échelle dédié à l’étude des exoplanètes rocheuses et aux observations spectroscopiques stables) – fut à l’origine conçu pour détecter par la méthode des vitesses radiales des exoterres potentielles autour d’étoiles de type solaire. Mais, comme l’explique dans le communiqué de l’Eso, Pedro Figueira, scientifique en charge de l’instrument au Chili : « Nous nous sommes rapidement aperçus que la formidable puissance collectrice du VLT, conjuguée à l’extrême stabilité d’Espresso, en faisait un instrument idéal pour étudier les atmosphères exoplanétaires. »

 

 

Une Jupiter chaude en rotation synchrone

C’est donc ce qu’ont commencé à faire les astronomes en septembre 2018 avec WASP-76 b qui orbite autour de WASP-76, une étoile de type F qui se situe à environ 390 années-lumière du Système solaire dans la constellation des Poissons. Rappelons que les étoiles de type F ont des températures de surface qui varient entre 6.000 et 7.600 K et des masse entre 1,05 et 1,4 masse solaire. L’exoplanète, d’abord détectée par la méthode du transit, avait vu son existence confirmée par celle des vitesses radiales de sorte que l’on savait qu’elle avait une masse d’environ 0,92 fois celle de Jupiter pour un rayon environ 1,8 fois plus grand, soit environ 20 fois celui de la Terre. C’est donc une géante gazeuse, or elle orbite autour de son étoile hôte en seulement 1,8 jour à une distance d’environ 0,033 UA. WASP-76 b est donc clairement une Jupiter chaude.

 

On sait de plus que l’exoplanète est en rotation synchrone autour de WASP-76 et qu’elle lui montre donc toujours sa même face comme dans le cas de la Lune par rapport à la Terre. Les mesures indiquent que sa face diurne voit sa température de surface grimper au-delà des 2.400 degrés Celsius car elle reçoit de son étoile hôte un rayonnement des milliers de fois supérieur à celui que la Terre reçoit du Soleil, ce qui est largement suffisant pour vaporiser les métaux dont elle est constituée.

 

 

Radiotélescope

Pour illustration

 

 

Il pleut du fer sur la face sombre

Par contre, la température de la face nocturne est d’environ 1.500 degrés Celsius, ce qui veut dire qu’il y a nécessairement des vents violents qui transportent de la matière et de la chaleur entre les deux faces. En plus d’un gradient thermique, il s’établit aussi un gradient chimique entre ces dernières d’après les mesures d’Espresso et tout particulièrement entre les deux côtés de la frontière entre les faces diurne et nocturne, l’équivalent du terminateur de la Lune. Du premier côté, en allant en direction de la face nocturne, donc comme si c’était le soir, on trouve la signature spectrale de la vapeur de fer (sa température de fusion est de  1.538 °C) mais, comme l’explique David Ehrenreich, « étonnamment toutefois, nous n’avons détecté aucune trace de vapeur de fer à la frontière du matin. Il s’ensuit qu’il pleut du fer sur la face sombre de cette exoplanète extrême ».

 

Sa collègue Maria Rosa Zapatero Osorio, astrophysicienne au Centre d’Astrobiologie de Madrid (Espagne) et responsable de l’équipe scientifique d’Espresso précise toujours dans le communiqué de l’Eso que « les observations indiquent que la vapeur de fer est abondante dans l’atmosphère surplombant la face éclairée – de température élevée – de WASP-76b. Une fraction de ce fer se trouve injectée du côté nocturne sous le double effet de la rotation de la planète et de la circulation atmosphérique. À la rencontre de cet environnement plus froid, le fer condense et retombe sous forme de pluie ».

 


 

Time : 5 mn 36 / [2]

 

Quelles sont les exoplanètes les plus étranges ayant fait l’objet de recherches au moyen des télescopes de l’ESO ? Cet ESOCast apporte la réponse à cette question. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © ESO

 


 

CE QU’IL FAUT RETENIR

 

 

-. Depuis 1995, des milliers d’exoplanètes ont été découvertes et certaines sont dignes des rêves de la science-fiction.

 

-. Les astronomes ont ainsi découvert une superterre, Corot-7B, en rotation synchrone autour de son étoile et si proche d’elle que sa face diurne doit être couverte de lac de lave et qu’il y pleut des gouttes de roches en fusion et même des cailloux dans les régions plus froides.

 

-. Un cas similaire se produit avec WASP-76 b mais il s’agit cette fois-ci d’une géante gazeuse où les averses sont faites de gouttes de fer en fusion.

 


 

Exoplanète - 2

Pour illustration

 


 

Source :

http://www.openexoplanetcatalogue.com/planet/WASP-76%20b/

https://www.eso.org/public/archives/releases/sciencepapers/eso2005/eso2005a.pdf

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-il-pleut-fer-fusion-exoplanete-infernale-wasp-76b-20793/

 

Article :

Laurent Sacco, Journaliste / Futura Sciences

 

Vidéo :

[1] The Iron Rain Planet (from ESOcast 218) – European Southern Observatory (ESO) / YouTube

[2] ESOcast 218 : Les Exoplanètes Étrangères – European Southern Observatory (ESO) / YouTube

2 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.