Coronavirus : « Pourquoi ne fabrique-t-on pas de respirateurs en France » – Loïk Le Floch-Prigent [Vidéos]

Publié par

Extrait

Time : 1 mn 49 / [1]

 

Ex-pdg d’ELF-Aquitaine, ancien président de la SNCF, ancien président de GAZ de France, ancien patron de Rhône-Poulenc, Loïk Le Floch-Prigent dévoile la réaction d’autres industriels français face à la crise sanitaire qui met la France sous cloche…

 

« Je ne comprends pas, compte tenu de l’existence de respirateurs uniquement fabriqués à l’étranger, je ne comprends pas pourquoi on n’en fait pas en France. Beaucoup d’industriels m’ont téléphoné pour me dire “nous avons des prototypes, nous avons proposé d’en faire, et nous n’avons aucune réponse de l’État depuis deux mois.”»

 


 

Full version

Time : 29 mn 05 / [2]

 


 

Pourquoi ne fabrique-t-on pas de respirateurs en France, s’interroge l’ex-président de GDF

 

Loïk Le Floch-Prigent - 1

Loïk Le Floch-Prigent / Pour illustration

 

 

 

Touchées par la crise du coronavirus, les économies des États-Unis, de la Russie et de l’Arabie saoudite subissent aussi la chute des prix du pétrole, au moment où la demande diminue du fait de la quarantaine. Loïk Le Floch-Prigent, ancien dirigeant de Rhône-Poulenc, Elf Aquitaine, GDF et de la SNCF, fait le point au micro de Rachel Marsden.

 

 

Rachel Marsden

Rachel Marsden / Pour illustration

 

 

Le 6 mars, la Russie et l’Arabie saoudite n’ont pas réussi à s’entendre sur une réduction de la production de pétrole, ce qui a fait chuter les cours mondiaux. La question est maintenant de savoir lequel de ces deux pays cédera le premier et l’impact de cette crise sur ces acteurs et sur les États-Unis, au moment où de nombreux pays traversent la crise du coronavirus.

 

Loïk Le Floch-Prigent, ancien patron de Rhône-Poulenc et Elf Aquitaine, et ancien président de Gaz de France et de la SNCF, explique l’interaction des enjeux pétroliers avec la crise sanitaire mondiale :

 

« Le coronavirus a été un accélérateur du phénomène. C’est-à-dire que l’Europe et les États-Unis sont en situation de faiblesse en même temps, mais pour l’instant, ce n’est pas le sujet phare de Poutine et des Russes. »

 

Le Floch-Prigent estime que « la fragilité du système saoudien, c’est d’être très dépendant de la technologie américaine », précisant que le Royaume s’appuie sur des experts américains et leur savoir-faire, contrairement à la Russie :

 

« Visiblement, chez les Russes, on a l’impression qu’ils sont sur un matelas, que ce matelas continue à exister, et qu’ils sont prêts à tenir une guerre de tranchées pendant longtemps. Je ne suis pas sûr que l’Arabie saoudite soit prête à tenir ce temps long. »

 

L’ex-dirigeant d’entreprise explique l’impact réel de la baisse de prix sur les projets de gaz de schiste aux États-Unis :

 

« Le fait d’avoir des prix aux alentours de 35 $ le baril n’affecte pas– contrairement à ce qu’on raconte– la production de pétrole et de gaz de schiste. Ça affecte les rentrées d’argent des sociétés en question, mais ça n’affecte pas la production. La production peut se satisfaire de ces prix-là, parce que les progrès scientifiques et techniques qui ont été effectués grâce à la numérisation des puits ont permis de diminuer de façon très importante les prix. »

 

Le Floch-Prigent dévoile également, en exclusivité, la réaction d’autres industriels français face à la crise sanitaire qui met la France sous cloche :

 

« Je ne comprends pas, compte tenu de l’existence de respirateurs uniquement fabriqués à l’étranger, je ne comprends pas pourquoi on n’en fait pas en France. Beaucoup d’industriels m’ont téléphoné pour me dire “nous avons des prototypes, nous voulons en faire, et nous n’avons aucune réponse de l’État depuis deux mois.”»

 

L’ancien président de Gaz de France et de la SNCF avoue pour conclure sa perplexité :

 

« J’écoute et je ne comprends pas ce qui est en train de se passer. Je ne vois pas l’intérêt d’arrêter complètement la production française, à part les biscuits et les pâtes qui intéressent énormément les consommateurs français, puisqu’ils se ruent pour prendre dans leur foyer 200 kilos de pâtes dont ils n’en auront pas l’usage pour les 20 ans qui viennent. »

 


 

Loïk Le Floch-Prigent - 2

Loïk Le Floch-Prigent / Pour illustration

 


 

Source :

https://fr.sputniknews.com/radio_desordre_mondial/202003201043343556-pourquoi-ne-fabrique-t-on-pas-de-respirateurs-en-france-sinterroge-lex-president-de-gdf/

 

Article :

Rachel Marsden / Sputnik France

 

Vidéo :

[1] Respirateurs artificiels : l’état refuse l’aide proposée par les industriels – Ludovic Givelet / YouTube

[2] Pourquoi ne fabrique-t-on pas de respirateurs en France, s’interroge l’ex-président de GDF – Sputnik France / YouTube

3 commentaires

  1. Triste est de constater que cette épidémie nous aura permis de constater que nous n’étions pas véritablement prêts à y faire face vu la pénurie de masques, de gels, de respirateurs et autres matériels nécessaires. C’est un constat dramatique …. J’ose espérer que cela servira de leçon à nos politiques et que si une autre épidémie arrive, ou si celle-ci ( et je ne le souhaite pas ) reviendrait durant la période hivernale, nous soyons cette fois à même d’apporter tout ce qu’il faut au corps médical dans sa globalité et à tous les habitants.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.