Des humains génétiquement modifiés ? Bientôt possible grâce à la révision de la loi bioéthique [Vidéos]

Publié par

 

Par Lliliane Held-Khawam

 

Time : 35 mn 08 / [1/3]

 

Crispr-Cas9 permet de couper et remplacer des gènes dans l’ADN de tout être vivant. La généticienne Catherine Bourgain, chargée de recherche à l’Inserm et impliquée dans la Fondation Sciences Citoyennes, nous offre un panorama des vertigineuses questions éthiques que cette méthode soulève : OGM, thérapies géniques, expérience sur les animaux ou les embryons humains…

 


 

Bioéthique - 1

 

 

Rupture sur l’humanité. Clonage humain. Chimère homme-animal. Marchandisation du corps humain. Une loi qui traite de cela risque d’être votée en urgence aujourd’hui par le parlement français. Si les parlementaires acceptent cette révision introduite en juillet 2019 par Agnès Buzyn, la porte s’ouvrira à la légalisation de l’eugénisme, aux fœtus OGM, et à bien d’autres abominations dont certains scientifiques ainsi que leurs financeurs ont le secret.

 

 

Bioéthique - 2

Des hybrides mouton-humain ont été développés en laboratoire [1]

 

 

Quand les hommes veulent exercer un pouvoir divin sur leurs semblables

Nous avons vu ces derniers jours différentes vidéos et publications qui traitent de CRISPR-Cas9. Nous avons aussi compris que les champs d’application de cette technologie qui « bricole » le génome du vivant sont immenses.

 

Il n’aura échappé à personne qu’à côté de la possibilité d’améliorer la santé de personnes fortement handicapées par des maladies génétiques, la question de l’eugénisme est lancinante. Mais pas seulement.

 

Les individus, et/ou les corporations qui mettront la main sur le bricolage de l’humain se verront octroyer des pouvoirs spéciaux, jamais connus jusqu’ici. Oubliez la privatisation de la création monétaire. Nous entrons là dans une volonté affichée et décomplexée de créer des surhommes, et/ou d’en asservir d’autres.

 

Nous avons vu aussi qu’un Bill Gates s’est beaucoup investi dans cette technologie. Dans une précédente publication, nous avions relayé que le milliardaire, féru de santé, Bill Gates, préconisait l’utilisation d’outils d’édition génétique comme CRISPR. Il est donc en attente d’une législation qui permette que l’on puisse réécrire des parties du génome.

 

Or, avec CRISPR, nous basculons dans la modification génétique de l’humain, tout comme l’avait fait le scientifique chinois avec les jumelles. A l’époque, les scientifiques avaient réagi, mais surtout parce qu’ils s’étaient plaint du fait que les applications du CRISPR sur les fœtus soulevaient de nouveaux problèmes non cadrés par le débat public, ni par la législation sur la bioéthique.

 


 

IMPORTANT: Introduction à Crispr, la méthode qui pourrait modifier le génome humain. Transhumanisme

CRISPR-Cas 9, ou le bricolage du vivant, Vidéo du WE. + Article avec Bill Gates promoteur de CRISPR

 


 

Une révision de la loi bioéthique disruptive et urgente !

C’est précisément ce que les députés de l’Assemblée nationale française devraient traiter le lundi 27 juillet [2]. En plein été. En pleine crise dûe au Covid ! Sur leur site, le projet de révision de la loi est présenté en tant que « volonté du Gouvernement de soutenir une recherche libre et responsable, au service de la santé humaine, en levant certains verrous juridiques et en supprimant des contraintes infondées, en particulier pour la recherche sur les cellules souches. Dans le même temps, les valeurs éthiques françaises en matière de recherche sont réaffirmées, comme l’interdiction de créer des embryons à des fins de recherche et l’interdiction de modifier le patrimoine génétique d’un embryon destiné à naître. » Il nous est permis de comprendre qu’il n’y a pas d’interdiction de modifier le patrimoine génétique d’un embryon qui ne serait pas destiné à naître ? Il existerait actuellement 150’000 embryons stockés laissés aux bons soins de la recherche (et de l’industrie ?).

 

 

Maltraitance du fœtus sur fond de marchandisation du corps humain

Ecoutez cette ancienne directrice de l’INSERM présenter le projet de loi. Ces deux vidéos sont indispensables à visionner avant de poursuivre la lecture de cette publication. Chaque phrase énoncée par cette dame dénonce les horreurs potentielles dont pourront être responsables (coupables) des technoscientifiques sans conscience, en toute légalité.

