Croatie : tremblement de terre de magnitude 6,4, suivi de deux répliques le lendemain [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 47 / [1/2]

 

Le séisme a surpris le pays, interrompant des reportages en direct, faisant s’effondrer les maisons et évacuer le parlement dans le pays voisin, la Slovénie. L’épicentre se situait à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, dans la région de Sisak, secouée la veille par un tremblement de terre moins puissant.

 


 

 

 

Le puissant tremblement de terre, ressenti jusqu’en Slovénie, a fait au moins sept morts et provoqué l’effondrement d’immeubles à Petrinja, dans le centre du pays.

 

Un tremblement de terre de magnitude 6,4 a touché la Croatie, mardi 29 décembre, faisant au moins sept morts et provoquant l’effondrement d’immeubles dans la ville de Petrinja, dans le centre du pays, a annoncé l’Institut de géophysique américain, l’USGS. L’épicentre de la secousse, qui a eu lieu vers midi, était localisé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, où des habitants paniqués se sont précipités dans les rues.

 

Le premier ministre, Andrej Plenkovic, a annoncé que sept corps sans vie avaient été trouvés dans les décombres et « qu’il y aurait probablement d’autres » victimes. Il a notamment affirmé qu’une petite fille était morte dans le séisme à Petrinja. D’après les médias locaux, elle était âgée de 12 ans. Cinq personnes ont été tuées dans la localité voisine de Glina, a rapporté la presse croate. Une vingtaine de personnes sont blessées, dont six grièvement. « La recherche de survivants dans les décombres se poursuit », a déclaré tard mardi soir le ministère de l’intérieur.

 

 

 

 

Des images de la ville, qui compte près de 20.000 habitants, montraient des toits effondrés et des rues jonchées de briques et autres débris.

 

Le maire de Petrinja, Darinko Dumbovic, a déclaré à la télévision locale que les dégâts étaient toujours en cours d’évaluation. Une maternelle, qui était vide au moment du tremblement de terre, figure parmi les bâtiments effondrés. « La ville n’est plus qu’un champ de ruines. C’est la panique générale, tout le monde cherche à connaître le sort de ses proches », a-t-il dit.

 

Les secours sont intervenus très rapidement dans la ville, où l’armée a été également déployée. Secouristes et militaires recherchaient les éventuelles victimes coincées sous les décombres. L’électricité était coupée dans le centre-ville.

 

« Nous sommes prêts à aider », a réagi sur Twitter la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Nos pensées vont aux blessés et aux secouristes », a également commenté Charles Michel, le président du Conseil européen. Le responsable de la gestion des crises pour l’UE, Janez Lenarcic, a prévu notamment l’acheminement « de tentes hivernales, de lits et de sacs de couchage, ainsi que des conteneurs utilisables comme abris ».

 

Lundi, un séisme d’une plus faible magnitude avait déjà touché la même région, ne causant que des dégâts matériels mineurs. Les Balkans sont une zone de forte activité sismique, et les tremblements de terre y sont fréquents. En novembre 2019, plus de 50 personnes avaient été tuées en Albanie par un puissant séisme, qui avait également fait des milliers de sans-abri.

 

 

Centrale nucléaire de Krško – Slovénie

 

 

Une centrale nucléaire mise à l’arrêt en Slovénie

Le séisme a été ressenti en Slovénie voisine, ainsi que dans d’autres pays de la région, notamment en Hongrie et en Autriche, selon des témoins et les médias.

 

« Par précaution, la centrale nucléaire slovène de Krško a été mise à l’arrêt après le séisme », a déclaré une porte-parole du site, sans donner plus de détails. Selon l’agence de presse STA, il s’agit d’une « procédure normale en cas de forts tremblements de terre ».

 

Entré en service en 1983, le réacteur de type Westinghouse de Krško, d’une puissance de 700 mégawatts, est celui de l’unique centrale de Slovénie, qui partage le site avec la Croatie. Il devait initialement cesser son activité en 2023, après quarante ans de fonctionnement. Ljubljana et Zagreb ont toutefois décidé en 2015 de prolonger son activité de vingt ans.

 

 

Deux nouvelles répliques au séisme de mardi ont eu lieu ce mercredi matin

La Croatie centrale a été frappée par de nouveaux tremblements de terre ce mercredi au lendemain d’un violent séisme qui a endommagé des centaines de maisons et privé des quartiers entiers d’électricité. Selon l’Institut de géophysique américain (USGS), deux séismes de magnitude 4,8 et 4,7 ont frappé la région de Sisak, au sud-est de Zagreb, à quelques minutes d’intervalle après 5h15. Aucun nouveau dégât n’a été signalé dans l’immédiat.

 

Cette région, et en particulier la localité de Petrinja et ses alentours, était toujours sous le choc de la secousse de magnitude 6,4 ressentie la veille jusque dans les pays voisins et même à Vienne. « L’horreur à Petrinja », titrait la presse croate. « Une année de désastre se termine par la destruction » d’une région, disait la une d’un media. Les secours ont travaillé d’arrache-pied pour rechercher d’éventuels survivants dans les ruines des bâtiments effondrés sous la violence du séisme.

 

 

 

 

Des bâtiments administratifs endommagés

Craignant les répliques, de nombreux habitants ont passé la nuit dans leur voiture, environ 200 autres se mettant à l’abri dans une caserne.

 

Les secours en montagne ont mené des recherches dans plus de 80 villages de la région sans trouver de nouvelles victimes, a déclaré à la presse le chef de cette unité, Josip Granic.

 

Des centaines de bâtiments, maisons, bâtiments administratifs et écoles ont été endommagés. Des quartiers de Petrinja et Sisak étaient toujours sans électricité ce mercredi matin. Le gouvernement croate doit se réunir dans la journée pour déterminer l’aide à apporter à la région sinistrée, tandis que le responsable de la gestion des crises pour l’Union européenne, Janez Lenarcic, est attendu sur place. Bruxelles a prévu d’envoyer « des tentes hivernales, des chauffages électriques, des lits et des sacs de couchage, ainsi que des conteneurs utilisables comme abris », a-t-il dit sur Twitter.

 


 

Time : 1 mn 08 / [2/2]

 

Les télévisions sont habituées aux aléas du direct. Mais celui rencontré par N1 Croatie ce mardi 29 décembre était pour le moins inquiétant. La chaîne d’information a tout simplement vécu en direct le séisme qui secouait la région de Zagreb.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Séisme_de_2020_à_Petrinja

https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucléaire_de_Krško

https://www.20minutes.fr/monde/2942115-20201230-croatie-deux-nouvelles-repliques-seisme-mardi-lieu-mercredi-matin

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/29/la-croatie-touchee-par-un-seisme-de-magnitude-6-4_6064751_3210.html

 

Article :

20 Minutes avec AFP

Le Monde avec AFP

 

Vidéo : 

[1] En Croatie, un séisme de magnitude 6,4 vécu en direct à la télé – LeHuffPost / YouTube

[2] Croatie : le tremblement de terre surprend des journalistes à l’antenne – Le Parisien / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.