Timothy John Berners-Lee, l’inventeur du Web

Publié par

Time : 3 mn 36 / [1/2]

 

Le World Wide Web, fut inventé par Tim Berners-Lee. Timothy John Berners-Lee, né le 8 juin 1955 à Londres, est un citoyen britannique, principal inventeur du World Wide Web au tournant des années 1990.

 

Surfer sur Internet est devenu l’une de nos activités les plus courantes. Informations, jeux, transactions bancaires : des milliards de données sont envoyés, acheminées et réceptionnées chaque minute. La technologie qui permet cela s’appelle le World Wide Web. Son invention est le fait d’un programmateur de génie, Sir Timothy John Berners-Lee, qui cherchait à relier entre eux des documents présents sur plusieurs ordinateurs…

 


 

Tim Berners-Lee - 2

 

 

Il a créé le Web il y a un peu plus de 30 ans (1989), il en avait 33. Génie méconnu du 21ème siècle, Timothy Berners-Lee a révolutionné le monde. Défenseur d’un Web libre et ouvert, il œuvre aujourd’hui contre la perte de contrôle des données personnelles.

 

Le 12 mars 2019, le Web fêtait ses 30 ans. Derrière cette révolution technologique, un homme discret : Tim Berners-Lee.

 

Fondateur de la toile, il navigue dans l’informatique bien avant de savoir coder. Fils de mathématiciens et ingénieurs informatiques – ses parents travaillent avec les tout premiers ordinateurs, Tim Berners-Lee est au collège à Londres lorsqu’il en fabrique un à partir d’un vieux téléviseur. 

 

Diplômé de l’université d’Oxford en physique, il signe à 30 ans pour une mission de six mois au Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN), qui durera dix ans. Sa mission initiale : créer une base de données pour les chercheurs. Mais au passage, Tim Berners-Lee invente le Web. Le 12 mars 1989, il rend un mémo intitulé « Gestion de l’information : une proposition », qui en contient les principes fondateurs.

 

L’idée est de faciliter l’accès à l’information pour les chercheurs du CERN grâce à des liens hypertextes et des ordinateurs connectés entre eux. Son chef de service, Mike Sendall, dit alors de ce rapport qu’il est « vague mais intéressant », mais Tim Berners-Lee sera finalement autorisé à creuser l’idée quelques mois plus tard. Il commence à développer le World Wide Web.

 

Le nom initial du web dans son mémo était « The Information Mesh », mais Tim Berners-Lee le juge finalement trop complexe et trouve l’acronyme, « TIM » – son prénom – « trop narcissique ». Il met en place l’URL pour donner une adresse aux pages, le langage HTML, pour les afficher et le protocole HTTP pour les lier entre elles.

 


 

En 1990, le premier serveur Web et la première page Web sont mis en ligne sous l’impulsion de Tim Berners-Lee, donnant ainsi naissance au World Wide Web au sein du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire). La plus ancienne page conservée remonte au 13 novembre de cette année-là.

 

Première page Web

 

Se doutait-il de la révolution que cette simple page provoquerait ?

Probablement pas, mais ce qui est sûr, c’est qu’il imaginait sa création comme un lieu de totale liberté.

 

« L’idée était qu’il s’agissait d’un lieu universel, qui ne devait pas avoir de limites, de barrières », raconte-t-il au Guardian. « On devait pouvoir tout y mettre, des notes gribouillées au chef-d’œuvre final. On devrait pouvoir tout mettre sur le Web. »

 


 

« Tim Berners-Lee est un expert mondial, non pas dans un mais dans deux domaines ; c’est un expert mondial de la structure des documents et c’est pourquoi il a inventé la technologie HTML qui est la technologie des pages web, et puis c’est également un expert mondial des réseaux de télécommunication, et c’est pourquoi il a inventé la technologie qui permet d’échanger les pages web qu’on appelle http. Les deux – HTML et HTTP – ils marchent parfaitement ensemble et c’est parce qu’ils viennent tous les deux du même cerveau. »                                          

 

François Fluckiger, ingénieur informatique qui a succédé à Tim Berners-Lee dans l’équipe au CERN chargée du développement technique du Web (AFP, Genève, Suisse, 2019).

 

En 1993, le CERN diffuse le code source du Web. En un an, le nombre de serveurs web se multiplie, et tous utilisent le protocole HTTP. Une toile géante se tisse, sans que Tim Berners-Lee n’en tire profit. Il considère que le web doit être universel et gratuit. Pour le développer, il rejoint le Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1994 et fonde « World Wide Web Consortium » (W3C) pour fixer les standards d’un web ouvert, libre et transparent.

 

Malgré ses multiples récompenses, Tim Berners-Lee déclare en 2004 n’avoir rien inventé :

« J’ai juste emprunté un certain nombre de choses qui existaient déjà, et je les ai accrues un peu. […] Construire le Web, je ne l’ai pas fait tout seul. »

 

Mais 30 ans après son invention, le web semble avoir échappé à son fondateur.