 


 

Part 1 – Time : 19 mn / [2/3]

 

Part 2 – Time : 13 mn 06 / [3/3]

 


 

Voici le comité consultatif national d’éthique

La loi du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique prévoit une révision de la loi par le Parlement dans un délai maximal de sept ans, précédé de l’organisation d’états généraux confiée au Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé. C’est ce qui a été fait en 2018.

 

Jean-François Delfraissy, président du Comité consultatif national d’éthique et du Conseil scientifique Covid-19, auditionné au Sénat le 15 avril 2020. Vidéo ici https://www.youtube.com/watch?v=0uxXIHwb3yw

 

Puis en 2019, Mme Buzyn introduit la chose au parlement.

 

 

Bioéthique - 3

 

 

Des embryons génétiquement modifiés

En janvier 2020, juste avant que la loi ne soit ratifiée par le Sénat, une tribune du journal « Le Monde », regroupant un collectif de personnalités, parmi lesquelles Dominique Bourg, José Bové et Jacques Testart, a voulu alerter sur le fait que « la nouvelle loi de bioéthique (2019) pourrait ouvrir la voie à l’industrialisation de la modification génétique des embryons humains. »

 

En voici quelques extraits pris sur le site « mcinformactions » [4].

 

La nouvelle loi de bioéthique est en cours d’examen au Sénat. Tandis qu’elle ouvre la PMA [procréation médicalement assistée] aux femmes seules ou en couple, ce texte approfondit en catimini le droit à la modification génétique d’embryons humains à des fins proclamées de recherche. La naissance d’enfants issus de tels embryons, aujourd’hui prohibée, pourrait être la prochaine étape des glissements progressifs validés au fil des ans par le Parlement.

 

(…)

 

L’article 17 de la loi (…) supprime, avec le soutien du gouvernement, l’un des fondements de la bioéthique dans l’actuel code de la santé publique : « La création d’embryons transgéniques ou chimériques est interdite. » Il remplace ce texte par : « La modification d’un embryon humain par adjonction de cellules provenant d’autres espèces est interdite. »

 

Pourquoi lever l’interdiction absolue de la transgenèse et des chimères ? (…)

 

Les ciseaux génétiques créent des mutations facilement et à un coût dérisoire par rapport aux anciennes techniques. Leur usage pourrait à terme devenir massif dans les laboratoires, même si tous leurs effets biologiques sont loin d’être maîtrisés.

 

« Les sénateurs et sénatrices sont face à l’enjeu anthropologique de permettre à la technologie de modifier notre espèce de façon irréversible » (…)

 

Avec la levée de l’interdit chimérique et transgénique, Crispr-Cas9 passerait officiellement de la semence agricole à l’humain. La nouvelle loi pourrait donc ouvrir la voie à l’industrialisation de la modification génétique des embryons humains à une vitesse encore jamais atteinte.

 

Loi de bioéthique : « Nous ne voulons pas d’une humanité génétiquement modifiée ! » Source : ICI

 

Pourtant, cette loi va encore plus loin que ce que nous lisons ici. La caution morale des parlementaires, représentée par le Comité Consultatif National d’Ethique, a admis d’autres points qui posent les bases d’un nouveau monde hautement bio-technicisé, qui interpelle et fait froid dans le dos. L’Intelligence Artificielle, nom qui anonymise les activités et les stocks de données accumulés dans les ordinateurs des GAFAM, elles-mêmes aux mains de la haute finance internationale.

 

 

Voici la liste des domaines concernés par cette loi :

 

Médecine prédictive et suicide assistée au menu des débats lors des états généraux.

 

Les points mis en débat en vue de la prochaine révision des lois de bioéthique étaient les suivants [5] :

 

  • L’avancée de la recherche dans les domaines de la reproduction, du développement embryonnaire et des cellules souches et le respect dû à l’embryon comme personne potentielle.

 

  • Les techniques de séquençage et d’ingénierie génomique et les prémisses d’une médecine prédictive.

 

  • Les dons et transplantations d’organes.

 

  • Les données de santé, notamment au regard du développement des objets connectés et des risques d’atteintes à la vie privée.

