La Face Cachée de Tintin : Comment lire entre les lignes de Hergé [Vidéo]

Publié par

Time : 11 mn 50 / [1/1]

 


 

Tintin - 2

 

 

Synopsis :

Est-ce que les Aventures de Tintin sont une simple œuvre créée de 1930 à 1983 qui vient titiller notre désir de fantastique duquel germe des interprétations improbables ? Ou est-ce que Georges Remi, le vrai nom de Hergé, était un initié qui a su distiller un discours et des codes hermétiques au gré de son travail ?

 

Et si oui, quels sont les symboles, codes et personnages mythologiques représentés dans les albums de Tintin ? Car quand on parle de Tintin, ce n’est pas QUE Tintin, mais tous les personnages et thèmes des différents albums…

 


 

Source :

https://www.tintin.com/fr

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tintin

 

Vidéo :

[1] La Face Cachée de Tintin – Comment lire entre les lignes de Hergé – Planète RAW / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

27 commentaires

  1. Bien essayé…
    Comment “égalise-t-on” « bas-bleu » au genre masculin – si tant est que ce zozo soit de cette préférence? Les exégètes me font “skier”. J’ai eu, dans ma spécialité, la clientèle de Georges Rémi (celle de René Goscinny aussi), dont Balthus – lorsqu’il était notre invité à Paris – m’empruntait les albums… sans jamais songer à me les rendre. À en apprendre tant sur lui-même par ce cuistre, Hergé aurait sans doute posé la même question qu’à son correspondant de presse attitré (dépêché par Time magazine) ce révolutionnaire, mexicain et illettré, mourant assassiné: « Dis-mois… quelles ont été mes dernières paroles? ». La mode est aux aplatissements divers… ce zozo là s’applique même à la reptation. Ce qui est vrai, c’est que Hergé fut rexiste avant guerre – et que Degrelle lui avait servi de modèle pour son petit reporter (la ressemblance des deux est en tous points indiscutable)… et qu’il cessa de l’être après. Peut-on lui en vouloir d’avoir échappé belle à ce que Céline qualifiait de « plus grande chasse à courre de tous les temps »? Tout le reste n’est qu’enlucage de chauves-souris.

    Aimé par 1 personne

    1. Prenez un H. G. Wells, et autres grands auteurs (Jules Verne, etc…). En fait, cela ne se cantonne pas à Hergé. La personne de la vidéo (Raw) a pondérer ses propos et je pense qu’il n’a pas eu tord car c’est un très vaste sujet qui ne peut se démontrer en quelques minutes via une vidéo. Il présente l’affaire et cherchera via l’étude celui ou celle qui le souhaite.

      J'aime

  2. Tout et n’importe quoi peut être sujet à interprétation. Maintenant je ne connaissais pas RG personnellement et même s’il s’est inspiré de qqu’un, quoi de plus naturel quand on est artiste !

    Aimé par 2 personnes

  3. Je rejoins parfaitement les propos d’ivernazza. Les différentes interprétations du personnage de Tintin et de ses albums ont commencé dans les années 80 soit plus de 50 ans après l’écriture des albums et à une autre période.
    Comme il n’y avait pas de personnage féminin dans les aventures de Tintin, certains y ont vu le fait que Tintin était homosexuel et qu’il avait une relation avec Haddock.
    A la lecture de Tintin au Congo, beaucoup y ont vu du racisme de la part d’Hergé, oubliant que cet album avait été écrit à l’époque où on glorifiait les colonies et qu’on parlait dans la bonne société du « bon sauvage ».
    Il en est de même dans « le Lotus bleu » où beaucoup y ont vu la glorification des grandes puissances militaires qui asservissaient la Chine.
    Tous ces rigolos qui interprètent ces albums en sortant du contexte historique oublient qu’Hergé se basait sur des faits réels de l’époque et sur des évènements politiques et militaires de la première partie du XXème siècle pour écrire ses scenarios. Ainsi, dans « le Lotus bleu, » il se base sur le fait que Japonais occupaient une partie de la Chine et qu’il y avait différentes influences par des grandes puissances installées dans la concession internationale.
    Tous ces gens qui interprètent à leur façon les albums d’Hergé, feraient mieux de relire leurs livres d’histoire et ils s’apercevraient aussi que, dans le « sceptre d’Ottokar », le dictateur de Bordurie n’est autre qu’une critique d’Hitler qui veut s’en prendre aux Sudètes.
    Alors, faire l’exégèse d’album plus de 50 ans après la création des albums et en dehors du contexte historico-politique relève d’une vaste fumisterie de la de part de bien pensants et d’adeptes du politiquement correct qui se font les complices de ceux qui accusent, 100 ans après, les anciennes puissances coloniales de tous les maux sans être objectifs et en omettant de préciser ce que ces anciens colonisateurs ont apporté à ces pays.

