Coronavirus : des traces du virus découvertes dans les eaux usées de toute la Flandre [Vidéo]

Publié par

 

Les échantillons ont été prélevés à Lo-Reninge, Poperinge, Langemark, Wulpen, Genk, Louvain, Tirlemont, Aartselaar et Gand.

 

 

Eau - 1

Coralie Cardon / Pour illustration

 

 

Des traces d’acide ribonucléique (ARN) appartenant au coronavirus ont été retrouvées dans les eaux usées de toute la Flandre, selon une série d’échantillons prélevés par Aquafin qui est en charge de l’assainissement des eaux au nord du pays.

 

Les échantillons ont été prélevés à Lo-Reninge, Poperinge, Langemark, Wulpen, Genk, Louvain, Tirlemont, Aartselaar et Gand. Tous se sont révélés positifs au coronavirus. « Le résultat ne dit absolument rien de l’aspect contagieux du virus, il renseigne seulement sur sa dispersion. », souligne la chargée de communication, Anja De Wit. L’ARN subsiste en effet après que le virus a perdu sa charge contagieuse.

 

Plus aucune trace du virus n’a par ailleurs été retrouvée dans les eaux après assainissement. Ces résultats sont conformes aux prévisions et sont comparables avec ce qui a été constaté aux Pays-Bas où le virus avait été repéré dans les eaux usées à Tilburg ainsi que dans les stations d’épuration.

 


 

Eau - 2

Assainissement des eaux / Pour illustration

 


 

Time : 1 mn 53 / [1]

 


 

Reste à souhaiter que les barrières d’assainissement des eaux soient réellement efficaces.

 


 

Eau - 3

Pour illustration

 


 

Source :

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_des-traces-du-virus-decouvertes-dans-les-eaux-usees-de-toute-la-flandre?id=10479398

https://www.lesoir.be/293655/article/2020-04-09/des-traces-du-coronavirus-decouvertes-dans-les-eaux-usees-de-toute-la-flandre

https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/belga/des-traces-du-virus-decouvertes-dans-les-eaux-usees-de-toute-la-flandre-5e8f38c4d8ad581631d78c40

 

Article :

Belga / Le Soir.be

 

Vidéo :

[1] Covid-19 et eaux usées : études scientifiques aux Pays-Bas – euronews (en français) / YouTube

19 commentaires

  1. Exact, je lisais un post dans Le Monde ce matin qui indiquait que le mieux est de se laver les mains mais que le virus n’est pas pour autant éliminé. conséquence de quoi, il va se promener dans les eaux usées.
    Glups !!

    Aimé par 1 personne

  2. Certains pays assainissent les eaux avec des ultraviolets (UV) :

    « Introduction à la méthode de désinfection par les UV. Contrairement aux méthodes de désinfection de l’eau par les produits chimiques, la lumière UV inactive rapidement et efficacement les micro-organismes par un processus physique. Lorsque les bactéries, les virus et les protozoaires sont exposés aux longueurs d’onde germicides de la lumière UV, ils deviennent incapables de se reproduire et perdent leur pouvoir d’infection. » (Société Trojan UV: Water Confidence)

    Des lampes UV sont également à la vente pour permettre aux particuliers de désinfecter leurs logements.

    Les UV me semblent une voie possible de prévention des pandémies virales (aéroportées). Si par exemple on doublait l’éclairage d’un réseau de métro avec des lampes UV, les couloirs de métro, qui présentent de fortes densités de population plusieurs fois par jour, seraient sains. On peut aussi envisager de doubler en UV l’éclairage extérieur des villes ; une certaine proportion de la surface au sol serait ainsi complètement saine, réduisant l’exposition globale de la population de la ville aux virus et donc la morbidité globale au sein de cette population. Cet éclairage UV pourrait n’être activé que de manière saisonnière, par exemple pendant l’épisode grippal annuel, ou bien l’être en permanence. De même, face à de nouveaux virus, pour lesquels il n’y a pas encore de vaccin, cette méthode, pour peu qu’elle soit praticable (je ne suis pas un professionnel de ce secteur pour pouvoir le dire), présenterait un avantage évident.

