Antarctique | Mission scientifique : Environnement Désertique et Extrême – Jacob Karhu [Vidéos]

Publié par

Time : 14 mn 24 / [1/3]

 

J’ai eu l’immense privilège de poser les pieds sur ce continent centré sur le pôle Sud dans le cadre d’une mission scientifique. Je vous raconte comment est-ce que se passe la vie de tous les jours dans cet environnement des plus extrêmes.

 


 

Time : 12 mn 22 / [2/3]

 

Vulgarisation de la recherche scientifique en Antarctique : glaciologie, astronomie, médecine, météorologie, sismologie… Tout ce qu’on y fait sera présenté dans cette seconde vidéo.

 


 

Time : 11 mn 32 / [3/3]

 

Comment gérer une base autonome en plein hiver ? Chaque année, une équipe de 12 personnes doit s’organiser pour que leur isolement se passe au mieux. La station Concordia est gérée conjointement par l’Institut polaire français et le PNRA. L’utilisation des drones en Antarctique est soumise à réglementation.

 


 

 

 

Froid extrême, isolement, environnement désertique… Le youtubeur Jacob Karhu a passé plus d’un mois dans une base scientifique en Antarctique dans le cadre de sa dernière mission. Il raconte les contours de ce voyage hors norme.

Et son quotidien, c’était ça…

 

 

Vis ma vie dans une base scientifique en Antarctique

Pour un projet de recherche en climatologie, Jacob Karhu, doctorant en climatologie au laboratoire des Sciences du climat et de l’environnement, a passé plus d’un mois dans la station Concordia, sur le plateau antarctique. « On était à 3.223 mètres d’altitude. En-dessous, ce n’était que de la glace, et on était éloignés à plus de 1.000 kilomètres des côtes », indique le chercheur.

 

 

« J’ai déjà eu des ressentis à -60°C »

À 7h30, Jacob se lève. Sur la base, il admet dormir assez mal. « Je me réveillais toutes les heures. Il y a le décalage horaire, il y a aussi le fait qu’il fasse jour tout le temps, c’est assez perturbant », se souvient le climatologue. Une demi-heure plus tard, Jakob se rend à sa réunion technique. Chaque matin, on y annonce le programme de la journée pour les 60 personnes sur la base. « On était moitié-moitié français/italiens, parce que c’est une base franco-italienne. Moitié-moitié scientifiques/techniciens, pour l’entretien de la station. »

 

8h30, Jacob s’habille pour sortir. Et la tâche est loin d’être aisée. « Il fallait mettre toutes les couches de vêtements. J’avais une paire de sous-gants, des gants chauffants et des mitaines. Ce qui m’a un peu choqué, c’est la vitesse à laquelle on a froid », se remémore Jacob. Car en Antarctique, dès qu’il y a du vent, le ressenti baisse. « J’ai déjà eu des ressentis à -60°C et ça ne pardonne pas. Il ne faut jamais avoir un petit bout de peau qui dépasse, sinon il gèle instantanément. »

 

 

 

 

Une glace qui date parfois de 800.000 ans

L’Antarctique est un continent complètement isolé au pôle Sud, avec une glace exceptionnellement pure, qui date parfois de 800.000 ans. « Tous les jours, j’allais dans une cave enterrée à 6 mètres sous la neige pour récupérer des morceaux de glaces. Je les remontais à la surface pour pouvoir les découper avec une scie circulaire dans une chambre froide », détaille Jacob.

 

Les données récoltées sur la base, comme la composition des gaz ou la température, servent à alimenter des modèles de climat. « Les scientifiques font tourner la machine et voient ce que ça peut produire. Et s’ils font pareil sur ce qu’il se passe actuellement avec le réchauffement climatique dû à l’humain, ils peuvent aussi prévoir ou modéliser ce qui pourrait se passer, avec davantage de probabilités », explique Jacob.

 

 

Une vie en communauté

Le midi, l’équipe se retrouve pour le déjeuner. La pause dure une heure et demie. L’après-midi, divers projets sont menés à destination de recherches dans plusieurs domaines : météorologie, glaciologie, astronomie, médecine…

 

À 19h30, tout le monde se retrouve de nouveau le dîner. « Généralement, après, c’était assez tranquille. On allait lire des BD, discuter, faire des parties de baby-foot, bref, on passait le temps tranquillement. Une fois par mois, on faisait une petite soirée pour se détendre », se rappelle Jacob.

 

 

« Un jour, cet endroit s’arrêtera complètement d’exister »

Vers minuit, il est temps d’aller dormir pour les chercheurs. Problème : il fait encore jour. La seule solution, c’est de fermer les volets. Le lendemain, tout recommence. « J’ai eu une chance inouïe de pouvoir accéder à ce grand continent blanc, désert. Je pense que je n’y retournerai plus jamais, donc je me sens vraiment privilégié », se réjouit Jacob.