    Aimé par 2 personnes

    1. Nous avons une première lecture que cela soit pour Hergé, H. G. Wells, Jules Verne, etc… (il y en a plein d’autres). La seconde lecture s’articule autour de l’auteur, ect… Exemple, pour un H. G. Wells, l’on sait depuis plusieurs décennies qu’il faisait partie de la Fabian Society, etc… Et encore un autre degré de lecture. Vous avez pour Hergé des ouvrages d’académiecien touts à faits sérieux sur le sujet ainsi que divers analyses très pointues. L’étude des œuvres de Georges Remy vont bien au-delà du coup de crayon.

      J'aime

      1. Qu’importe ! Nous avons affaire à un clown qui subit l’influence l’histoire de groupuscules qui veulent refaire à leur façon l’histoire coloniale sans la replacer dans son contexte historico –sociolique et économique de l’époque. Des groupuscules comme les Indigènes de la République ou le Comité représentatif des associations noires(CRAN) , parviennent à faire voter la loi Mekachera en février 2005. A ce moment, l’histoire des immigrés et le passé colonial est à son apogée.
        Sont complices de ces groupuscules minoritaires mais très actifs des doctorants africanistes menés par Pascal Blanchard qui ont fait des travaux au sein de l’Association pour la connaissance de l’Afrique contemporaine. Spécialisée dans l’étude de « l’imaginaire colonial » ou de la « culture coloniale », cette association possède sa propre banque de données ethnographiques à charge et spécialisée surtout dans la propagande coloniale.
        Les documents qu’ils sortent sont certes spectaculaires, mais ils ne permettent pas d’interroger les conditions de réception de l’époque, ni même d’ajuster les variables historiques de l’édification de cette « culture coloniale ».  Leur démarche conduit à une forme d’essentialisation de la figure de l’Indigène, au mépris des travaux universitaires qui insistent sur les phénomènes d’interactions, de rencontres, d’accommodements, de résistances, de métissage.
        Avec eux, le colonisé reste enfermé dans son rôle de victime, répondant de la sorte parfaitement au paradigme mémoriel actuel et aux pressions des groupuscules susnommés. Tant que dans les classes, il y aura des descendants de colonisés qui n ’acceptent aucune controverse par rapport à ce qu’ils ont toujours entendu, on risque de retrouver dans les manuels scolaires une histoire revue et corrigée pour ne pas choquer ces minorités, plaire aux extrémistes qui font pression et aller à contre-sens de l’Histoire.
        Le même travail de sape est réalisé autour des albums de Tintin et d’Hergé.
        A quand une condamnation de Disney pour zoophilie et pédophilie si on étudie chaque image de ses dessins animés ? A quand une condamnation de Goscinny et Uderzo pour avoir osé tronquer l’image du Gaulois ?
        J’attends avec impatience les auteurs de telles pantalonnades.

        Aimé par 1 personne

      2. Je crois que nous nous éloignons du sujet Yann. Je valide votre commentaire mais il serait peut-être plus avisé de l’insérer dans les commentaires de sa chaîne YouTube où figure sa vidéo.