    Aimé par 2 personnes

      1. Merci. Je me permets de préciser mon idée. Elle s’inspire, on l’aura compris, non pas des techniques de désinfection d’eau par UV mais des lampes UV qui sont vendues pour désinfecter les pièces d’une habitation et les maintenir saines de « bactéries, virus et protozoaires ». Si c’est possible pour des habitations, ça doit l’être pour tous autres types de bâtiments et infrastructures fermés, privés et publics, voire pour les lieux ouverts. La lumière UV étant invisible (« lumière noire »), un tel système ne créerait aucune gêne. En revanche, la question des effets sur la santé se pose puisque les UV peuvent être responsables de cancers de la peau, mais des gens font des séances d’UV dans des caissons pour bronzer, et ce type de matériel est agréé : on sait donc doser le rayonnement, et il s’agit par conséquent de voir si l’on peut établir un système suffisamment puissant pour prévenir toute pandémie virale sans risque de mélanomes. Les effets possibles sur l’atmosphère et le climat devraient également être étudiés.

        Vu que Bill Gates vient de prédire (sur la foi de je ne sais quelles études) des épisodes pandémiques avec de nouvelles souches virales inconnues tous les vingt ans à l’avenir, un système tel que je le suggère prend tout son sens si l’humanité veut éviter les confinements mondiaux à répétition (avec les conséquences économiques drastiques qui doivent s’ensuivre, comme la crise majeure qui se profile aujourd’hui selon certains avec le covid19). Un tel système gagnerait sans aucun doute à être conçu comme le plus complet possible dès l’origine, c’est-à-dire comme une véritable « bulle ultraviolette » autour de la Terre.

        Aimé par 1 personne

      2. Mes compliments!!! Ce faisant vous aurez accompli très exactement ce que les États-uniens n’ont cessé de faire depuis dès avant le second équarrissage mondial avec leur population, au nom de leur culte imbécile – hautement politiquement correct – du « risque zéro »: l’affaiblir biologiquement au maximum dans un univers parfaitement protégé, stérile, et survitaminé. Toutes choses aptes à produire des surhommes de pacotille façon “Marvel Comics”, gonflés aux stéroïdes et aux euphorisants et bientôt engoncés dans des exosquelettes. Des abrutis bioniques un peu fragiles mais très obéissants.

        Cela dit, c’est tout à fait le but visé par les petits malins qui veulent l’asservissement total des nôtres: faire des mougeons des victimes sacrificielles enthousiastes aux cerveaux “migrés” derrière les petits écrans de leurs appareils “multibranchés”; incapables de construire une pensée et de l’exprimer de manière cohérente (avec leur vocabulaire réduit à cinquante mots essentiels); comme du reste de lire une carte ou même tout simplement de trouver le nord.

        Des vaincus par anticipation; dénués de la moindre capacité d’initiative, qui tendront obligeamment leur col au couteau qui les expédiera promptement dans un monde meilleur, lorsqu’ayant cessé de servir le système qui achève de se mettre en place, sera venu pour eux le moment d’être saignés à blanc pour faire boucherie voire – tout simplement – de produire un engrais de piètre qualité.

        « Pour votre “protection” » l’on est en train de faire de vous des petits êtres confiants en vos maîtres; crédules; sans défense; sans colonne vertébrale et asexués… “pucés”; sans plus de vies privées; repérables et pistables à tout moment de votre piteuse vie de cobayes. Un peu sales, aussi, à l’endroit des genoux. Des numéros de série pour lesquels tout ce qui ne sera pas interdit sera obligatoire « pour votre “sécurité” ».

        Bienvenue au paradis terrestre heureux androïdes soumis!

        Aimé par 2 personnes

      3. Bonjour et merci de m’avoir lu. J’étais loin d’imaginer que toutes ces choses, selon vous hautement critiquables, se trouvaient dans ma modeste suggestion. Je répondrai seulement sur le thème qui concerne directement la lutte contre les pandémies virales aéroportées, à savoir que vous considérez ma proposition d’utiliser les UV contre de futurs virus à ce jour inconnus (et donc sans vaccin) comme de nature à « affaiblir [l’homme] biologiquement au maximum dans un univers parfaitement protégé, stérile, et survitaminé ».

        Il paraît aujourd’hui avéré que la réponse immunitaire de l’organisme à une parasitose est un stress considérable, dans le sens d’une dépense énergétique du métabolisme. On pourrait même le dire de toute maladie, jusqu’au moindre rhume : la réponse immunitaire représente une usure du système. Ce qui fait que les personnes âgées tendent vers l’immunodéficience.

