Pourquoi le temps passe-t-il ? [Audio]

Publié par

Time : 53 mn 50 / [1]

 


 

Horloge - 1

Pour illustration

 

 

 

Que mesure-t-on vraiment quand on mesure le temps ? Notre temps personnel est-il celui de la physique ? Le temps est-il indispensable ? La physique peut-elle se passer du temps ? Que sait-on sur l’origine du temps ?

 

 

« Le temps n’existe pas ! »

Voici la conclusion terriblement contre-intuitive qui, en 2003, ressortait d’une extraordinaire expérience de physique quantique. A l’époque, cette révélation nous était apparue si sensationnelle qu’elle faisait la une de Science & Vie (voir n°24). Sept ans plus tard rien n’a changé : il y a effectivement un tout petit peu (le temps qui n’existe pas. Des milliardièmes de seconde pendant lesquels des physiciens, observant des photons, ne peuvent dire quel phénomène se passe « avant » ou « après » un autre).

 

Et d’en conclure que, dans certaines conditions expérimentales, il se passe bien quelque chose, mais que le temps, lui, ne passe pas. Une étrangeté propre aux lois de la physique quantique et qui échappe, a priori, au monde ordinaire auquel nos sens ont accès. Surtout, voilà qui pose cette question : le temps ne serait-il donc qu’une illusion ? Si le débat divise toujours les philosophes, la science n’offre guère plus de réponse… mais elle a un principe : le temps existe dès lors qu’on peut le mesurer. De la clepsydre antique aux dernières horloges atomiques, l’homme a fait du temps une succession (les quantités toujours plus petites, lui permettant d’imposer des durées aux phénomènes).

 

Vous avez peut-être entendu dire que le 31 décembre 2016 a connu cet événement particulier qu’il a duré une seconde de plus que n’importe quel autre jour. Et pour cause, cette seconde intercalaire est nécessaire pour réaligner les horloges. Ou plus précisément pour caler le temps atomique sur le temps universel. Parce qu’il n’y a pas qu’un temps. Il y a des temps. Mais y a-t-il eu des temps de tout temps ? Le temps passait-il avant le début des temps ?

 

Et pour remettre les pendules à l’heure, La méthode scientifique va refaire la controverse Einstein/Bergson en direct, avec dans le rôle d’Einstein Etienne Klein, physicien, docteur en philosophie des sciences et producteur de La Conversation scientifique et dans le rôle de Bergson Elie During, maître de conférences à Paris-Nanterre, il a travaillé sur la réception bergsonienne de la théorie de la relativité et préfacé la nouvelle édition du « Paradoxe des Jumeaux de Paul Langevin » aux Presses Universitaires de Paris Nanterre.

 

Non seulement, il n’y a pas un temps mais des temps, le temps des physiciens n’est pas le temps des philosophes, comme on le verra tout à l’heure mais le temps de Newton n’est pas le temps d’Einstein non plus et, pour compliquer le tout le mot lui-même, « temps » est devenu tellement polysémique qu’il désigne plusieurs réalités très différentes…

 

« J’utiliserai plutôt le mot « durée » que « temps ». La durée pour le temps c’est équivalent de la longueur pour l’espace. », Etienne Klein

 


 

Sablier

Pour illustration

 


 

Source :

https://www.science-et-vie.com/archives/pourquoi-le-temps-passe-de-plus-en-plus-vite-29342

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/pourquoi-le-temps-passe-t-il-0

 

Article :

France Culture

 

Production :

Nicolas Martin

 

Réalisation :

Elisabeth Miro

 

Avec la collaboration de :

Eve Etienne, Céline Loozen, Noémie Naguet de Saint Vulfran, Antoine Beauchamp, Xavier Martinet

 

Science & Vie

 

Audio :

[1] Pourquoi le temps passe-t-il ? – France Culture

10 commentaires

  1. Et bien, avec mon tout petit niveau, il va m’en falloir du temps pour comprendre ce qu’est le Temps (ou les) en tout cas j’adore voir le temps passer dans mon jardin; le temps des bourgeons, puis des fleurs et des jolies feuilles rousses, cela change presque tous les jours ! Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

  2. Très bonne émission que j’écoute régulièrement !
    En tous les cas c’est la meilleure nouvelle de la journée, car si le temps n’existe pas je vais pouvoir rester au lit sans me mettre forcément en retard. 😉

    J'aime

    1. Le temps… Une merveilleuse illusion. Faites de beaux rêves relativistes.

      « Et là, il a quitté ce monde bizarre un petit peu avant moi. Cela ne veut rien dire. Les gens comme nous, qui croient à la physique, savent que la distinction entre le passé, le présent et l’avenir n’est qu’une illusion obstinément persistante. »

      « La distinction entre le passé, le présent, le futur n’est qu’une illusion, aussi tenace soit-elle. »

      Albert Einstein

      …Les sciences contemporaines ont démontré qu’il avait visé juste.

      Aimé par 1 personne

      1. « Ces puérilités étonnent les ignorants », parole du philosophe Alain, visait la relativité ; avec votre permission, je vais le citer un peu plus longuement :

        « Toutefois les conclusions me suffisent, d’après lesquelles l’univers serait fini, tout mouvement revenant sur lui-même selon une loi de courbure, et après des millions ou des milliards d’années. Ici sont enfermées toutes les confusions possibles concernant, soit la forme et la matière, soit le contenant et le contenu ; sans compter l’absolu partout, sous l’annonce de la relativité généralisée. Car qu’est-ce, je vous le demande, que le courbe, sans le rapport au droit ? Et qu’est-ce que cette courbure bordée de néant ? Nous voilà revenus à la sphère de Parménide. Mais j’attends qu’un de ces matins cet auteur propose comme possible une marche rétrograde du temps ; car je ne vois rien, dans ses principes, qui y fasse obstacle. Ainsi je reviendrai sur la terre, et à l’école, et je mourrai le jour de ma naissance. Ces puérilités étonnent les ignorants ; seulement à nos yeux elles sont usées. » (Les valeurs Einstein cotées en Bourse : Propos d’Alain du 13.6.1923)

        Ces puérilités étaient déjà « usées » au début du vingtième siècle.

        Le temps et l’espace sont les formes a priori de notre intuition (kantisme). Avant de remettre cela en cause, les physiciens « penseurs » feraient bien de se dire une bonne fois pour toutes que ce qu’ils observent dans le cadre d’un théorie de la lumière A LA FOIS corpusculaire et ondulatoire (ondulatoire, c’est-à-dire comme une onde se propageant dans un milieu alors même que, qui plus est, selon la relativité, l’éther prétendument n’existe pas et qu’il n’y a donc pas de milieu, dans le vide, pour qu’une onde se propage) est ininterprétable.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.