Les scandales du Covid-19 – François Asselineau [Vidéos]

Publié par

Time : 20 mn 26 / [1/6]

 

Time : 4 mn 03 / [2/6]

 

Time : 3 mn 36 / [3/6]

 

Time : 4 mn 56 / [4/6]

 

Time : 6 mn 04 / [5/6]

 

Time : 5 mn 12 / [6/6]

 


 

François Asselineau revient sur les scandales de la gestion de la pandémie de la Covid-19

 

 

 

1er scandale

Premièrement, sur cet extrémisme du gouvernement français qui nous impose le port du masque partout et tout le temps. On note que les 2 pays qui sont les plus extrémistes en Europe sur ce sujet – la France et l’Espagne – sont aussi les deux qui voient leurs courbes de décès attribués à la Covid-19 repartir légèrement à la hausse.

 

Au contraire, des pays comme la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, l’Estonie, la Pologne, etc. n’imposent pas le port du masque à l’extérieur et n’ont pas de hausse de la mortalité. D’autres, comme la Belgique et plusieurs pays de l’Est, ont d’ailleurs renoncé pour cette raison au port systématique du masque en extérieur.

 

Face au manque total de consensus scientifique, constatant que la plupart des pays européens refusent d’imposer le port du masque en extérieur et s’en portent plutôt mieux que la France, prenant en compte les dégâts pour notre économie de toutes les contraintes qui nous sont imposées, et devant l’exaspération de la population française, il serait normal que la démocratie s’exprime sur ce sujet.

 

Comme le gouvernement n’a pas de solution ni de plan de sortie de crise, qu’il se tourne donc vers le peuple souverain ! C’est aux Français de décider par référendum s’ils veulent ou non  que l’on impose le port du masque à l’extérieur.

 

 

2ème scandale

Alors que tout le monde est appelé à se faire tester pour la Covid-19, la logistique ne suit pas. En effet, il faut parfois attendre 10 jours pour recevoir les résultats.

 

Ainsi beaucoup de tests PCR sont inutiles car si la personne est positive, elle l’apprend une fois qu’elle n’est plus contagieuse ou qu’elle a développé les premiers symptômes.

 

Quand on sait que chacun de ces tests coûtent environ 73€ à la Sécurité Sociale, il y a de quoi s’interroger. Surtout que cet argent gâché pourrait servir à offrir des masques aux plus démunis ou là où c’est obligatoire, comme dans les écoles.

 

 

3ème scandale

Enlever son masque à l’extérieur, par exemple pour manger un sandwich, peut vous coûter 135€ d’amende ! C’est un montant objectivement exorbitant puisqu’il représente 24% du RSA et 11% du SMIC.

 

Il est d’autant plus scandaleux d’avoir un tel niveau de sanction que l’utilité du port du masque en extérieur est extrêmement controversée parmi les scientifiques et que la très grande majorité des États du monde, notamment en Europe, ne l’imposent pas du tout.

 

À défaut de supprimer cette obligation du port du masque en extérieur, le gouvernement doit abaisser ce montant à un niveau raisonnable, par exemple de 135 à 35 €.

 

 

4ème scandale

Et si le remède était pire que le mal ? Pour que le masque soit efficace, il faut respecter une utilisation stricte, sauf que celle-ci n’est pas réaliste avec le quotidien des Français.

 

L’obligation de porter le masque en extérieur, mais avec des exceptions dans telle ou telle situation, aboutit à une réglementation brouillonne et irréaliste. Pour la suivre à la lettre dans les grandes villes et les banlieues, il faudrait passer sa journée à mettre puis à retires des masques, en en changeant à chaque fois. En réalité, la très grande majorité des Français conservent le même masque toute la journée, voire plusieurs jours. Ainsi, ils respirent de manière prolongée dans un nid à virus, microbes et bactéries. Dans ces conditions, plutôt que de se protéger, ne se mettent-ils pas en danger ?