        Pendant la croissance de l’organisme, cette allocation de ressources pour des réponses immunitaires d’urgence face à des attaques bactériennes, virales, parasitiques, est de nature à priver le métabolisme d’une partie des ressources qui seraient autrement dédiées à la production de tissus, d’os et de muscles. C’est pourquoi des poulets, par exemple, élevés dans des milieux sans germes acquièrent au cours de leur croissance 25% de masse corporelle en plus en moyenne par rapport à d’autres poulets. (Notez bien qu’on ne parle pas ici d’injection d’hormones, donc d’intervention sur l’organisme des poulets autre qu’indirectement sur leur milieu.)

        Les caractéristiques de la compétition sexuelle dans le monde animal semblent être une pure et simple confirmation de ce fait. Les oiseaux mâles aux couleurs les plus éclatantes sont distingués par les femelles : or plus l’oiseau est porteur de parasites, plus son métabolisme est mobilisé pour lutter contre ces parasites, et moins les couleurs de son plumage peuvent être éclatantes. De sorte que les couleurs du plumage, objet parmi d’autres de la séduction des femelles, sont le marqueur d’un organisme sain, libre autant que possible de parasites et germes, tandis qu’un plumage terne indique un organisme fortement parasité. Le chant des oiseaux obéit à la même règle.

        Il me semble donc y avoir une erreur au fond de la pensée selon laquelle un milieu « stérile » débiliterait l’organisme car il ne serait alors pas accoutumé à lutter contre les germes. La lutte contre les germes a un coût élevé en termes de métabolisme. On sait que nous sommes plus grands en taille que nos ancêtres ; la raison avancée, et la seule, est que c’est lié à nos pratiques alimentaires, mais il me semble évident que c’est aussi le résultat d’un environnement moins stressant pour le métabolisme au moment de la croissance, à savoir que notre milieu, en Occident, est aujourd’hui bien plus « stérile » que celui de nos ancêtres (par rapport à qui nous vivons aussi plus longtemps).

        La « bulle ultraviolette » que j’évoquais a donc aussi un sens dans ce contexte. Je ne vois pas, en revanche, qu’elle ait le moindre rapport avec les autres considérations que vous soulevez. Merci de votre attention.

        Aimé par 1 personne

      4. Je vous remercie pour vos bonnes lignes, et d’avoir compris que vos précédentes n’étaient qu’un prétexte pour me permettre de passer à un autre niveau d’analyse de la situation.

        Je pense que les prochains six mois nous permettront de confirmer que le psychodrame de cet intéressant début d’année n’aura été qu’une opération de sidération – à une échelle difficile à appréhender – techniquement basée sur des statistiques faussées; et psychologiquement, sur une terreur irraisonnée soigneusement induite et entretenue dans un but de prise de contrôle d’une bonne partie de la population planétaire afin que cette dernière ne soit pas en mesure de faire obstacle à des intentions hégémoniques qui se préciseront à mesure de temps et qui n’ont – regrettablement – rien de philanthropiques.

        Je ne doute pas que le bon sens l’emportera finalement sur l’hybris de quelques très grands psychopathes servis par le contingent habituel d’imbéciles utiles, mais à quel coût en temps et énergies; et probablement avec un énorme gâchis en vies humaines (notamment par le jeu de la sélection naturelle).

        Henry Ford avait prédit que lorsque la vérité se ferait jour, il n’y aurait pas suffisamment de lampadaires à Manhattan pour y brancher tous les coupables. On peut penser que sa prédiction se vérifiera – avec quelque retard toutefois – tant il appert que la nature, arbitre suprême ici bas, prend son temps avant que de perdre patience.

        Et voyez le synchronisme, puisqu’à mon retour je trouve la référence suivante:

        Une parmi pas mal d’autres, mais toute fraîche celle-là (datée d’hier mais parvenue cette nuit), qui me confirme que vraisemblablement – comme en 1774 – les saines réactions commenceront chez ce Sam qui n’est toutefois l’« Oncle » de personne…

        Bien cordialement vôtre.

        Aimé par 1 personne

  3. Songez aussi à l’emploi de l’inférence (avec une pensée pour Vladimir Volkoff et pour Serge de Beketch). Un bon exemple d’inférence subtile nous a récemment été donné dans le cas de deux reportages télévisés montrant une colonne de camions bâchés de l’armée italienne acheminant de nuit des cargaisons de cercueils – du moins était on prié de l’imaginer, puisque un entassement de cercueils nous avait été auparavant présente. Mais surtout – et dans le cas des deux extraits – sous-tendus par la même musique lugubre ajoutée pour inciter à l’émotion.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.