Maintien de l’ordre : les révélations inédites d’un policier [Vidéos]

Publié par

Time : 2 mn / [1/2]

 

Time : 1 h 28 mn / [2/2]

 


 

CRS - 3

 

 

Synopsis vidéo :

Le dialogue exclusif entre un CRS lanceur d’alerte et l’une des figures des gilets jaunes. Casseurs, racisme, violences policières : ils s’affrontent normalement sur le terrain, ils ont aujourd’hui décidé d’en discuter.

 

Le policier Laurent Nguyen prend des risques en acceptant de s’exprimer sur « Le Vent Se Lève » aujourd’hui. Poursuites judiciaires ou révocation, libérer la parole en tant que policier a un prix.

 


 

« Il y a la volonté que les collègues se lâchent »

 

CRS - 1

 

 

Le mouvement des gilets jaunes ébranle les forces de police. Certains fonctionnaires, comme Martin, CRS, ont décidé de se mettre en arrêt maladie pour ne plus se sentir du mauvais côté de la barricade.

 

Martin (1) est CRS depuis de nombreuses années. Des manifestations et des interventions parfois violentes, il en a connu un nombre incalculable. Malgré des conditions de travail difficiles et des doutes occasionnels, il a toujours appliqué les directives avec discipline et obéissance, comme le veut la profession. Mais la réponse policière aux manifestations de ces dernières semaines ordonnée par le ministère de l’Intérieur l’a tellement écœuré qu’il a préféré se mettre en arrêt maladie pour ne plus cautionner cette répression aveugle.

 

« Je ne me voyais pas taper sur des gens qui n’ont rien fait. L’usage de la force est censé être proportionné. Même si ce terme est subjectif, ça veut dire qu’on n’a pas le droit de tout faire. Or, quand on nous dit de gazer sans sommation des lycéens qui manifestent pacifiquement, c’est un ordre illégal. Dans le mouvement des gilets jaunes, ce ne sont plus des groupes de casseurs bien identifiés qu’on a en face de nous, c’est le peuple : des gens qui ont un réel combat ou même qui se retrouvent en situation de légitime défense face à la police », s’insurge-t-il.

 

« On se demande si notre devoir ne serait pas d’être avec le peuple. On subit la même violence sociale… »

 

D’après lui, il y a une réelle volonté politique de jeter de l’huile sur le feu.

 

« Quand on voit dans les comptes rendus opérationnels le nombre de lacrymos ou de Flash-Ball utilisés, on est à des niveaux exceptionnels, alors qu’on a vécu des manifestations beaucoup plus dangereuses pour nous où on avait interdiction d’utiliser les lanceurs de balles de défense (nom officiel du Flash-Ball – NDLR) », affirme-t-il. « Et ça, ce sont des décisions qui viennent du ministère de l’Intérieur », souligne-t-il. En parallèle, « aucune consigne de mesure n’est donnée aux CRS, contrairement à d’autres manifestations où on nous met la pression. Là, il y a une volonté que les collègues se lâchent », estime-t-il. D’autant que l’état physique des fonctionnaires de police n’arrange pas vraiment les choses. « Quand on doit se lever à 2 heures du matin pour rejoindre sa compagnie à 3 heures et être sur les Champs-Élysées de 7 heures du matin à 22 heures, c’est sûr qu’on est épuisé et qu’on n’a plus le même discernement ni le même self-control », rappelle-t-il.

 

Et ce n’est pas la prime promise par Emmanuel Macron qui suffira à apaiser les tensions. « Tous les collègues auxquels j’en ai parlé se sont sentis insultés. On l’a ressenti comme si c’était un susucre qu’on nous donnait pour qu’on ferme notre gueule et qu’on aille faire le sale boulot », lâche-t-il. D’après lui, le mouvement des gilets jaunes a fait naître des débats inédits dans sa compagnie. « Certains taperaient sur père et mère si on leur en donnait l’ordre. Mais il y a une vraie crise existentielle pour d’autres. On se demande si notre devoir ne serait pas d’être avec le peuple. On subit la même violence sociale en termes de salaire, et on est doublement victimes de l’autoritarisme de l’État parce qu’en plus c’est notre patron et qu’on est muselés », souligne le fonctionnaire, qui a observé plusieurs arrêts maladie dans sa compagnie ces derniers jours. « Il ne manque pas grand-chose pour que les flics refusent de retourner en manif la prochaine fois », estime-t-il.

 

Concernant le revirement annoncé dans la stratégie de maintien de l’ordre mise en place par la préfecture de police de Paris – d’un dispositif plus statique samedi dernier à celui prévu comme plus mobile et offensif pour ce samedi –, Martin estime qu’il s’agit là d’une « décision politique habituelle».

 

« C’est ce qui a été fait lors des dernières manifestations contre la loi travail ou le 1er Mai : on nous donne l’ordre de laisser casser pour que le mouvement devienne impopulaire, et la fois d’après on y va fort parce que l’opinion publique attend une réaction de répression policière. »

 

Aya Lafargue

 


 

Source :

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/071218/un-crs-des-ordres-de-laisser-casser-pour-que-le-mouvement-devienne-impopulaire

 

Article :

Aya Lafargue / Médiapart / Vendredi, 7 Décembre, 2018

 

Note :

(1) Le prénom a été modifié.

