Coronavirus : Julie, une adolescente de 16 ans emportée par le virus en Ile-de-France [Vidéos]

Publié par

 

C’est une première inquiétante. Au cours du point presse de ce jeudi soir sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus, le Directeur général de la santé Jérôme Salomon a évoqué « la mort d’une jeune fille de 16 ans », parmi les 365 décès survenus ces dernières 24 heures dans les hôpitaux français. Le numéro 2 du ministère a simplement indiqué que l’ado avait succombé « en Ile-de-France », une des régions plus touchées. Pressé par les journalistes de donner des précisions, le DGS s’est retranché derrière le secret médical.

 


 

Time : 1 mn 41 / [1]

 

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon a indiqué lors de son point quotidien du 26 mars qu’une mineure de 16 ans était morte, en Ile-de-France, des suites du coronavirus. Aucune précision n’a été donnée sur les circonstances de ce drame et sur l’existence ou non de comorbidités. En France à cette date, plus de 13 000 personnes étaient hospitalisées en raison du Covid-19. L’épidémie a fait 1 696 morts en France.

 


 

« Vous comprendrez évidemment que je ne peux pas donner plus de détails. » Jérôme Salomon a toutefois ajouté qu’il avait rendu cette information publique par souci de transparence, avant de rappeler qu’un décès du coronavirus à cet âge est « extrêmement rare ». Il n’a pas été dit si cette jeune fille souffrait de comorbidités, c’est-à-dire d’autres pathologies qui l’auraient fragilisée. Même s’ils sont rares, les décès d’adolescents ou de jeunes adultes peuvent arriver. Au Royaume-Uni, une jeune femme de 21 ans a succombé mardi à la maladie, sans que l’on sache là encore si elle souffrait d’autres problèmes de santé.

 

 

« Les jeunes comme les moins jeunes doivent prendre leurs précautions »

« Un décès à 16 ans du Covid-19, c’est exceptionnel. On sait que cela se produit de temps en temps avec d’autres épidémies virales, comme la grippe. Dans nos services d’infectiologie, pour le coronavirus, on voit parfois des gens d’une quarantaine d’années, mais pas de jeunes gens. En tout cas pas pour l’instant. », commente le Pr Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d’infectiologie à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne).

 

 

Le SARS-CoV-2 est-il en train de muter et d’évoluer ?

« On ne sait pas si les scientifiques chinois nous ont vraiment tout dit sur le virus. On doit apprendre au fur et à mesure. Une chose est sûre, les jeunes, comme les moins jeunes, doivent prendre leurs précautions et rester confinés, c’est le plus sûr. », ajoute-t-il.

 


 

Julie, 16 ans, décédée du coronavirus

 

Jeune femme

Julie / Pour illustration

 

« Personne n’est invincible », se désole sa sœur

 

 

Cette lycéenne, originaire de l’Essonne, avait été hospitalisée lundi en raison d’une détresse respiratoire. Elle est morte mardi soir à l’hôpital Necker, à Paris, selon nos informations.

 

Le Covid-19 peut s’attaquer à n’importe qui. Et la bouleversante histoire de Julie, 16 ans, vient malheureusement nous le rappeler. Cette adolescente pétillante, scolarisée dans un lycée de l’Essonne, a succombé dans la nuit de mardi à mercredi à une infection au nouveau coronavirus. Il s’agit de la première patiente mineure à mourir de cette maladie en France.

 

« Faut arrêter de croire que cela ne touche que les personnes âgées. Personne n’est invincible face à ce virus mutant. », soupire sa sœur aînée, Manon, jointe par téléphone depuis la maison où elle est confinée avec sa mère. La jeune femme raconte les circonstances de ce drame « fulgurant ». « Julie avait simplement une légère toux la semaine dernière. Cela a empiré ce week-end avec des glaires et lundi, on a été voir un médecin généraliste. C’est là qu’on lui a diagnostiqué une détresse respiratoire. Elle n’avait pas de maladies particulières avant cela ».

 

À partir de là, tout se serait enchaîné à une vitesse folle. D’abord hospitalisée à Longjumeau (Essonne), elle est transférée dans la nuit à l’hôpital Necker (XVe arrondissement de Paris). Assistée par un appareil respiratoire, elle est finalement intubée mardi soir. Une intervention qu’elle ne supporte pas. « Ses poumons ont lâché. Les médecins ont fait tout ce qu’ils pouvaient mais la réveiller n’aurait servi à rien. », complète sa sœur, la voix glaciale.