 

 

5ème scandale

Lancée le 2 juin, l’application StopCovid a été conçue en catastrophe pour tenter de remédier à la totale impréparation du gouvernement, qui n’avait toujours ni masque ni test à la fin du mois de mai. Elle était censée permettre d’informer au plus vite toute personne ayant été en contact avec des personnes testées positives à la Covid-19 pour qu’elle aille elle-même se faire tester.

 

En pratique, cette application s’est révélée être une usine à gaz, tellement compliquée à faire fonctionner après son téléchargement qu’elle a rebuté la population.

 

Le Premier ministre Jean Castex a d’ailleurs reconnu piteusement lui-même, interrogée à brûle-pourpoint à la télévision, qu’il n’avait pas téléchargé cette application qu’il recommande pourtant aux Français de télécharger !

 

 

Après trois mois et demi de mise en œuvre, le bilan en est accablant :

– Entre son lancement le 2 juin et le 23 septembre, seulement 200 notifications de « cas contact » ont été envoyées.

 

– Le contrat de maintenance a été attribué à une filiale du groupe Dassault, Outscale, pour plus de 200.000 € par mois, et cela sans appel d’offre public, alors que c’est obligatoire à partir de 139.000 €.

 

 

Pour 200 cas repérés en 3 mois et demi, cela revient à la somme astronomique de 4000 € par cas contact détecté.

 

Il est urgent d’arrêter les frais exorbitants de ce coûteux gadget.

 

À part enrichir une filiale du groupe Dassault, cette application ne sert d’ailleurs plus à rien puisque tout le monde est maintenant appelé à se faire tester.

 

 

6ème scandale

La ministre des Armées, Florence Parly, vient de reconnaître qu’elle n’avait pas dit la vérité sur les tests des premiers Français rapatriés de Wuhan : ces tests n’ont en fait jamais eu lieu. Cet aveu ne fait qu’augmenter encore la défiance vis-à-vis du gouvernement, au moment même où celui-ci se lance dans une fuite en avant. Il évoque désormais l’obligation de vacciner contre la grippe, alors que les vaccins anti-grippe ne sont guère efficaces, vu que la grippe est un virus mutant, tout comme le SRAS-CoV-2 semble-t-il.

 

Ce qui est peut-être le plus inquiétant de tout cela, c’est la privation croissante des libertés publiques imposée aux Français. Ces privations semblent obéir à un « effet cliquet », c’est-à-dire qu’une fois édictée, le gouvernement ne revient plus dessus même lorsque ce qui les a motivées n’est plus d’actualité. Ainsi l’état d’urgence instauré suite aux attentats de 2015 est toujours en vigueur. Ainsi l’interdiction de l’hydroxychloroquine édictée suite à l’étude publiée dans le Lancet n’a pas été rapportée malgré la découverte que l’étude du Lancet était entièrement truquée.

 

Comme les mesures liberticides ne font jamais l’objet de retour arrière, il faut vraiment faire très attention désormais à ce que se permet le gouvernement !

 


 

Vidéo : 

[1] Pourquoi pas un référendum sur le port du masque à l’extérieur ? – Les scandales du Covid #1 – Union Populaire Républicaine / YouTube

[2] Le lourd coût du délai des tests PCR – Les scandales du Covid #2 – Union Populaire Républicaine / YouTube

[3] LE SCANDALE DES AMENDES DE 135 € – Les scandales du Covid #3 – Union Populaire Républicaine / YouTube

[4] Règlementation irréaliste : Les Français gardent le même masque – Les scandales du Covid #4 – Union Populaire Républicaine / YouTube

[5] L’échec de StopCovid : 800 000€ pour 200 notifications – Les scandales du Covid #5 – Union Populaire Républicaine / YouTube

[6] Mensonges, vaccins, libertés publiques menacées : Les scandales du Covid #6 – Union Populaire Républicaine / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.