 

Vidéo :

[1] 2020/97 LES RÉVÉLATIONS D’UN POLICIER – L’Aile à Stick / YouTube

[2] MAINTIEN DE L’ORDRE : LES RÉVÉLATIONS INÉDITES D’UN POLICIER – Le Vent Se Lève / YouTube

 

Autre lien :

MAINTIEN DE L’ORDRE LES RÉVÉLATIONS INÉDITES D’UN POLICIER

https://www.youtube.com/watch?v=KTXmnaBzJq0

 

Photo :

Pour illustration

26 commentaires

    1. Je pensais à cette femme lanceuse d’alerte sur l’attentat de Nice à propos des caméras, etc… Mais je n’y étais pas.

      Pour en revenir à votre vidéo, cela ne pourra pas continuer éternellement et l’oligarchie apatride le sait très bien. Nous avons les mêmes phénomènes aux quatre coins du globe. C’est explosif : Ordo ab chao !

      Aimé par 1 personne

      1. C’est précisément pour cela qu’ils font un effort frénétique pour reprendre la main… une main qui commence à leur échapper. Nous ne pouvons qu’en savoir gré aux lois naturelles qui compensent en fin de compte l’absence de bon sens d’un humain dont l’aptitude à se rendre compte que la pluie tombe de haut en bas et que l’eau qu’elle lui dispense mouille a regrettablement “migré” derrière le petit écran qu’il s’évertue à consulter dans l’illusion de se constituer un ersatz de culture. (Pardon pour cette phrase trop longue… je me suis moi-même surpris à manquer de souffle.)

        J'aime

      2. Depuis un peu plus de de deux siècles, je ne pense pas qu’ils ont perdu la main. Bien au contraire. Ils transforment, façonnent nos sociétés et de facto les êtres qui les composent. Je pense que nous approchons d’un nouveau paradigme mais toujours orchestré par les mêmes.

        Aimé par 1 personne

  1. Jean Cocteau a dit à juste titre qu’il aimait les chats parce qu’il n’y a pas de chats policiers.
    Un témoignage poignant de Marc Granier, ancien CRS, lève le voile sur ce qui se passe vraiment. Voir sa vidéo :

    Aimé par 1 personne

    1. Nous n’avons pas la même échelle d’analyse. Je considère les deux derniers millénaires (au moins) comme une meilleure base. Échelle qui n’exclut cependant pas – bien au contraire – que les petits malins conservent la main, avec l’aide enthousiastes de nos petits ânes de Troie. Surtout si l’abrutissement des nôtres se poursuit à la cadence infernale qu’aucun d’entre nous n’aurait sans doute pu imaginer n’eût été cette intéressante pantomime virale qui constitue un excellent révélateur d’un état de panurgisme et de soumission hélas aussi révélateur que préoccupant. Mais précisément parce qu’elle se fout de nos conversations d’esthètes; j’ai confiance en la réaction de la nature. Je ne suis décidément pas un prométhéen et j’aurais plutôt tendance à ne pas trop me préoccuper du facteur humain. Nous ne commandons pas au temps; mais je pressens d’instinct – à observer les comportements animaliers beaucoup moins pervertis que les nôtres – que cette réaction ne saurait tarder. Auquel cas les auto-envisagés “maîtres du monde” vont se prendre un fameux ressac. C’est là mon pari. Il semble que le vôtre soit différent. Si mon pari est juste, je vivrai probablement suffisamment pour en voir la réalité pendulaire. Le vôtre me paraît reposer sur une trajectoire sans fin. Ce faisant, il rejoint les espoirs de ceux que nous n’apprécions pas. Si vous deviez avoir raison, j’en serais inconsolable.

      J'aime

    1. D’abord cette petite biographie.
      Gérald Moussa Darmanin est né le 11 octobre1982 à Valenciennes  (Nord).
      Il est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et d’Annie Ouakid, femme de ménage ou concierge à la Banque de France. Son grand-père paternel est un Juif maltais. Son grand-père maternel, Moussa Ouakid, né en 1907 dans le douar d’Ouled Ghalia (aujourd’hui dans la commune de Khemis El Khechna) en Algérie, a été tirailleur algérien, résistant dans les FFI en 1944 et harki.(Wikipédia).
      Vraiment une salade. Petit-fils d’un harki et d’un juif !
      Gérald Darmanin est mis en cause dans deux affaires de présumés viols. Étant ministre de l’Intérieur, comment des policiers pourraient interroger leur propre Chef de tutelle sur des soupçons de ces viols. That is the question.

      Aimé par 1 personne

      1. Essayez, Dominique, « depuis juin 45 » ou – à la rigueur – « depuis le 4 octobre 1958 et les ambiguïtés gaulliennes qui allaient suivre… ». Soumis au bon vouloir d’un Churchill lui-même à la botte de Roosevelt enamouré du petit père Staline, De Gaulle s’est démené – avec les moyens quasi inexistants dont il disposait à Londres puis à la “libération” – d’une manière qui commande le respect, pour conserver à la France une mesure de grandeur nationale… mais que vouliez-vous qu’il fît contre ces “Liberators” (hmmm) qui – lorsqu’ils déclenchèrent l’ “Invasion of Europe” (sic*) – auraient évidemment préféré un général très capable mais un inexistant homme d’État (Giraud) à un officier médiocre mais néanmoins un homme d’État surdimensionné (voir la Constitution de la Vème; pondue sur mesure par le doyen Georges Vedel pour le passage à un régime présidentiel inconcevable en Europe réputée “libérée”). Et voyez ce que les successeurs putatifs, naviguant de Charybde en Scylla en ont fait de ce magnifique pays et de son peuple!
        Note * Car c’est bien ainsi qu’étaient intitulés les documents d’“OVERLORD”…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.