Citation | Quote : « les institutions bancaires sont plus dangereuses… » – Thomas Jefferson

Publié par

 

Thomas Jefferson - 1

Thomas Jefferson (1743-1826), troisième président des États-Unis

 

 

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquise. »

 

Thomas Jefferson, Lettre au secrétaire au Trésor Albert Gallatin, 1802.

 


 

« I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies. If the American people ever allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the banks will deprive the people of all property until their children wake-up homeless on the continent their fathers conquered. »

 

Thomas Jefferson, Letter to the Secretary of the Treasury Albert Gallatin, 1802.

 


 

Référence :

L’Économie mondiale à bout de souffle : L’ultime crise du capitalisme ? (2011), Jean Baumgarten

 

Photo :

Pour illustration

 

8 commentaires

  1. Un vieux classique promptement oublié grâce à l’intervention d’influenceurs convertis à l’illusion de l’expansion perpétuelle et du profit à outrance. Andrew Jackson et John Fitzgerald Kennedy voyaient juste aussi. C’est l’heure du réveil (glacial… des congelés) mais je doute que les anesthésiés sortent à temps de leur torpeur.
    Pour un cours accéléré de réalité dans des conditions “ludiques” (pour mieux faire passer la pilule), voyez: https://youtu.be/H16OzulRXYM .

    J'aime

  2. Avec un siècle d’avance, le président Jefferson voyait le pouvoir nuisible des banques et de la finance. Il est regrettable de constater que tous ceux qui ont voulu les combattre se soient retrouvés pieds et poings liés pour agir parce que les financiers et les banquiers agissaient en sous-main pour les neutraliser.
    D’autres annoncent et promettent qu’ils vont les combattre mais ça reste des mots et les actes ne suivent pas ou si peu.
    Tant que les banques auront le pouvoir de faire basculer des économies et tant qu’elles possèderont des relais qui se serviront du chantage à l’emploi ou aux délocalisations, nous n’en sortirons pas.
    Les grands responsables qui ont donné autant de pouvoirs aux banquiers sont George Bush père et Margaret Thatcher qui, unis comme les doigts de la main, ont autorisé la dérégulation des marchés, laissant libre cours à un capitalisme sauvage que ne pouvaient plus maitriser les Etats. Il est regrettable que les Européens aient suivi la mère Thatcher qui a travaillé pour les banquiers de la City.
    L’homme politique qui osera s’attaquer vraiment de front aux banquiers n’est pas né à moins qu’on ne tombe sur un homme qui pense à l’intérêt général avant tout et à faire de la vraie politique sans penser à être réélu.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.