 

  • L’intelligence artificielle et les robots et la responsabilité des professionnels de santé vis-à-vis de leur utilisation.

 

  • Les neurosciences au regard du développement des techniques d’imagerie.

 

  • La relation santé-environnement et les responsabilités scientifiques et techniques de l’homme.

 

  • La procréation (PMA, GPA, etc.).

 

  • La fin de vie (question sur la légalisation de l’assistance au suicide, politiques d’accompagnement pour les malades en fin de vie).

 

 

La révision de ladite loi a été avalisée par le parlement, puis transmise au Sénat en 2020. A cette occasion, des modifications ont été introduites. Nous en relaierons ici celle-ci :

 

« Encadré les recherches sur les cellules-souches, dites pluripotentes induites (IPS) et réindroduit la technique dite du « bébé médicament » (double diagnostic préimplantatoire) [3].

 

Aujourd’hui, 27 juillet 2020,  le projet de loi est traité à nouveau par le parlement en 2ème lecture. Elle pourrait être acceptée. En laissant faire, nous sommes individuellement coupables de la chosification et de la maltraitance infligée à l’humanité entière.

 

Lliliane Held-Khawam

 


 

Complément : Une enquête menée par la CGT CHU Toulouse dans laquelle apparaît le nom de Jean-François Delfraissy, président du Comité Consultatif National d’Ethique cité ci-dessus.

 

 

Le virus des conflits d’intérêts touche les experts de l’hépatite C [6]

Pour information : 650.000.000 d’euros correspond à 16.250 ETP d’hospitaliers !!!!

 

17 juin 2015 | Par Michaël Hajdenberg et Pascale Pascariello – Mediapart.fr

 

En 2014, le nouveau traitement contre l’hépatite C a coûté la somme record de 650 millions d’euros à l’assurance maladie. En dépit des enjeux financiers colossaux, la question des conflits d’intérêts a été ignorée. Or des experts ayant travaillé au rapport commandé par le ministère de la santé étaient en même temps rémunérés par le laboratoire américain qui commercialise le médicament.

 

 

Existe-t-il un traitement qui soignerait la France de ses conflits d’intérêts ?

Le Sovaldi, commercialisé par le laboratoire américain Gilead et présenté comme le médicament miracle pour lutter contre l’hépatite C, a coûté pas moins de 650 millions d’euros à la Sécurité sociale en 2014 (41 000 euros la cure). Soit l’un des médicaments les plus chers de l’histoire de l’assurance maladie. Dans le milieu sanitaire, l’efficacité du traitement emporte une grande majorité de suffrages : le virus n’est plus détectable dans le sang 12 semaines après l’arrêt du traitement pour 90 % des patients. Pourtant, les conditions dans lesquelles il a fait son apparition sur le marché français posent question. Le Formindep, une association de médecins, professionnels de santé et patients, vient de boucler une étude dont Mediapart a pris connaissance, qui montre que des conflits d’intérêts, multiples, ont été ignorés par le ministère de la santé. Si, après le scandale du Mediator, certains pensaient que la problématique des collusions entre l’intérêt général et des intérêts privés était réglée, ils en sont pour leurs frais.

 

 

Bioéthique - 4

Daniel Dhumeaux (à gauche), en compagnie de la ministre Marisol Touraine lors de la remise de son rapport en mai 2014.

 

 

En effet, l’objet de l’étude de François Pesty, membre du « Formindep », porte sur un rapport commandé en 2013 par le ministère de la santé, sous la direction du professeur Daniel Dhumeaux, et rendu en mai 2014. Si François Pesty fait part de certaines réserves sur l’efficacité du traitement (ne plus détecter le virus n’étant pas l’assurance de sa disparition à long terme) ; s’il s’interroge sur le stade de fibrose à partir duquel il faut avoir recours à ces nouveaux médicaments (« Une question à plusieurs centaines de millions d’euros pour l’assurance maladie ») ; il pointe surtout des experts ayant travaillé à la fois pour le compte du ministère et pour le laboratoire Gilead.

 

Parmi les quelque 200 experts qui se sont penchés sur le sujet à l’occasion du rapport Dhumeaux, le Formindep s’intéresse particulièrement à deux groupes de travail cruciaux. Le groupe 7, en charge de « l’évaluation de la fibrose hépatique chez les patients atteints d’hépatites B et C ». Et le groupe 9, qui s’est penché sur les « conséquences cliniques et traitement de l’infection par le virus de l’hépatite C ».