 

Mais l’avenir de cette zone polaire est sombre, estime le climatologue. « Je ne sais pas si d’autres générations pourront y accéder. Dans la mesure où on est en train de polluer et de rejeter du CO2 dans l’atmosphère, un jour, elle s’arrêtera complètement d’exister. »

 


 

Jacob Karhu, doctorant en climatologie

 


 

Source :

https://www.20minutes.fr/planete/2781607-20200518-video-journee-jacob-karhu-base-3000-metres-antarctique

https://www.brut.media/fr/science-and-technology/24h-dans-une-base-scientifique-en-antarctique-1f9d58fd-a86d-4518-af96-3a4ab3417e93

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/video-froid-extreme-isolement-environnement-desertique-il-raconte-son-voyage-en-antarctique_3965755.html

 

Article :

Brut.

 

Vidéo : 

[1] Antarctique : les Conditions de Vie sur une Base Scientifique (1/3) – Jacob Karhu / YouTube

[2] Antarctique : la Science en Conditions Extrêmes (2/3) – Jacob Karhu / YouTube

[3] Antarctique : Logistique pour Survivre au bout du Monde (3/3) – Jacob Karhu / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

 

Voir notamment :

Jacob Karhu : au milieu des montagnes des Pyrénées, un ermite en quête d’autosuffisance [Vidéos]

11 commentaires

  1. Bonsoir Aphadolie.
    Merci pour ce partage vivant.
    En parcourant les premières lignes, j’ai imaginé qu’il s’agissait de vous (1) mais non…
    Fantastique expédition et expérience humaine.
    Bonne soirée.
    Catherine

    (1) Cela fait si longtemps que je ne suis pas revenue voyager dans la blogosphère que j’ai oublié si je tutoyais ou vouvoyais certains… Merci de me dire (aucun souci, dans l’un ou l’autre cas ;-)).

    J'aime

    1. Bonsoir Catherine,

      Désolé de répondre que maintenant mais depuis le 27 octobre je n’avais pas d’internet. Cela revient tout doucement…

      On peut se tutoyer et de mémoire, il me semble que c’était déjà le cas.

      Et non Catherine, je n’étais pas en Antarctique… / lol

      Aimé par 1 personne

      1. Bonsoir Aphadolie (1),
        😉 Merci pour cette réponse.
        Contente de retrouver cet humour enthousiasmant qui ajoute tant à la relation interpersonnelle. 🙂

        Je vois que je ne suis pas la seule à « ramer » avec de réguliers soucis de connectique. J’espère que la situation se stabilisera. Il faut dire que ta production est tellement importante… je suis totalement « larguée » si je puis me permettre cette familiarité. 😉

        Je serai heureuse de te retrouver, ponctuellement, dans mon espace personnel. Ce feed-back amical est important.

        Quant à l’Antarctique… why not ? 😉
        Bonne soirée, au plaisir;
        Cat

        (1) Désolée, je n’ai plus ton prénom…

        J'aime

      2. Bonsoir Catherine,

        Je te cite : « Je vois que je ne suis pas la seule à « ramer » avec de réguliers soucis de connectique. »,
        …Nous sommes donc au moins deux (lol). Je rame avec Internet & WordPress (leur nouvelle mise à jour).

        Pour : « Je serai heureuse de te retrouver, ponctuellement, dans mon espace personnel. Ce feed-back amical est important. »,

        …Cela me semble malheureusement impossible. La réponse ci-dessous :
        https://aphadolie.com/2020/09/11/pour-information-maj-french-and-english/

        En ce qui concerne : « Quant à l’Antarctique… why not ? »,
        …Je vais d’abord tester mon réfrigérateur / lol

        Amicalement,

        Éric / Aphadolie

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour Eric,
        WP… c’est vraiment le « bo—l » depuis plusieurs mois (plus de notifications pour moi… heureusement que j’ai vérifié : j’aurais manqué ton message, qui m’a bien fait rire… une bonne réserve ensoleillée pour la journée, merci ! :-))

        Aux futures nouvelles de l’esquimau glacé. 😉
        Cat

        J'aime

      4. L’esquimau glacé péte une fibre… Entre ma fibre optique qui rame et WordPress qui n’est plus ce qu’il fut… Que du bonheur !

        J'aime

      5. Bonjour Eric,
        Vite, avant la journée de télétravail…
        As-tu songé à mettre un cierge au nom de St Windows ou WP ? Windows ou… WP ? 😉
        Courage, à bientôt.
        Cat

        J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.