 

 

« Il faudrait un peu plus d’humanité »

Sa mère et elle arriveront trop tard sur place dans la nuit. « C’était violent. On a eu le temps de la voir mais il a vite fallu penser à l’après. Vu les circonstances de l’épidémie, le protocole va très très vite. C’est compliqué mais il faudrait un peu plus d’humanité ».

 

Alors que les obsèques auront lieu lundi – « avec dix personnes maximum » -, un autre instant de recueillement est d’ores et déjà prévu dans son établissement scolaire. Le jeudi 4 mai, pour la rentrée, espèrent ses camarades. Au programme : un mémorial pour déposer un mot, une minute de silence, ainsi qu’une marche blanche et rouge. « Le blanc pour sa bonne humeur, le rouge parce que c’était sa couleur préférée. », nous confie l’une d’elles.

 

 

« Ambitieuse et aimée de tous au lycée »

« Julie aimait danser, chanter, faire rire les gens… Tout sauf rester immobile à ne rien faire. », s’émeut une autre. Passionnée de musique et de danse, elle se rendait régulièrement à Paris pour assister à des « showcases », ces mini-concerts d’artistes organisés dans des boîtes de nuit. L’adolescente souhaitait se diriger vers l’événementiel après son bac professionnel.

 

Son cercle proche a lancé dès mercredi une cagnotte en ligne. Un ultime hommage pour celle décrite sur cette page comme « une jeune fille très sociable, marrante, bienveillante, ambitieuse et aimée de tous au lycée ». Des dizaines d’habitants de la ville ont également souhaité participer via une autre cagnotte.

 

Les parents d’élèves du lycée professionnel, avertis par mail mercredi après-midi, réclament eux un soutien psychologique pour leurs enfants. « Comme d’autres, ma fille dort très mal depuis cette terrible nouvelle. Il faut absolument que tous puissent être aidés psychologiquement, sinon ils vont plonger. », s’alarme une mère.

 


 

Time : 1 mn 33 / [2]

 


 

Infirmier

Le personnel soignant de l’hôpital Necker est intervenu auprès de l’adolescente après un premier test effectué à l’hôpital de Longjumeau / Sébastien Bozon / AFP

 


 

Source :

http://www.leparisien.fr/societe/covid-19-une-adolescente-de-16-ans-emportee-par-le-virus-pour-la-premiere-fois-26-03-2020-8288817.php

http://www.leparisien.fr/essonne-91/morsang-sur-orge-91390/julie-16-ans-decedee-du-coronavirus-personne-n-est-invincible-se-desole-sa-soeur-27-03-2020-8288850.php

 

Article :

Marc Payet & Cyril Simon / Le Parisien

 

Vidéo :

[1] Coronavirus: Jérôme Salomon annonce le décès d’une adolescente de 16 ans – Le Parisien / YouTube

[2] Mort de Julie, 16 ans : « C’est invivable » – LCI / YouTube

17 commentaires

  1. bon j’ai un peu réfléchis et j’ajoute a mon commentaire ceci le professeur Didier Raout recommande de donner de la chloroquine dés les premier symptôme de fièvre pour limiter la charge viral pourquoi ce médicament a été classé vénéneux alors qu’il était en vente libre avant le 13 janvier 2020 ?

    Aimé par 2 personnes

  2. Je ne sais que dire, vu que je n’ai pas tout les éléments en mains. Je suis d’accord avec Roc, on ne sait pas tout…

    En ce moment les médias sont plus dans le superficiel que dans la profondeur, c’est un peu regarder un sketch des inconnus « Mais cela ne nous regarde pas »
    Le médecin dit qu’elle est morte, mais il refuse de dire si elle avait d’autre pathologie, comment elle l’a attrapé, est ce que sa famille est testé positive? est ce qu’elle fumait? sa famille fumait? était t’elle sportive? (j’ai remarqué que beaucoup de sportif meurent de cette maladie)

    Aimé par 2 personnes

    1. Tout cela demeure des points en suspensions. Ce que je retiens, c’est que de plus en plus de jeune (pas que des personnes âgées) peuvent en décéder.

      Maintenant, pour la désinformation, elle est constante et certainement bien plus en ces derniers temps mais ce n’est pas les propos de l’article.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.