 

Au sein de ces groupes, de nombreux experts émettaient des recommandations tout en étant parallèlement rémunérés par le laboratoire américainPlusieurs de ces experts ont même participé à des boards, des réunions stratégiques lors desquelles les médecins donnent des conseils de développement à l’industriel, en 2013 et 2014. Au sein du groupe 9, ils sont 12 sur 20 dans ce cas ! Une telle double activité ne peut qu’engendrer des doutes sur l’appréciation portée par ces médecins.

 

Ces participations sont publiques : elles figurent sur la base de données du ministère. Mais à quoi cela sert-il de mettre ces informations en ligne, si c’est pour dans le même temps ne pas en tenir compte ?

 

Et qu’ont exactement touché ces experts, qui se sont trouvés être des leaders d’opinion efficaces dans les médias, comme on peut le voir par exemple dans cet article du Parisien ? Impossible à dire. En effet, sur le site du gouvernement, on trouve trace des frais payés par les laboratoires : restaurants, hébergements, frais de transport pour assister à un colloque par exemple. Ces frais cumulés s’élèvent généralement à quelques milliers d’euros par médecin. Grâce à l’association Regards Citoyens, qui a compilé les données existantes, on sait que Gilead a offert 1 460 000 euros de cadeaux aux médecins français entre janvier 2012 et juin 2014.

 

Mais, hypocrisie majeure, on ne sait rien du montant, nettement plus élevé, des conventions existant entre les médecins et les laboratoires pour des conseils de développement. En 2011, à la suite du scandale du Mediator, la loi Bertrand prévoyait que ces montants seraient rendus publics. Le ministère de la santé a cependant traîné des pieds avant de soustraire médecins et laboratoires à cette obligation. Il a fallu que le Conseil d’État se fâche, en février 2015, pour que le gouvernement remette à l’ordre du jour cette transparence de bon sens par un amendement à l’article 43 bis du projet de loi de modernisation du système de santé. Sans que cela se soit pour l’instant traduit dans les faits.

 

Par conséquent, on ne connaît toujours pas le montant de ces conventions. Or, ni les experts rémunérés par Gilead, ni le laboratoire américain n’ont souhaité répondre à nos questions à ce sujet.

 

Mais l’erreur n’était-elle pas inscrite dès le départ dans le processus ? À l’origine, c’est au professeur Delfraissy, directeur de l’ANRS (Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales), que la ministre a commandé le rapport, en janvier 2013.

 

Contacté par Mediapart, le professeur Delfraissy dément avoir participé à une réunion du « board » de Gilead Sciences le 18 décembre 2013, participation qui figure pourtant sur le site transparence.gouv.sante.fr.

 

« Depuis trois, quatre ans, j’ai cessé d’être rémunéré par les laboratoires. Mes revenus ont d’ailleurs été divisés par quatre. La rémunération d’une réunion à un board pour une journée varie entre 500 et 1 000 euros, me semble-t-il. Mais désormais ça m’arrive de façon exceptionnelle et l’ANRS prend en charge les frais. »

 

Mais le professeur dirige l’ANRS depuis 2005, donc une dizaine d’années. Pourquoi n’a-t-il cessé de se faire rémunérer par les laboratoires que depuis trois ans ? « C’est normal d’avoir des liens avec des laboratoires pour définir une stratégie. Le lien est nécessaire avec l’industrie pour se tenir au courant et rencontrer les dirigeants des laboratoires. » Il est pourtant possible de ne pas entretenir de conflits d’intérêts avec les laboratoires. Le professeur n’en est pas à une contradiction près puisqu’il explique, également, avoir rencontré dans un cadre légal, à l’ANRS, des représentants de l’industrie pharmaceutique et cela sans recevoir d’argent de leur part.

 

Minimisant l’importance des situations de conflits d’intérêts, Jean-François Delfraissy ajoute : « Un bon professionnel a des liens avec l’industrie. » Pourtant, au cours de l’entretien, le professeur Delfraissy admet avoir cessé d’être rémunéré pour des réunions de « boards » depuis trois ans « afin d’être totalement libre des laboratoires et compte tenu du contexte de suspicion qui régnait suite à l’affaire du Mediator ».