        Aimé par 1 personne

      3. « J’attends avec impatience les auteurs de telles pantalonnades. »
        Vous ne les verrez pas montrer le bout de leur nez… ces farceurs ne sont pas de taille. Et comme tous les petits escrocs de la pensée alignée-couverte, ils sentent d’instinct la grosse artillerie rien qu’à la syntaxe.
        « Historico–sociolique »… amusante, votre glissade sur clavier qui vaut lapsus en rimant si bien avec un désordre gastrique très en vogue dans cette Ère de Grande Pétoche. Le bon sens m’a servi à rectifier. Dans les épisodes humoristiques des cuistres, nous avons aussi le raccourci “gastro” qui aurait vocation – semble-t-il – à désigner aux cons-sommateurs de néologismes des restaurants susceptibles de ne pas servir des “hambourgeois”. Selon le défunt Reiser nous vivrions « une époque formidable »… Elle est en tout cas désopilante.

        J'aime

    2. Magnifique! Vous me ravissez. Nous avons tout simplement affaire à un petit mariolle; un petit quadrissotin (allons un cran plus loin que Molière) qui s’est trouvé une niche. Nous crevons d’interprètes français-français (c’est patent aux nouvelles). Pour parodier Zazie: « il cause, il cause… c’est tout ce qu’il sait faire ». Des laverdures; nos “Mammouths” respectifs les sortent par séries (ils ont eux-mêmes été formatés pour ça). Nous crevons des “causeurs” qui nous endorment.
      PS: J’aime beaucoup votre chaton (et aussi la souris grise à la pompe… mais j’ai peine à croire que le type à gauche dans son manteau de cuir… soit vrai… il ressemble trop à Papa Schultz). Quant au baiser donné à la joue lisse de Gélatin Dodu (qui doit sentir des pieds)… du grand art!

      Aimé par 1 personne

  4. C’est amusant, joliment fait, et ce jeune a l’air très sympathique. Mais avec des déductions aussi tirées par les cheveux, je pourrais très bien trouver des liens entre entre les aventures de Oui-Oui et les Illuminatis. 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne vais pas reprendre mes anciens commentaires car étant sur mon téléphone… (je ne suis pas un virtuose du clavier). Néanmoins, je me permets de vous demander de vous y attarder quelques minutes. Je vous en remercie.

      J'aime

    1. Je crois qu’il s’agit de cet ouvrage :

      Je viens de laisser un nouveau commentaire (à la fin de la page).

      Notons que je n’ai rien contre Hergé et ses oeuvres.

      J'aime

  5. Mais dans le fond, quelle importance vitale si RG appartenait à tel ou tel cercle ? Qu’il se soit inspiré de tels ou tels évènements, qu’il soit de gauche ou d’ailleurs ? Quel est le but de ces décortications ? Tiens, justement c’est cette dernière question qui m’interpelle le plus : dans quel but ?

    Aimé par 2 personnes

    1. Pour :  » dans quel but ? »,

      …Tout comme H. G. Wells mais je vous laisse investiguer car parfois nous sommes convaincu que par nos propres recherches.

      Désolé, je ne peux pas liker (toujours la punition WP).

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour Dominique, le but est d’ouvrir les yeux sur une réalité cachée par des initiés, qui se délectent des ignorants!! Beaucoup d’infos pour celui qui ne veut plus être un mougeon et qui cherche la vérité!!
      Ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre vous. Mais quand on réalise l’énormité de la manipulation deux solutions, remettre ses oeillères ou voir la réalité en face.
      Bonne journée

      Aimé par 1 personne

  6. Lire notamment : « Le monde inconnu d’Hergé », Dr Bertrand Portevin. Pour ne citer que ce dernier. Après à chacun de se faire sa propre opinion. Je ne fais qu’exposer comme pour le reste de mes publications.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.