Grenoble : une crèche municipale ferme suite à des menaces de dealers [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 07 / [1/2]

 

Une crèche collective municipale a fermé ses portes le 5 janvier dernier à Grenoble. La raison ? Le personnel de l’établissement situé dans le quartier de la Villeneuve avait récemment été menacé par des dealers. Une plainte avait ensuite été déposée et l’enquête confiée à la Sûreté départementale du commissariat de Grenoble. Une fermeture qui interroge et inquiète les Grenoblois et les élus de l’agglomération iséroise.

 


 

« La mairie bat en retraite contre ces racailles »  

 

 

Une crèche ferme à Grenoble à la suite de menaces de dealers

 

 

Mercredi 13 janvier, un établissement de petite enfance était fermé depuis une semaine à Grenoble (Isère). Des dealers ont menacé le personnel de la crèche située dans le quartier de la Villeneuve. Les employés ont exercé leur droit de retrait.

 

Les trafiquants occupaient un local technique à proximité directe de l’établissement, d’où ils ont été délogés par des policiers. Convaincus que les employés de la crèche les ont dénoncés, ils ont porté des coups sur la devanture de la crèche, avec des menaces de mort et de mettre le feu au bâtiment, précise Le Parisien. Les dealers n’ont pas apprécié d’en être délogés la semaine dernière, et ils sont donc revenus pour menacer les employés de cette crèche qui accueille 50 enfants.

 

Le lendemain, la mairie, dirigée par l’écologiste Éric Piolle, a décidé de la faire fermer pour des raisons de sécurité, provoquant la colère de parents.

 

 

Colère des parents et des politiques

Des parents et des personnalités politiques reprochent à la mairie d’avoir capitulé face à ces délinquants.

 

 « C’est scandaleux ! Ce sont les dealers qui font la loi. Jamais on n’aurait dû fermer la crèche. Ce sont les habitants du quartier qui sont pénalisés », s’indigne une mère de famille.

 

« La mairie bat en retraite contre ces racailles. Au lieu de fermer la crèche, elle aurait dû renforcer les mesures de sécurité autour du bâtiment, demander à la police d’être plus présente […] Ce sont les dealers qui doivent quitter les lieux. Ils ne doivent pas avoir le dernier mot », déplore une autre.

 

La députée La République en marche de la troisième circonscription de l’Isère Émilie Chalas évoque « un renoncement du maire de Grenoble ».

 

« On ne doit pas fermer une crèche qui est un service public. La République ne doit pas céder face aux menaces de ces trafiquants de drogues », affirme-t-elle.

 

 

La crèche devenue point de deal

La décision de fermer la crèche peut en effet être interprétée comme une victoire des dealers, puisqu’ils avaient fait du local près de la chaufferie de la crèche leur point de deal.

 

La ville a pris la décision de fermer cet équipement pour permettre à la situation de s’apaiser. Les enfants ont été orientés vers d’autres établissements du secteur de la petite enfance.

 

 

Vives critiques de l’opposition municipale et de la police

Cette fermeture a provoqué l’indignation de l’opposition municipale au maire de Grenoble, l’EELV Eric Piolle. La police a également fait part de sa colère. « On peut déplorer des incendies volontaires, des dégradations sur le secteur de la Villeneuve et d’autres quartiers de Grenoble à longueur d’année. Des gymnases et un club de foot ont été incendiés », a déclaré Brice Gajean, du syndicat SGP-Unité Police, au micro d’Europe 1.

 

Il a également critiqué l’attitude du maire de la ville, qu’il accuse de ne pas réagir face à ces faits de violence. « On n’entend pas le maire de Grenoble en ce moment. On a déjà eu des débats avec lui sur des faits qui se sont passés dans des quartiers de la ville. Visiblement sa priorité n’est pas la police, la délinquance ni la sécurité de ses concitoyens. La mise en place de la vidéoprotection nous aiderait fortement », a demandé le syndicaliste.

 

 

Une possible réouverture la semaine prochaine

Mais pour l’instant, il n’est pas prévu de mettre en place la vidéoprotection. La police a tout de même repris possession du quartier et le local de la chaufferie est en train d’être réaménagé afin qu’il ne puisse plus servir aux dealers. Une réouverture de la crèche dès la semaine prochaine est désormais évoquée.

 

Le procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant, a ouvert une enquête à la suite des plaintes déposées par la direction de l’établissement en question pour identifier les auteurs. Elle a été confiée aux policiers de la Sûreté départementale.

 


 

Time : 1 mn 29 / [2/2]

 

A Grenoble, une crèche ferme sous les menaces de dealers : les explications de Jeanne Quancard, en duplex de Grenoble.

 


 

Source :

https://www.europe1.fr/faits-divers/grenoble-une-creche-fermee-apres-des-menaces-de-dealers-4018397

https://www.placegrenet.fr/2021/01/16/emilie-chalas-reagit-a-son-tour-a-la-fermeture-temporaire-de-la-creche-de-la-villeneuve/431965

https://www.leparisien.fr/faits-divers/a-grenoble-une-creche-fermee-sous-la-pression-de-dealers-de-graves-menaces-ont-ete-proferees-12-01-2021-8418708.php

https://fr.sputniknews.com/faits_divers/202101131045063126-la-mairie-bat-en-retraite-contre-ces-racailles-une-creche-ferme-a-grenoble-a-la-suite-de-menaces-de/

https://www.placegrenet.fr/2021/01/12/fermeture-de-la-creche-de-la-villeneuve-alain-carignon-demande-la-demission-de-nicolas-kada-vice-president-du-ccas/428723

 

Article : 

Par Jean-Luc Boujon, édité par Julien Ricotta avec AFP / Europe 1

Par Alexandre Sutherland / Sputnik France

 

Vidéo : 

[1] Grenoble : une crèche fermée sous la pression de dealers – CNEWS / YouTube

[2] A Grenoble, une crèche ferme sous les menaces de dealers – CNEWS / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

5 commentaires

  1. Les premiers responsables de cette fermeture sont les élus de la municipalité de Grenoble qui ne s’y sont pas pris à temps pour qu’on agisse le plus tôt possible. Une municipalité complice de la police qui aurait dû infiltrer ce réseau de racaille revendeurs de drogue.
    Il y a des villes où les dealers font tellement la loi que viendra le jour où, les citoyens, excédés par l’abandon de leurs quartiers par les municipalités et la police, formeront des milices armées et en viendront à faire le ménage eux-mêmes pour retrouver le calme dans leurs quartiers.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te cite : « …viendra le jour où, les citoyens, excédés par l’abandon de leurs quartiers par les municipalités et la police, formeront des milices armées et en viendront à faire le ménage eux-mêmes… »,

      …C’est à se demander si ce n’est pas cela qui est recherché : une Saint-Barthélemy 2.0.

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.