 

Le professeur Delfraissy insiste pour conclure sur l’importance d’avoir des liens d’intérêts avec différents laboratoires pharmaceutiques pour éviter les conflits d’intérêts majeurs. En somme, plus on a de liens d’intérêts, moins on a de conflits…

 

L’ANRS a confié à l’AFEF (Association française pour l’étude du foie) la mission de composer le groupe chargé de l’élaboration des recommandations – l’AFEF étant une société savante, dont les « partenaires » sont Gilead, Janssen-Cilag et Abbvie.

 


 

« Les déclarations d’intérêts, ce n’est pas mon obédience »

 


 

Le professeur Daniel Dhumeaux, hépatologue au CHU Henri-Mondor de Créteil, et qui a donc dirigé ce rapport sous l’égide de l’ANRS et de l’AFEF, a aussi accepté de répondre à nos questions. On peut lire dans sa déclaration d’intérêts qu’en novembre 2013, au cœur de sa mission, Gilead lui paie un voyage, l’hébergement, ses repas et son inscription (le tout pour 3 000 euros) à un colloque organisé par l’Association américaine pour l’étude des maladies du foie, qui se tenait à Chicago.

 

Pourquoi se faire offrir tout cela par Gilead ? « J’avais besoin d’assister au colloque pour le rapport que je préparais. Le ministère a refusé de prendre en charge mes frais. Et Gilead est le premier laboratoire à me l’avoir proposé. » Interrogé sur la question, le ministère nie avoir été saisi d’une demande officielle de prise en charge de ces frais, mais précise qu’il ne couvre de toute façon que les frais qui correspondent à un déplacement dans le cadre d’un ordre de mission individuel. Pour ce déplacement, le ministère renvoie la balle à l’ANRS.

 

Le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS, admet avec embarras : « Ce n’est pas que ça ne me gêne pas. Je ne pense pas que Dhumeaux ait abusé mais il ne m’a jamais demandé de financer ce voyage. On aurait pu éviter cette situation. Mais ce n’est pas dramatique. » 

 

Au-delà de cette situation, le fait que plusieurs des experts ayant œuvré pour le ministère aient simultanément travaillé pour Gilead ne tracasse donc ni Jean-François Delfraissy, ni Daniel Dhumeaux. Ce dernier explique qu’il a mis en place un comité de validation et de synthèse qui « s’est affranchi du travail des experts ». Un argument repris à son compte par le ministère pour crédibiliser le rapport final. Mais pourquoi faire travailler des experts, si c’est pour « s’affranchir » de leurs conclusions ?

 

En réalité, c’est plutôt Daniel Dhumeaux qui s’affranchit des conflits d’intérêts, avec une franchise étonnante. « Les gens compétents ont des liens avec les industriels. Il n’y a pas d’experts compétents qui ne soient pas en lien avec des laboratoires. On est donc dans une impasse. La Haute Autorité de santé fonctionne certes différemment, mais en conséquence, elle n’a pas recours aux meilleurs experts. Je ne vais quand même pas faire un moins bon rapport avec des gens moins compétents. Les meilleurs, ce sont ceux qui ont le plus de liens avec les industriels. Car quand on travaille pour 4 ou 5 firmes différentes, les intérêts se neutralisent. »

 

Quand on le pousse un peu, Daniel Dhumeaux finit par admettre : « Bien sûr que non, je n’ai pas consulté les déclarations d’intérêts des experts du groupe, puisque je n’en tire aucune conséquence. » Mais dans ce cas, à quoi bon remplir des déclarations d’intérêts ? « Ce n’est pas à moi de répondre à cette question. Ce n’est pas mon obédience. »

 

À la Haute Autorité de santé, face aux questions sur ces conflits d’intérêts, on prend ses distances avec le rapport Dhumeaux. On explique que la HAS a son propre collège d’experts indépendants, et qu’ils ont pris le rapport Dhumeaux comme n’importe quel rapport extérieur : « La Commission de la transparence a l’habitude de travailler sur des études financées par des industriels. »

 

Il n’empêche : comment imaginer qu’un rapport commandé par la ministre, qui a pris plus d’un an à être rédigé, qui a mobilisé autant d’experts, n’ait pas eu d’influence sur la Haute Autorité de santé ? Et sinon : à quoi servait ce rapport ? D’ailleurs, dans ses recommandations, la Commission de la transparence de la HAS cite le rapport Dhumeaux à plusieurs reprises. La Commission de la transparence propose un taux de remboursement. Mais son avis impacte aussi directement le prix du médicament. Or si l’efficacité du traitement ne fait guère débat, son prix pose question, en France comme ailleurs (lire notre article).

