Un carnet de vaccination invisible sous la peau sera bientôt possible

Publié par

 

Savoir en quelques secondes si quelqu’un est vacciné grâce à un smartphone ? Ce sera peut-être bientôt possible grâce à des chercheurs américains, qui ont mis au point des nanoparticules injectables sous la peau, selon une parution du Science Translational Medicine.

 

Depuis des années déjà, les scientifiques mettent au point diverses puces sous-cutanées plus ou moins utiles. Celles-ci peuvent renfermer notre identité ou permettre de déverrouiller la porte de sa maison, de sa voiture ou donner accès à son bureau. Un concept qui – pour l’instant – a encore du mal à passer auprès du grand public, mais le projet du MIT pourrait peut-être se démarquer.

 

Des ingénieurs du Massachusetts Institute of technology (MIT) ont inventé des nanoparticules injectables sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée.

 

L’idée est d’inscrire sur le corps lui-même la preuve du vaccin, dans des pays en développement où les cartes de vaccination en papier sont souvent erronées ou incomplètes, et où les dossiers médicaux électroniques inexistants.

 

Le système, décrit mercredi dans la revue Science Translational Medicine, n’a pour l’instant été testé que sur des rats mais les chercheurs, financés par la Fondation Bill et Melinda Gates (partenaire du Monde Afrique), espèrent les tester sur des humains en Afrique dans les deux prochaines années, dit à l’AFP la co-autrice Ana Jaklenec, ingénieure biomédicale de MIT.

 

Les ingénieurs ont passé beaucoup de temps à trouver des composants à la fois sûrs pour l’organisme, stables et capables de durer plusieurs années.

 

 

Vaccination - 3

Science Translational Medicine / Pour illustration

 

 

Croix luminescente

La recette finale est composée de nanocristaux à base de cuivre, appelées des boîtes quantiques (« quantum dots » en anglais), de 3,7 nanomètres (nm) de diamètre, et encapsulés dans des microparticules de 16 micromètres (μm, 1 μm égale un millionième de mètre, et 1 nm égale un milliardième). Le tout est injecté par un patch de microaiguilles de 1,5 mm de longueur.

 

Après avoir été appliquées sur la peau pendant deux minutes, les microaiguilles se dissolvent et laissent sous la peau les petits points, répartis par exemple en forme de cercle ou bien d’une croix. Ces petits points sont excités par une partie du spectre lumineux invisible pour nous, proche de l’infrarouge.

 

Un smartphone modifié, pointé sur la peau, permet de faire apparaître, fluorescent sur l’écran, le cercle ou la croix. Les chercheurs voudraient qu’on puisse injecter le vaccin contre la rougeole en même temps que ces petits points. Un médecin pourrait des années plus tard pointer un smartphone pour vérifier si la personne a été vaccinée.

 

 

Vaccination - 1

Des chercheurs du MIT ont présenté, le 18 décembre 2019 à Washington, une technologie de vaccination sous-cutanée encapsulée dans des nanoparticules et des nanocristaux qui deviennent fluorescents à l’approche d’une lumière proche de l’infrarouge. K.J. Mchugh / K.J. Mchugh et Al.., Science Translational Medicine (2019) / AFP

 

 

Des questions éthiques

La technique est censée être plus durable que le marquage par feutre indélébile, pour lequel les chercheurs ont simulé cinq années d’exposition au soleil. Et elle requiert moins de technologie qu’un scan de l’iris ou que la maintenance de bases de données médicales.

 

La limite du concept est que la technique ne sera utile pour identifier les enfants non-vaccinés que si elle devient l’outil exclusif. En outre, les gens accepteront-ils de multiples marquages sous la peau pour chaque vaccin ? Et qu’adviendra-t-il des points quand le corps des enfants grandira ?

 

La Fondation Gates, qui finance le projet, a aussi lancé des enquêtes d’opinion au Kenya, au Malawi et au Bangladesh pour déterminer si les populations seront prêtes à adopter ces microscopiques boîtes quantiques, ou préféreront en rester aux vieilles cartes de vaccination.

 


 

Bill Gates

Bill Gates / Pour illustration

 


 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31852802

https://stm.sciencemag.org/content/11/523/eaay7162

http://news.mit.edu/2019/storing-vaccine-history-skin-1218

https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/dans-le-futur-le-carnet-de-vaccination-pourrait-etre-injecte-sous-la-peau-1158342

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

 

Article :

Le Monde avec AFP

31 commentaires

  1. Tout ceci est vrai, mais de grâce ne cédez pas au sabir que l’on s’applique vous imposer. Retournez d’urgence à vos langues nationales: “tracer” est un barbarisme issu de l’Anglo-Hi-han-kee. Dites « suivre à la trace » ou si vous voulez faire plus court « pister » ou « repérer ».

    Tout cela n’est pas innocent.

    Cette simplification accélérée de nos langues poursuit un double but:

    nous soumettre à une “novlangue” à l’usage exclusif des serfs (les “maîtres” autopromus en restant à une langue moyenne anglo-étatsunienne assez élémentaire pour l’expression littéraire et philosophique en comparaison des langues d’Europe – le Français et l’Allemande, notamment – et
    nous empêcher d’exprimer correctement et de manière compréhensible les pensées que nous sommes encore capable de formuler de manière intelligible dans notre cerveau (celui qui n’a pas encore “migré” dans nos petits appareils à écrans-dictateurs).