« Je pense que l’une des menaces les plus inquiétantes est toujours que quelqu’un prenne le contrôle de l’ensemble. Ça peut être un gouvernement ou une grande firme, selon le lieu et l’instant. Contrôler, ça peut vouloir dire bloquer, ça peut vouloir dire espionner les gens, ça peut être de la censure, ou ça peut être quand vous pouvez aller sur n’importe quel site mais en sachant que le gouvernement vous observe et peut vous mettre en prison s’il estime, d’après les sites que vous consultez, que vous représentez une menace. Donc garder le web ouvert est très important. »           

 

Tim Berners-Lee (AFP, Londres, Royaume-Uni, 2012).

 


 

Aujourd’hui, le nom de Tim Berners-Lee est sans doute moins connu dans le monde que celui de Mark Zuckerberg, Bill Gates ou encore Steve Jobs, mais en Angleterre, son pays d’origine, où il était venu se réinstaller pour travailler sur son projet à Oxford, il est devenu une star. Anobli en 2004 par la reine Elizabeth II, Sir Timothy John Berners-Lee a, par exemple, participé à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Londres, en 2012, lors d’une séquence marquante voulue par le réalisateur Danny Boyle. Au cœur du stade olympique de Londres plongé dans le noir, sur lequel brillaient les lettres « This is for everyone » (C’est pour tout le monde), une voix l’a présenté ainsi, dans la langue de Pierre de Coubertin : « Mesdames et messieurs, Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web. »

 

En 2016, Tim Berners-Lee a reçu le prix Alan Turing de « l’Association for Computing Machinery » (ACM). Officieusement, cette distinction est considérée comme un véritable Nobel d’informatique.

 


 

Time : 14 mn 29 / [2/2]

 

Le 12 mars 2019, le World Wide Web fêta ses 30 ans. Derrière cette révolution technologique, un homme discret : Tim Berners-Lee. Défenseur d’un web libre et ouvert, il œuvre aujourd’hui contre la perte de contrôle des données personnelles.

 


 

Tim Berners-Lee - 3

 

 

En 2018, dévasté par la manipulation des données privées, Tim Berners-Lee crée la start-up Inrupt, un coffre-fort pour permettre à chacun de stocker ses données.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Turing

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tim_Berners-Lee

https://fr.wikipedia.org/wiki/World_Wide_Web

https://www.franceculture.fr/numerique/tim-berners-lee-le-genial-inventeur-du-web

http://www.cnrs.fr/fr/30-ans-du-web-le-cnrs-lorigine-du-premier-site-internet-francais

https://www.franceculture.fr/numerique/il-y-a-30-ans-linvention-du-web-sans-tambour-ni-trompette

https://home.cern/fr/news/news/computing/web30-30-year-anniversary-invention-changed-world

https://www.france24.com/fr/20170404-tim-berners-lee-inventeur-world-wide-web-a-recu-le-prix-alan-turing-nobel-dinformatique

 

Article :

France Culture

 

Note : 

A ne pas confondre avec : ARPANET (de l’anglais Advanced Research Projects Agency Network, aussi typographié « ARPAnet ») est l’acronyme du premier réseau à transfert de paquets de données conçu aux États-Unis par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Le projet fut lancé en 1966, mais ARPANET ne vit le jour qu’en 1969. Sa première démonstration officielle date d’octobre 1972.

https://fr.wikipedia.org/wiki/ARPANET

 

Vidéo : 

[1] Tim Berners-Lee, le génie inventeur du web – France Culture / YouTube

[2] Tim Berners Lee et le WorldWideWeb – Neo.Entreprise / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

 

Voir notamment :

Pourquoi l’ordinateur s’appelle-t-il ainsi ?

IBM – RAMAC 305 [1956] : Le premier disque dur qui pesait son poids ! [Vidéo]

5 commentaires

  1. Je ne savais absolument rien sur cet homme ! Ne me suis jamais posé la question de savoir qui avait inventé le Web !
    Merci pour cet article passionnant.
    F.

    J'aime

    1. Je t’en prie F. C’est moi qui te remercie pour ton intérêt.

      A ne pas confondre avec : ARPANET (de l’anglais Advanced Research Projects Agency Network, aussi typographié « ARPAnet ») est l’acronyme du premier réseau à transfert de paquets de données conçu aux États-Unis par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Le projet fut lancé en 1966, mais ARPANET ne vit le jour qu’en 1969. Sa première démonstration officielle date d’octobre 1972.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/ARPANET

      J'aime

  2. D’après des infos qui me sont parvenues, il y a plus d’une vingtaine d’années, il semblerait que ce ne soit qu’une réinvention de méthodes et systèmes antérieurs peut-être quelque peu différents en usages secrets. Je ne connais pas les différences, mais c’est sûr il existait quelque chose d’analogue. Désolé je n’ai pas de liens à fournir, c’est juste de mémoire. Mais peut-être un des lecteurs pourrait trouver des sources – certainement difficile – peut-être sur le darkweb ou avec des P2P. Avis aux bonnes volontés …

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.