 

Le décalage est frappant : comme le rappelait récemment Loïc Guillevin, président de la Commission de la transparence et membre du collège de la HAS, « Les liens d’intérêts avec l’industrie, il y en a des majeurs et des mineurs. Les majeurs, c’est globalement d’avoir été investigateur principal d’un essai thérapeutique sur un des médicaments du laboratoire, c’est d’avoir été à un congrès invité par un laboratoire, c’est d’avoir fait des conférences rémunérées pour un laboratoire, ou d’avoir assisté à ce que l’on appelle les « boards » de laboratoire ». Loïc Guillevin expliquait : « Quand on a un lien, on n’instruit pas le dossier du médicament, on ne vote pas, on sort de la salle. » L’exact opposé de ce qui a été fait par les experts du rapport Dhumeaux. [6] [7]

 


 

Source et référence :

https://www.ccne-ethique.fr/fr/pages/les-membres

[2] http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/bioethique_2

[3] https://www.vie-publique.fr/loi/268659-projet-de-loi-bioethique-pma

[1] https://aphadolie.com/2018/02/20/manipulation-genetique-hybrides-mouton-humain-video/

[6] http://cgtchutoulouse.fr/2015/06/29/le-virus-des-conflits-dinterets-touche-les-experts-de-lhepatite-c/

[5] https://www.vie-publique.fr/questions-reponses/269507-la-revision-des-lois-de-bioethique-en-10-questions-faq

[7] https://www.mediapart.fr/journal/france/170615/le-virus-des-conflits-dinterets-touche-les-experts-de-lhepatite-c

[4] http://mcinformactions.net/Loi-de-bioethique-Nous-ne-voulons-pas-d-une-humanite-genetiquement-modifiee

https://reseauinternational.net/des-humains-genetiquement-modifies-bientot-possible-grace-a-la-revision-de-la-loi-bioethique/

https://lesmoutonsenrages.fr/2020/07/27/des-humains-genetiquement-modifies-bientot-possible-grace-a-la-revision-de-la-loi-bioethique/

https://lilianeheldkhawam.com/2020/07/26/des-humains-genetiquement-modifies-bientot-possible-grace-a-la-revision-de-la-loi-bioethique/

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2004/09/medsci20042011p1041/medsci20042011p1041.html?fbclid=IwAR1EB2en7R5Dx46d2ZKn4EJ8yG8DxD07TBw4zJYz4jN0x4Xy1deuVmA5Lys

 

Article :

Liliane Held-Khawam / LHK

 

Vidéo :

[1] 56kast #98 – Crispr-Cas9 : Ethique de l’édition du génome – 56kast / YouTube

[2] Loi de Bioéthique : Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion. Part 1 – Thana TV / YouTube

[3] CLONAGE HUMAIN ET CHIMÈRE. Avec Alexandra Caude-Henrion Part.2 – Thana TV / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

 

Voir notamment :

Bioéthique : L’embryon, un être humain ? [Vidéos]

5 commentaires

  1. C’est à la fois révoltant et cela fait peur. A l’origine cette loi est prévue pour permettre de travail sur des cellules-souches afin de soigner des maladies quasi incurables.
    Lorsqu’on connait la folie et la mégalomanie de certains hommes qui se prétendent chercheurs et qui disent agir pour le bien de l’humanité, on peut craindre que ceux-ci pratiquent l’eugénisme.
    Si cette loi sur la bioéthique est votée, il faudra que le texte soit très précisant que la recherche de ce type doit avant tout servir la santé humaine.
    Il est impératif qu’on inscrive dans ce texte de loi les valeurs éthiques françaises en matière de recherche.
    Contrairement à trop de textes de lois, il faudra que celui-ci soit très précis, jamais flou, un texte qui ne prête pas à interprétation avec des barrières très précises énumérées dans le texte.
    Il est à souhaiter que les députés fassent travailler sainement leur morale pour rajouter des amendements qui poseront le plus de barrages possibles face à certains chercheurs qui voudraient violer l’esprit initial de cette loi sur la bioéthique.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.