    Ce qui est en train de se mettre en place à très grande vitesse et dans tous les domaines est tout simplement monstrueux:

    Il s’agit tout bonnement d’une lutte de vitesse entre la capacité des peuples à comprendre et réagir et celle des monstres à imposer, en rendant impossible les sorties de torpeur.

    Il s’agit de la dernière phase d’une guerre totale et sur tous les fronts qui s’inscrit en opposition absolue avec ce que nous avons appris à mettre en pratique depuis des millénaires, à savoir déterminer un point-clef où appliquer notre effort principal avec en tête l’idée d’une efficacité maximale.

    Aimé par 3 personnes

      1. « Sans être pessimiste » dites-vous?
        Maurras – dont je ne suis pas un aficionado – a écrit quelque part que « Tout désespoir en politique est une sottise absolue. » J’ai peine à comprendre qu’il se soit limité à ce champ d’application. Il me semble que tout désespoir est inacceptable. D’un autre côté, vous avez un célèbre pilote de guerre allemand qui, quelque peu après Maurras, avait exposé que seul celui qui de son propre choix abandonnait la partie avait véritablement perdu (je traduis librement de l’allemand: „Verloren ist nur, wer sich selbst aufgibt.“) si je comprend bien cet Allemand – qui au dernier jour des combats avait livré – mais sur ordre de sa hiérarchie – son escadrille aux États-uniens – il avertissait qui voulait bien l’entendre que se mettre dans le cas du mougeon qui présente docilement son cou au couteau qui va le saigner à blanc n’était pas la bonne solution. De celle du Français, de l’Allemand ou du mougeon commun d’Europe… quelle optique vous paraît la plus raisonnable? Existe-t-il de votre point de vue une quatrième solution?
        Ajoutez au problème qu’il est rare que des testicules sectionnées repoussent…
        Mon optimisme et donc mon inentamable bonne humeur me poussent à suggérer à quiconque de bonne volonté de chercher d’urgence les solutions et à tout le moins de prendre les mesures d’urgence* qui s’imposent pendant que nous le pouvons encore.

        Note * Les vraies; celles qui portent sur l’urgence véritable et pas les croquemitaineries dont on nous contamine l’esprit.

        Aimé par 2 personnes

      1. Alex Jones n’a rien à voir avec le reste de l’entretien (il fait littéralement la vedette américaine pour expliquer de sa voix grasseyante pourquoi la vidéo qui suit a été bannie des media et fera sans doute l’objet d’un nettoyage dans la plupart des pays sous contrôle) passez à 00:03.07… hormis l’accent du Derbyshire (qui est tout de même plus supportable) sur quelque chose hélas de bien réel…

        Aimé par 1 personne

  2. Ca sera de force… enfin de force ils ont soit disant trouvé le vaccin contre le coronavirus, et ils vont vouloir tous nous vacciné sinon on aura pas le droit de sortir… donc c’est pas de force, mais ça y ressemble… moi je ne me ferais pas vacciné, donc y a des chances que mes enfants restent à la maison vu qu’aucune école ne les acceptera.. je crois que ça y est notre vie va changer…

    Aimé par 2 personnes

  3. apocalypse 13:16-17: (La bête) fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

    17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son no

    Aimé par 2 personnes

    1. « Reçurent » Djohn – fantaisies du clavier ou de cette putain d’IA correctrice automatique – cela dit… si la dame en vaut la peine… une nouvelle petite attention… pourquoi pas?
      À part ça, très bien trouvé… je ne sais pas lire, mais – confidentiellement – n’y a-t-il pas écrit quelque part « les animaux se comporteront en humains et les humains en bêtes »? C’est exhumé de ma mémoire profonde… peut être sorti d’une séance d’admiration devant la sublime tapisserie http://www.chateau-angers.fr/Explorer/La-Tapisserie-de-l-Apocalypse il y a très, très longtemps. Je m’endors sur les textes imposés mais tu me parais avoir la patience qu’il faut pour extraire ce qu’il faut. C’est par la complémentarité que nous avançons et que nous déferons les zabrutis.

      Aimé par 2 personnes

      1. non ce n’est pas écrit ça. C’est écrit ‘le mal sera appelé bien et le bien sera appelé mal’, donc inversion du système de valeurs, encore une fois trop présent dans notre société.
        Si tu veux comprendre ce que la bible dit, faut pas se fier à des tapisseries ni à des religions

        Aimé par 2 personnes

    1. Les ‘maîtres du monde’ ont aussi des problèmes de PQ et des soucis d’hémorroïdes. Et lorsqu’ils se donnent un coup sur le « p’tit juif » (ce point de l’articulation du coude que les Anglo-saxons, toujours si délicieusement ‘politkorrekts’ nomment “the funny bone” – un « os » pourtant pas si marrant que ça)… ça leur fait un mal de chien (« Oooh Momman, a bobooo ! A grobobo Momman ! ». – Et ils n’ont pas toujours du Synthol avec eux… les pôôôvres!

      Aimé par 2 personnes

    2. Voilà une représentation cartographique qui donne une très mauvaise idée de la particularité du détroit de Bering… Le semi-automatique au bout de la main (en haut à droite); il est braqué en plein sur l’Alaska. Et puis j’ai beaucoup de peine à me faire une idée véritable de l’importance de l’Île de Beauté…

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.